Claire Bretécher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bretécher.
Bretécher
Nom de naissance Claire Bretécher
Naissance (76 ans)[1]
Nantes (France)
Nationalité Drapeau de France Française
Profession
Conjoint
Guy Carcassonne (1951-2013)
Signature de Bretécher

Claire Bretécher (prononciation : [brəteʃe]), née le [1] à Nantes, est une auteure de bande dessinée humoristique et illustratrice française.

Après avoir collaboré aux principaux titres de la presse jeunesse franco-belge dans les années 1960 (Record, Tintin et Spirou), Bretécher participe à l'émergence de la bande dessinée adulte francophone en rejoignant Pilote en 1969 puis en co-fondant L'Écho des savanes en 1972. De 1973 à 1981, elle publie dans l'hebdomadaire d'information généraliste Le Nouvel Observateur une série moquant les comportements de la gauche bourgeoise bien-pensante, Les Frustrés, première série francophone à succès basée sur la critique sociale. Ensuite, tout en travaillant ponctuellement pour la presse, elle continue à se faire la sociologue des classes moyennes supérieures urbaines se voulant de gauche en consacrant des albums à la maternité, à la médecine, au tourisme, puis à l'adolescence avec sa deuxième œuvre phare, la série Agrippine (1988-2009).

Seule femme à avoir collaboré aux principaux périodiques francos-belges classiques, Claire Bretécher jouit d'une notoriété assez importante dès le début des années 1970, qui va s'accroissant tout au long de sa décennie grâce à sa collaboration au Nouvel Observateur. Régulièrement invitée dans les médias, cet « auteure essentielle de la bande dessinée francophone[2] » a reçu plusieurs prix importants, dont en 1982 un Grand Prix d'Angoulême spécial, le premier remis par les anciens lauréats du prix et non par un jury. En 2015, elle a fait l'objet d'une exposition rétrospective à la Bibliothèque publique d'information du Centre Beaubourg, à Paris.

Parallèlement à ses bandes dessinées, Bretécher a beaucoup travaillé pour la publicité et a réalisé une œuvre peinte qui a fait l'objet de plusieurs recueils. C'est par ailleurs une pionnière de l'auto-édition d'albums de bande dessinée, qu'elle pratique de 1975 au milieu des années 2000. Les Frustrés (en 1975) et Agrippine (en 2001) ont été adaptés en dessin animé.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts dans la presse jeunesse[modifier | modifier le code]

Claire Bretécher naît en à Nantes dans une famille catholique bourgeoise, d'un père juriste et d'une mère femme au foyer[3]. Elle commence très tôt à dessiner et suit des cours aux Beaux-Arts de Nantes durant son adolescence. Désireuse de quitter une ville qu'elle n'aime pas et un père violent, elle part s'installer à Paris à 19 ans[4]. Elle s'établit rue Gabrielle, dans le quartier de Montmartre, alors mal famé[5]. Dès son arrivée, elle tente de placer ses dessins dans diverses rédactions, tout en gagnant sa vie en gardant des enfants[6]. En 1960, elle enseigne également le dessin en lycée durant neuf mois[7], mais cette expérience n'est pas concluante[8]. Après avoir réussi à placer quelques dessins dans Le Pèlerin, elle commence à collaborer avec les éditions Bayard qui publient ses illustrations dans plusieurs de leurs magazines[7]. Dans la deuxième moitié des année 1960, elle travaille également pour Larousse, Hachette et pour la publicité[9].

Bretécher débute dans la bande dessinée en illustrant une histoire de René Goscinny, Facteur Rhésus, publiée en 1963 dans L'Os à Moelle, que Pierre Dac venait de relancer[9]. Bretécher éprouve de grandes difficultés à répondre aux attentes de Goscinny et la série est arrêtée après quelques mois[9]. En 1964, elle commence à collaborer au magazine Record et y publie plusieurs illustrations ou histoires courtes. De 1965 à 1967, elle travaille aussi pour l’hebdomadaire Tintin où elle crée Hector, personnage humoristique, qui apparaît dans plusieurs bandes. En 1967, après l'acception par le rédacteur-en-chef Yvan Delporte de son histoire « Des navets dans le cosmos »[9], elle commence à travailler pour le journal Spirou où est publié à partir de décembre Les Gnangnan une série humoristique mettant en scène des bébés aux dialogues très matures. En 1968, elle crée dans Record Baratine et Molgaga. La même année elle dessine dans Spirou la série Les Naufragés, sur des textes de Raoul Cauvin, puis Robin des Foies, histoire pourtant plus ancienne que les deux séries précédentes[9].

