École d'ingénieurs du monde numérique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis ESIEA)
Aller à : navigation, rechercher
La forme de cet article ou de cette section n'est pas encyclopédique et ressemble trop à un catalogue de vente, un dépliant publicitaire ou une offre commerciale (avril 2016).

Modifiez l'article pour aider à le transformer en article neutre et encyclopédique ou discutez-en.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (septembre 2016).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section relève du guide pratique, ce qui n'est pas de nature encyclopédique (mai 2016).

Vous pouvez reformuler les passages concernés, ou remplacer ce bandeau soit par {{pour Wikibooks}}, {{pour Wikiversité}}, ou {{pour Wikivoyage}}, afin de demander le transfert vers un projet frère plus approprié.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La typographie de cet article ou de cette section ne respecte pas les conventions de Wikipédia (avril 2016).

Vous pouvez corriger, en discuter sur l’Atelier typographique ou créer la discussion.

ESIEA École d'ingénieurs du monde numérique
Logo de l'ESIEA École d'Ingénieurs du Monde Numérique
Logo de l'ESIEA École d'Ingénieurs du Monde Numérique
Devise Former l'Ingénieur(e) et l'Homme
Informations
Fondation 1958
Fondateur Maurice Lafargue
Type Grande École d'ingénieurs privée
Budget Association Loi 1901 à but non lucratif
Localisation
Coordonnées 48° 48′ 51″ Nord, 2° 22′ 41″ Est
Ville Paris, Ivry-sur-Seine, Laval
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France, Pays de la Loire
Campus Paris, Ivry, Laval
Direction
Président Simon Tournadre
Directeur Louis Jouanny
Chiffres clés
Étudiants 1000[1]
Doctorants 9[1]
Niveau Bac+5 et Bac+6 (Mastère Spécialisé)
Diplômés/an 200 en 2016[1]
Divers
Particularités École à classes préparatoires intégrées
Affiliation CGE, CDEFI, UGEI
Site web esiea.fr

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
ESIEA École d'ingénieurs du monde numérique

L'ESIEA, l'École d'ingénieurs du monde numérique, est l'une des 210 écoles d'ingénieurs françaises habilitées à délivrer un diplôme d'ingénieur. Elle forme en cinq ans des ingénieurs généralistes dans le domaine des sciences et technologies du numérique. Elle est implantée sur trois sites : Paris 5e (siège), Ivry-sur-Seine (94) et Laval (53).

Créée en 1958, l'ESIEA délivre le grade de Master et le diplôme d’ingénieur ESIEA. Elle est reconnue par l’État et habilitée par la Commission des titres d'ingénieur (CTI)[2]. Elle est membre de la Conférence des grandes écoles (CGE) et de l'Union des grandes écoles indépendantes (UGEI).

Histoire de l'ESIEA[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

L'ESIEA a été fondée en 1958 par Maurice Lafargue. À l'origine elle se nommait l'ESEA (École Supérieure d'Applications Électroniques et Automatismes) et avait pour vocation de former des ingénieurs d'interface et de dialogue entre les concepts scientifiques de ces techniques et leur domaine d'application.

En 1973, l'ESIEA s'installe rue Vésale dans le 5e arrondissement de Paris, dans un ancien garage à proximité de la rue Mouffetard et du Quartier Latin.

En 1975, Maurice Lafargue fait don de l'école à l'Association des Anciens Élèves et Amis de l'ESIEA (AAEA-ESIEA), association loi de 1901 à but non-lucratif.

Dès 1985, la Commission des Titres d'Ingénieurs (CTI) habilite l'ESIEA à délivrer le diplôme d'ingénieur ESIEA. Un nouveau campus d'ouvre à Ivry-sur-Seine, dans l'ancienne usine Pierrot Gourmand.

Développement[modifier | modifier le code]

En 1993, l'ESIEA ouvre un nouvel campus à Laval, en coopération avec les collectivités locales et régionales de la Mayenne. Ce campus propose le même enseignement et délivre le même diplôme d'ingénieur que celui de Paris. Le premier centre de recherche de l'ESIEA ouvre à Laval en 1996.

En 2002, le Groupe ESIEA crée une deuxième école, IN'TECH, l'École Supérieure d'Ingénierie Informatique, qui s'installe sur le campus d'Ivry-sur-Seine. En 2004, l'ESIEA ouvre un Mastère Spécialisé en sécurité de l'information et des systèmes, accrédité par la Conférence des Grandes Écoles.

La Recherche du Groupe ESIEA se diversifie en 2007 avec la création du laboratoire Cryptologie et Virologie Opérationnelles sur le campus de Laval, dirigé par Éric Filiol.

Évolution[modifier | modifier le code]

En 2009, l'ESIEA s'associe avec Euridis Business School pour ouvrir un Centre de Formation par l'Apprentissage, le CFA-ITE, spécialisé dans les métiers du numérique.

Le campus de Paris/Ivry de l'ESIEA ouvre un nouveau pôle de recherche "Art et Recherche Numérique" (ARNUM) en 2010.

