Culture de l'Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La culture de l'Europe comprend l'art, l'architecture, le cinéma, les différents types de musique, la littérature et la philosophie qui proviennent du continent européen[1]. Le nom Europe est celui d'une divinité grecque. Il désigne également les terres qui se situe à l'Ouest de l'Asie et des pays du soleil levant.

Le terme de culture européenne est ancien, car sa signification dépend beaucoup de la période historique à laquelle il se réfère et aussi parce que l'Europe présente une diversité culturelle interne (et a souvent assimilé des apports et des influences non européennes). Il existe plusieurs clivages culturels à travers le continent et les mouvements culturels innovants sont en désaccord les uns avec les autres. Cette culture peut aussi être décrite au mieux comme une série de cultures qui se chevauchent, et impliquant des questions d'Occident contre l'Orient, et de christianisme contre l'islam.

Géographie[modifier | modifier le code]

Au plan géographique, voilà 7000 ans, existait le Doggerland (la Manche et la Mer du Nord étaient émergées)[2]. Les hommes ont pu voyager dans des territoires encore plus vastes qu'aujourd'hui[3]. L'insularisation nord-ouest-européenne à la suite de la sortie de l'ère glaciaire, a créé de nouvelles conditions géostratégiques et géopolitiques. Mais l'Europe est davantage une construction culturelle que géographique. Elle a acquis une certaine unité par apports successifs tout au long de son Histoire.

Histoire de l'Europe[modifier | modifier le code]

La société du Moyen Âge - peinture.

Origines indo-européennes[modifier | modifier le code]

Des cultivateurs anatoliens voilà 8500 ans (-6500), s'assimilèrent aux peuplements mésolithiques de chasseurs-cueilleurs[4], la culture Yamna prit l'ascendant à l'âge du bronze voilà 6000 ans (-4000) en provenance du Caucase, tout en s'accouplant avec ses prédécesseurs (notamment les hommes yamnayas avec les femmes locales)[5][6][7]. Suivirent la culture de la céramique cordée (-3500), la culture des vases campaniformes (-3000) et la culture des champs d'urnes (-1500). De ce fond émergèrent les cultures germano-scandinaves, ibères, ligures et celtes progressivement voilà 3000 ans (-1000). Les Méditerranéens gréco-romains, de même, connurent de plus fréquentes relations avec les mondes moyen-orientaux et maghrébins d'époque, avec notamment la fameuse Égypte des pharaons.

L'histoire de l'Europe est une des parties les mieux documentées, étudiées et connues de l’histoire mondiale et fait référence à l'ensemble des événements liés au continent européen, depuis qu'il a été peuplé par les premiers peuples jusqu'à aujourd'hui. Selon la monographie allemande Minderheitenrechte in Europa coéditée par Pan et Pfeil (2002), il existe 87 peuples distincts en Europe, dont 33 constituent la majorité de la population dans au moins un État souverain, tandis que les 54 autres constituent des groupes ethniques minoritaires[8].

Le mot « Europe » est très ancien – on le trouve chez Hérodote et déjà deux siècles auparavant chez un contemporain du poète Hésiode (VIIe siècle av. J.-C.)[9]. Après la prise de conscience des Grecs soudés par des valeurs communes les distinguant fortement des Orientaux qui ont alors la figure des Perses, l'Europe ainsi émergente prend sa première forme avec la constitution d'un Empire romain d'ampleur méditerranéenne mais qui reste occidental par bien des aspects, le christianisme donnant finalement un contenu original à cette forme[10].

Le commerce international connait un développement sans précédent à la fin du Moyen Age. Il a pris son essor à Venise, cité-État ouverte sur le monde. Libérée des contraintes de la société féodale et de son organisation par métiers, Venise est la première à comprendre l’importance du libre-échange[11].