De Pilote au Nouvel Observateur : une auteure majeure des années 1970[modifier | modifier le code]

À partir de 1969, elle participe au journal Pilote où elle crée le personnage de Cellulite et se met à déployer un « humour plus adulte[7] ». Dans ce même journal, elle doit comme la plupart des auteurs non établis réaliser des « actualités », ce qu'elle n'apprécie pas jusqu'à ce que Goscinny la laisse leur injecter l'aspect satirique qu'elle désirait y mettre[10] ; ces actualités deviennent alors une série de gags en une planche intitulée Salades de saison[7]. Elle publie également de nombreuses histoires courtes qu'elle scénarise presque toujours[11], et entre avril et juillet 1970 Tulipe et Minibus, récit de 28 pages qu'Hubuc, mourant, n'avait plus la force de dessiner[10]. Seule femme de la rédaction, elle y apprécie cependant l'atmosphère[6]. En 1972, elle retrouve Yvan Delporte avec lequel elle crée le personnage d'Alfred de Wees (Alfred l'orphelin) pour le magazine néerlandais Pep, qui publie la série durant un an[8].

Au dernier trimestre 1972, tout en continuant à travailler pour Pilote, Bretécher participe également à la création avec Gotlib et Mandryka de L'Écho des savanes, à la demande de ce dernier[10]. Bien que Goscinny ne lui refusait jamais d'histoire dans Pilote, elle apprécie de pouvoir traiter dans L'Écho n'importe quel sujet[10]. Cette première expérience dans la presse pour adultes est suivie d'une collaboration au nouveau mensuel écologique Le Sauvage, qui publie dès son premier numéro en mai 1973 Le Bolot occidental[12], sa première incursion dans la presse généraliste[2].

Elle est ensuite engagée par l'hebdomadaire le Nouvel Observateur, qui publie dans chaque numéro à partir de son numéro du une planche dans la rubrique sociétale « Notre époque », rapidement nommée « La Page des Frustrés »[12]. Dans la lignée des Salades de saison[7], elle y critique une certaine classe moyenne supérieure urbaine de gauche donneuse de leçon et nombriliste[13]. Accaparée par Le Nouvel Observateur, bien qu'elle ne s'implique pas dans la vie de la rédaction, elle cesse fin 1974 de travailler pour les revues de bande dessinée, sinon pour une histoire dans Fluide glacial début 1975 et quatre récits courts de Celullite publiés dans Pilote mensuel entre 1975 et 1977—décision rendue d'autant plus facile qu'elle est bien mieux payée par son nouvel employeur[14].

Le succès des Frustrés et un désir d'autonomie la décident à se lancer dans l'auto-édition pour en publier le premier recueil en 1975[8]. Cet album (qui reçoit le prix du scénariste français du festival d'Angoulême 1976) et les quatre suivants connaissent « un succès considérable » et sont traduits en plusieurs langues[7], ce qui la conduit à auto-éditer l'ensemble de ses nouveautés durant les 30 années suivantes. Une adaptation animée est diffusée à la télévision française en 1975, tandis qu'en 1976 sa grande amie Dominique Lavanant et Josiane Balasko créent la première de nombreuses adaptations théâtrales[15]. Dès le milieu de la décennie, Bretécher est reconnue « au-delà du seul lectorat de la bande dessinée[2] ».

En 1976, elle recueille dans Le Cordon infernal une grande partie de ses planches publiées dans L'Écho des savanes, et publie en 1980 un album consacré à Sainte Thérèse d'Avila, intitulé La Vie passionnée de Thérèse d'Avila, dont la prépublication dans Le Nouvel Observateur avait choqué certains Chrétiens[16]. Ressentant une certaine lassitude de travailler au Nouvel Observateur, ainsi que le désir d'avoir un enfant, elle cesse sa collaboration hebdomadaire au début de 1981, tout en réservant à la revue la prépublication de ses histoires suivantes.

Des Frustrés à Agrippine : les années 1980 et 1990[modifier | modifier le code]

En 1982, alors que nombre de ses amies sont alors enceintes, Bretécher publie Les Mères, album consacré à la maternité. En juin de la même année, l'organisation du festival d'Angoulême demande aux premiers lauréats du Grand prix de la ville d'Angoulême d'élire un Grand Prix spécial pour co-présider la dixième édition du festival avec Paul Gillon, élu Grand Prix par le jury lors de la neuvième édition. Ceux-ci décident rapidement d'élire Claire Bretécher. Son ami Dominique Bréchoteau monte pour ce dixième festival en janvier 1983 la première exposition d'ampleur de ses dessins[17]. Quelques mois plus tard, elle continue à explorer la question de l'enfantement avec son album suivant, Le Destin de Monique, consacré aux mères porteuses. La même année, les éditions Denoël publient la première sélection de ses peintures.

