Culture de l'Espagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Œuvre de El Greco.

La culture de l'Espagne, pays de l'Europe du Sud, désigne d'abord les pratiques culturelles observables de ses habitants (47 000 000, estimation 2017). La culture de l'Espagne s'est construite à travers les différents peuples qui ont occupé la péninsule Ibérique au cours de l'histoire : Ibères, Celtes, Basques, Phéniciens, Romains, Suèves, Wisigoths, Roms, Maures et Juifs.

Bien qu'il y ait un patrimoine culturel commun à toute l'Espagne, la singularité prononcée de ses régions a donné lieu à de nombreuses manifestations culturelles régionales. Ces manifestations concernent tous les domaines : l'art, les traditions, la littérature, les langues et dialectes, la musique, la gastronomie, etc.

Sommaire

Langues, peuples, cultures[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

La langue officielle de l'Espagne est l'espagnol ou castillan mais d'autres langues coexistent avec des statuts différents. Le castillan est la langue parlée par la majorité des Espagnols, bien qu'elle ne soit pas pour tous la langue maternelle. En effet, il existe d'autres langues régionales importantes : principalement le catalan, parlé aux Iles Baléares, en Catalogne., dans la région de Carche (en Murcie) et dans la partie orientale de l'Aragon. Le Valencian parlé dans la communauté valencienne. Le galicien est parlé en Galice, dans la partie occidentale de la région de León et du Bierzo, ainsi qu'une petite partie de Sanabria (à Zamora). Le basque est parlé au Pays basque et dans la moitié nord de Navarre (ainsi qu'au sud-ouest de la France, dans les Pyrénées-Atlantiques).

À l'exception du basque, les langues autochtones d'Espagne sont dérivées des langues romanes, issues par conséquent du latin vulgaire introduit par les colons romains :

Depuis la transition démocratique, les gouvernements régionaux ont affiché un intérêt, très variable, pour la défense et la promotion des langues différentes du castillan (qui est langue officielle de l'État).

D'autres langues sont menacées d'extinction, car le nombre de locuteurs diminue considérablement. L'aragonais en est un exemple.

Populations[modifier | modifier le code]

Traditions[modifier | modifier le code]

Religion(s)[modifier | modifier le code]

Symboles[modifier | modifier le code]

Folklore et Mythologie[modifier | modifier le code]

Croyances[modifier | modifier le code]

Pratiques[modifier | modifier le code]

Superstitions[modifier | modifier le code]

Fêtes[modifier | modifier le code]

Plusieurs fêtes et célébrations ont pour origine la tradition religieuse. Historiquement la religion catholique a été majoritaire. Son influence s'est traduite par une multitude de commémorations religieuses tout au long de l'année. D'autres célébrations ont une origine historique. Légendes, batailles, etc. sont aujourd'hui rappelés par des manifestations populaires.

Société[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Régionalisme[modifier | modifier le code]

  • Société espagnole par communauté autonome : Léon, Catalogne, Baléares, Canaries…
Division politique en 1854, après la 1re guerre Carliste.

Il existe un fort sentiment d'identité territoriale dans de nombreuses régions, non seulement en Catalogne, au Pays basque et en Galice, mais également en Navarre et dans les îles Baléares. Ce sont les communautés qui ont historiquement le plus préservé leur identité politique et culturelle. Dans une moindre mesure, d'autres régions comme l'Andalousie, les Asturies et les îles Canaries et le Pays léonais ont également développé un sentiment régionaliste.

La pluralité des cultures est présente dans d'autres régions du pays avec des manifestations qui leur sont propres, et qui ne s’éloignent pas d’une tendance générale qui les considère comme des cas particuliers : la Cantabrie, La Rioja, le Pays valencien, l'Aragon et l'Estrémadure.

L'Espagne a toujours connu une tension entre le centralisme et le régionalisme. Actuellement, l’organisation politico-administrative en communautés autonomes, depuis la Constitution espagnole de 1978, illustre un consensus pour préserver l’unité du pays.

Étiquette[modifier | modifier le code]

Une des coutumes les plus associées à l'Espagne est la sieste, bien qu'elle soit de plus en plus abandonnée dans le pays, surtout dans les villes. Néanmoins, le rythme de vie des Espagnols continue d'être divisé en deux parties : matinée et soir, avec une pause de 2 ou 3 heures pour le déjeuner (généralement de 14h à 17h). L'heure du dîner est une des plus tardive d'Europe, vers 22 heures.