C'est en Europe que se développe la révolution industrielle, née vers 1780 au Royaume-Uni, où des progrès techniques (acier, machine à vapeur, rails) permettant d'exploiter l'énergie fossile du charbon, infiniment plus puissante (parce qu'elle représente des millions d'années d'accumulation) que les énergies renouvelables (humaine, des animaux de trait, vent et rivières pour la navigation et les moulins)[12]. Cette révolution s'étend vers 1830 à la France, la Belgique et la Suède, vers 1850 à l'Allemagne et l'Autriche, vers 1880 à la Suisse et à l'Italie, vers 1900 à la Russie[13]. L'Europe se couvre de mines de charbon, de hauts-fourneaux, de filatures, de voies ferrées, de lignes télégraphiques. Depuis le monde a connu d’autres révolutions économiques, toujours initiées par une innovation technologique ; la dernière en date : internet et les nouvelles technologies de l’information et de la communication qui ont permis la mondialisation.

L'idéologie colonialiste se développe durant la seconde partie du XIXe siècle par le mouvement colonial dans beaucoup d'États européens, se présentant notamment sous l'idée d'une « mission civilisatrice » ou sous celle du White Man's Burden (Le Fardeau de l'homme blanc). Elle était fondée sur la notion d'impérialisme et tentait de donner un fonds de doctrine politique à la nouvelle vague de colonisation[14]. Elle s'est appuyée sur la doctrine juridique élaborée depuis le XVIe siècle qui justifiait l'occupation de territoires sans maître ou non constitués sous forme d'État comme mode légal d'acquisition[15].

Le socialisme naît d'une philosophie de l'histoire occidentale, qui repose sur l'idée de progrès, c'est-à-dire de la transformation du monde dans un sens positif[16] : dans son acception la plus large, il condamne les inégalités sociales et l’exploitation de l’homme par l’homme[17] et défend le progrès social[18]. Le Grand Larousse encyclopédique définit le socialisme comme une « théorie visant à rénover l’organisation sociale dans un but de justice »[19].

Langues[modifier | modifier le code]

Depuis le Ier millénaire av. J.-C. (au moins), l'Europe est dominée par les peuples de langues indo-européennes, parlant des idiomes divers mais présentant des traits communs[20].

Font partie de ce groupe les langues latines, germaniques, slaves, celtiques, baltes, ainsi que le grec et l'albanais. Par ailleurs, des langues indo-européennes, notamment celles du groupe indo-iranien, se sont diffusées hors d'Europe dans des contextes historiques et culturels en partie différents[20].

Certains peuples d'Europe parlent une langue non indo-européenne : le basque[21]. le hongrois, le finnois et l'estonien[22].

Les langues européennes s'écrivent avec les alphabets grec, latin ou qui en sont dérivés (l'alphabet cyrillique est un dérivé de l'alphabet grec, adapté aux sonorités slaves ; dans certains pays, surtout au nord et à l'est du continent, les versions locales de l'alphabet latin présentent aussi beaucoup de signes "diacritiques" pour rendre les sonorités locales)[23].

D'autres alphabets existent aux limites sud-orientales du continent : alphabet géorgien et arménien dans le Caucase[24].

Religion et spiritualité[modifier | modifier le code]

Statue de la louve allaitant Rémus et Romulus
La Mosquée impériale, construite par le sultan Mehmed II en 1461. Kosovo

Dans l'Antiquité, les peuples indo-européens ont pratiqué des cultes qui avaient de nombreux points communs. Les systèmes mythologiques germanique, celte, slave, grec et latin présentaient des traits communs[25], comme la croyance en une "triade" divine fondamentale, et la division des hommes en plusieurs catégories de rang social distinct. Depuis l'Antiquité, les peuples indo-européens pratiquaient des cultes qui avaient beaucoup en commun. Les systèmes mythologiques germanique, celtique, slave, grec et latin avaient des caractéristiques communes. Cette vision du monde a façonné des sociétés plus récentes, voire au-delà de la christianisation, comme le montre l'ouvrage de George Dumézil, comparant les sociétés médiévales et hindoues. Selon lui, les sociétés d'origine indo-européenne organisent l'activité humaine en trois fonctions, correspondant aux domaines religieux, guerrier et économique, qui sont exercées comme des pouvoirs séparés et hiérarchisés.Pour Dumézil, « le schéma tripartite est mort en Occident avec les États généraux de 1789, quand la noblesse et le clergé ont baissé le pavillon devant le tiers état. On a enfin répondu à la question : qu'est-ce que le tiers état ? Eh bien, c'était la ruine du système trifonctionnel »[26].

