Culture de l'Espagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Œuvre de Le Greco.

La culture de l'Espagne, pays de l'Europe du Sud, désigne d'abord les pratiques culturelles observables de ses habitants (47 000 000, estimation 2017). La culture de l'Espagne s'est construite à travers les différents peuples qui ont occupé la péninsule Ibérique au cours de l'histoire : Ibères, Celtes, Basques, Phéniciens, Romains, Suèves, Wisigoths, Roms, Maures et Juifs.

Bien qu'il y ait un patrimoine culturel commun à toute l'Espagne, la singularité prononcée de ses régions a donné lieu à de nombreuses manifestations culturelles régionales. Ces manifestations concernent tous les domaines : l'art, les traditions, la littérature, les langues et dialectes, la musique, la gastronomie, etc.

Langues, peuples, cultures[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

La langue officielle de l'Espagne est l'espagnol ou castillan mais d'autres langues coexistent avec des statuts différents. Le castillan est la langue parlée par la majorité des Espagnols, bien qu'elle ne soit pas pour tous la langue maternelle. En effet, il existe d'autres langues régionales importantes : principalement le catalan, parlé aux îles Baléares, en Catalogne, dans la région de Carche (en Murcie) et dans la partie orientale de l'Aragon. Le valencien parlé dans la communauté valencienne. Le galicien est parlé en Galice, dans la partie occidentale de la région de León et du Bierzo, ainsi qu'une petite partie de Sanabria (à Zamora). Le basque est parlé au Pays basque et dans la moitié nord de Navarre (ainsi qu'au sud-ouest de la France, dans les Pyrénées-Atlantiques).

À l'exception du basque, les langues autochtones d'Espagne sont dérivées des langues romanes, issues par conséquent du latin vulgaire introduit par les colons romains :

Depuis la transition démocratique, les gouvernements régionaux ont affiché un intérêt, très variable, pour la défense et la promotion des langues différentes du castillan (qui est langue officielle de l'État).

D'autres langues sont menacées d'extinction, car le nombre de locuteurs diminue considérablement. L'aragonais en est un exemple.

Populations[modifier | modifier le code]

Traditions[modifier | modifier le code]

Religion(s)[modifier | modifier le code]

Le catholicisme est la principale religion en Espagne puisqu'environ 70 % de la population s'en réclame. La présence des autres religions représente moins de 3 % de la population. Enfin, 25 % de la population s'affirme athée ou sans religion. L'irréligion en Espagne (ou athéisme en Espagne) est un phénomène qui existe depuis au moins le XVIIe siècle.

L'athéisme, l'agnosticisme et le déisme ont acquis une certaine popularité (bien que la majorité de la société soit encore très religieuse) au tournant du XXe siècle, souvent associés à l'anticléricalisme et aux mouvements progressistes, républicains, anarchistes ou socialistes. Au cours de la deuxième République espagnole (1931–1936), l'Espagne devint un État laïc, imposant des limites à l'activité de l'Église catholique et expulsant l'Église de l'éducation. Pendant la guerre civile espagnole, les personnes irréligieuses furent réprimées par le franquisme, tandis que la pratique religieuse se trouva réprimée parmi les républicains. Pendant la période franquiste (1939–1975), l'irréligion n'était pas tolérée, suivant l'idéologie national-catholique du régime; les citoyens espagnols devaient être catholiques par force de loi, bien que cela ait changé après le Concile Vatican II. Les personnes non religieuses ne pouvaient alors pas être fonctionnaires ni exprimer leurs pensées ouvertement.

Après la transition démocratique espagnole (1975-1982), les restrictions légales envers l'irréligion furent levées pour la plupart. Au cours des dernières décennies, la pratique religieuse chuta de façon spectaculaire et l'athéisme et l'agnosticisme ont largement gagné en popularité.

Symboles[modifier | modifier le code]

Folklore et mythologie[modifier | modifier le code]

Fêtes[modifier | modifier le code]

Plusieurs fêtes et célébrations ont pour origine la tradition religieuse. Historiquement la religion catholique a été majoritaire. Son influence s'est traduite par une multitude de commémorations religieuses tout au long de l'année. D'autres célébrations ont une origine historique. Légendes, batailles, etc. sont aujourd'hui rappelés par des manifestations populaires.

Société[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Régionalisme[modifier | modifier le code]

  • Société espagnole par communauté autonome : Léon, Catalogne, Baléares, Canaries…
Division politique en 1854, après la 1re guerre Carliste.

Il existe un fort sentiment d'identité territoriale dans de nombreuses régions, non seulement en Catalogne, au Pays basque et en Galice, mais également en Navarre et dans les îles Baléares. Ce sont les communautés qui ont historiquement le plus préservé leur identité politique et culturelle. Dans une moindre mesure, d'autres régions comme l'Andalousie, les Asturies et les îles Canaries et le Pays léonais ont également développé un sentiment régionaliste.

La pluralité des cultures est présente dans d'autres régions du pays avec des manifestations qui leur sont propres, et qui ne s’éloignent pas d’une tendance générale qui les considère comme des cas particuliers : la Cantabrie, La Rioja, le Pays valencien, l'Aragon et l'Estrémadure.

L'Espagne a toujours connu une tension entre le centralisme et le régionalisme. Actuellement, l’organisation politico-administrative en communautés autonomes, depuis la Constitution espagnole de 1978, illustre un consensus pour préserver l’unité du pays.

Étiquette[modifier | modifier le code]

Une des coutumes les plus associées à l'Espagne est la sieste, bien qu'elle soit de plus en plus abandonnée dans le pays, surtout dans les villes. Néanmoins, le rythme de vie des Espagnols continue d'être divisé en deux parties : matinée et soir, avec une pause de 2 ou 3 heures pour le déjeuner (généralement de 14h à 17h). L'heure du dîner est une des plus tardives d'Europe, vers 22 heures.

Éducation[modifier | modifier le code]

État[modifier | modifier le code]

Stéréotypes[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Arts de la table[modifier | modifier le code]

Jambons ibériques

La gastronomie ou la cuisine espagnole, ce sont les plats, les ingrédients, les techniques et toute la tradition culinaire qui se pratique dans le pays. La cuisine d'origine qui oscille entre style rural et côtier, représente une diversité héritée de nombreuses culture. Elle est fortement influencée tout au long de son histoire par les peuples qui conquièrent son territoire, ainsi que les peuples qu'elle conquit.

La géographie, la culture et le climat ont créé une cuisine très variée en recettes et styles culinaires. Les différentes civilisations qui sont passées par la péninsule ont laissé leurs empreintes. Une grande partie de cette influence se doit à la cuisine italienne (aux XVe et XVIe siècles, avec les grands navigateurs) et aux traditions juives et morisques.

Cuisine(s)[modifier | modifier le code]

Quelques plats typiques et populaires en Espagne :

Boisson(s)[modifier | modifier le code]

Activités physiques[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Jeux populaires[modifier | modifier le code]

Média[modifier | modifier le code]

Presse écrite[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Internet (.es)[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Design[modifier | modifier le code]

Textiles, cuir, papier[modifier | modifier le code]

Bois, métaux[modifier | modifier le code]

Poterie, céramique, faïence[modifier | modifier le code]

Verrerie d'art[modifier | modifier le code]

Joaillerie, bijouterie, orfèvrerie[modifier | modifier le code]

Arts visuels[modifier | modifier le code]

Dessin[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

Plato con limones, cesta con naranjas y taza con una rosa, de Zurbarán.
Peinture de Juan Gris.

Artistes classiques[modifier | modifier le code]

Artistes modernes et contemporains[modifier | modifier le code]

Sculpture[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

La période préhistorique voit s'élever les mégalithes et se développer les architectures celtique et ibérique. Pendant la période romaine, on assiste à la fois au développement urbain (Emerita Augusta, sur le site de Mérida) et à celui des infrastructures (aqueduc de Ségovie). Par la suite, l'architecture d'Al-Andalus s'illustre par la grande mosquée de Cordoue (califat de Cordoue), l'Aljafería de Saragosse (taïfas), la Giralda de Séville (Almoravides et Almohades) ainsi que l'Alhambra de Grenade et le Généralife (Royaume de Grenade des Nasrides).

Les principaux types architecturaux islamiques sont ceux des mosquées, des tombes, des palais et des forteresses. De ces quatre types, le vocabulaire de l'architecture islamique est dérivé et utilisé pour les bâtiments de moindre importance tels que les bains publics, les fontaines et l'architecture domestique.

l'art islamique interdit la peinture des personnes ou des chiffres mais des dessins et des motifs floraux couvrent les murs des bâtiments importants.

L'Alhambra, vue partielle depuis le Mirador de San Nicolas, en haut du quartier de l'Albaicín.

Plusieurs courants apparaissent également : le style mudéjar (l'Alcázar de Séville), la période romane (la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle), la période gothique (les cathédrales de Burgos, de León et de Tolède, la Renaissance (le palais de Charles Quint à Grenade), la période baroque (la cathédrale de Grenade), l'architecture coloniale espagnole, et l'architecture néo-classique (Musée du Prado) sont les plus importantes. Le XIXe siècle se caractérise par l'éclectisme et le régionalisme, le style néo-mudéjar, et la fleur de l'architecture de verre. Le XXe siècle est celui du modernisme catalan (la Sagrada Familia de Gaudí), de l'architecture moderniste, et de l'architecture contemporaine.

Palau de la Música Catalana
Architecture romaine
Églises
Châteaux et palais
Architecture contemporaine

Photographie[modifier | modifier le code]

Graphisme[modifier | modifier le code]

Arts du spectacle[modifier | modifier le code]

Musique(s)[modifier | modifier le code]

Sardane à Barcelone

La tradition culturelle variée de l'Espagne a également historiquement utilisé la musique comme véhicule d'expression. La musique de culture espagnole a donné à l'histoire musicale de l'Occident plusieurs de ses meilleurs chapitres, depuis les vieux chants grégoriens et les motets et madrigaux de la Renaissance, jusqu'à l'œuvre de figures telles que Falla, Albéniz ou Granados.

De même, le folklore riche et varié du pays se reflète également dans la musique populaire créative. La musique traditionnelle espagnole est aussi variée que ses communautés. Néanmoins, une série de rythmes s'est étendue dans toute la péninsule qui, avec le temps, ont créé des variantes dans chaque région. C'est le cas de la jota, une musique et une danse pratiquées dans plusieurs régions du pays.

Déjà installés dans la modernité, les musiciens espagnols sont entrés avec intérêt dans les courants musicaux d'aujourd'hui. Une bonne preuve de cette dévotion musicale sont les festivals de toutes sortes qui voyagent d'un bout à l'autre du pays.[4] .


Les styles les plus importants sont :

Danse[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Autres scènes : marionnettes, mime, pantomime, prestidigitation[modifier | modifier le code]

Les arts mineurs de scène, arts de la rue, arts forains, cirque, théâtre de rue, spectacles de rue, arts pluridisciplinaires, performances manquent encore de documentation pour le pays …

Dans le domaine de la marionnette, on relève Arts de la marionnette en Espagne, sur le site de l'Union internationale de la marionnette (UNIMA).

Les marionnettes, qui portent le nom de titeres (mot qui voulait dire « joueur » au XVIe siècle), jouent des intrigues issues du Romancero, aux thèmes historiques, lyriques ou romanesques, avec beaucoup de personnages de saints ou d'ermites, ce qui leur a aussi valu le surnom de bonifrates. Don Quichotte détruit El retablo de Maese Pedro (Tréteaux de maître Pierre).[réf. nécessaire]

Les carnavals en Espagne sont nombreux (> 50) et remarquables.