En 2015, le campus de Laval de l'ESIEA obtient l'autorisation par la CTI d'ouvrir une formation d'ingénieur par l'apprentissage en collaboration avec le CFA Inter-Universités des Pays de la Loire.

En 2016, l'ESIEA est reconnue comme Établissement d'Enseignement Supérieur Privé d'Intérêt Général[3] (EESPIG) par le Ministère chargé de l’Enseignement supérieur et de la recherche.

Conditions d'admission à l'ESIEA[modifier | modifier le code]

Il est possible d'intégrer l'ESIEA en 1re année après un Baccalauréat S, STI2D, STL ou ES (spécialité Mathématiques) en passant le Concours Alpha. Au total, 260 places sont ouvertes sur les deux campus de Paris et Laval.

Les élèves issus d'une année validée de Maths Sup (MPSI, PCSI, PTSI), d'une première année de médecine (PACES), de licence scientifique ou de DUT, ou après l'obtention d'un BTS peuvent être admis en 2e année sur dossier.

Les étudiants issus de classes préparatoires : CPGE, MP, PC, PSI et PT peuvent être admis en 3e (1re année du cycle ingénieur) année sur concours (e3a ou Banque PT), ainsi que les étudiants ayant validé un DUT ou une prépa ATS au travers du concours ENSEA ou sur dossier en ligne. Les étudiants ayant validé une Licence en Sciences de l’Ingénieur, Mathématiques, Physique, Électronique ou Informatique peuvent être admis en 3e année sur dossier.

Les admissions en 4e année (2e année du cylcle ingénieur) se font uniquement sur dossier et sont ouvertes aux étudiants ayant validé un niveau Bac +4 (Master 1) en Maths, Physique, Électronique ou Informatique.

Formation d'ingénieurs ESIEA[modifier | modifier le code]

Cycle de transition (1re année)[modifier | modifier le code]

Le cycle de transition permet à l'élève bachelier d'acquérir les méthodes de travail spécifiques aux études supérieures en général et de l'élève ingénieur en particulier. La pédagogie proposée à l'ESIEA est basée sur des illustrations, des applications des cours et des réalisations de projets concrets. À cela s’ajoute l’importance accordée à la formation humaine et aux outils méthodologiques, présentés lors du séminaire de pré-rentrée. Le programme scientifique reprend celui des Classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE). Les élèves commencent dès le cycle de transition l’apprentissage de l’informatique, de l’électronique et des systèmes.

Cycle fondamental (2e et 3e années)[modifier | modifier le code]

Le cycle fondamental permet à l'élève d'acquérir les capacités, compétences et connaissances scientifiques, technologiques et humaines indispensables à un ingénieur en sciences et technologies du numérique. Au terme de ce cycle de deux ans, l'étudiant doit être capable de mener à bien des projets significatifs en équipe.

Cycle d’approfondissement (4e et 5e années)[modifier | modifier le code]

Le cycle d'approfondissement permet à l'élève d'acquérir des connaissances et des savoir-faire en adéquation avec le monde professionnel, tout en se spécialisant selon ses intérêts, ses points forts et son projet professionnel.

En 4e année, il choisit une des deux filières de spécialisation : Systèmes d'Information ou Systèmes Embarqués.

En 5e année, il choisit une majeure, ainsi qu'une mineure technique et une mineure managériale. En 2016, les étudiants de l'ESIEA ont le choix parmi :

Majeures 
Architecture et ingénierie du logiciel; Réseaux, Télécommunications et cloud computing ; Big data; Systèmes embarqués ; Systèmes d’information pour la banque, la finance et l’industrie ; Sécurité informatique ; Réalité virtuelle.
Mineures techniques 
Sécurité de l'Information et des Systèmes ; Images Numériques ; Art & Numérique ; Conception de Systèmes Embarqués ; Numérique et Santé ; Smart energy et Smart cities ; Robotique et Systèmes autonomes.
Mineures managériales 
Techniques quantitatives de management ; Ingénieur d’affaires négociation et ventes ; Management de la sécurité ; Management des SI banque et finance ; Création d’entreprise ; Management de la santé.

Doubles diplômes[modifier | modifier le code]

En 5e année, l'étudiant peut compléter le diplôme d’ingénieur ESIEA dans le cadre de partenariats académiques, parmi eux :

  • Mastères Spécialisés à Grenoble École de Management (GEM) : Business Intelligence, Systèmes d’information et management, Management de la fonction Achats, Management technologique et innovation, Management et Marketing de l’énergie
  • BADGE[4] « Management et Ingénierie Conseil » (MIC)
3 mois sont suffisants pour acquérir les compétences de chef de projet, responsable d’affaires ou consultant dans le cadre de la formation MIC, accréditée par le label « Badge de la Conférence des Grandes Écoles ».
Quatre matières principales sont abordées : Management Stratégique et Opérationnel de l’Entreprise (MSOE), Management des Projets, des Processus et des Activités (MPPA), Management de la Qualité, de la Fiabilité et de la Disponibilité des systèmes (MQFD), Management des Équipes (MEQUIP)
  • BADGE “Reverse Engineering” : de l’analyse de malwares à la rétro-conception de protocoles, cette formation permet d’étudier tous les programmes, protégés ou non.
  • BADGE “Sécurité Offensive” : cette formation permet d’identifier les faiblesses d’un réseau à l'aide des outils nécessaires à une approche rigoureuse.
  • Master Recherche IVI et Master 2 Professionnel MNRV (en partenariat avec l’Université d’Angers et ParisTech)
En parallèle de la 5e année, les étudiants peuvent acquérir le statut d’expert en Réalité Virtuelle pour, par la suite, piloter des projets dans les nouvelles technologies grâce au mastère Recherche IVI (Ingénierie du Virtuel et Innovation) et au mastère 2 Professionnel MNRV (Modélisation Numérique et Réalité Virtuelle).