Les mythologies européennes, depuis les côtes de la Méditerranée jusqu'au nord de la Scandinavie, n'ont eu de cesse de relier le loup à la fécondité, à la protection, à la destruction, à la punition, au soleil et aux divinités héroïques qui incarnaient ces valeurs comme Apollon ou Belen[27].

Plus tard, l'Empire romain a instauré une religion officielle sur tous les territoires qu'il administrait ; les croyances des polythéismes grec et romain ne méritent plus guère d'être considérées comme des religions à l'heure actuelle, mais elles continuent à être des références puissantes dans les cultures européennes actuelles, utilisées dans la littérature, la peinture, la sculpture, la musique, les expressions populaires, la philosophie et même la psychanalyse.

Le christianisme, sous ses différents formes (catholicisme, orthodoxie, protestantisme) a par la suite unifié le continent, et transmis une forme de culture commune. L'on a ainsi parlé de civilisation des cathédrales au Moyen Âge[28].

L'Europe a été un foyer pour les Juifs au cours des deux derniers millénaires. Il y avait des Juifs à Rome, par exemple dès le IIe siècle av. JC[29], et une communauté à Cologne dès 321 après JC[30]. Au Moyen Âge, leur présence s'est étendue au nord et à l'est, en Pologne, en Baltique et en Ukraine.

L’Europe et le monde dit musulman seraient par essence antagoniques. Pourtant, ces deux civilisations ont bel et bien des racines communes et de nombreux parallèles mystiques et philosophiques existent[31]. Si l’immense partie des Musulmans en Europe occidentale proviennent des vagues d’immigration récentes, l’histoire entre l’islam et l’Europe est bien plus ancienne[32].

L'islam en Europe a connu sa première implantation continentale en 711 avec la conquête omeyyade de la péninsule Ibérique. Se maintenant près de huit siècles dans Al-Andalus, la première présence musulmane se clôt par l'expulsion d'Espagne en 1614 des derniers civils musulmans[33].

Aux XIVe et XVe siècles, l'Empire ottoman s'étend dans le sud-est de l'Europe, favorisant la diffusion de l'islam dans ces régions. Puis, au fil des siècles, l'Empire ottoman perd progressivement la quasi-totalité de ses territoires européens, jusqu'à ce qu'il s'effondre en 1922. Cependant, certaines parties des Balkans (comme la Bosnie-Herzégovine, l'Albanie, le Kosovo, la Macédoine, la Bulgarie et le Monténégro) continuent d'avoir d'importantes populations musulmanes[33],[34].

Depuis la fin du XXe siècle et le début du XXIe siècle, la majeure partie des musulmans vivant en Europe occidentale provient de l'immigration extra-européenne, notamment du Maghreb et de la Turquie. En additionnant les données les plus rigoureusement obtenues par les recensements ou estimations des Etats membres, on obtient le chiffre d’environ 16.260.000 musulmans dans l’Union européenne en 2020[33].

Administration et droit[modifier | modifier le code]

Droit romain
Emblème de l'État romain
Senatus populusque romanus

La Grèce puis Rome, et autour d'elles les sociétés celtiques et nordiques qui adoptèrent leur droit, ont contribué à former une culture politique et juridique commune aux pays européens (puis aux pays qui sont ou qui ont été sous influence politique européenne), avec des éléments marquants comme la notion de démocratie, la centralisation et la codification des textes, etc[35].

Le professeur Leo Strauss, en outre, voit un libéralisme antique européen déjà, dans le monde gréco-romain[36]. De façon plus évasive, l'essayiste Jean Mabire perçoit du libéralisme chez les anciens paysans-guerriers Celtes et Nordiques, aussi, ainsi que de l’individualisme[37].