Cinéma[modifier | modifier le code]

La cinématographie et la photographie espagnoles constituent le témoignage de la société et de ses coutumes, et le support d'une créativité illimitée. Dans le cas du cinéma, un grand groupe de créateurs a brillé en Espagne, qui tout au long du parcours historique de cet art ont mis en lumière des œuvres de qualité universelle et de personnalité incontestable. D'autre part, tant la photographie journalistique que celle dédiée au témoignage de la réalité du pays, de ses paysages et de ses habitants, se présente comme une référence incontournable pour comprendre son histoire[5].

Réalisateurs[modifier | modifier le code]

Bien que les réalisateurs espagnols de la moitié du XXe siècle, comme Luis Buñuel, aient travaillé en exil, le cinéma espagnol a prospéré après le rétablissement de la démocratie.

Principaux réalisateurs espagnols
Quelques réalisateurs de films de série B espagnols
Principaux acteurs espagnols de renommée internationale

Autres[modifier | modifier le code]

L'Espagne dans la culture étrangère[modifier | modifier le code]

Adaptations étrangères d’œuvres espagnoles[modifier | modifier le code]

Don Quichotte, fameux roman Miguel de Cervantes, inspira de très nombreuses œuvres, sous différents supports, dont :

Littérature[modifier | modifier le code]

Poèmes[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Nouvelles[modifier | modifier le code]

Roman policier[modifier | modifier le code]

Romans fantasy[modifier | modifier le code]

Romans historique[modifier | modifier le code]

Voir la page "Catégorie:Roman historique portant sur l'histoire de l'Espagne"

Récits de voyage[modifier | modifier le code]

Spectacles[modifier | modifier le code]

  • Le personnage espagnol mythique de Don Juan, séducteur, libertin et amoral, a inspiré de multiples œuvres, se déroulant en Espagne :
    • Dom Juan ou le Festin de Pierre, comédie du dramaturge français Molière, jouée pour la première fois en 1665. Elle causa un gros scandale, à cause de la conduite de son personnage, défiant la morale religieuse (tout comme d'autres pièces telles que Le Tartuffe). Ce qui ne l'empêcha pas de connaître un gros succès, aujourd'hui encore, comme en témoignent les différentes reprises.
    • Don Giovanni, opéra en langue italienne du genre « dramma giocoso » (« drame joyeux ») du musicien autrichien Wolfgang Amadeus Mozart, créé à Prague le 29 octobre 1787. Il fut lui-même adapté de nombreuses fois.

Musique[modifier | modifier le code]

Airs inspirés de la musique espagnole[modifier | modifier le code]

Chansons[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le cinéma espagnol a été marqué tout au long de son histoire par de grandes figures emblématiques. Si Luis Buñuel et Pedro Almodóvar sont les réalisateurs espagnols les plus célébrés à l' international, d'autres ont également acquis une renommée importante : Segundo de Chomón, Florián Rey, Juan Antonio Bardem, Luis García Berlanga, Carlos Saura, Jesús Franco, Víctor Erice, Mario Camus, Alejandro Amenábar...

Parmi les acteurs espagnols populaires, on peut citer : José Isbert, Fernando Rey, Francisco Rabal, Fernando Fernán Gómez, Antonio Banderas, Sergi López, Javier Bardem et Sara Montiel, Ángela Molina, Victoria Abril, Carmen Maura, Marisa Paredes, Maribel Verdú et Penélope Cruz.

Arts graphiques[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

La richesse du patrimoine artistique, naturel et culturel est reconnue dans le monde entier. L'Espagne compte 55 déclarations de patrimoine mondial de l'UNESCO, ce qui en fait le troisième pays au monde avec le plus grand nombre de biens protégés dans cette catégorie. D'autre part, Chacun de ces atouts est le reflet fidèle de la variété et de la richesse culturelle de ce pays : édifices monumentaux, centres historiques ou ensembles architecturaux cohabitent avec des paysages, des espaces naturels, des itinéraires et des traditions ethnologiques[9].

Musées[modifier | modifier le code]

Liste du Patrimoine mondial[modifier | modifier le code]

Le programme Patrimoine mondial (UNESCO, 1971) a inscrit dans sa liste du Patrimoine mondial (au 12/01/2016) : Liste du patrimoine mondial en Espagne.

Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité[modifier | modifier le code]

Le programme Patrimoine culturel immatériel (UNESCO, 2003) a inscrit dans sa liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité :

  • 2018 : Les tamboradas, rituels de battements de tambour[10]
  • 2018 : L'art de la construction en pierre sèche : savoir-faire et techniques[11](Croatie, Chypre, France, Grèce, Italie, Slovénie, Espagne et Suisse)
  • 2017 : Les fêtes du feu du solstice d'été dans les Pyrénées[12] (ANdorre, Espagne, France)
  • 2016 : La fête des Fallas valenciennes[13]
  • 2016 : La fauconnerie, un patrimoine humain vivant[14]
  • 2015 : Les fêtes du feu du solstice d'été dans les Pyrénées (Andorre-Espagne-France)[15]
  • 2013 : La diète méditerranéenne (Chypre – Croatie – Espagne – Grèce – Italie – Maroc – Portugal)[16]
  • 2013 : Méthodologie pour l’inventaire du patrimoine culturel immatériel dans les réserves de biosphère : l’expérience du Montseny[17]
  • 2012 : La fauconnerie, un patrimoine humain vivant (Émirats arabes unis, Autriche, Belgique, République tchèque, France, Hongrie, République de Corée, Mongolie, Maroc, Qatar, Arabie saoudite, Espagne, République arabe syrienne)[18]
  • 2012 : La fête des patios de Cordoue[19]
  • 2011 : La fête de « la Mare de Déu de la Salut » d’Algemesí[20]
  • 2011 : La revitalisation du savoir traditionnel de l’élaboration de la chaux artisanale à Moron de la Frontera, Séville, Andalousie[21]
  • 2010 : Le chant de la Sibylle de Majorque[22]
  • 2010 : Le Flamenco[23]
  • 2010 : Les tours humaines, ou Castells[24]
  • 2009 : Le langage sifflé de l’île de La Gomera (îles Canaries), le Silbo Gomero[25]
  • 2009 : Centre pour la culture traditionnelle – musée-école du projet pédagogique de Pusol[26]
  • 2009 : Les tribunaux d’irrigants du bassin méditerranéen espagnol : le Conseil des bons hommes de la plaine de Murcie et le Tribunal des eaux de la plaine de Valence[27]
  • 2008 : La Patum de Berga[28]
  • 2008 : Le mystère d’Elche[29]

Registre international Mémoire du monde[modifier | modifier le code]