C'est également en 1983 qu'elle rencontre le juriste Guy Carcassonne, de onze ans son cadet et déjà père de deux filles[18], de qui elle tombe immédiatement enceinte alors qu'elle se pensait stérile[19]. Ils élèvent ensemble leur fils Martin et les deux filles de celui-ci, Marie et Nuria, et vivent ensemble jusqu'à la mort de celui-ci en 2013[18].

En 1985 et 1986, elle publie deux volumes de Docteur Ventouse, bobologue, où elle pose un regard assez moqueur sur les milieux médicaux parisiens[17]. En 1988, elle s'attaque cette-fois au monde de l'adolescence avec Agrippine[8]. Le succès de cet album la conduit à en faire une série appréciée à la fois de la critique—le cinquième volume Agrippine et l'Ancêtre, reçoit en 1999 l'Alph-Art humour au festival d'Angoulême—et du public. En 2001, Canal+ diffuse 26 épisodes d'une adaptation en dessin animé de la série, dans laquelle Bretécher s'est peu impliquée[20]. En 2004, elle publie le huitième volume de la série.

Parallèlement à ses activités d'auteure de bande dessinée, Bretécher travaille pour la publicité, notamment pour les supermarchés Huit à 8, peint et illustre plusieurs ouvrages, comme l'Oxford French Cartoon-strip Vocabulary Builder paru en 2000.

Fin de l'auto-édition et ralentissement de la production depuis le milieu des années 2000[modifier | modifier le code]

À partir de 2006, après plus de 30 ans d'auto-édition, elle confie à Dargaud la gestion de son catalogue[21] ainsi que sa dernière bande dessinée, Agrippine déconfite, en 2009. Dargaud en profite pour publier un recueil d'inédits en 2007, des intégrales des Frustrés et d'Agrippine, ainsi qu'en décembre 2015 deux compilations de cent pages. Glénat conserve les droits sur les bandes dessinées publiées dans Record et Spirou.

Tout en ralentissant sa production, Bretécher continue à illustrer des ouvrages, dont un tarot divinatoire en 2011, avec Sabine Sikarcioglu.

En 2012, la radio France Culture diffuse des adaptions en cinq épisodes des Frustrés et d'Agrippine[22].

En mai 2013, le décès brusque de son mari alors qu'ils voyageaient à Saint-Pétersbourg la marque fortement[23].

En 2014, une deuxième saison de l'adaptation radiophonique des Frustrés est diffusée par France Culture[22].

Le Bibliothèque publique d'information du centre Georges Pompidou, à Paris, organise du au la plus grande exposition monographique consacrée jusque là à Bretécher.

L'œuvre de Bretécher[modifier | modifier le code]

Une simplicité graphique au service de l'expressivité et de l'humour[modifier | modifier le code]

Dans son enfance, Bretécher lit des revues pour filles (La Semaine de Suzette) et des hebdomadaires de bande dessinée franco-belge (Tintin, Spirou, etc.) dont elle recopie et adapte assidûment ses histoires préférées[4], celles d'Hergé notamment[24]. À Paris dans les années 1960, elle découvre des auteurs américains qui influencent sa carrière professionnelle : Le Magicien d'Id de Johnny Hart et Brant Parker est ainsi une inspiration graphique majeure pour ses séries Robin des Foies, Baratine et Molgaga et Cellulite[25], tandis que les comic strip de Jules Feiffer lui font prendre conscience qu'un style « lâché » est un bon moyen de moquer en bande dessinée les travers de ses contemporains[6],[26]. Hors de la bande dessinée, elle est également influencée par l'Anglais Ronald Searle, autre dessinateur au style très expressif[4], son premier « Dieu[27] » graphique.

Si elle subit à ses débuts des critiques quant à la qualité de son dessin, notamment de la part de René Goscinny[23], et qu'elle reconnaît elle-même avoir parfois « pillé » les auteurs qu'elle admirait durant sa période de formation[28], Bretécher affine rapidement son style, profitant du fait de travailler le plus souvent sans collaborateur pour l'adapter le mieux possible à son propos et développer dès le début des années 1970 un dessin « nerveux et efficace[8] », faussement simple qui confère à ses personnages, selon son collègue Martin Veyron, « une souplesse et une vie exemplaires[23] ». Cette « conjugaison de la simplification et de l'exagération[29] » rattache donc Bretécher à la caricature.

Cette apparente simplicité formelle assumée par l'autrice[30] n'est pas liée à des limitations techniques puisque Bretécher déploie par ailleurs « une extrême variété de techniques mises à l’épreuve dans les esquisses, croquis, peintures de portraits, etc.[31] », lesquels permettent d'apprécier « sa virtuosité de dessinatrice[31] ». Ce style n'est pas non plus lié à une appétence particulière pour les croquis ou le dessin d'après nature chez celle qui ne se considère « pas une graphomane, comme Cabu », et peut passer de longues périodes sans dessiner[6].

Ce graphisme efficace et expressif est associé à une grande maîtrise de l'art de la composition[25], par exemple des effets de gradation comique[32], et des « techniques traditionnelles de la bande dessinée[33] ». Ainsi, dans la lignée de Feiffer, Bretécher utilise généralement dans Les Frustrés une disposition des cases extrêmement régulière (gaufrier) et des dessins qui se répètent beaucoup (itération iconique) ce qui permet mieux mettre en valeur les rares variations de postures des personnages et ainsi de maximiser l'effet humoristique porté par le texte[34], tout en offrant la monotonie et les redondances des positions défendues par ses personnages[35]. La simplicité des décors accentue ces effets[36].

L'efficacité graphique de Bretécher se retrouve en effet dans ses textes. René Pétillon a ainsi déclaré en 2015 : « Les dialogues sont époustouflants. La langue qu'elle emploie ne ressemble à rien d'autre. Elle a inventé une syntaxe et puise aussi bien dans le français classique du XVIIIe que dans l'argot ou le verlan. Ça devient la langue Bretécher[23]. ». Bretécher ayant du mal à construire des gags à chute traditionnels[10], elle préfère en effet placer l'humour dans des dialogues à la ponctuation limitée, presque toujours dépourvus de virgules, comme pour mieux montrer l'incapacité de ses personnages à arrêter de parler[37]. À partir du début des années 1970, avec Salades de saison et Les Frustrés, ses dialogues parodient les tics de langage, manières et la langue de bois de la bourgeoisie intellectuelle urbaine française des années 1970, ce qui plaît à ce milieu, friand des « représentations de ses mœurs et de ses tics[38] ». Dans ses ouvrages ultérieurs, notamment ceux de la série Agrippine, elle a amélioré et amplifié ce procédé parodique, allant « bien au-delà de la caricature[39] » en mettant en scène le français à travers un argot français contemporain non seulement restitué mais également en grande partie inventé, et porteur d'une grande charge humoristique[39].

L'accumulation d'effets graphiques et textuels variés empruntés aussi bien à la bande dessinée franco-belge ou la caricature classique que plus novateurs[40] permet donc à Bretécher de déployer un humour référentiel, plein d'esprit, qu'elle privilégie à l'humour de situation[41].

Une pionnière de la critique sociale en bande dessinée[modifier | modifier le code]

Cette capacité à saisir la langue d'une certaine population, ainsi qu'à inventer des façons de parler allant « toujours dans le sens où va la langue elle-même[42] », se rattache plus globalement à ses qualités souvent louées d'« observatrice très fine de ses contemporains[31] ». Intéressée par la description des relations humaines, Bretécher a en effet accompagné l'évolution de la société française des années 1970 aux années 2000, en particulier l'évolution des mœurs[6], ce qui l'a conduit à aborder « avec audace des sujets qui demeurent aujourd’hui encore source de vives dissensions[31] », comme la libération sexuelle, l'homosexualité, la contraception, le clonage, la psychanalyse, etc[43],[13]. Depuis les années 1970, Bretécher jouit ainsi d'une réputation de sociologue de la bande dessinée, image confortée par les propos d'intellectuels comme Roland Barthes, qui l'a qualifiée en 1976 de « meilleure sociologue de l’année » pour sa page des Frustrés[44], ou Pierre Bourdieu, qui a loué en Agrippine une « évocation (...) rigoureuse, quasi ethnographique[45] ».

Bretécher ne se cantonne cependant pas à la description : en montrant les contradictions et la vacuité de personnages passant leur vie à s'interroger et à déblatérer[39], elle « déconstruit les mythes de la classe moyenne bourgeoise[46] », ce qui en fait une pionnière de la « dérision sociale[47] » en bande dessinée, à une époque où celle-ci était peu pratiquée en France[a]. Sa cible de prédilection est depuis les Salades de saison est le lectorat du Nouvel Observateur : la « bourgeoisie intellectuelle parisienne[45] » de gauche, dont elle a mis à jour toutes les contradictions avant de s'attaque dans Agrippine à l'égoïsme et la superficialité adolescentes[2] de ses enfants.