Selon le sociologue Henri Mendras[38], la mentalité européenne se caractérise par :

  1. « l'individualisme évangélique et romain » — ce qui est dans la lignée de l'humanisme : « l'individualisme proclamé par le Christ a mis deux millénaires à pénétrer la mentalité occidentale » mais « la seconde racine de l'individualisme occidental se trouve dans le droit romain. De la loi des Douze Tables (451 av. J.-C.) à Justinien et à Napoléon, la carrière bimillénaire de ce chef-d'œuvre idéologique » ;
  2. « l'idée de nation, peuplée de paysans stables sur leur tenure [idée qui] s'oppose à celle des empires » ;
  3. « le capitalisme inventé à partir du XVIe siècle […] épanoui grâce à l'industrie et au rapport qu'elle suppose entre sciences et techniques » ;
  4. « la démocratie ou, plus précisément, le gouvernement de la majorité dans le respect du droit des minorités ». Et il ajoute que « liés entre eux, ces quatre traits, exceptionnels dans l'histoire des civilisations, font modèle […]

À partir du Moyen Âge, une pensée politique et juridique commune s'est développée sur tout le continent (avec des auteurs de référence reconnus dans tous les pays : Saint Thomas d'Aquin, Machiavel, Hobbes, Locke, Montesquieu, Rousseau, etc.), alors même que les États étaient politiquement divisés et en conflit entre eux.

La philosophie européenne moderne a inspiré les Constitutions de tous les États du continent (et souvent celles d'autres États, avec plus ou moins de succès), et aussi les institutions européennes (UE, Conseil de l'Europe...). Des valeurs fondamentales, exprimées dans la Convention européenne des droits de l'homme, sont reconnues par presque tous les pays du continent à l'heure actuelle.

Cependant, l'extension du modèle juridique et politique gréco-romain a rencontré la résistance d'un autre modèle, dit anglo-saxon, marqué par un système de droit coutumier et une administration peu centralisée.

Depuis des siècles, les deux modèles cohabitent en Europe (le premier plutôt au Sud et dans les pays de culture catholique, le second plutôt au Nord et dans les pays de tradition protestante), non sans difficultés, en particulier dans des pays comme la France, la Belgique et l'Allemagne, à la limite des cultures latine et germanique, du droit écrit et du droit coutumier.

Arts[modifier | modifier le code]

Peinture montrant une scène champêtre avec deux hommes et deux femmes installés sur l'herbe dans un sous-bois.
Édouard Manet, Le Déjeuner sur l'herbe, 1863, Paris, Musée d'Orsay.
Peinture montrant une femme nue dans un décor champêtre.
Auguste Renoir, Étude. Torse, effet de soleil, v. 1876, Paris, Musée d'Orsay.

L’art européen est l’héritier de la statuaire, de la poésie grecque, du récit biblique, des icônes orthodoxes, des récits gaéliques, germains, nordiques, de l’architecture romane puis gothique, de la peinture religieuse chrétienne, et de tout ce qui suivit, jusqu’à nos jours. Sans jamais se couper de son passé, ni tenter de l’oublier[39].

C’est entre la période du XIV et du XV ème siècle, que l’art s’étend en Europe. Il y a un retour à l’Antiquité fantasmée et qu’intervient alors le mouvement de la période Quattrocento, de l’art inspiré par le divin. En effet, de plus en plus de peintres créent des œuvres suscitant le désir physique. Ils peignent le corps de femmes en y mêlant des allégories ou des thèmes religieux ou de l’amour tout en faisant attention à l’église[40].

Le dernier tiers du dix-neuvième siècle est un moment de bouleversement artistique et social en Europe. Certains artistes renouvellent profondément la perception esthétique, comme l’impressionnisme qui marque une étape essentielle et durable dans l’histoire de l’art[41].

Architecture[modifier | modifier le code]

Depuis l'Antiquité, plusieurs courants architectes majeurs ont traversé l'Europe, au-delà des frontières[42].

