Saint Privat en Périgord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint Privat en Périgord
Le château de la Meynardie.
Le château de la Meynardie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Montpon-Ménestérol
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Saint-Aulaye
Maire
Mandat
Pascale Roussie-Nadal
2017-2020
Code postal 24410
Code commune 24490
Démographie
Population
municipale
1 207 hab. (2014)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 13′ 35″ nord, 0° 12′ 57″ est
Altitude Min. 35 m – Max. 137 m
Superficie 44,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint Privat en Périgord

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint Privat en Périgord

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint Privat en Périgord

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint Privat en Périgord

Saint Privat en Périgord est, à partir du , une commune nouvelle française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La commune nouvelle regroupe les communes de Festalemps, Saint-Antoine-Cumond et Saint-Privat-des-Prés. Son chef-lieu se situe à Saint-Privat-des-Prés.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint Privat en Périgord est limitrophe de neuf autres communes.

Communes limitrophes de Saint Privat en Périgord
Laprade
(Charente),
Aubeterre-sur-Dronne
(Charente)
Petit-Bersac Chassaignes
Bonnes
(Charente)
Saint Privat en Périgord Vanxains
Saint Aulaye-Puymangou Saint-Vincent-Jalmoutiers La Jemaye-Ponteyraud

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint Privat en Périgord est une commune nouvelle créée le pour une prise d'effet au [1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Pendant une période courant jusqu'au prochain renouvellement des conseils municipaux (prévu en 2020), le conseil municipal de la nouvelle commune est constitué de l'ensemble des conseillers municipaux des anciennes communes[1] (quinze pour Saint-Privat-des-Prés, et onze pour chacune des deux autres ex-communes, soit un total de trente-sept). Le maire de la nouvelle commune est élu début 2017. Les maires des anciennes communes deviennent maires délégués de celles-ci.

Communes déléguées[modifier | modifier le code]

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Saint-Privat-des-Prés
(siège)
24490 CC du Pays de Saint Aulaye 19,63 565 (2014) 29
Festalemps 24178 CC du Pays de Saint Aulaye 12,27 272 (2014) 22
Saint-Antoine-Cumond 24368 CC du Pays de Saint Aulaye 12,14 370 (2014) 30

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2017 en cours Pascale Roussie-Nadal[2] SE Fonctionnaire de collectivité territoriale,
ex-maire de Saint-Privat-des-Prés

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Arrêté portant création de la commune nouvelle de Saint Privat en Périgord », sur Préfecture de la Dordogne (recueil des actes administratifs), (consulté le 6 octobre 2016), p. 134-138
  2. Jean-Louis Savignac, « La commune nouvelle est née vendredi », Sud Ouest édition Périgueux, 12 janvier 2017, p. 18.