Si ses personnages s'avèrent bien de véritables « archétypes sociaux[39] », leur traitement est assez fin pour conférer à ses histoires un aspect à la fois « intemporel[48] » et international[13]. Certains critiques ont ainsi vu dans son travail, notamment Les Frustrés, l'œuvre d'une moraliste[26],[49]. Bretécher a cependant toujours récusé l'une ou l'autre de ces qualifications[43],[3]. Elle ne se met d'ailleurs jamais elle-même en scène dans ses bandes dessinées, à l'inverse d'auteurs satiriques comme Roz Chast[50].

Quoique « sans concession[31] » et « âpre[26] », sa vision s'accompagne souvent d'une certaine tendresse, ce qui témoigne d'un positionnement politique complexe. Solitaire, sceptique face aux groupes[3]— « raisonnablement misanthrope[6] » selon ses propres mots —, Bretécher a régulièrement affirmé que la politique ne l'intéressait guère[3], et ne la commenter d'ailleurs gure dans ses histoires[26]. Elle a toujours aimé se moquer du gauchisme, même en mai 1968, période durant laquelle elle préfère travailler sur ses planches à livrer pour Spirou qu'aller manifester avec ceux qu'elle qualifie d'« étudiants dorés sur la tranche[3] ». Elle a également toujours assumé d'être passée de Pilote au Nouvel Observateur non seulement pour avoir un public plus large, mais également car cela était mieux payé[14], tout comme de travailler pour la publicité, activité lucrative[3]. Très opposée au racisme et à la xénophobie[14], Bretécher a cependant toujours affirmé se sentir « profondément de gauche[3] ». Cette position complexe se retrouve dans son rapport au féminisme.

Bretécher, le féminisme et la place des femmes dans la bande dessinée[modifier | modifier le code]

Bretécher est considérée comme une auteure de bande dessinée féministe, à la fois pour son œuvre et pour son rôle pionner. Elle a en effet été l'une des rares femmes à travailler à la fois pour Tintin et Spirou[b], puis la première à devenir un auteur vedette de Pilote. En co-fondant L'Écho des savanes, elle participe à la naissance symbolique de la bande dessinée adulte en France. Et la notoriété que lui apporte Les Frustrés en font la première autrice francophone, et l'une des premières en Occident, à acquérir un statut de star médiatique. À l'instar de sa collègue de Pilote Annie Goetzinger, Bretécher ne participe cependant pas au trimestriel féminin de bande dessinée Ah ! Nana (1976-1979), où contribuent la plupart des autres grandes autrices françaises d'alors (Chantal Montellier, Florence Cestac ou Nicole Claveloux, etc.), et elle n'a jamais cherché à s'investir pour défendre la place des femmes dans la bande dessinée. Selon elle, elle n'a en effet jamais été victime de misogynie dans le milieu de la bande dessinée[6].

Bretécher entretient en effet un rapport complexe avec le féminisme. Dans son enfance sa mère, malgré son milieu social, l'encourageait à l'autonomie et l'indépendance[6], et Bretécher se considère dans les années 1960 comme « violemment féministe[20] ». Son « dégoût[6] » du militantisme l'empêche cependant de s'investir dans des mouvements précis pour privilégier la défense du féminisme dans son entourage[20]. Ce regard critique sur le féminisme militant, ne l'empêche pas de déclarer en 1974 partager « de A à Z » les « points de vue » de Gisèle Halimi[51] ou d'illustrer en 1976 une affiche du Mouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception[52] et, plus généralement, de défendre la cause des femmes tout au long de son œuvre[53],[54], en évoquant de très nombreux sujets : contraception, chirurgie esthétique, maternité et poids de la famille, sexualité, fécondation in-vitro, esclavage domestique, machisme, inégalités professionnelles, etc[55].

Bretécher innove également en termes de représentation des femmes dans la bande dessinée. En créant en 1969 Cellulite dans Pilote, elle est la première à proposer une série dont l'héroïne ne corresponde pas aux canons de la presse enfantine et adolescente de l'époque : « soit des fillettes assexuées, soit des bonnes femmes monstrueuses et ridicules[56]. Dans Les Frustrés et ses histoires ultérieures, elle continue à montrer les corps et attitudes des femmes—comme des hommes—avec un réalisme une diversité « d'une variété sans équivalent » pour les années 1970 et 1980[57].

