Culture du Groenland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Une famille d'Inuits photographiée en 1917.
Illustration d'une chasse au Morse en 1856.

La culture groenlandaise est très proche de la culture inuit, la majorité du peuple groenlandais descendent d'Inuits.

Le Groenland est aujourd'hui une attraction touristique. L'attractivité de ce territoire est principalement due aux activités appartenant à la culture groenlandaise comme les courses de traîneaux, la pêche sur glace, les randonnées et le ski.

Langue(s)[modifier | modifier le code]

Culture(s) influente(s)[modifier | modifier le code]

Religion(s)[modifier | modifier le code]

Symboles[modifier | modifier le code]

Mythologie[modifier | modifier le code]

Société[modifier | modifier le code]

Culture traditionnelle groenlandaise[modifier | modifier le code]

Les habitants du Gröenland sont principalement d'origine inuit. La chasse est une représentation iconique de leur culture. Ils chassent à la fois pour se nourrir et pour utiliser la peau des gibiers en guise de vêtements, et également pour la construction des kayaks.

La région Thulé[modifier | modifier le code]

Le nord-ouest du Groenland est nommé Région Thulé. Elle a la même superficie que l'Allemagne et est habitée par un millier d'habitants. La population de cette région est étendue sur Siorapaluk, Moriasaq et Qaanaaq. Siorapaluk possède approximativement 80 résidents se trouvant à seulement 736.5 mille marins (soit 1 364 km) du Pôle Nord.

La plupart des familles dans la région se doivent d'avoir au moins un membre salarié pour payer les factures d'électricité et de ménage. La chasse est la principale profession. La nourriture traditionnelle est basée sur le pinnipède, le morse, le narval et le caribou.

Identité des Inuits en tant que chasseurs[modifier | modifier le code]

Statuts culturels de la chasse[modifier | modifier le code]

Chasseur ramenant la carcasse d'un muskox.

La chasse a toujours joué un rôle culturel dans la tradition inuit :

« Nous, les Inuits, gardons toujours un pied dans notre culture ancestrale, et l’autre dans le monde où tout va très vite. Notre langue survivra au changement climatique, mais nous sommes en passe de perdre notre droit coutumier et les connaissances qui nous permettaient de vivre dans cet environnement »

— Henriette Rasmussen, Ministre de la culture, de l'éducation du Groenland[1].

Actuellement, la chasse est une survie, a déclaré le gouvernement groenlandais :

« La chasse est le cœur et l'âme de la culture groenlandaise… Dans une société telle que le Groenland, la chasse a toujours été une survie durant plus de cinquante ans dans ce pays. Notre identité est fondée sur la chasse[2] »

Impact du changement climatique[modifier | modifier le code]

Une autre pression pèse sur les chasseurs groenlandais : le changement climatique. D'après une « étude sur l'impact du changement climatique », les effets du réchauffement planétaire seraient beaucoup plus désastreux si les espèces venaient à disparaître. Cela aurait un impact sans précédent sur l'environnement, mais surtout sur la préservation du grand Arctique. Dans une interview, un chasseur de Savissavik, Simon Eliason, rapporte que les chasseurs passent plus de temps dans les fjords car il y a moins d'eau glacée pour chasser les morses, les pinnipèdes et les ours blancs. Ce même chasseur rapporte que les chasseurs doivent immédiatement remonter la carcasse du gibier une fois capturée. Des vers et parasites qu'ils n'ont jamais vus auparavant, se propagent rapidement, détruisant les carcasses si celles-ci sont laissées dans l'eau trop longtemps. D'après Eliason, le réchauffement climatique est la cause de la présence de ces parasites.

Fêtes[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Arts de la table[modifier | modifier le code]

Cuisine[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Chasse[modifier | modifier le code]

Sports, arts martiaux[modifier | modifier le code]

Artisanats[modifier | modifier le code]

Textiles, cuir, papier[modifier | modifier le code]

  • Martha Biilmann (1921-2008), pelletière groenlandaise, inventeuse de la méthode de salaison des peaux de phoque

Littérature(s)[modifier | modifier le code]

Média[modifier | modifier le code]

Presse[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Internet[modifier | modifier le code]

Arts visuels[modifier | modifier le code]

Sculpture[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Arts du spectacle[modifier | modifier le code]

Musique(s)[modifier | modifier le code]

Danse(s)[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aparna Kshirsagar et Jean Pacquement, Groenlandais express : pour voyager au Groenland : guide de conversation, les premiers mots utiles, renseignements pratiques, culture et civilisations, notions de grammaire, Éd. du Dauphin, Paris, 2010 (3e éd. actualisée), 234 p. (ISBN 978-2-7163-1426-8)
  • Aude Créquy, Identité, tourisme et interculturalité au Groenland, l'Harmattan, Paris, 2014, 390 p. (ISBN 978-2-343-02318-2) (texte remanié d'une thèse)
  • (en) Ole G. Jensen, The Culture of Greenland in Glimpses, Milik Publishing, s. l., 2007 (réimpr.), 78 p. (ISBN 9788791359293)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]