Au Ier millénaire av. J.-C., les Grecs forment des colonies tout au long de la Méditerranée, suivis des Romains ; ils exportent leur architecture, leur sculpture et leur littérature dans les pays qu'ils occupent[43]. Mais l'espace de cette culture est davantage le monde méditerranéen (la Mare nostrum) que l'Europe à proprement parler (l'art gréco-romain est particulièrement bien représenté en Afrique du Nord et au Proche-Orient).

Cependant, la civilisation romaine dépasse les côtes méditerranéennes à partir de la Guerre des Gaules, elle atteint le Rhin et les limites de l'Écosse.

Les invasions à la fin de l'Empire romain troublent la situation : l'art gréco-romain s'éteint avec la désertion des grandes villes, tandis que se diffuse un art d'inspiration germanique, plus fruste et rustique, et apparenté à l'art celtique. Toutefois, étant donné que l'Empire byzantin tient bon en Orient, ses canons architecturaux, et l'usage de la mosaïque se développent en Italie ; ce pays restera ouvert aux influences byzantines jusqu'à la prise de Constantinople en 1454.

Cet état de fait introduit les développements culturels du Moyen Âge, qui seront soumis à plusieurs influences :

  • l'influence celte, germanique et normande ; venue du Nord et largement empreinte de "paganisme", elle introduit un style propre dans l'architecture, les objets d'art et surtout la littérature (répandant des récits mythiques comme celui de la Table ronde, adaptations christianisées de croyances païennes) ; elle atteint l'extrême Sud du continent (la Sicile par exemple) ;
  • l'influence arabo-islamique : l'Espagne est un carrefour culturel entre l'islam, la chrétienté et le judaïsme, et l'attrait pour la rive Sud de la Méditerranée augmente au temps des Croisades ; l'architecture, la littérature et les arts décoratifs s'enrichissent de motifs orientaux[44].
  • l'influence gréco-byzantine : elle est très forte dans les cités marchandes italiennes (qui détenaient souvent des comptoirs en Grèce), et se ressent dans l'architecture en particulier ; l'Italie sera pionnière dans la redécouverte des arts de l'Antiquité grecque, qui a eu lieu dès le XIIIe siècle, deux ou trois siècles avant les autres pays européens) ; dans les pays slaves, l'évangélisation par les Byzantins s'accompagne de la diffusion de l'architecture et des motifs picturaux grecs)[45].


Médias[modifier | modifier le code]

Imprimerie en 1568

Les origines des médias d'Europe se trouvent au Moyen Âge, quand l'invention de l'imprimerie remplace la (ré-) production manuelle des textes, ainsi permettant leur reproduction en grande quantité et met les textes à la portée d'un lectorat élargi.

Le rôle des médias dans la culture de l'Europe est divers. Les médias influençaient la culture, la religion, aussi bien que la politique.

Des premiers exemples de ces influences sont la propagation des idées de la réforme protestante ou des idées de la révolution française à toute l'Europe.

Par l'invention des médias électroniques – d'abord la radio et peu plus tard la télévision, le rôle des médias imprimés se diminue.

Aujourd'hui ce ne sont pas seulement les médias imprimés ou électroniques publics, mais aussi la communication par les médias sociaux, qui forment la culture[46]. Les médias sociaux ont permis de libérer la parole. Ils ont permis au citoyen, quelle que soit sa position géographique ou son rang social de participer au débat public, de partager son opinion, d'exprimer ses idées et ainsi aider au jeu démocratique dans son pays. L’Union européenne travaille depuis décembre 2020 sur des nouvelles normes européennes visant à mieux encadrer les géants du numérique[47].

Musique[modifier | modifier le code]

Paléolithique
Flûte paléolithique découverte dans la grotte de Geißenklösterle
Orgue à Porto, église dos Carmelitas

La musique est une des premières habitudes socio-culturelles de l'homme[48]. Elle est l'héritière de la culture chrétienne qui a développé des chants liturgiques sources de la musique sacrée et de la musique classique. Parallèlement, un riche folklore souvent païen ou paganiste est la source de bien des musiques populaires ou traditionnelles[49].