Éducation[modifier | modifier le code]

Droit[modifier | modifier le code]

État[modifier | modifier le code]

Stéréotypes[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Arts de la table[modifier | modifier le code]

Jambons ibériques

Il est difficile de résumer toute la richesse gastronomique espagnole en quelques lignes. La géographie, la culture et le climat ont créé une cuisine très variée en recettes et styles culinaires. Les différentes civilisations qui sont passées par la péninsule ont laissé leurs empreintes. Une grande partie de cette influence se doit à la cuisine italienne (aux XVe et XVIe siècles, avec les grands navigateurs) et aux traditions juives et morisques.

Cuisine(s)[modifier | modifier le code]

Quelques plats typiques et populaires en Espagne :

Boisson(s)[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Activités physiques[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Jeux populaires[modifier | modifier le code]

Arts martiaux[modifier | modifier le code]

  • Arts martiaux en Espagne

Média[modifier | modifier le code]

Presse écrite[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Internet (.es)[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Auteurs contemporains[modifier | modifier le code]

Artisanat[modifier | modifier le code]

Les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel relèvent (pour partie) du patrimoine culturel immatériel de l'humanité. On parle alors de trésor humain vivant. Mais une grande partie des techniques artisanales ont régressé, ou disparu, dès le début de la colonisation, et plus encore avec la globalisation, sans qu'elles aient été suffisamment recensées et documentées.

Design[modifier | modifier le code]

Textiles, cuir, papier[modifier | modifier le code]

Bois, métaux[modifier | modifier le code]

Poterie, céramique, faïence[modifier | modifier le code]

Verrerie d'art[modifier | modifier le code]

Joaillerie, bijouterie, orfèvrerie[modifier | modifier le code]

Arts visuels[modifier | modifier le code]

Dessin[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

Plato con limones, cesta con naranjas y taza con una rosa, de Zurbarán
Peinture de Juan Gris

Artistes classiques[modifier | modifier le code]

Artistes modernes et contemporains[modifier | modifier le code]

Sculpture[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

La période préhistorique voit s'élever les mégalithes et se développer les architectures celtique et ibérique. Pendant la période romaine, on assiste à la fois au développement urbain (Emerita Augusta, sur le site de Mérida) et à celui des infrastructures (aqueduc de Ségovie). Par la suite, l'architecture d'Al-Andalus s'illustre par la grande mosquée de Cordoue (califat de Cordoue), l'Aljafería de Saragosse (taïfas), la Giralda de Séville (Almoravides et Almohades) ainsi que l'Alhambra de Grenade et le Generalife (Royaume de Grenade des Nasrides).

Les principaux types architecturaux islamiques sont ceux des mosquées, des tombes, des palais et des forteresses. De ces quatre types, le vocabulaire de l'architecture islamique est dérivé et utilisé pour les bâtiments de moindre importance tels que les bains publics, les fontaines et l'architecture domestique.

l'art islamique interdit la peinture des personnes ou des chiffres mais des dessins et des motifs floraux couvrent les murs des bâtiments importants.

L'Alhambra, vue partielle depuis le Mirador de San Nicolas, en haut du quartier de l'Albaicín.

Plusieurs courants apparaissent également : le style mudéjar (l'Alcázar de Séville), la période romane (la Cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle), la période gothique (les cathédrales de Burgos, de León et de Tolède, la Renaissance (le Palais de Charles Quint à Grenade), la période baroque (la Cathédrale de Grenade), l'architecture coloniale espagnole, et l'architecture néo-classique (Musée du Prado) sont les plus importantes. Le XIXe siècle se caractérise par l'éclectisme et le régionalisme, le style néo-mudéjar, et la fleur de l'architecture de verre. Le XXe siècle est celui du modernisme catalan (la Sagrada Familia de Gaudí), de l'architecture moderniste, et de l'architecture contemporaine.


Palau de la Música Catalana
Architecture romaine
Églises
Châteaux et palais
Architecture contemporaine

Photographie[modifier | modifier le code]

Graphisme[modifier | modifier le code]

Arts du spectacle[modifier | modifier le code]

Musique(s)[modifier | modifier le code]

Sardane à Barcelone

La musique traditionnelle espagnole est aussi variée que ses communautés. Néanmoins, une série de rythmes s'est étendue dans toute la péninsule qui, avec le temps, ont créé des variantes dans chaque région. C'est le cas de la jota, une musique et une danse pratiquées dans presque toute l'Espagne.

