Veigné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Veigné
Ancien moulin à eau
Ancien moulin à eau
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Montbazon
Intercommunalité Communauté de communes du Val de l'Indre
Maire
Mandat
Patrick Michaud
2014-2020
Code postal 37250
Code commune 37266
Démographie
Gentilé Vindiniens
Population
municipale
6 079 hab. (2011)
Densité 229 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 17′ 18″ N 0° 44′ 18″ E / 47.2883333333, 0.73833333333347° 17′ 18″ Nord 0° 44′ 18″ Est / 47.2883333333, 0.738333333333  
Altitude Min. 51 m – Max. 94 m
Superficie 26,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Veigné

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Veigné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Veigné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Veigné
Liens
Site web http://www.veigne.fr

Veigné est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire en région Centre.

Ses habitants sont appelés les Vindiniens.

Son "slogan" est Veigné, ville verte.

Géographie[modifier | modifier le code]

Veigné se situe sur l'Indre à une douzaine de kilomètres de Tours. La commune forme une demi-couronne entourant la commune de Montbazon par le nord.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est encadrée par Chambray-Lès-Tours au Nord, Esvres à l'Est, Montbazon et Monts à l'Ouest, Saint Branchs et Sorigny au Sud.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 6 079 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
880 1 173 998 1 037 1 240 1 289 1 303 1 343 1 297
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 245 1 298 1 333 1 269 1 621 1 520 1 457 1 391 1 346
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 295 1 357 1 361 1 354 1 348 1 336 1 379 1 695 1 852
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 891 2 420 3 616 4 199 4 520 5 474 5 887 5 990 6 079
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines de Veigné remontent au temps des Gaulois. Les Turones conquis par l'armée romaine. Les Romains qui laissèrent en souvenirs les noms de Beigneux, Thorigny, Bourroux puis Viniacum et Veigneum.

L'église appartenait à l'abbaye de Cormery : reconstruite en 1873, il reste d'origine le clocher en pierre du XIIe siècle.

Saint Martin évêque de Tours, fonde en 372 la Chapelle St Laurent. Sa forme actuelle date du XVIe siècle.

Les premières traces de l'existence de la Championnière remontent à 1440. De cet ancien manoir ne subsiste que la tourelle. Le château détruit fut remplacé vers 1830 par un manoir. Édifié sous Louis-Philippe 1er, le manoir possède une architecture d'inspiration "italienne".

En 1617, Louis XIII retire le pouvoir à sa mère Marie de Médicis et va la retenir en prison à Blois. La fuite de la reine en février 1619 laisse pressentir une nouvelle guerre finalement évitée par Richelieu. Pour confirmer la paix, l'entrevue de Louis XIII et de sa mère a lieu au château de Couzières le 5 septembre 1619.

La commune de Veigné se trouve sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Un gîte restauré et meublé par la commune est ouvert aux pèlerins dès le mois de juin dans la tradition de la fraternité hospitalière.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Veigné

Les armes de Veigné se blasonnent ainsi :

De gueules à la roue de moulin de huit rais d'or en perspective cavalière, posée sur une rivière ondée cousue d'azur mouvant de la pointe[3].

Monuments[modifier | modifier le code]

Les visites et balades à Veigné :

