Cantillac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cantillac
Cantillac
Cantillac : les hameaux des Bourgougnoux et de Saint-Michel.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Nontron
Canton Brantôme
Intercommunalité Communauté de communes Dronne et Belle
Statut Commune déléguée
Maire délégué Pierre Niquot
2019-2020
Code postal 24530
Code commune 24079
Démographie
Gentilé Cantillacois
Population 189 hab. (2016 en diminution de 4,55 % par rapport à 2011)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 23′ 48″ nord, 0° 38′ 36″ est
Altitude Min. 124 m
Max. 233 m
Superficie 8,12 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Brantôme en Périgord
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 15.svg
Cantillac

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 15.svg
Cantillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Cantillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Cantillac

Cantillac est une ancienne commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Au , elle est intégrée à la commune nouvelle (élargie) de Brantôme en Périgord en tant que commune déléguée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Le Pré Pinson, à sec, à l'est de la route départementale 939.

Localisée dans le Périgord, au nord-ouest du département de la Dordogne, la commune de Cantillac s'étend sur 8,12 km2. Elle est arrosée par le Pré Pinson (également appelé le Belaygue) qui prend sa source sur le territoire communal au Mont Saint-Jean. Le Pré Pinson est un petit affluent du Boulou et un sous-affluent de la Dronne.

À l'ouest et au nord, la commune est limitrophe du parc naturel régional Périgord-Limousin.

L'altitude minimale, 124 mètres, se situe à l'extrême sud-est, là où le Libourny, affluent de la Dronne, quitte la commune pour servir de limite entre celles de Champagnac-de-Belair et Brantôme. Le point culminant avec 233 mètres se trouve au nord de la commune. Au niveau géologique, le sol se compose principalement de calcaires du Crétacé, et au nord, de sables, d'argiles ou de graviers du Pléistocène[1].

Composé seulement d'une quinzaine de bâtiments dont l'église et la mairie, le village de Cantillac, implanté à l'écart des routes principales, est situé, en distances orthodromiques, quatre kilomètres au nord de Brantôme et quinze kilomètres au sud de Nontron. La commune comporte néanmoins trois importantes voies d'accès : à l'ouest la route départementale 939 (axe La Rochelle - Périgueux) et à l'est les routes départementales 82 et 675 (axe Brantôme - Nontron).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

En 2018, année précédant son intégration à la commune nouvelle de Brantôme en Périgord, Cantillac était limitrophe de quatre autres communes.

Communes limitrophes de Cantillac
Saint-Pancrace
Saint-Crépin-de-Richemont Cantillac Champagnac-de-Belair
Brantôme en Périgord

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Outre le petit bourg de Cantillac proprement dit, le territoire se compose de quelques villages, hameaux ou lieux-dits[2] :

  • le Bas Puy
  • le Bouchet
  • les Bourgougnoux
  • les Bouriaux
  • la Gaillardie
  • Grand Lac
  • Maison Neuve
  • Margnac
  • Mont Saint-Jean
  • la Plagne
  • Puybertro
  • Puycervier
  • Puyfauchard
  • Saint-Michel

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention écrite connue du lieu apparaît au XIIIe siècle sous la forme Qentilhacum, puis Cantilhacum au siècle suivant[3]. Au XIIIe siècle, Cantillac était l'une des vingt-sept paroisses dépendant de l'archiprêtré de Condat dont le siège se situait à Champagnac[4].

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom de Quentillac[5].

L'origine du nom de Cantillac remonterait à un personnage gallo-roman Quintilius auquel est apposé le suffixe -acum[6], ce qui correspondrait au « domaine de Quintilius ».

En occitan, la commune porte le nom de Cantilhac[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lieu est mentionné au XIIIe siècle[3] mais son église romane date du siècle précédent[8].

Au , la commune fusionne avec six autres communes pour former la commune nouvelle (élargie) de Brantôme en Périgord[9]. À cette date, les sept communes fondatrices deviennent communes déléguées.

Mars 1944[modifier | modifier le code]

 OOjs UI icon alert destructive black-darkred.svg Cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (janvier 2011). Vous pouvez aider en ajoutant des références ou en supprimant le contenu inédit.
Stèle à la mémoire de deux combattants tombés le 27 mars 1944 à Cantillac, face aux Allemands.

En 1944, la commune de Cantillac devint le théâtre de scènes sanglantes, qui pendant la période du 26 mars au 2 avril se renouvelèrent un peu partout en Dordogne. Le 27 mars, à six heures du matin, une colonne allemande, la division Brehmer[10], composée de 3 000 soldats et de nombreux engins blindés arrivait à Cantillac. En une demi-heure, la commune était encerclée, toutes les routes barrées et un poste de commandement était installé[10].