Les styles les plus importants sont :

Danse(s)[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Autres : marionnettes, mime, pantomime, prestidigitation[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Réalisateurs[modifier | modifier le code]

Bien que les réalisateurs espagnols de la moitié du XXe siècle, comme Luis Buñuel, aient travaillés en exil, le cinéma espagnol a prospéré après le rétablissement de la démocratie.

Principaux réalisateurs espagnols
Quelques réalisateurs de films de série B espagnols
Principaux acteurs espagnols de renommée internationale

Autres[modifier | modifier le code]

L'Espagne dans la culture étrangère[modifier | modifier le code]

Adaptations étrangères d’œuvres espagnoles[modifier | modifier le code]

Don Quichotte, fameux roman Miguel de Cervantes, inspira de très nombreuses œuvres, sous différents supports, dont :

Littérature[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

La Chanson de Roland, poème épique et chanson de geste du XIe siècle, attribuée possiblement à Turold (la dernière ligne du manuscrit dit : Ci falt la geste que Turoldus declinet). Il narre, trois siècles après les faits, la bataille de Roncevaux, au cours de laquelle mourut le chevalier Roland, neveu de Charlemagne (d'après la légende). Toutefois, l’œuvre modifie la réalité sur plusieurs points, puisque les Francs ne combattirent pas les Sarrasins, mais les Vascons (terme désignant alors les Gascons et les Basques).

Carmen, nouvelle écrite par l'écrivain français Prosper Mérimée en 1845. Georges Bizet en tirera le fameux opéra du même nom. De la même manière, cette histoire inspira énormément d'autres œuvres, sur divers supports (voir page Carmen).

Tintin et Milou chez les Toréadors, nouvelle de Jean Roquette parue en 1947 et mettant en scène les personnages des Aventures de Tintin.

La Mécanique du cœur, écrit par le français Mathias Malzieu sorti le 22 octobre 2007. Il a inspiré l'album du même nom du groupe de rock Dionysos dont il est le chanteur. De même, il a été adapté en film d'animation musical, Jack et la mécanique du cœur, sorti en 2014.

Origine, roman policier par l'Américain Dan Brown, sorti en 2017. L'auteur y reprend son héros fétiche, Robert Langdon, et fait débuter l'action au musée Guggenheim de Bilbao.

Romans historique[modifier | modifier le code]

Voir la page "Catégorie:Roman historique portant sur l'histoire de l'Espagne"

Le Roman de Goya, biographie romancée du peintre espagnol préromantique Francisco Goya (XVIIIe siècle et début du XIXe), par l'écrivain allemand Lion Feuchtwanger, publiée en 1951.

Histoire, roman historique écrit par l'auteur français Claude Simon, publié en 1967 sur fond de Guerre d'Espagne (aussi nommée guerre civile espagnole, conflit ayant eu lieu dans les années 1930).

Je suis Juan de Pareja, roman jeunesse de l'Américaine Elizabeth Borton de Treviño (en), paru en 1965. Il narre l'histoire de Juan de Pareja, ancien esclave maure du XVIIe siècle devenu peintre espagnol baroque au service de Diego Vélasquez.

La Controverse de Valladolid, écrit par l'auteur français Jean-Claude Carrière et paru en 1992. Il raconte très librement la Controverse de Valladolid, débat du XVIe siècle organisé par Charles Quint, sur la colonisation du Nouveau Monde et la domination des indigènes.

Récits de voyage[modifier | modifier le code]

Antoine de Jussieu, botaniste et médecin français au Jardin royal des plantes médicinales, fut envoyé en 1716 en Espagne et au Portugal afin d'y recueillir des plantes. Il fut accompagné par son frère Bernard, ainsi que par le peintre Simonneau le jeune (Louis Simonneau ?), dont il rapporta quantité de nouvelles plantes pour l'École botanique. Il tira aussi de son expédition un journal de voyage resté inédit, qu'il n'eut le temps d'achever[4]. Toutefois, il envoya aussi plusieurs lettres relatant son expédition, notamment une à l'Abbé Jean-Paul Bignon (envoyée depuis Barcelone en 1913) et conservées à la bibliothèque centrale du Muséum d'histoire naturelle de Paris.