Les premières traces des instruments de musique sont des flutes, trouvées à Blaubeuren (Allemagne)[50] et Isturits[51]

En cours du Moyen Âge, dans l'Europe, caractérisé par le christianisme, la musique commence de se détacher et d'élarger vers la vie séculière[48].

Des musiciens de cette période sont Hildegarde de Bingen, Gautier de Coinci, Jacopo da Bologna ou John Dunstable, sélectionnés pour démontrer la base européenne.

Durant la renaissance, l'avancement de la musique européenne est arrivé au dehors de l'église. Des musiciens de cette période sont Hans Sachs, Monteverdi ou Rameau et Gluck[48].

La musique de la modernité perd le centrage européen.

Le futur de la musique européenne sont la Nouvelle musique et la musique postmoderne.

Eurovision[modifier | modifier le code]

Selon une étude du Pew Research Center, publiée le 29 octobre 2018, il existe des différences entre pays européens dans les attitudes sociales. A l’égard des musulmans et des juifs, du mariage homosexuel et de l’avortement, les pays d’Europe centrale et orientale (Pays baltes, Russie, Biélorussie, Moldavie, Roumanie, Bulgarie, pays balkaniques, Pologne, Hongrie, Slovaquie, République tchèque), semblent moins ouverts que les pays d’Europe de l’Ouest[52],[53].

Le concours Eurovision de la chanson est l'évènement annuel le plus associé à la communauté LGBT d'Europe. Depuis les années 1970, la majorité des fans de l'évènement sont LGBT, pour plusieurs raisons. D'abord, l'esthétique principale du concours, « la danse, le disco et les divas », s'alignent parfaitement avec les préférences de la culture LGBT et en particulier la culture gaie[54]. Ensuite, cet évènement, diffusé sur la télévision publique, était avant internet l'une des seules manières dont pouvait s'exprimer la différence dans des médias grand publique, puisque de nombreuses cultures y sont représentées[54]. Enfin, surtout pour le public gay, l'Eurovision est un évènement très émotif, entre les chansons et les résultats du concours, ce qui permet le temps d'une soirée d'échapper aux normes de la masculinité qui veulent qu'un homme ne montre pas ses émotions[54].

Europride[modifier | modifier le code]

Trois hommes d'âge moyen derrière un drapeau arc-en-ciel
Participants à l'Europride de Londres en 2006.

L’Europride est une manifestation paneuropéenne similaire à la Marche des fiertés mais qui a pour particularité d’être accueillie par une ville européenne chaque année différente. Les villes hôtes sont généralement des villes organisant depuis plusieurs années des Marches des fiertés et/ou ayant une importante communauté LGBT.

Culture européenne en images[modifier | modifier le code]

Drapeau européen

À l'occasion de la présidence française du Conseil de l'Union européenne en 2008[55] et dans le cadre de la Saison culturelle européenne, l’Ina et Cultures France réalisent un site internet audiovisuel sur l’Europe des cultures, en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale. Cette grande fresque interactive est constituée de plus de 350 vidéos d’artistes, de créateurs, de lieux et d’évènements culturels significatifs pour chacun des pays de l’Union européenne au cours des 50 dernières années[56].

Tourisme et randonnée[modifier | modifier le code]

La démarche de labélisation Itinéraire culturel européen (ICE) contribue au développement de la culture européenne par un brassage des populations qui sont incitées à parcourir ces itinéraires[57].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Culture en Europe.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages généraux[modifier | modifier le code]

