Mythologie basque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références.

La mythologie basque (Euskal mitologia) est l'ensemble des mythes d'origine basque parvenus jusqu'à nous. Christianisés tardivement, les Basques adoraient les forces naturelles comme le soleil, la lune, l'air, l'eau, les montagnes, les forêts, ceux-ci prenant des formes humaines. Sur les stèles rondes des cimetières basques figurent encore souvent le soleil, la lune et des étoiles. Certaines croyances actuelles pourraient remonter au Paléolithique[1].

Présentation générale[modifier | modifier le code]

Le personnage principal de la mythologie basque est Mari, divinité féminine, qui représente "la nature". Lui est associé Sugaar, "le dragon" (voir aussi Erensuge), représentation des colères du ciel, tonnerres et orages.

Il existe aussi d'autres forces naturelles comme le soleil, Egu, Eguen ou Ekhi, qui chassait les forces des ténèbres (la croix basque serait un symbole solaire à l'instar de la svastika) et la lune, Hil ou Ilargi, qui surgit du monde occulte, de l'obscurité et de la mort et qui est souvent représentée avec une hache et les instruments de la fileuse.

Il existe aussi des êtres intermédiaires entre hommes et dieux, les Basajaunak, "seigneurs de la forêt", velus et terriblement forts, sortes de génies bénéfiques qui protègent les troupeaux et détiennent les secrets de l'agriculture. Certaines légendes les assimilent à des enfants de l’ours et de la femme. Les Basajaunak, les seigneurs sauvages, ainsi que les « Mairiak » ou « Jentilak », des géants païens, sont considérés comme étant les bâtisseurs de dolmens et cromlechs du Pays Basque. Ces géants et leur déesse Mari auraient disparu avec l’arrivée du christianisme d'après la légende de Kixmi[2].

N'ayant plus aujourd'hui de réelle influence, ils sont considérés pour beaucoup comme des contes fantastiques.

Arbre généalogique de la mythologie basque[modifier | modifier le code]


Princesse
de Mundaka Female black symbol.svg
 
 
Sugaar Male black symbol.svg
(Feu, serpent)
 
 
 
Mari Female black symbol.svg
(Déesse)
 
 
 
 
Amalur Female black symbol.svg
(La Terre Mère)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jaun Zuria Male black symbol.svg
(Seigneur des Basques)
 
Mikelats Male black symbol.svg
(Mauvais esprit)
 
Atarabi Male black symbol.svg
(Bon esprit)
 
 
 
Eguzki Amandre Female black symbol.svg
(La grand-mère soleil)
 
Ilargi Amandre Female black symbol.svg
(La grand-mère lune)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Amilamia Female black symbol.svg
(Bienfaisante)
 
Urtzi Male black symbol.svg
(Dieu du ciel)
 
Basajaun Male black symbol.svg
(Seigneur de la forêt)
 
Basandere Female black symbol.svg
(Dame de la forêt)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Laminak
(Petits êtres fantastiques)
 
Euskal jainkoen familia.png

Termes spécifiques à la mythologie basque[modifier | modifier le code]

Les termes suivants appartiennent à la mythologie basque :

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A[modifier | modifier le code]

illustration de la déesse Mari par Josu Goñi

B[modifier | modifier le code]

C[modifier | modifier le code]

  • Le caractère C n'existe pas dans l'alphabet basque. Il est remplacé par le K. Le Ch est représenté par X.

D[modifier | modifier le code]

E[modifier | modifier le code]

F[modifier | modifier le code]

G[modifier | modifier le code]

H[modifier | modifier le code]

I[modifier | modifier le code]

J[modifier | modifier le code]

K[modifier | modifier le code]

L[modifier | modifier le code]

M[modifier | modifier le code]

N[modifier | modifier le code]

O[modifier | modifier le code]

P[modifier | modifier le code]

S[modifier | modifier le code]

T[modifier | modifier le code]

  • Tartaro, Tartalo, tarto : géant cyclope, personnage de nombreux contes, tardivement confondu avec le seigneur sauvage, Basajaun
  • Tella : tuile
  • Torto : variante du nom Tartaro
  • Txaalgorri : veau rouge
  • Txilin : cloche, clochette, sonnaille
  • Txingar : braise, charbon ardant

U[modifier | modifier le code]

X[modifier | modifier le code]

Y[modifier | modifier le code]

  • Le caractère Y n'existe pas dans l'alphabet basque. Il est remplacé par le I ou le J qui se prononce aussi I.

Z[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Julien d'Huy et Jean-Loïc Le Quellec (2012)"Les Ihizi: et si un mythe basque remontait à la préhistoire?" Mythologie française, 246, pp.64-67.
  2. a et b "Xan de l'Ours, la légende de l'homme sauvage" de Marc Large, préface de Renaud, éditions Cairn
  3. a, b, c, d, e et f Jentil ne prend jamais d'S au pluriel, c'est un mot basque

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]