Le Grand Pardon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Grand Pardon
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film.
Réalisation Alexandre Arcady
Scénario Alexandre Arcady
Daniel Saint-Hamont
Alain Le Henry
Acteurs principaux
Sociétés de production Partner's Production
Odessa Films
Pays de production Drapeau de la France France
Genre Policier
Durée 130 minutes
Sortie 1982

Série

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Grand Pardon est un film français d'Alexandre Arcady, sorti en 1982.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film raconte l'histoire du clan Bettoun — avec à sa tête Raymond Bettoun (le patriarche), Maurice Bettoun (le fils), Jacky Azoulay (le neveu), Roland Bettoun (le neveu), Albert Zécri (le cousin de Raymond), Pépé (l'ami de Raymond) et Samy (le garde du corps) — un clan familial de la mafia juive pied-noire française qui évolue dans le milieu du crime organisé.

Le clan Bettoun a la mainmise sur la gestion de casinos, l'organisation de matchs de boxe et de jeux clandestins, le proxénétisme, le racket, et ne craint pas de maintenir son influence par des règlements de compte sanguinaires contre d'autres clans arabes et français.

Raymond Bettoun, qui cultive « l'esprit de famille méditerranéen » et protège son clan mafieux, veut évincer Manuel Carreras du casino de Biarritz. Il y parvient en faisant évader de prison le truand surnommé « le Sacristain », qui a juré la mort de Carreras car ce dernier l'avait « balancé » aux flics, mais aussi en achetant les hommes de main de Carreras. Raymond Bettoun s'impose alors dans le milieu.

Mais, dans l'ombre, l'ambitieux Pascal Villars a juré la perte des Bettoun, cherchant à les supplanter. Aidé du « Sacristain », il parvient à dresser le clan des Arabes contre celui des Juifs. Pour cela, il soudoie Jacky, un proxénète, pour faire travailler des prostituées de Raymond Bettoun dans son dos. Freddy Ambroisi (un ancien chanteur de charme sur le retour, ami de Raymond) tente de prévenir le caïd. Dans le même temps, une autre personne est au courant des manigances de Jacky, William Benamou. Alors que Benamou tente de faire chanter Jacky, celui-ci l'abat dans des toilettes.

Le plan de Pascal Villars semble fonctionner. Raymond pense que ce sont les arabes qui ont fait le coup. Voulant en avoir le cœur net, il sollicite un entretien avec Bouli, le caïd du clan des mafieux arabes de la ville. Mais lors de l'entrevue, Bouli lui jure qu'il n'est pour rien dans l'assassinat de Benamou.

Parallèlement, le commissaire Duché, à l’affût de ce panier de crabes, essaye de démanteler tous ces clans et d'en incarcérer les membres. L'étau se resserre autour de Jacky Azoulay. Quand Rolland interroge Jacky au sujet des filles et de Freddy, Jacky prend peur et enlève la femme de Freddy, Colette, dans un parking pour faire pression sur ce dernier. Mais à la sortie du parking, Jacky est pris en chasse par une voiture. C'est « le Sacristain » qui, avec l'aide de Bobiack, les interceptent.

Freddy sollicite l'aide de Raymond pour retrouver sa femme enlevée mais Raymond refuse de faire quoi que ce soit. Peu après, Colette est retrouver morte, étranglée. Tout le monde accuse Jacky. Le commissaire Duché propose à Freddy de témoigner contre Raymond pour des faits de proxénétisme et de racket, en l'accusant du meurtre de Colette. Raymond est arrêté et confronté à Freddy, qui confirme ses accusations. Parallèlement, Jacky Azoulay est retrouvé égorgé dans le coffre de sa voiture. Les Bettoun ont été prévenu par Pascal Villars.

Constatant la situation qui s'aggrave, Rolland remet en doute la direction de la famille exercée par le fils de Raymond, Maurice, qu'il juge faible. Ce dernier riposte en lui mettant un coup de tête au visage, lui cassant le nez. Peu après, une guerre éclate entre les arabes et les juifs : Rolland, agissant de sa propre initiative, abat Larbi, le frère de Bouli. En représailles, les arabes coincent le boxeur du clan Bettoun dit « la Guêpe », et le tuent en le noyant dans un tonneau d'huile. Peu après, Rolland, qui se cache, appelle « Pépé » pour organiser un rendez-vous afin de mettre fin aux hostilités. « Pépé » s'y rend avec sa fille Vivianne, mais c'est Villard qui les interceptent avec « le Sacristain » et Bobiack, et qui leur tirent dessus. Pépé meurt sur le coup ; Vivianne est grièvement blessée. Le commissaire Duché consent à relâcher temporairement Raymond pour qu'il tente de ramener le calme dans la ville.

Aux obsèques de « Pépé », Rolland réapparaît et explique à Raymond la situation. Larbi va chez Raymond avec comme prisonnier Bobiack. La situation devient claire pour les deux partis : Pascal Villard a tenté de les doubler, autant Raymond que Bouli. La vengeance se met en place. Le premier à être abattu est « le Sacristain » dans une auberge espagnole de flamenco, tué par Rolland. Mais ce dernier, pour avoir déclenché les hostilités avec les arabes sans l'accord de Maurice, est assassiné d'un lancer de couteau à cran d'arrêt dans le dos, juste après avoir descendu « le Sacristain ». Vivianne quitte l'hôpital pour la résidence des Bettoun. Raymond se rend à son chevet, mais celle-ci elle meurt peu de temps après.

Juste avant de retrouver le commissaire Duché et d'aller en prison, Raymond règle son compte avec Pascal Villars. Le clan Bettoun a repéré son adresse grâce à l'aveu de Bobiack. Cernant la maison, Raymond s'introduit jusque dans la chambre à coucher, où il surprend Pascal endormi avec un autre homme. Juste avant de le tuer, Raymond dit à Pascal Villars : « Tu n'as pas peur, au moins ? T'as aucune raison d'avoir peur. Tu sais pourquoi ? Parce qu'aujourd'hui chez les Juifs, c'est le Kippour. Tu te rends compte de la chance que tu as ? C'est le Grand Pardon... Ce jour-là, le Grand Pardon, on peut rien faire ; ni travailler, ni recevoir de l'argent, ni... rien quoi. Sinon on est rayé du Livre. Aujourd'hui, dans le monde entier, tous les Juifs ils pardonnent à ceux qui leur ont fait du mal. Tous les Juifs. Sauf un, moi. Moi, je pardonne pas ! »[1]. Raymond lui met alors le calibre de son revolver dans la bouche et le tue.

Raymond se rend ensuite à la synagogue pour un dernier hommage à Vivianne, puis sort pour être interpellé par le commissaire Duché.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • On peut associer cette histoire à celle du film Le Parrain (1972) de Francis Ford Coppola[1] et celle des frères Zemour[1]. D’ailleurs, ces derniers, se sentant visés par le film, menacèrent le réalisateur Alexandre Arcady au moment du tournage. Le ministre de l'Intérieur de l'époque, Gaston Defferre, usera de son influence pour que le tournage du film se déroule sans incident[1],[2].
  • On peut également rapprocher la scène finale avec celle du film Le Clan des Siciliens (1969) d'Henri Verneuil ; en effet, Raymond Bettoun (Roger Hanin) est arrêté sous les yeux de son petit-fils par le commissaire Duché (Jean-Louis Trintignant), comme Vittorio Manalese (Jean Gabin) par le commissaire Le Goff (Lino Ventura) dans Le Clan des Siciliens. Par ailleurs, la première scène du film — l'évasion du Sacristain d'un fourgon cellulaire organisée par le clan Bettoun — n'est pas sans rappeler celle de Roger Sartet (Alain Delon) au début du Clan des Siciliens.
  • L'acteur Jean-Louis Trintignant a accepté de jouer dans le film car Alexandre Arcady lui rappelait physiquement Jacques Laffite, un célèbre pilote automobile de l'époque[3].
  • Le rôle du commissaire Duché a été initialement proposé à Lino Ventura, qui déclina l'offre. L'acteur Thierry Lhermitte fut également pressenti pour le rôle de Pascal Villars. Il tournera avec Alexandre Arcady cinq ans plus tard dans Dernier Été à Tanger.

Citations[modifier | modifier le code]

  • Manuel Carreras à Raymond Bettoun : « Arrête tes salamalecs, Bettoun. »
  • Raymond Bettoun au commissaire Duché : « Vous inquiétez pas commissaire ; chez nous, quelques olives, un petit bout de pain, on remercie Dieu. »
  • Raymond Bettoun au commissaire Duché : « Je vais vous dire une chose, commissaire : vous faites pitié ! »
  • Le commissaire Duché à Raymond Bettoun : « Entre vous et moi, la pitié, ça n'existe pas ! »
  • Le commissaire Duché à Raymond Bettoun : « Je ne vous aime pas Bettoun. Vous sentez l'huile. Et j'ai l'odorat délicat. »
  • Raymond Bettoun à Pascal Villars : « Tu n'as pas peur, au moins ? T'as aucune raison d'avoir peur. Tu sais pourquoi ? Parce qu'aujourd'hui chez les Juifs, c'est le Kippour. Tu te rends compte de la chance que tu as ? C'est le Grand Pardon... Ce jour-là, le Grand Pardon, on peut rien faire ; ni travailler, ni recevoir de l'argent, ni... rien quoi. Sinon on est rayé du Livre. Aujourd'hui, dans le monde entier, tous les Juifs ils pardonnent à ceux qui leur ont fait du mal. Tous les Juifs. Sauf un, moi. Moi, je pardonne pas ! »[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]