Michèle Laroque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michèle Laroque
Description de cette image, également commentée ci-après

Michèle Laroque au festival de Cannes 2015.

Nom de naissance Michèle Doïna Catherine Laroque
Naissance (56 ans)
Nice, Alpes-Maritimes, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Actrice
Michèle Laroque le 19 janvier 2011 au PBA de Charleroi (Belgique)

Michèle Laroque, née le à Nice, est une comédienne française, également scénariste, productrice et humoriste.

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Michèle Doïna[1] Laroque naît le mercredi , à la clinique Santa Maria de Nice. Elle est la fille de Doïna Trandabur[2], danseuse et violoniste roumaine qui a fui la Roumanie de Ceausescu et d'un père français, Claude Laroque, promoteur immobilier. Pierre Laroque est un cousin issu de germains de son père[3]. Les Laroque sont une vieille famille de rabbins de Nîmes et Carpentras, connue dès le 17ème siècle. Elle vit alors dans le quartier des Musiciens[4]. Elle suit des études de sciences économiques et d'anglais à l'Université de Nice et effectue un séjour aux États-Unis sur le campus d'Austin dans l'État du Texas[5]. Elle obtient une licence de sciences économiques et un diplôme d'études universitaires générales d'anglais[1].

En 1979, en compagnie de sa meilleure amie, elle a un terrible accident de voiture qui les conduit toutes les deux en clinique pendant deux ans. Durant cette période, elle subit une douzaine d’opérations, deux ans de lit et une longue convalescence. C'est à la suite de ce grave traumatisme psychologique qu'elle décide de devenir comédienne. Remise de son accident en 1981, elle reprend les cours de la faculté et suit les cours de Julien Bertheau au Conservatoire municipal d'Antibes. Recommandée à Jean Poiret, elle monte à Paris à 23 ans pour interpréter sa première pièce en 1987 au Théâtre des Variétés , C'est encore mieux l'après-midi de Ray Cooney, adaptée par Jean Poiret. Elle enchaîne dès lors les rôles au théâtre pendant sept ans[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Années 1990 : révélation critique et commerciale[modifier | modifier le code]

En 1988, elle fait ses débuts à la télévision dans l'émission à sketchs humoristiques La Classe de Fabrice tous les soirs sur FR3 où elle rencontre Pierre Palmade, Muriel Robin et Jean-Marie Bigard.

En 1989, après avoir tourné dans la série de HBO Le Voyageur (série télévisée)[6], elle trouve son premier rôle au cinéma dans Suivez cet avion de Patrice Ambard puis enchaîne des petits rôles avec Le Mari de la coiffeuse de Patrice Leconte en 1990 ou Une époque formidable de Gérard Jugnot en 1991.

En 1992, elle explose dans la comédie dramatique La Crise puis dans son rôle de bourgeoise coincée dans Pédale douce en 1995, film pour lequel elle est nommée en 1997 pour le César de la meilleure actrice dans un second rôle.

Parallèlement, l'actrice rejoint la bande des Enfoirés (où elle est présente depuis 1997 sauf en 2003, en 2007 et en 2012) de Coluche pour les tournées de spectacles galas des Restos du Cœur et parraine l’association Enfance et Partage de Normandie.

En 1996, elle débarque au théâtre avec Pierre Palmade pour une satire sur le couple, mise en scène par Muriel Robin, intitulée Ils s'aiment - pièce pour laquelle elle décroche une nomination aux Molières en 1997 -, et rencontre un large succès critique et commercial. La même année, sort un projet plus audacieux, le film belge Ma vie en rose, d'Alain Berliner, qui passe cependant inaperçu.

Alors que sort la plus loufoque Serial Lover, avec Albert Dupontel, de James Huth, l'actrice capitalise sur sa popularité pour porter son premier projet en tant que scénariste : en 1999 sort Doggy Bag, dont elle partage l'affiche avec Didier Bourdon, également au sommet de sa popularité. Cette adaptation ne connaît cependant pas le succès.

De même, le plus dramatique Épouse-moi, où elle forme un couple avec Vincent Pérez, sous la direction de Harriet Marin, ne rencontre pas son public.

Années 2000 : cinéma populaire[modifier | modifier le code]

Michèle Laroque au festival de Cannes 2001.

Elle attaque les années 2000 en revenant sur les planches avec Palmade pour la suite Ils se sont aimés, un nouveau succès, tout en revenant au cinéma dans des comédies plus populaires : en 2001, elle tient un second rôle dans le populaire Le Placard, de Francis Veber et la plus commerciale J'ai faim !!!, de Florence Quentin. Elle tourne également de plus en plus pour la télévision, où elle peut s'aventurer dans un registre un peu plus dramatique.

