La Gonterie-Boulouneix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Gonterie-Boulouneix
La Gonterie-Boulouneix
Vue générale du village de la Gonterie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Nontron
Canton Brantôme
Intercommunalité Communauté de communes Dronne et Belle
Statut Commune déléguée
Maire délégué Jean-Jacques Lagarde
2019-2020
Code postal 24310
Code commune 24198
Démographie
Gentilé Gontariaux
Population 249 hab. (2016 en augmentation de 1,63 % par rapport à 2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 23′ 16″ nord, 0° 35′ 20″ est
Altitude Min. 100 m
Max. 202 m
Superficie 11,79 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Brantôme en Périgord
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 15.svg
La Gonterie-Boulouneix

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 15.svg
La Gonterie-Boulouneix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
La Gonterie-Boulouneix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
La Gonterie-Boulouneix

La Gonterie-Boulouneix est une ancienne commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Au , elle est intégrée à la commune nouvelle (élargie) de Brantôme en Périgord en tant que commune déléguée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La retenue du Boulou à la Tabaterie.

Localisée au nord-ouest du département de la Dordogne, la commune déléguée de La Gonterie-Boulouneix s'étend sur 11,79 km2. Elle est bordée à l'ouest par un affluent de la Dronne, le Boulou, qui lui sert en trois tronçons de limite naturelle avec Saint-Félix-de-Bourdeilles, Léguillac-de-Cercles et Paussac-et-Saint-Vivien. Son principal affluent, le Belaygue, traverse la commune du nord-est au sud-ouest, arrosant le village de Belaygue et bordant celui de Boulouneix.

Du nord-est au sud-ouest (en passant par le nord), la commune est limitrophe du parc naturel régional Périgord-Limousin. Elle a la particularité d'être séparée des autres communes du canton de Champagnac-de-Belair par les communes de Saint-Crépin-de-Richemont (canton de Mareuil) et de Brantôme (canton de Brantôme)[1].

L'altitude minimale, 100 mètres, se situe au sud-ouest, au confluent du Belaygue et du Boulou. Le point culminant avec 202 mètres se trouve au nord-est, au nord du lieu-dit chez Jaumelet, à 200 mètres environ de la commune de Saint-Crépin-de-Richemont. Au niveau géologique, le sol se compose principalement de calcaires du Crétacé, et à l'est, de sables, d'argiles ou de graviers du Pléistocène[2].

Le bourg de La Gonterie-Boulouneix est situé, en distances orthodromiques, cinq kilomètres au nord-ouest de Brantôme et 17 kilomètres au sud-sud-ouest de Nontron. Il est implanté à l'écart des routes importantes. La principale voie d'accès demeure, un kilomètre et demi au nord, la route départementale 939 (axe La Rochelle - Périgueux, ancienne route nationale 139).

Le sud de la commune est parcouru par le sentier de grande randonnée GR 36 qui passe au village de Boulouneix et suit le cours du Belaygue.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

En 2018, année précédant son intégration à la commune nouvelle de Brantôme en Périgord, La Gonterie-Boulouneix était limitrophe de cinq autres communes.

Communes limitrophes de La Gonterie-Boulouneix
Saint-Félix-de-Bourdeilles Saint-Crépin-de-Richemont
Mareuil en Périgord La Gonterie-Boulouneix
Paussac-et-Saint-Vivien Brantôme en Périgord

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Outre le bourg de La Gonterie-Boulouneix proprement dit, le territoire se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[3] :

  • Belaygue
  • le Bernard
  • Boulouneix
  • Champat
  • Champèbre
  • Champtonie
  • la Chataignade
  • Chenoles
  • le Clos du Pont
  • le Coudert
  • l'Étang
  • Garelias
  • la Grave
  • chez Jaumelet
  • le Maine
  • Marquisat
  • la Négrerie
  • Palange
  • la Plagne
  • la Suchonie
  • les Sudries
  • Tabaterie
  • le Terme Rouge

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention écrite connue de Boulounieix date du XIIIe siècle dans un pouillé sous la forme Bolones, suivie en 1360 de la graphie Boloneys[4]. Ce nom est probablement dérivé de celui de son cours d'eau principal, le Boulou[5]. Le toponyme de La Gonterie a pour origine un nom de personne, Gonthier, d'origine germanique, signifiant « domaine de Gonthier »[5].