Le programme Mémoire du monde (UNESCO, 1992) a inscrit dans son registre international Mémoire du monde (au 10/01/2016) :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.presseelectronique.com/espagne/presseespagne.htm
  2. http://fr.kiosko.net/es/
  3. Espagnol, « Presse espagnole en ligne – Espagnol », sur Espagnol, (consulté le ).
  4. « Música de España: obras, artistas, músicos y compositores. España es Cultura », sur www.xn--espaaescultura-tnb.es (consulté le )
  5. « Cine español y fotografía española: obras y artistas. España es Cultura. », sur www.xn--espaaescultura-tnb.es (consulté le )
  6. Arthur Mangin, Les Savants illustres de la France: avec un appendice comprenant l'histoire abregée de la science et des savants pendant les trois derniers siècles, P. Ducroco, (lire en ligne)
  7. Cid est un terme désignant un titre honorifique espagnol, issu du terme arabe Sid
  8. « Quel budget prévoir pour voyager en Espagne? », sur Le planificateur de voyages (consulté le ).
  9. « Patrimonio mundial: monumentos y ciudades en España es Cultura », sur www.xn--espaaescultura-tnb.es (consulté le )
  10. « UNESCO - Les tamboradas, rituels de battements de tambour », sur Unesco.org (consulté le ).
  11. « UNESCO - L'art de la construction en pierre sèche : savoir-faire et techniques », sur Unesco.org (consulté le ).
  12. « UNESCO - Les fêtes du feu du solstice d'été dans les Pyrénées », sur Unesco.org (consulté le ).
  13. « UNESCO - La fête des Fallas valenciennes », sur Unesco.org (consulté le ).
  14. « UNESCO - La fauconnerie, un patrimoine humain vivant », sur Unesco.org (consulté le ).
  15. « UNESCO - Les fêtes du feu du solstice d'été dans les Pyrénées », sur Unesco.org (consulté le ).
  16. « UNESCO - La diète méditerranéenne », sur Unesco.org (consulté le ).
  17. « UNESCO - Méthodologie pour l’inventaire du patrimoine culturel immatériel dans les réserves de biosphère  : l’expérience du Montseny », sur Unesco.org (consulté le ).
  18. « UNESCO - », sur Unesco.org (consulté le ).
  19. « UNESCO - La fête des patios de Cordoue », sur Unesco.org (consulté le ).
  20. La fête de « la Mare de Déu de la Salut » d’Algemesí
  21. « UNESCO - La revitalisation du savoir traditionnel de l’élaboration de la chaux artisanale à Moron de la Frontera, Séville, Andalousie », sur Unesco.org (consulté le ).
  22. « UNESCO - Le chant de la Sibylle de Majorque », sur Unesco.org (consulté le ).
  23. « UNESCO - Le Flamenco », sur Unesco.org (consulté le ).
  24. « UNESCO - Les tours humaines », sur Unesco.org (consulté le ).
  25. « UNESCO - Le langage sifflé de l’île de la Gomera (îles Canaries), le Silbo Gomero », sur Unesco.org (consulté le ).
  26. « UNESCO - Centre pour la culture traditionnelle – musée-école du projet pédagogique de Pusol », sur Unesco.org (consulté le ).
  27. « UNESCO - Les tribunaux d’irrigants du bassin méditerranéen espagnol : le Conseil des bons hommes de la plaine de Murcie et le Tribunal des eaux de la plaine de Valence », sur Unesco.org (consulté le ).
  28. « UNESCO - La Patum de Berga », sur Unesco.org (consulté le ).
  29. « UNESCO - Le mystère d’Elche », sur Unesco.org (consulté le ).
  30. http://www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/flagship-project-activities/memory-of-the-world/register/full-list-of-registered-heritage/registered-heritage-page-8/treaty-of-tordesillas/#c188346
  31. http://www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/flagship-project-activities/memory-of-the-world/register/full-list-of-registered-heritage/registered-heritage-page-8/santa-fe-capitulations/#c184501
  32. http://www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/flagship-project-activities/memory-of-the-world/register/full-list-of-registered-heritage/registered-heritage-page-5/materials-related-to-the-keicho-era-mission-to-europe-japan-and-spain/
  33. http://www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/flagship-project-activities/memory-of-the-world/register/full-list-of-registered-heritage/registered-heritage-page-8/the-decreta-of-leon-of-1188-the-oldest-documentary-manifestation-of-the-european-parliamentary-system/
  34. http://www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/flagship-project-activities/memory-of-the-world/register/full-list-of-registered-heritage/registered-heritage-page-5/llibre-del-sindicat-remenca-1448/
  35. http://www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/flagship-project-activities/memory-of-the-world/register/full-list-of-registered-heritage/registered-heritage-page-4/indigenous-language-vocabulary-from-the-new-world-translated-into-spanish/
  36. http://www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/flagship-project-activities/memory-of-the-world/register/full-list-of-registered-heritage/registered-heritage-page-5/the-manuscripts-of-the-commentary-to-the-apocalypse-beatus-of-liebana-in-the-iberian-tradition/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Martine Jullian, Civilisation espagnole, Hachette supérieur, Paris, 2015 (5e éd.), 165 p. (ISBN 978-2-01-270909-6)
  • (en) Edward F. Stanton, Culture and customs of Spain, Greenwood Press, 2002, 206 p. (ISBN 9780313314636)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 2008 : L'Espagne, de l'Andalousie à la Castille, in Trésors de civilisation. La péninsule Ibérique, film de Nocolas Thomä

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]