En 2002, elle prête sa voix au personnage du Capitaine Amélia dans le film d'animation des studios Disney, La Planète au trésor, un nouvel univers.

Sa présence au cinéma durant les années 2000 la maintient en effet dans un registre comique. En 2004, elle est à l'affiche de la suite Pédale dure, de Gabriel Aghion, qui convainc beaucoup moins que l'original. En 2005, Diane Kurys la dirige dans L'Anniversaire, et Lisa Azuelos pour son premier long-métrage Comme t'y es belle !, un joli succès critique et commercial.

Deux films convainquent beaucoup moins, alors qu'elle revient à un registre plus romancé : en 2006, La Maison du bonheur, premier long-métrage de Dany Boon, échoue au box-office ; de même pour Petits secrets et gros mensonges, avec Thierry Neuvic.

Mais elle garde aussi un pied dans des projets dramatiques : d'abord en faisant partie en 2003 de la distribution principale du plus dramatique Malabar Princess, de Gilles Legrand, puis en portant le risqué Dans tes bras, d'Hubert Gillet.

En 2008, elle renoue avec un succès commercial pour la comédie Enfin veuve, seconde réalisation d'Isabelle Mergault. Mais en 2009, le conte pour enfants Oscar et la dame rose, mis en scène par le romancier Éric-Emmanuel Schmitt, passe cependant inaperçu.

Années 2010 : retrouvailles et télévision[modifier | modifier le code]

Michèle Laroque au festival de Cannes 2014.

En 2011, alors que sort Monsieur Papa, de Kad Merad, elle prépare ses retrouvailles théâtrales avec Pierre Palmade pour la dernière partie de leur trilogie, Ils se re-aiment, cette fois sous la direction d'Alex Lutz.

Alors qu'elle multiplie les projets à la télévision - des apparitions dans les séries Peplum et Hard, le rôle-titre des téléfilms La Méthode Claire - elle s'éloigne du grand écran.

En 2013, elle lance une campagne de financement participatif pour un projet de film nommé Jeux Dangereux, qui aboutit puisqu'elle réunit plus de la somme nécessaire ; le début du tournage était annoncé pour septembre 2014, mais est finalement reporté à fin 2015. Au cours de cette même saison 2013-2014, elle fait un passage comme chroniqueuse dans l'émission Les Pieds dans le plat sur Europe 1.

Mais c'est en 2016 qu'elle revient au cinéma : d'abord au sein de la distribution principale de la comédie fantastique Le Fantôme de Canterville, de Yann Samuell, puis remplace Mathilde Seigner pour le premier rôle féminin de Camping 3, de Fabien Onteniente.

La même année, elle revient sur scène avec Pierre Palmade et Muriel Robin pour Ils s'aiment depuis 20 ans, où les trois comédiens reprennent leur spectacle désormais culte, mais en s'échangeant les rôles un soir sur deux. Elle retrouve également Gabriel Aghion, mais cette fois pour un téléfilm, Diabolique.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle a divorcé du metteur en scène et adaptateur Dominique Deschamps[7] peu de temps après la naissance de leur fille Oriane, née le 12 juillet 1995. Oriane a également joué aux côtés de sa mère pour le film Comme t'y es belle ! Elle y jouait Laura.

Dans son roman Le livre de Joseph, Bernard Dan fait référence à l'émission de M6 Qui êtes-vous vraiment? qui lui est consacrée.

Depuis l'été 2008, Michèle Laroque est en couple avec le sénateur-maire de Troyes François Baroin[8]. En 2010, alors que son compagnon devient ministre du Budget de François Fillon et que Le Canard enchaîné s'apprête à révéler sa situation fiscale, elle met fin à son expatriation fiscale à Las Vegas (ville dont les résidents ne payent ni impôts sur le revenu, ni taxes locales)[9].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Adaptation
Comédienne

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Jacques Lafitte, Stephen Taylor, Who's Who in France, J. Lafitte, , p. 1119
  2. http://newspapers.nl.sg/Digitised/Article/freepress19590515.2.69.aspx
  3. (en) Chris Kaltenbach, « In `Closet,' Laroque finds well-suited role », The Baltimore Sun, 16 juillet 2001.
  4. [PDF] « Michèle Laroque : Nice, son chez soi… », Proximité, p. 17, mai 2006. Consulté le 8 mars 2009.
  5. http://www.nrj.fr/artistes-michele-laroque.html
  6. a et b (en) http://www.imdb.com/title/tt0602158/
  7. (fr) Propos recueillis par Delphine Germain, « Je suis enfin en accord avec moi-même », Gala, Janvier 2008.
  8. Ludovic Vigogne, « Villepin, un soir à Paris », L'Express, 13 mars 2009.
  9. « Michèle Laroque met fin à son exil fiscal », Le Monde, 4 mai 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]