Une artiste populaire et influente[modifier | modifier le code]

Une figure majeure de la bande dessinée francophone[modifier | modifier le code]

Bretécher se lance dans l'auto-édition dès le milieu des années 1970, à une époque où cela n'était pas très fréquent. Ses motivations sont la volonté d'indépendance, la lassitude face au paternalisme des éditeurs et la volonté de gagner plus d'argent, malgré le surcroît de temps que cette activité demande[3].

Dès les années 1970, ses œuvres sont traduites en anglais (dans Viva (en) et par National Lampoon[13]), néerlandais (dans Gummi), allemand, italien et serbo-croate, ce qui témoigne du caractère universel de son œuvre[13].

Outre l'effet d'entraînement qu'elle a provoqué pour de nombreuses jeunes dessinatrices dans les années 1970, Bretécher a plus directement influencé de nombreuses auteures et auteurs (comme Maitena Burundarena ou Hélène Bruller[58]) mais aussi des femmes qui ont témoigné du grand degré d'identification que ses œuvres permettaient[54]. Elle a été notamment qualifiée de « Grande dame du monde de la BD » (« grande dame of the BD world[59] »).

Lorsqu'elle travaille pour Spirou et Pilote, elle apprécie par ailleurs Achille Talon, Astérix et les travaux de Nikita Mandryka, Gotlib, Robert Crumb, Patrice Leconte, Francis Masse, F'Murr[51]. Elle reste proche depuis cette époque de Martin Veyron, René Pétillon et Gérard Lauzier[60]. Dans les années 2000 elle a déclaré trouver Chris Ware intéressant[20], Jul « formidable »[61] et apprécier Posy Simmonds[20].

Une artiste notoire largement célébrée[modifier | modifier le code]

Régulièrement invitée à Tac au tac lorsqu'elle travaillait pour Pilote, elle est très présente à la télévision et dans les médias français durant les années 1970 et 1980, ce qui témoigne « de son statut de star (...) et de la fascination qu’elle exerçait sur les médias, seule femme, belle de surcroît, au milieu d’un groupe de dessinateurs[31] ». En 1981, elle arrive 26e ex-æquo d'un classement des intellectuels francophones contemporains les plus influents « sur l'évolution des idées, des lettres, des arts, des sciences, etc. » établi par le magazine Lire[62]. En 1984, elle devient la première auteure à figurer dans un tube de l'été quand le groupe Cookie Dingler inclut parmi les caractéristiques de leur « femme libérée » le fait de ne lire que Bretécher dans le Nouvel Obs—douze ans plus tard, c'est la chanteuse Juliette qui la cite dans sa chanson Rimes féminines parmi les femmes qu'elle aurait voulu être.

Des auteurs aussi différents que Pierre Bourdieu, Roland Barthes, Umberto Eco ou Daniel Arasse l'ont célébrée[31], et ses œuvres ont fait l'objet de plusieurs études universitaires[31]. Malgré cette notoriété, ce n'est qu'à l'hiver 2015-2016 qu'à été organisée la première exposition rétrospective d'ampleur sur son œuvre, à la Bibliothèque publique d'information du Centre Pompidou, à Paris. À cette époque, aucune monographie ne lui avait cependant été consacrées, ce que la commissaire de l'exposition attribuait à « sa personnalité farouche, peu encline aux mondanités, et à sa modestie[31] ».

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]


Illustration[modifier | modifier le code]

  • Portraits, Denoël, 1983. Recueil de portraits peints.
  • Moments de lassitude, Hyphen, 1999. Catalogue d'une exposition de peintures.
  • Portraits sentimentaux, La Martinière, 2004. Recueil de portraits peints.
  • Les Super Femmes de Bretécher (textes d'Annie Pastor), Desinge & Hugo & Cie, 2010.
  • Dessins et peintures, Éditions du Chêne, 2011.
  • Le Tarot divinatoire de Claire Bretécher (textes de Sabine Sikarcioglu), Éditions du Chêne, 2011.

