Camionnette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les transports
Cet article est une ébauche concernant les transports.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section adopte un point de vue régional ou culturel particulier et nécessite une internationalisation. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Merci de l'améliorer ou d'en discuter sur sa page de discussion ! Vous pouvez préciser les section à internationaliser en utilisant {{section à internationaliser}}.

Une camionnette, ou fourgonnette, est un véhicule de transport automobile principalement destiné aux marchandises. On emploie aussi le terme de « véhicule utilitaire léger ».

Selon la législation française, une « camionnette est un véhicule à moteur ayant au moins quatre roues, à l'exclusion des quadricycles à moteur, destiné au transport de marchandises et dont le poids total autorisé en charge n'excède pas 3,5 tonnes[1] ».

Terminologie[modifier | modifier le code]

Au sens originel du mot, il s'agit d'un « petit camion » (c'est-à-dire d'un plateau à ciel ouvert, muni de ridelles ou d'une benne, et souvent couvert d'une bâche sur arceaux). En France, les Peugeot 203, 403 et 404 camionnettes, omniprésentes jusque dans les années 1970, en sont des exemples. Ces véhicules sont devenus assez rares. Les Québécois, pour leur part, ont conservé l'usage du terme camionnette.

Aujourd'hui, en France, dans le langage courant, le terme « camionnette » désigne ce qui était appelé autrefois « fourgonnette », c'est-à-dire un petit fourgon, qui est une « voiture longue et couverte pour le transport des bagages ou des bestiaux[2] ». Il s'agit presque toujours d'un véhicule utilitaire entièrement fermé, tôlé, muni de portes, et parfois de quelques vitres latérales comme, par exemple, les fourgonnettes Citroën 2CV AU/AZU et Renault 4 F4 et F6. Pour les camionnettes de taille moyenne (PTAC de l'ordre de 2,8 t, type Citroën Jumpy, Renault Kangoo, Fiat Scudo, Peugeot Expert…) on utilisait le terme générique « estafette », désignant, à l'origine, un service de messagerie hippomobile[3] ; Renault utilise ce mot, en 1959, comme dénomination commerciale de son Estafette, fourgonnette qui connaît un grand succès commercial, faisant passer le mot dans le langage courant.

Une fourgonnette dont les flancs de l'espace de chargement s'ouvrent largement et se ferment par une toile s'appelle une « boulangère ». Très prisée en France entre 1914 et 1945[4], ce type de carrosserie a aujourd'hui disparu du marché. Une des dernières carrosseries boulangères françaises de grande série est la Renault Colorale.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Article R311-1 du Code de la route », sur codes-et-lois.fr.
  2. « Fourgon », sur larousse.fr (consulté le 9 octobre 2012)
  3. « Citations correspondant à « estafette » », sur littré.reverso.net (consulté le 9 octobre 2012)
  4. De nombreux constructeurs, tels Citroën, Peugeot, Unic… proposaient ce type de carrosserie à leur catalogue.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :