Quitte ou double (émission)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Quitte ou double.

Quitte ou double
Présentation Zappy Max, Marcel Fort et François Chatelard, Jean-Pierre Foucault
Diffusion
Station Radio-Luxembourg
Radio Monte-Carlo
Création années 1950
Disparition 2006

Quitte ou double était un jeu radiophonique hebdomadaire présenté successivement par Zappy Max, Marcel Fort et François Chatelard sur Radio-Luxembourg dans les années 1950 jusqu'en 1966, puis repris par Zappy Max sur Radio Monte-Carlo jusqu'en 1981, et enfin de nouveau sur RTL de 2001 à 2006 avec Jean-Pierre Foucault.

L'indicatif musical du générique de l'émission était tiré du troisième mouvement allegretto de la 15e sonate pour piano de Mozart[1].

Monsieur Champagne était l'érudit-arbitre du jeu.

Le jeu fut adapté à la télévision par Paris-Télévision pour Télé-Luxembourg et présenté par Zappy Max à la fin des années 1950.

Principe[modifier | modifier le code]

Le principe du jeu est simple : un candidat doit répondre à une série de dix questions portant sur un thème, choisi au préalable par celui-ci (le choix du thème n'est pas limité ; les questions sont rédigées sous le contrôle de spécialistes).

L'animateur pose donc les questions au candidat, l'une après l'autre. Si le candidat fournit une réponse erronée, il est éliminé et repart les poches vides. S'il répond juste, il peut ou bien tenter de « doubler » (ses gains) ou « quitter » la partie et quitter le jeu avec ses gains antérieurs. S'il dit « double », il a le droit de répondre à la question suivante. Ainsi de suite jusqu'à ce qu'il réponde aux dix questions.

La difficulté augmente de question en question. Une fois la question posée au candidat, celui-ci ne peut plus faire machine arrière, à la différence de Qui veut gagner des millions où le candidat — qui doit choisir entre quatre réponses proposées — peut partir avec ses gains antérieurs même s'il ne connaît pas (ou n'est pas certain de connaître) la bonne réponse.

À partir de 2002, le montant des gains allait de 150 € à 76 800 €.

Événements[modifier | modifier le code]

L’abbé Pierre a été en 1952 l'un des vainqueurs de ce jeu, avec des gains de 256 000 francs[2]. Dans ses mémoires, Louis Merlin révèle que la participation de l'abbé Pierre au jeu était truquée. Celui-ci ne se présenta pas spontanément, mais c'est Louis Merlin qui, pour rendre son jeu sympathique aux yeux du public, alla le solliciter à Neuilly-Plaisance, il créa pour lui le thème que l'abbé Pierre s'était choisi lors de leur rencontre : "politique intérieure française et instances politiques internationales" et il eut quinze jours pour réviser. Toutefois, l'abbé Pierre ne connaissait pas à l'avance les questions qui lui ont été posées (date de constitution de la IVe république, nombre de membres du premier Gouvernement provisoire de la République française, signification des lettres UNESCO, etc.)[3]

La participation à ce jeu a été source de notoriété pour l'abbé Pierre. Cette notoriété lui a été particulièrement utile deux ans après, lors du très rude hiver 1954 : l'abbé Pierre lance alors le 1er février 1954 sur Radio Luxembourg un appel aux Français, afin que ceux-ci se mobilisent en faveur des mal logés[4]. Cet appel a rapporté 500 millions de francs, dont deux millions donnés par Charlie Chaplin. Un autre ecclésiastique, Mgr Charles Aimond a connu la gloire en gagnant 256 000 francs le 17 mai 1954, 512 000 francs le 3 avril 1955 et en échouant à 128 000 francs en 1959[5]

Pierre Poitrinal, soudeur de métier, gagna plus de deux millions d'anciens francs dans la catégorie « chimie ».[réf. nécessaire]

Marine Nédélec fut la plus grande gagnante historique du jeu avec 5 120 000 francs.

De nombreux candidats se présentaient dans la catégorie « Lyrique ». Lorsque les 512 000 francs étaient franchis, une vedette de l'opéra était invitée…[réf. nécessaire]

Jeu de société[modifier | modifier le code]

En 2003 Ravensburger a édité un jeu basé sur l'émission qui était diffusé sur RTL et présenté par Jean-Pierre Foucault.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Extrait de l'œuvre d'origine Quitte ou double.
  2. Il s'agit bien sûr d'anciens francs.
  3. Tome II des Mémoires de Louis Merlin : C'était formidable !, éditions Julliard, 1966, pages 255-260 : « Maintenant que la prescription est acquise, je puis bien révéler non pas que le Quitte ou Double de Chantilly ait été "truqué", mais que l'abbé Pierre n'était pas venu ce soir-là par un simple hasard. Il arrive parfois qu'il le faille aider... »
  4. Le texte de l'appel de l'abbé Pierre sur Wikisource
  5. Michel Godard, « Mgr [[Charles Aimond]] - docteur ès lettres, professeur d'histoire, écrivain, historien, musicien », sur le site Musica et Memoria (consulté le 12 décembre 2013).