  • Georges Langlois et Gilles Villemure, Histoire de la civilisation occidentale, Montréal, Beauchemin, 2005, rééd. 2016 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Philippe Poirrier, Les Enjeux de l'histoire culturelle, Seuil, 2004 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Philippe Poirrier (dir.), L'Histoire culturelle : un «tournant mondial» dans l’historiographie?, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2008 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Gérard Simon (coll.), « L'âme du monde », in Le Temps de la réflexion, Gallimard, 1989 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de) Heinrich August Winkler, Geschichte des Westens (Histoire de l'Occident), tome 1, 2009 (ISBN 3-406-59235-X)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) David S. Mason, A Concise History of Modern Europe : Liberty, Equality, Solidarity, Rowman & Littlefield Publishers, (ISBN 978-1-4422-0535-2, lire en ligne), p. 2
  2. (en) National Geographic Society, « Doggerland - The Europe That Was », sur National Geographic Society, (consulté le )
  3. « Une forêt sous-marine vieille de 10 000 ans découverte au large de l'Angleterre », sur Maxisciences, (consulté le )
  4. (en) B. Bramanti, M. G. Thomas, W. Haak et M. Unterlaender, « Genetic Discontinuity Between Local Hunter-Gatherers and Central Europe’s First Farmers », Science, vol. 326, no 5949,‎ , p. 137–140 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, PMID 19729620, DOI 10.1126/science.1176869, lire en ligne, consulté le )
  5. (en) Caleb Strom, « How A Handful of Yamnaya Culture Nomads Became the Fathers of Europe », sur www.ancient-origins.net (consulté le )
  6. (en) Kristian Kristiansen, Morten E. Allentoft, Karin M. Frei et Rune Iversen, « Re-theorising mobility and the formation of culture and language among the Corded Ware Culture in Europe », Antiquity, vol. 91, no 356,‎ , p. 334–347 (ISSN 0003-598X et 1745-1744, DOI 10.15184/aqy.2017.17, lire en ligne, consulté le )
  7. (en) Chao Ning, Chuan-Chao Wang, Shizhu Gao et Yang Yang, « Ancient Genomes Reveal Yamnaya-Related Ancestry and a Potential Source of Indo-European Speakers in Iron Age Tianshan », Current Biology, vol. 29, no 15,‎ , p. 2526–2532.e4 (ISSN 0960-9822, DOI 10.1016/j.cub.2019.06.044, lire en ligne, consulté le )
  8. (de) Christoph Pan et Beate Sibylle Pfeil, Die Volksgruppen in Europa: ein Handbuch, Braumüller, (ISBN 978-3-7003-1313-7, lire en ligne)
  9. « L’idée d’Europe dans l’histoire », sur Vie publique.fr (consulté le )
  10. Une histoire de l'Europe Aux sources de notre monde (lire en ligne)
  11. « Venise et les cités marchandes », sur www.economie.gouv.fr (consulté le )
  12. Futura, « Quand a eu lieu la première révolution industrielle ? », sur Futura (consulté le )
  13. « La révolution industrielle », sur www.economie.gouv.fr (consulté le )
  14. Henri Wesseling, professeur néerlandais d'histoire à l'université de Leyde, Le partage de l'Afrique, Denoel, 1991, p. 25 et suivantes. Voir également son livre Europe’s Colonial Age, 2003, 397 p.
  15. Lexique de termes juridique, Dalloz, 1988, p. 203-204 et Simone Dreyfus, Droit des relations internationales, éléments de Droit international public, Cujas, 1987, p. 37 et s. et p. 70 et s.
  16. Michel Winock, Le Socialisme en France et en Europe : XIXe-XXe siècle, Seuil, , 426 p. (ISBN 978-2-02-014658-6), p. 33.
  17. « Le socialisme a commencé par condamner les inégalités sociales et l’exploitation de l’homme par l’homme, et par demander que l’intérêt général prime en tout sur l’intérêt individuel. » (Le Quid, 1995, page 904).
  18. « Doctrine d’organisation sociale qui entend faire prévaloir l’intérêt, le bien général, sur les intérêts particuliers, au moyen d’une organisation concertée (opposée à libéralisme) ; organisation sociale qui tend aux mêmes but dans un souci de progrès social. » (Nouveau Petit Robert de la langue française, 2007, page 2382 et Petit Robert 1990, page 1822).