Puis ce furent des scènes de pillages et de barbarie, les occupants obligeant les habitants dont ils pillaient les maisons, à leur servir boissons et repas. Le village est entièrement occupé et le Commandant déclare alors qu’il a à sa disposition 3 000 soldats pour faire la chasse aux terroristes.

Vers neuf heures et demie, des nuages de fumée et des rougeoiements d’incendie apprennent que les Allemands viennent de mettre le feu aux bois de la partie nord de la commune, dans l’espoir d'en chasser les réfractaires et les maquisards qui, peut-être, s’y cachent et ainsi les obliger à quitter leur refuge[10]. Vers 14 heures, le maire, Telfond, est menacé d’être fusillé. Il sera obligé d’assister à l’incendie du mont Saint-Jean où les nazis viennent de trouver, dans une ferme abandonnée un petit groupe de maquisards, ainsi que la casquette et les papiers ayant appartenu au général allemand tué la veille, sur la route de Brantôme. Cette découverte ne fit qu’aggraver la situation.

Vers 17 heures, le maire fut conduit sur la place de la Mairie pour voir le conseiller municipal Farges, les mains au dos et prêt à être fusillé. Monsieur Telfond fera acte de bravoure en demandant au commandant de le fusiller à la place du conseiller Farges et d’arrêter les atrocités. Les Allemands stoppent alors devant l’église et veulent y entrer. Vingt-deux jeunes gens du maquis, insuffisamment armés pour opposer une résistance à une telle troupe, et qui n’avaient pu quitter la commune avant son encerclement, s’étaient réfugiés dans l'église[10]. Refuge précaire et illusoire, comme l'ont montré les exemples d’Oradour-sur-Glane et de quelques autres communes de France.

Le conseiller Farges chez qui se trouve normalement la clé répond que celle-ci se trouve en possession du curé de La Gonterie-Boulouneix[10]. Les soldats veulent alors enfoncer la porte, malgré les dénégations et les protestations indignées, et les affirmations que l’église est vide. L’officier, apercevant alors une échelle appuyée contre un mur qui mène au clocher, envoie l'un de ses hommes pour vérifier. L’allemand monte à l’échelle, s’aventure, malgré les conseils du maire, sur la voûte fragile de plâtras et, n’ayant rien trouvé (les maquisards sont dans la nef[10] et non pas dans la voûte), redescend en disant à son officier qu’ils se sont trompés.

L’officier rassemble alors ses hommes et la colonne se dispose à quitter Cantillac[10]. Mais, tandis que ces scènes se déroulaient au chef-lieu de la commune, le feu continuait à brûler bois et villages et, partout dans les hameaux, les mêmes scènes de pillage et de mauvais traitements continuaient. À Puyfauchard, la colonne rencontre trois jeunes maquisards qui se sacrifient, résistant les armes à la main[10], pour permettre à leurs frères d’armes de se défiler dans les bois et d'échapper à l’encerclement de l’ennemi. Après une courte lutte, ils sont massacrés, et leurs corps laissés sur place.

Tous les gens du village, parqués dans un pré, à genoux, sont frappés et martyrisés et l’officier qui commande les oblige à crier « camarade », chaque fois qu’il passe devant eux. L’un d’eux, François Lafaye, âgé et marchant trop lentement au gré de ses bourreaux[10], reçoit deux décharges de mitraillette et, bien que blessé et perdant son sang en abondance, est obligé, comme ses malheureux compagnons de rester à genoux et de crier lui aussi « camarade » à chaque passage du commandant allemand. Il ne pourra recevoir les soins que nécessite son état que le surlendemain. Le docteur Perruchot retirera de ses jambes vingt balles ou éclats.

Au village du Boucher, une ferme est incendiée à l’aide de paille que le plus proche voisin est obligé d’apporter, après quoi, il est massacré et son corps jeté dans un bâtiment en flammes. Vers six heures enfin, les Allemands quittent Cantillac, laissant derrière eux comme partout où ils sont passés, un sillage de ruines, de sang, de larmes, et de deuils.

Ce n’est que le lendemain, au petit jour, que l’on peut enfin organiser des battues, compter les morts et panser les blessés, et que le maire peut identifier les morts et leur rendre un hommage. Cinq français sont tombés sur le territoire de la commune[10]. Tous n’étaient pas originaires de Cantillac et quelques-uns n’étaient que des hôtes de passage.

Pour ces faits, la commune a été décorée de la croix de guerre 1939-1945 le , distinction également attribuée à dix-huit autres communes de la Dordogne[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune de Cantillac est rattachée au canton de Champagnac-de-Belair qui dépend du district de Nontron jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, le canton dépend de l'arrondissement de Nontron[12].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[13]. La commune est alors rattachée au canton de Brantôme.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 1996, Cantillac intègre dès sa création la communauté de communes du Pays de Champagnac-en-Périgord. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2013 et remplacée au 1er janvier 2014 par la communauté de communes Dronne et Belle.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 100 et 499 habitants au recensement de 2011, onze conseillers municipaux ont été élus en 2014[14],[15].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie (ancienne école).
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
    Paul Marc Telfond[Note 1]   Industriel
         
octobre 1947 ? Jean Telfond[Note 2]    
         
juillet 1951 mars 1965 Gaston Royer    
mars 1965 mars 1971 Gervais Giroux    
mars 1971 mars 1977 Paul Lasmesuras    
mars 1977 mars 2008 Raymond Chanceau    
mars 2008 décembre 2018 Pierre Niquot DLF Retraité

Instances judiciaires[modifier | modifier le code]

Dans les domaines judiciaire et administratif, Cantillac relève[16] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Cantillac se nomment les Cantillacois[17].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[19].

En 2016, la commune comptait 189 habitants[Note 3], en diminution de 4,55 % par rapport à 2011 (Dordogne : -0,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
389343349373367380359377387
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
399360372337340314312320280
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
268268250230224190212197189
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
159164186163151167175189192
2016 - - - - - - - -
189--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2012, Cantillac est organisée en regroupement pédagogique intercommunal (RPI) avec les communes de Champagnac-de-Belair et Condat-sur-Trincou au niveau des classes de maternelle et de primaire. Les classes sont assurées en totalité à Champagnac-de-Belair.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[21], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 95 personnes, soit exactement la moitié de la population municipale. Le nombre de chômeurs (huit) a augmenté par rapport à 2010 (six) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 8,3 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte dix-huit établissements[22], dont cinq dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, quatre au niveau des commerces, transports ou services, quatre dans l'industrie, trois relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, et deux dans la construction[23].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Décédé en mai 1946.
  2. Décédé en 1949.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Patrick Ranoux, préface de René Pijassou, Atlas de la Dordogne-Périgord, Ouvrage publié à compte d'auteur, Speed impression, 1996, (ISBN 978-2-9501476-1-5), p. 19.
  2. « Cantillac » sur Géoportail (consulté le 11 novembre 2018).
  3. a et b A. Dauzat et Ch. Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 2e édition, p. 143, Librairie Guénégaud, 1re édition en 1963, (ISBN 2-85023-076-6)
  4. Vicomte Alexis de Gourgues, Dictionnaire topographique du département de la Dordogne comprenant les noms de lieu anciens et modernes (A-K), article « Champagnac-de-Belair », 1873, sur guyenne.fr, consulté le 13 décembre 2018.
  5. « Quentillac » sur Géoportail (consulté le 12 décembre 2018)..
  6. Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, p. 81, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2)
  7. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 13 février 2014.
  8. a et b « Église », notice no PA00082429, base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 12 décembre 2018.
  9. « Arrêté création commune nouvelle Brantôme en Périgord » [PDF], sur Préfecture de la Dordogne, Recueil des actes administratifs de la Dordogne, (consulté le 8 novembre 2018), p. 13-17
  10. a b c d e f g h i et j Guy Penaud, Les crimes de la Division "Brehmer", p. 138-141, éditions la Lauze, mars 2004, (ISBN 2-912032-65-2)
  11. [PDF] Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945, Mémorial des batailles de la Marne - Dormans (51), p. 14-15.
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 11 juin 2015).
  14. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 11 novembre 2018.
  15. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 11 novembre 2018.
  16. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 11 novembre 2018).
  17. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 11 novembre 2018.
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  21. Dossier complet - Commune de Cantillac (24079) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 24 août 2018.
  22. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 24 août 2018).
  23. Dossier complet - Commune de Cantillac (24079) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 24 août 2018.
  24. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 259.
  25. Jean-Marie Bélingard, Dominique Audrerie, Emmanuel du Chazaud, préface d'André Chastel, Le Périgord des chartreuses, Pilote 24 édition, Périgueux, mai 2000, (ISBN 2-912347-11-4), p. 283