En occitan, la commune porte le nom de La Gontariá e Bolonés[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

En bordure du Boulou, les abris de Tabaterie ont révélé de nombreux outils et armes préhistoriques remontant au Moustérien[7].

En 1806, l'ancienne commune de Belaygue fusionne avec celle de Boulouneix, cette dernière prenant en 1912 le nom de La Gonterie-Boulouneix[8].

Au , la commune fusionne avec six autres communes pour former la commune nouvelle (élargie) de Brantôme en Périgord[9]. À cette date, les sept communes fondatrices deviennent communes déléguées.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

Les communes de Boulouneix[10] et de Belaygue[11] ont, dès 1790, été rattachée au canton de Saint Félix qui dépendait du district de Nontron. En 1795, les districts sont supprimés. En 1801, le canton de Saint Félix est supprimé, et les deux communes sont rattachées au canton de Champagnac-de-Bel-Air dépendant de l'arrondissement de Nontron.

Boulouneix absorbe la commune de Belaygue en 1806 et prend le nom de La Gonterie-Boulouneix en 1912.

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, le canton de Champagnac-de-Belair disparaît aux élections départementales de mars 2015[12]. La commune est alors rattachée au canton de Brantôme.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

En 1999, La Gonterie-Boulouneix rejoint la communauté de communes du Pays de Champagnac-en-Périgord créée trois ans plus tôt. Celle-ci disparaît le 31 décembre 2013, remplacée au 1er janvier 2014 par une nouvelle intercommunalité élargie, la communauté de communes Dronne et Belle.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 100 et 499 habitants au recensement de 2011, onze conseillers municipaux ont été élus en 2014[13],[14].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
(1947 ou avant) 1965 Julien Coussy (ou Coussi)    
1965 mars 1989 Marc Compagnaud    
mars 1989 février 2002 Bernard Trigolet[Note 1]    
février 2002 décembre 2018 Jean-Jacques Lagarde SE Entrepreneur de travaux publics

Instances judiciaires[modifier | modifier le code]

Dans les domaines judiciaire et administratif, La Gonterie-Boulouneix relève[15] :

Démographie[modifier | modifier le code]

La commune de Belaygue fusionne avec Boulouneix en 1806. La commune prend le nom de La Gonterie-Boulouneix en 1912.

Démographie de Belaygue[modifier | modifier le code]

Évolution de la population
de Belaygue
1793 1800 1806
9176-
(Source : Ldh/EHESS/Cassini[16])

Démographie de Boulouneix, puis de La Gonterie-Boulouneix[modifier | modifier le code]

Les habitants de La Gonterie-Boulouneix se nomment les Gontariaux[17].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[19].

En 2016, la commune comptait 249 habitants[Note 2], en augmentation de 1,63 % par rapport à 2011 (Dordogne : -0,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
498495564570618653651656680
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
673661608594600569527541502
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
477510508406375359331300259
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
220222214237195234237241248
2016 - - - - - - - -
249--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2015[21], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 107 personnes, soit 43,1 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (vingt-deux) a augmenté par rapport à 2010 (seize) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 20,6 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au , la commune compte vingt-deux établissements[22], dont quinze au niveau des commerces, transports ou services, deux dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, deux dans la construction, deux dans l'industrie, et un relatif au secteur administratif[23].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

À l'ouest sur environ six kilomètres, le Boulou ainsi que sa vallée, ses coteaux et son affluent le Belaygue, forment une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type I, présentant une importante variété faunistique sur La Gonterie-Boulouneix et six autres communes[31],[32]. De nombreuses espèces s'y trouvent, parmi lesquelles plusieurs sont déterminantes :

Deux plantes rares : la colchique d'automne (Colchicum autumnale) et la fritillaire pintade (Fritillaria meleagris), y sont également présentes. De très nombreuses autres espèces animales ou végétales y ont été recensées : cinq amphibiens, cinq reptiles, 71 oiseaux, 307 insectes ainsi que 40 plantes.

Cette ZNIEFF fait partie d'une ZNIEFF de type II plus vaste, étendue à deux autres communes, représentant ainsi la totalité du cours du Boulou, depuis sa source jusqu'à sa confluence avec la Dronne[33],[34].