Production audiovisuelle[modifier | modifier le code]

  • En 1975, onze courts-métrages animés adaptés des Frustrés sont diffusés à la télévision française
  • En novembre 2001, Canal + diffuse la série Agrippine sous la forme de 26 épisodes de 26 minutes, produits par Ellipse Animation.
  • En 2012, Christèle Wurmser a adapté les Frustrés (5 épisodes de 8 minutes) et Agrippine (5 épisodes de 25 minutes) pour France Culture. En 2014, cinq nouveaux épisodes des Frustrés ont été diffusés[22]. Ces épisodes ont été réalisés par Christine Bernard-Sugy.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Son proche ami et collègue chez Pilote Gérard Lauzier n'a ainsi commencé à publier qu'en 1974 ses Tranches de vie satiriques.
  2. Liliane Funcken (1927-2015) l'avait fait avant Bretécher mais toujours en collaboration étroite avec son mari Fred (1921-2013).
  3. Décerné le 18 juin 1982 par les anciens grands prix d'Angoulême en vue de la dixième édition du festival en 1983. Nicolas Albert, « Case Départ raconte Angoulême : 1982, premières visites ministérielles », sur nrblog.fr, 21 juin 2012.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b D'autres sources donnent le 17 avril.
  2. a, b, c et d Quillien 2013
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Françoise-Marie Santucci, « Claire Bretécher, 58 ans, rare réussite féminine de la BD. Bien dans sa coquille, elle sort son cinquième «Agrippine». Fine de claire », Libération,‎ (lire en ligne).
  4. a, b et c Guillaume 2015, p. 5.
  5. Claire Bretécher, B. dessineuse, 6 min 35.
  6. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Claire Bretécher: "Je suis raisonnablement misanthrope" », sur lexpress.fr,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  7. a, b, c, d, e et f Bastian-Dupleix 2015, p. 9.
  8. a, b, c, d et e Gaumer 2010.
  9. a, b, c, d et e Bretécher 1974, p. 7.
  10. a, b, c, d et e Bretécher 1974, p. 10.
  11. Cance, Teller et Sadoul 1974, p. 42.
  12. a et b Cance, Teller et Sadoul 1974, p. 43.
  13. a, b, c, d et e Sherzer 1980, p. 394.
  14. a, b et c Bretécher 1974, p. 13.
  15. Claire Bretécher, B. Dessineuse, 41 min
  16. Natalie Zemon Davis (trad. Luce Girard), « La Quête de Michel de Certeau », Esprit, no 423,‎ mars/avril 2016, p. 279 (ISSN 0014-0759, lire en ligne).
  17. a et b Bastian-Dupleix 2015, p. 10.
  18. a et b Olivier Duhamel, « Guy Carcassonne : "la réussite d'un étudiant "fils de rien"" »,‎ (consulté le 19 mai 2015).
  19. Liliane Roudière, « Claire Bretécher, 50 ans de BD et toujours dans sa bulle », Causette, no 19,‎ (lire en ligne).
  20. a, b, c, d et e Claire Bretécher, « Claire Bretécher: «Il n'y a pas le moindre sexisme dans Agrippine» », sur liberation.fr,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  21. « Résumé Une saga génétique tome 1 », sur dargaud.com,‎ (consulté le 15 octobre 2016).
  22. a, b et c Gatto 2015.
  23. a, b, c et d « BD : jamais frustrés avec Bretécher ! », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  24. Sadoul et Glénat 1974, p. 8.
  25. a et b (en) Cynthia Rose, « Madame Audacity : The art of Claire Bretécher », The Comics Journal,‎ (lire en ligne)
  26. a, b, c et d Mercier 2015, p. 15.
  27. Claire Bretécher, B. dessineuse, 29 min 42.
  28. Bretécher 1974, p. 9.
  29. Boy 2009, p. 73.
  30. « J’aimerais que mon dessin ait l’air torché, rapide, comme mes brouillons qui sont toujours bien meilleurs que le résultat final. » Laurence Le Saux, « Agrippine #8 *** », sur Bodoï,‎ (consulté le 18 octobre 2016).
  31. a, b, c, d, e, f, g, h et i Bastian-Dupleix 2015, p. 5.
  32. Boy 2009, p. 48.
  33. Bastian-Dupleix 2015, p. 6.
  34. Jeanne Puchol, « [SOB2012] Commentaire de planche : Claire Bretécher »,‎ (consulté le 19 octobre 2016).
  35. Fauvel 1997, p. 323
  36. Boy 2009, p. 89
  37. Guillaume 2015, p. 9.
  38. Pierre Trotignon, « Analyses et comptes rendus : Pascal Bruckner, La Tentation de l'innocence », Revue philosophique de la France et de l'étranger, t. 185, no 4,‎ , p. 521 (lire en ligne)
  39. a, b, c et d Yaguello 1996, p. 23.
  40. Boy 2009, p. 49.
  41. Sherzer 1980, p. 395.
  42. Yaguello 1996, p. 24.
  43. a et b Bastian-Dupleix 2015, p. 7.
  44. Didier Pasamonik et Jean Daniel, « Jean Daniel (Fondateur du Nouvel Observateur) : "Claire Bretécher faisait partie de l’ADN du journal !" », sur actuabd.com,‎ (consulté le 10 octobre 2016)
  45. a et b Pierre Bourdieu, « Agrippine et le moderne », Lecture jeune, no 77,‎ , p. 22 (ISSN 1163-4987).
  46. « She deconstructs middle-class bourgeois myths ». Sherzer 1980, p. 396.
  47. Bruno Frappiat, « Le « Neuvième Art » : La bande dessinée a tenu à Angoulême son premier Salon », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne)
  48. Guillaume 2015, p. 10.
  49. Fauvel 1997.
  50. Audrey Mefford, Funny or French: How Humor Varies Between Cultures , mémoire de l'Université du Tennessee à Chattanooga, p. 19.
  51. a et b Bretécher 1974, p. 14.
  52. Voir cet article sur le site Mondes sociaux.
  53. Lucie Servin, « Claire Bretécher, une femme d’exception », sur associationartemisia,‎ (consulté le 2 octobre 2016).
  54. a et b (en) Nicole Hollander, « Esprit de corps », The Women's Review of Books, vol. 6, no 1,‎ , p. 10.
  55. Boy 2009, p. 104.
  56. Sadoulet Glénat 1974, p. 9.
  57. Boy 2009, p. 101
  58. Boy 2009, p. 109
  59. (en) Laurence Grove, Comics in French : The European bande dessinée in context, New York, Berghahn Books, coll. « Polygons », (ISBN 9781845455880), p. 265.
  60. Claire Bretécher, B. dessineuse, 36 min
  61. Claire Bretécher, B. Dessineuse, 31 min 10
  62. Pierre Bourdieu, « Le hit-parade des intellectuels français ou qui sera juge de la légitimité des juges ? », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 52, no 1,‎ , p. 95-100.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

