Azuré du serpolet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Phengaris arion

L’Azuré du serpolet, Phengaris arion, est une espèce d’insectes lépidoptères de la famille des Lycaenidae, de la sous-famille des Polyommatinae et du genre Phengaris.

Description[modifier | modifier le code]

C'est un petit papillon au dessus bleu intense taché de noir aux antérieures. Certaines sous-espèces ou formes présentent une large bordure foncée. La frange blanche est discrètement entrecoupée

Le revers est ocre orné d'une double ligne marginale de points marron et d'une ligne, deux aux postérieures de points noirs cerclés de blanc.

Chenille[modifier | modifier le code]

La chenille, petite et trapue, possède une tête rétractile noire et un corps rose puis blanc rosé[1].

Biologie[modifier | modifier le code]

Au début de sa croissance, la chenille est phytophage et se nourrit des corolles de ses plantes-hôtes. Elle tombe ensuite au sol et est transportée par les fourmis dans leur fourmilière. Elle se nourrit alors, jusqu'à sa métamorphose, de larves de fourmis[2].

Période de vol et hivernation[modifier | modifier le code]

Il hiverne à l'état de chenille.

Les chenilles sont soignées par des fourmis, Myrmica sabuleti et Myrmica scabrinodis[3]. La nymphose a lieu dans la fourmilière[1].

Il vole en une génération, de fin mai à fin juillet[3].

Azuré du serpolet en mi-juin 2010
Natura2000 Vallée de l'Antenne

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Ses plantes hôtes sont des thyms Thymus serpyllum, Thymus praecox, Thymus marschalliana, et origans Origanum vulgare.

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

Il est présent en Europe du nord de l'Espagne au sud de la Scandinavie, en Turquie, dans l'ouest de la Sibérie, le nord-ouest du Kazakhstan et dans l'Altaï. Il est éteint en Grande-Bretagne depuis 1979[3],[4].

En France métropolitaine il est présent dans presque tous les départements, mais est absent ou n'a pas été trouvé depuis 1980 en Bretagne, en Basse-Normandie, dans le Nord-Pas-de-Calais et l'Île-de-France[5].

Biotope[modifier | modifier le code]

Il réside dans les clairières, les lieux herbus secs.

Systématique[modifier | modifier le code]

  • L'espèce Phengaris arion a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758, sous le nom initial de Papilio arion[6].
  • La localité type et Nurnberg en Allemagne.

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Papilio arion Linnaeus, 1758 Protonyme
  • Glaucopsyche arion (Linnaeus, 1758)
  • Maculinea arion (Linnaeus, 1758)[7]
  • Papilio telegone Bergsträsser, 1779[8]
  • Papilio varietas Bergsträsser, 1779[4],[9].
  • Lycaena arthurus Melvill, 1873[10]
  • Maculinea obscura (Christ, 1878)
  • Lycaena ligurica Wagner, 1904
  • Lycaena obscura Christ, 1877[11]

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Sous-espèces
  • Phengaris arion arion (Linnaeus, 1758)
  • Phengaris arion buholzeri Rezbanyai, 1978;
  • Phengaris arion inferna Sibatani, Saigusa et Hirowatari, 1994; dans le Sichuan.
  • Phengaris arion zara Jachontov, 1935; en Arménie[4].

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

L’Azuré du Serpolet ou Azuré d'Arion ou Argus à bandes brunes ou Arion ou Argus Arion, se nomme en anglais Large Blue, en allemand Schwarzflecken Blauling et en espagnol Hormiguera de lunares[12],[4].

L'Azuré du serpolet et l'Homme[modifier | modifier le code]

Protection[modifier | modifier le code]

L'Azuré du serpolet est inscrit sur la liste des insectes strictement protégés de l'annexe 2 de la Convention de Berne, sur la liste des insectes strictement protégés de l'annexe IV de la Directive Habitats du Conseil de l'Europe concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages du 21 mai 1992.

En France l'Azuré du serpolet est inscrit sur la liste rouge des insectes de France métropolitaine (article 2 de l'arrêté du 23 avril 2007 fixant la liste des insectes protégés sur le territoire national)[13].

L'Azuré du serpolet etait éteint en Grande-Bretagne mais y a été réintroduit.

Son évolution nécessite une plante hôte spécifique et des fourmis spécifiques. L'espèce est donc à la merci des changements culturaux comme de la fermeture des espaces qui ne sont plus pâturés. D'où l'utilité de la surveillance et du maintien en état de ses zones de résidence[14].

Philatélie[modifier | modifier le code]

L'Azuré du serpolet figure sur un timbre de la poste hongroise.

magyar posta

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b D.J. Carter et B. Hargreaves, Guide des chenilles d'Europe, Delachaux et Niestlé, 2001, (ISBN 2-603-00639-8)
  2. Interactions entre Maculinea arion et Myrmica sabuleti
  3. a, b et c Tom Tolman, Richard Lewington, Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé, (ISBN 978-2-603-01649-7)
  4. a, b, c et d funet
  5. lepinet
  6. Linnaeus, 1758; Syst. Nat. (Edn 10) 1
  7. van Eecke, 1915; Zool. Meded. 1 (3): 28
  8. Bergsträsser, 1779; Nomen. Ins., 3: 8, pl. 52, f. 5-6
  9. INPN taxonomie
  10. Melvill, 1873; Ent. mon. Mag. 9 : 263
  11. INPN taxonomie
  12. INPN
  13. INPN protection
  14. info site 4 Vallée de l'Antenne

Vidéo[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes taxonomie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tom Tolman, Richard Lewington, Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, éditions Delachaux et Niestlé, 2010 - (ISBN 978-2-603-01649-7)