Distinctions culturelles[modifier | modifier le code]

La Gonterie-Boulouneix fait partie des communes ayant reçu l’étoile verte espérantiste, distinction remise aux maires de communes recensant des locuteurs de la langue construite espéranto.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Démissionnaire.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte du canton de Champagnac-de-Belair sur le site de l'Insee, consulté le 17 janvier 2011.
  2. Patrick Ranoux, préface de René Pijassou, Atlas de la Dordogne-Périgord, Ouvrage publié à compte d'auteur, Speed impression, 1996, (ISBN 978-2-9501476-1-5), p. 19.
  3. « La Gonterie-Boulouneix » sur Géoportail (consulté le 11 novembre 2018).
  4. Vicomte Alexis de Gourgues, Dictionnaire topographique du département de la Dordogne comprenant les noms de lieu anciens et modernes (A-K), article « Boulonneix », 1873, sur guyenne.fr, consulté le 13 décembre 2018.
  5. a et b Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, Éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 167-168.
  6. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 2 mars 2014.
  7. A. Darpeix, Nouvelles fouilles à Tabaterie (Dordogne). Gisement Sandougne (Sendonnie) , Bulletin de la Société préhistorique française, année 1936, volume 33, p. 417-441 sur Persée, consulté le 16 janvier 2011.
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. « Arrêté création commune nouvelle Brantôme en Périgord » [PDF], sur Préfecture de la Dordogne, Recueil des actes administratifs de la Dordogne, (consulté le 8 novembre 2018), p. 13-17
  10. Notice communale de La Gonterie-Boulouneix sur le site Ldh/EHESS/Cassini, consulté le 27 avril 2012.
  11. Notice communale de Belaygue sur le site Ldh/EHESS/Cassini, consulté le 27 avril 2012.
  12. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 11 juin 2015).
  13. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 11 novembre 2018.
  14. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 11 novembre 2018.
  15. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 11 novembre 2018).
  16. « Notice communale de Belaygue », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 3 décembre 2012)
  17. Annuaire des maires de la Dordogne 2009, Mediapress, Périgueux, 2009, (ISSN 1770-3387), p. 141.
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  21. Dossier complet - Commune de la Gonterie-Boulouneix (24198) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 9 novembre 2018.
  22. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 9 novembre 2018).
  23. Dossier complet - Commune de la Gonterie-Boulouneix (24198) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 9 novembre 2018.
  24. « Gisement de Tabaterie (abri Brouillaud et abri Sondougne) », notice no PA00082566, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 13 décembre 2018.
  25. « Église de Boulouneix », notice no PA00082565, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 13 décembre 2018.
  26. Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 221.
  27. « Ruines du prieuré rural de Belaygues (ruines) », notice no PA00082567, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 13 décembre 2018.
  28. a et b Évelyne Bermond-Picot et Gérard Leconte, Les Abbayes et Prieurés du Périgord, Collection le Patrimoine revit, éditions GLI, 2017, (ISBN 978-2-9535284-5-9), p. 60-61.
  29. Jean-Marie Bélingard, Dominique Audrerie, Emmanuel du Chazaud, préface d'André Chastel, Le Périgord des chartreuses, Pilote 24 édition, Périgueux, mai 2000, (ISBN 2-912347-11-4), p. 182
  30. Jean-Marie Bélingard, Dominique Audrerie, Emmanuel du Chazaud, préface d'André Chastel, Le Périgord des chartreuses, Pilote 24 édition, Périgueux, mai 2000, (ISBN 2-912347-11-4), p. 183
  31. [PDF] Réseau hydrographique et coteaux du Boulou aval, INPN, consulté le 5 décembre 2018.
  32. Carte de la ZNIEFF 720020047, INPN, consulté le 5 décembre 2018. Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux communes, cliquer en haut à gauche sur le globe terrestre bleu, descendre la valeur de la couche « Métropole : ZNIEFF1 » à 0 et augmenter l'opacité de la couche « Cartes IGN » à 1.
  33. [PDF] Vallée et coteaux du Boulou, INPN, consulté le 5 décembre 2018.
  34. Carte de la ZNIEFF 720020051, INPN, consulté le 5 décembre 2018. Afin de visualiser correctement la zone par rapport aux communes, cliquer en haut à gauche sur le globe terrestre bleu, descendre la valeur de la couche « Métropole : ZNIEFF2 » à 0 et augmenter l'opacité de la couche « Cartes IGN » à 1.