Un doctorat peut ensuite compléter la formation.

  • Mastère Spécialisé ESIEA (Bac+6) Sécurité de l’Information et des Systèmes (MS-SIS)
  • Mastère Spécialisé ESIEA (Bac+6) Network and Information Security (MS-NIS)
Accrédités par la Conférence des Grandes Écoles et soutenus par des intervenants de haut-vol, ces Mastères Spécialisés permettent de devenir après un semestre académique et 6 mois de stage un spécialiste de la sécurité de l’information.
  • Autres Masters universitaires
La 5e année peut aussi être effectuée dans une université au sein d'un Master 2. Cela permet aux étudiants d'approfondir leurs connaissances dans un domaine précis ou bien d'acquérir une double compétence dans des formations complémentaires au diplôme d'ingénieur ESIEA. Quelques exemples de Masters : Micro et nanotechnologie à Paris XI Orsay, Management de la technologie et de l'innovation à Paris IX Dauphine (cohabilité avec l'INSTN, les Mines ParisTech et l'ENS Cachan), Sciences, Technologies et Santé à l'UTT.

International[modifier | modifier le code]

Les étudiants de l'ESIEA sont tenus d'effectuer un séjour d'au moins 3 mois à l'étranger pendant leur cursus. Ils peuvent choisir d'effectuer un stage à l'étranger, ou une summer school, un semestre ou un double-diplôme (Bachelor of Sciences, Master of Sciences) dans l'une des universités partenaires du Groupe ESIEA par le biais des programmes européens et internationaux (Erasmus+, CREPUQ...).

Parmi les universités partenaires : Corée, Chine, Taïwan, Australie, Thaïlande, Brésil, États-Unis, Nouvelle-Zélande, Japon, Argentine, Canada, Royaume-Uni, Finlande, Irlande, Espagne, Maroc, Tunisie, Turquie, Italie...

Un score de 800 au TOEIC est exigé pour l'obtention du diplôme d'ingénieur ESIEA, en accord avec les exigences de la CTI.

Recherche[modifier | modifier le code]

L’ESIEA, en partenariat avec des entreprises et des universités françaises et étrangères, mène des projets de recherche applicative via ses laboratoires et pôles de recherche :

  • Confiance Numérique et Sécurité (CNS)
Le laboratoire mène des recherches en sécurité informatique dans le domaine de la lutte informatique défensive[5] avec des applications opérationnelles à la lutte informatique offensive, dans les disciplines spécifiques de la cryptologie (techniques de protection de l’information), de la stéganographie (protection du canal de communication), de la sécurité de l'embarqué et de la virologie (études des virus et antivirus). Le laboratoire est classé "zone protégée défense" afin de réaliser des travaux de haut niveau en sécurité pour l’État.
  • Art et Recherche Numérique (ARNUM)
ARNUM explore la création artistique à caractère scientifique et technique. L’image et les phénomènes visuels sont au centre de ce laboratoire, depuis leur conception jusqu’à leur conservation, en passant par leur exposition. Il permet aux étudiants de développer leur créativité au côté d’artistes, et de se familiariser avec des secteurs d’activités comme l’art, la culture, les loisirs et la communication.
  • Interactions Numériques Santé et Handicap (INSH)
Le laboratoire INSH est dirigé par Evelyne Klinger, spécialiste des thérapies assistées par réalité virtuelle. Il mène des recherches dans le domaine de la Santé et du Handicap en s’appuyant sur la réalité virtuelle et/ou augmentée, la robotique, les objets communicants, les systèmes d’information et les systèmes embarqués.

Quelques anciens élèves[modifier | modifier le code]

  • Didier Benedetti, Membre du Directoire ; Membre du Comité Exécutif d'AREVA et Directeur général adjoint d'AREVA
  • Jean-Marie Simon, CEO d'Atos France (ESIEA 1978)
  • Louis Jouanny, Directeur Général du Groupe ESIEA (ESIEA 1981)
  • Jean-Bernard Rampini, Directeur des Offres et de l'Innovation chez Sopra Steria et Administrateur du Groupe ESIEA (ESIEA 1982)
  • Cécile Gubler, Digital Transformation Manager chez Total (ESIEA 1986)
  • Stéphane Madrange, Directeur Général d'Adentis System (ESIEA 1990)
  • Loïc Roussel, CEO de Feedbooks (ESIEA 2008)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]