  19. Édition de 1985, volume 9, page 9645.
  20. a et b « La famille indo-européenne » (consulté le )
  21. « Le basque est une langue à part » (consulté le )
  22. « Hongrie et Finlande parlent presque la même langue » (consulté le )
  23. Riemann (Othon) et Goelzer (Henri), Grammaire comparée du grec et du latin : Phonétique et étude des formes, coll. « Revue des Études Grecques »,
  24. « Les trois alphabets paléochrétiens du Caucase » (consulté le )
  25. « INDO-EUROPÉEN » (consulté le )
  26. Georges Dumézil, « Le parcours initiatique d'un "parasite" des sciences humaines » (interview de Didier Sanz), Autrement, Paris, passion du passé,‎ , p. 57.
  27. Ygora - la symbolique du loup en Europe http://www.oldwishes.net/ygora/nav/recits/contes/traditionnels/loups/symbolique.htm
  28. « L'Europe des cathédrales » (consulté le )
  29. « Le judaïsme à Rome | Odysseum », sur eduscol.education.fr (consulté le )
  30. « Allemagne: Cologne sur les traces de son riche patrimoine juif », sur LExpress.fr, (consulté le )
  31. « L’Islam et l’Europe », sur France Culture (consulté le )
  32. Samuel Touron et Samuel Touron, « L'islam, une religion européenne ? », sur Le Taurillon, (consulté le )
  33. a b et c Samuel Touron et Samuel Touron, « L'islam, une religion européenne ? », sur Le Taurillon, (consulté le )
  34. Jean-Arnault Dérens & Laurent Geslin, « Dans les Balkans, le plus vieil islam d'Europe », sur Le Monde diplomatique, (consulté le )
  35. « Ce que nous devons vraiment aux Grecs et aux Romains » (consulté le )
  36. « Le libéralisme antique et moderne », sur www.puf.com (consulté le )
  37. « Thulé, le soleil retrouvé des Hyperboréens », sur Akribeia (consulté le )
  38. Henri Mendras, « L'Europe des Européens - Folio actuel - Folio - GALLIMARD - Site Gallimard », sur www.gallimard.fr, (consulté le ), pp.12-13 "L'une et l'autre Europe"
  39. « L’art est-il un élément de l’identité européenne ? », sur Jacques Attali, (consulté le )
  40. « L'érotisme dans l'art », sur 50 - 50 Magazine, (consulté le )
  41. « Mouvements ou courants artistiques du 19e siècle », sur www.rivagedeboheme.fr (consulté le )
  42. « (courte) histoire de l’architecture », (consulté le )
  43. (en) Colin Szasz, « The Influence of Roman Engineering and Architecture », McGill University, School of Architecture (consulté le )
  44. (en) « An introduction to Islamic Architecture and its influence on the West » (consulté le )
  45. (en) « Influences of Byzantine Art and Architecture » (consulté le )
  46. « Identité et réseaux sociaux numériques – Quels sont les effets des réseaux sociaux numériques sur notre identité d’adolescent, quels en sont les dangers ? », Sciences Po Toulouse (consulté le )
  47. « Réseaux sociaux : vers une meilleure régulation européenne », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  48. a b et c « L'histoire de la musique » (consulté le )
  49. « L'Union Européenne s'étend-elle à la musique ? », sur Qobuz, (consulté le )
  50. (de) « Hausmusik im hohlen Fels » (consulté le )
  51. « Les flûtes préhistoriques d Isturitz » (consulté le )
  52. Encyclopædia Universallis, « ATTITUDE », sur Encyclopædia Universalis (consulté le )
  53. Pierre Pistoletti, « Un fossé culturel et religieux sépare l'Europe. », cath.ch,‎ (lire en ligne)
  54. a b et c « L'Eurovision et l'homosexualité, une histoire de strass et de tolérance », sur France 24, (consulté le )
  55. Ministère de la Culture et de la Communication (France), « Présidence française du Conseil de l’Union européenne : les grandes priorités culturelles », (consulté le )
  56. « Présentation - Europe des Cultures », Ina — Institut national de l'audiovisuel (consulté le )
  57. « Explorez tous les Itinéraires culturels ! », Conseil de l'Europe (consulté le )