Articles et ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Isabelle Bastian-Dupleix, Dossier de presse : Exposition Claire Bretécher, Paris, Bibliothèque publique d'Information Centre Pompidou, , 25 p. (lire en ligne).
  • Florie Boy, Les femmes dans la bande dessinée d'auteur depuis les années 1970. : Itinéraires croisées : Claire Bretécher, Chantal Montellier, Marjane Satrapi (mémoire de master), Lyon, Université Lumière-Lyon-II, (lire en ligne).
  • Maryse Fauvel, « Bretécher moraliste », Sites: The Journal of Twentieth-Century/Contemporary French Studies, vol. 1, no 1,‎ , p. 323-326 (ISSN 1740-9306, lire en ligne).
  • Patrick Gaumer, « Bretécher Claire », dans Dictionnaire mondial de la BD, Paris, Larousse, , 954 p. (ISBN 9782035843319), p. 117.
  • Marie-Ange Guillaume, « Claire Bretécher : Portrait », dans Collectif, Morceaux choisis, Paris, Dargaud, (ISBN 9782505065180), p. 5-15.
  • (en) Libbie McQuillan, « “I live my body, I am my body”. Claire Bretécher’s Comic Bodies », dans Julia Prest et Hannah Thompson (dir.), Corporeal Practices. (Re)figuring the Body in French Studies, Oxford, Peter Lang, , p. 91-103.
  • Christophe Quillien, « Bretécher, Claire », dans Antoinette Fouque, Mireille Calle-Gruber et Béatrice Didier (dir.), Le Dictionnaire universel des créatrices, Paris, Éditions des femmes, (ISBN 9782721006318, lire en ligne).
  • Ingeborg Rabenstein-Michel, « Petite sociologie de la frustration chez Claire Bretécher, ou: la médiation franco-allemande par la BD », dans Dietmar Hüser et Ulrich Pfeil (dir.), Populärkultur und deutsch-französische Mittler/Culture de masse et médiateurs franco-allemands : Akteure, Medien, Ausdrucksformen/Acteurs, médias, articulations, Bielefeld, Transcript, , p. 87-98.
  • (en) Mireille Rosello, « Claire Bretécher's Les Frustrés », dans Infiltrating Culture : Power and Identity in Contemporary Women's Writing, Manchester, Manchester University Press, (ISBN 0-7190-4875-3, lire en ligne), p. 23-52.
  • (en) Dina Sherzer, « Claire Bretécher. Queen of BD », The Journal of Popular Culture, vol. 14, no 3,‎ , p. 394-404 (ISSN 1540-5931, lire en ligne).
  • Marina Yaguello, « Bretécher prend vapeur », Lecture jeune, no 77,‎ , p. 23-4 (ISSN 1163-4987).

Ressources audiovisuelles[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]