François d'Orléans, prince de Joinville et artiste français, qui voyagea dans le monde entier et rédigea de nombreux récits, conservés à la bibliothèque du Musée de la Marine de Paris. Parmi eux se trouvent des journaux, illustrés de sa main, racontant ses nombreux voyages espagnols. Notamment en Andalousie, dans la région de Ronda, dont il décrit la beauté.

Spectacles[modifier | modifier le code]

Le personnage espagnol mythique de Don Juan, séducteur, libertin et amoral, a inspiré de multiples œuvres, se déroulant en Espagne :

  • Dom Juan ou le Festin de Pierre, comédie du dramaturge français Molière, jouée pour la première fois en 1665. Elle causa un gros scandale, à cause de la conduite de son personnage, défiant la morale religieuse (tout comme d'autres pièces telles que Le Tartuffe). Ce qui ne l'empêcha pas de connaître un gros succès, aujourd'hui encore, comme en témoignent les différentes reprises.
  • Don Giovanni, opéra en en langue italienne du genre « dramma giocoso » (« drame joyeux ») du musicien autrichien Wolfgang Amadeus Mozart, créé à Prague le 29 octobre 1787. Il fut lui-même adapté de nombreuses fois.

Le Cid (Cid est un terme désignant un titre honorifique espagnol, issu du terme arabe Sid), tragi-comédie créée en 1637 par le français Pierre Corneille.

Le roman de la famille Almaviva, trilogie de pièces de théâtre par le dramaturge français Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, se composant de :

Ruy Blas, drame romantique écrit par l'écrivain français Victor Hugo en 1838.

Carmen, opéra-comique du compositeur français Georges Bizet, créée en 1875 sur un livret d'Henri Meilhac et Ludovic Halévy, d'après la nouvelle du même nom de Prosper Mérimée. Il s'agit d'un des opéras les plus connus et les plus joués dans le monde.

Musique[modifier | modifier le code]

Airs inspirés de la musique espagnole[modifier | modifier le code]

Le Boléro du français Maurice Ravel, musique de ballet composée en 1928, inspirée du boléro espagnol et créée à la demande de la danseuse russe Ida Rubinstein.

Chansons[modifier | modifier le code]

Aragon et Castille, chanson du français Boby Lapointe, sortie en 1960. Remplie de calembours et de digressions humoristiques, elle joue notamment sur les rimes entre Aragon et Castille, garçon et fille, citron et vanille.

Bande-dessinée[modifier | modifier le code]

Astérix en Hispanie, album de la série française Astérix de René Goscinny (scénario) et Albert Uderzo (dessin), publié en 1969. Les héros y traversent l'Hispanie (nom romain de la péninsule Ibérique), où ils rencontrent des Ibères (peuple antique, ici assimilé aux actuels Espagnols). L'occasion pour les auteurs de plaisanter sur les particularités de l'Espagne et les stéréotypes liés à ce pays : tourisme de masse, corrida, patronymes à rallonge...

Ramiro, série belge réalisée par le dessinateur William Vance, sur un scénario de Jacques Stoquart (1974-1989). Elle met en scène le héros éponyme qui, dans l’Espagne du XIIIe siècle, se voit confier différentes missions par le roi Alphonse VIII (dont il est le fils illégitime).

La Vie passionnée de Thérèse d'Avila, album de la française Claire Bretécher publié en 1979. L'histoire narre de manière humoristique la vie la sainte catholique Thérèse d'Avila au XVIe siècle.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Plusieurs épisodes de la série Assassin's Creed :

Plusieurs épisodes de la série Formula One

Cinéma[modifier | modifier le code]

Tintin et les Oranges bleues, film d'aventures franco-espagnol de Philippe Condroyer, sorti en 1964. Un album portant le même nom a été publié en 1965 à partir de photographies extraites de ce film.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Liste du Patrimoine mondial[modifier | modifier le code]

Le programme Patrimoine mondial (UNESCO, 1971) a inscrit dans sa liste du Patrimoine mondial (au 12/01/2016) : Liste du patrimoine mondial en Espagne.

Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité[modifier | modifier le code]

Le programme Patrimoine culturel immatériel (UNESCO, 2003) a inscrit dans sa liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité (au 10/01/2016) :

Registre international Mémoire du monde[modifier | modifier le code]

Le programme Mémoire du monde (UNESCO, 1992) a inscrit dans son registre international Mémoire du monde (au 10/01/2016) :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.presseelectronique.com/espagne/presseespagne.htm
  2. http://fr.kiosko.net/es/
  3. http://espagnol.ac-amiens.fr/265-presse-espagnole-en-ligne.html
  4. Arthur Mangin, Les Savants illustres de la France: avec un appendice comprenant l'histoire abregée de la science et des savants pendant les trois derniers siècles, P. Ducroco, (lire en ligne)
  5. https://planificateur.a-contresens.net/budget-pays-ES-espagne.html
  6. http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/les-fetes-du-feu-du-solstice-d-ete-dans-les-pyrenees-01073#identification
  7. http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/la-diete-mediterraneenne-00884#identification
  8. http://www.unesco.org/culture/ich/fr/BSP/methodologie-pour-linventaire-du-patrimoine-culturel-immateriel-dans-les-reserves-de-biosphere-lexperience-du-montseny-00648#identification
  9. http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/la-fauconnerie-un-patrimoine-humain-vivant-00732#identification
  10. http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/la-fete-des-patios-de-cordoue-00846#identification
  11. La fête de « la Mare de Déu de la Salut » d’Algemesí
  12. http://www.unesco.org/culture/ich/fr/BSP/la-revitalisation-du-savoir-traditionnel-de-lelaboration-de-la-chaux-artisanale-a-moron-de-la-frontera-seville-andalousie-00511#identification
  13. http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/le-chant-de-la-sibylle-de-majorque-00360#identification
  14. http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/le-flamenco-00363#identification
  15. http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/les-tours-humaines-00364#identification
  16. http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/le-langage-siffle-de-lile-de-la-gomera-iles-canaries-le-silbo-gomero-00172#identification
  17. http://www.unesco.org/culture/ich/fr/BSP/centre-pour-la-culture-traditionnelle-musee-ecole-du-projet-pedagogique-de-pusol-00306#identification
  18. http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/les-tribunaux-dirrigants-du-bassin-mediterraneen-espagnol-le-conseil-des-bons-hommes-de-la-plaine-de-murcie-et-le-tribunal-des-eaux-de-la-plaine-de-valence-00171#identification
  19. http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/la-patum-de-berga-00156#identification
  20. http://www.unesco.org/culture/ich/fr/RL/le-mystere-delche-00018#identification
  21. http://www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/flagship-project-activities/memory-of-the-world/register/full-list-of-registered-heritage/registered-heritage-page-8/treaty-of-tordesillas/#c188346
  22. http://www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/flagship-project-activities/memory-of-the-world/register/full-list-of-registered-heritage/registered-heritage-page-8/santa-fe-capitulations/#c184501
  23. http://www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/flagship-project-activities/memory-of-the-world/register/full-list-of-registered-heritage/registered-heritage-page-5/materials-related-to-the-keicho-era-mission-to-europe-japan-and-spain/
  24. http://www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/flagship-project-activities/memory-of-the-world/register/full-list-of-registered-heritage/registered-heritage-page-8/the-decreta-of-leon-of-1188-the-oldest-documentary-manifestation-of-the-european-parliamentary-system/
  25. http://www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/flagship-project-activities/memory-of-the-world/register/full-list-of-registered-heritage/registered-heritage-page-5/llibre-del-sindicat-remenca-1448/
  26. http://www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/flagship-project-activities/memory-of-the-world/register/full-list-of-registered-heritage/registered-heritage-page-4/indigenous-language-vocabulary-from-the-new-world-translated-into-spanish/
  27. http://www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/flagship-project-activities/memory-of-the-world/register/full-list-of-registered-heritage/registered-heritage-page-5/the-manuscripts-of-the-commentary-to-the-apocalypse-beatus-of-liebana-in-the-iberian-tradition/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Martine Jullian, Civilisation espagnole, Hachette supérieur, Paris, 2015 (5e éd.), 165 p. (ISBN 978-2-01-270909-6)
  • (en) Edward F. Stanton, Culture and customs of Spain, Greenwood Press, 2002, 206 p. (ISBN 9780313314636)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • L'Espagne, de l'Andalousie à la Castille, in Trésors de civilisation. La péninsule Ibérique, film de Nocolas Thomä, Gédéon programmes, Paris, 2008, 24 min (DVD)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]