  • Le Moulin de Veigné : Ancien moulin à eau qui sert aujourd'hui à diverses expositions et activités culturelles. À côté de lui se trouvent l'école de musique, l'Accueil Jeunes et le club de Canoë-Kayak. Les vannages du Moulin est un site très recherché pour le canoë kayak, le club local a remporté de nombreux prix. Le Moulin de Veigné est un haut lieu de la vie culturelle de la ville, chorale des Trois Villages (Veigné, Esvres et Montbazon), peinture, céramique, etc. Chaque premier dimanche de novembre se déroule la "Rando du Moulin" grande fête du VTT qui regroupe plus de deux mille participants ;
  • L'église Saint Maixent : Le clocher date selon les archéologues des environs de 1140-1160. Le plus ancien édifice de la commune a été classé aux Monuments Historiques en 1961. "en mître" ce type de clocher est caractéristique de la Vallée de l'Indre. Le reste du monument a été reconstruit vers 1875 en style néo-roman par l'architecte Gustave Guérin. Il a été assisté par Albert Bataille, architecte du Moulin de Veigné, et par l'abbé Pierre Sorin, curé de Veigné à cette époque.
  • Le Manoir de la Championnière : La commune de Veigné a acheté cette propriété de 21 ha et a inauguré en 2010. Un parcours découverte permet l'accès au parc dans lequel on peut contempler un châtaigner de 25 m d'envergure et 8,5 m de circonférence. Une aire de pique y a également était installée afin de permettre à tous de venir se ressourcer.

La commune compte aussi de belles propriétés :

  • Domaine de la Tortinière : L'histoire de la Tortinière débute à l'époque romaine. En effet, le chemin qui part de l'entrée du parc et longe le mur de la propriété en direction de l'Indre fait partie du tracé de l'ancienne voie romaine, dite "Chemin Blanc" qui menait de Tours à Montbazon. Le château de style Renaissance fut construit en 1866.
  • Château de Couzières : Le château est situé au flanc du coteau de la rive droite de l'Indre en direction de la commune d'Esvres. Les deux tours cylindriques et les douves eau qui protègent l'entrée sud-ouest seraient les vestiges d'une forteresse du XVe siècle. Le château de Couzières fut profondément modifié et mis en valeur au cours des siècles et ce jusqu'au XXe siècle par ses différents propriétaires.
  • Manoir de la Belle Jonchère : C'est sur la route qui mène de Veigné à Saint Branchs que vous pouvez apercevoir cette majestueuse demeure flanquée de quatre élégantes tourelles datant des années 1600.
  • Manoir de Fontiville : Situé sur les hauteurs de la Vallée de l'Indre le Manoir fut construit au milieu d'un parc arboré en 1845 par Benjamin Voisine de la Fresnaye. Le Manoir accueille aujourd'hui le Lycée Polyvalent Privé Saint Gilles.
  • Domaine de Thorigny : Ce domaine était connu au XIe siècle sous le nom de Torineium. Au XVe siècle un manoir féodal est signalé et en 1790 le Prince Rohan-Guemene devient propriétaire du domaine. La grande propriété comprenait alors le château avec fuye, une grange avec pressoir, une cour, un jardin, des terres cultivables, des vignes, des bois et même des friches. En 1845, la famille Torterue de Sazilly, alors propriétaire du domaine, fit édifier le château en pierres de taille, de style "Charles X".
  • Manoir de Taffoneau : Signalé en 1440, le manoir de l'époque était pourvu d'une chapelle ainsi que de vastes bâtiments servant d'écuries, de bergeries et d'étables. Trois tours séparées par un corps de toit avec mur fermaient la propriété. En 1868 et 1874 eu lieu d'importantes transformations.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

De À Identité Parti Qualité
1944 1953 Charles Amathis
1953 1955 Alexandre Baron
1955 1965 James Chagnon
1965 1966 Humbert Collin
1966 1977 Marc Piffre
1977 1983 Sylvain Dazac
1983 1989 André Demolliens
1989 1999 Hubert Marionnaud DVD Conseiller général
1999 2001 Jacques Herbet
2001 2008 Joël Thalineau Les Verts
2008 en cours Patrick Michaud DVD puis UDI

Économie de la commune[modifier | modifier le code]

Évolution de l'endettement (en milliers d’€)[4] :

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Veigné en 2010[5]
Taxe Taux appliqué (part communale)
Taxe d'habitation (TH) 16,71 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 22,34 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 43,89 %

Enfance-Jeunesse[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Il y a deux groupes scolaires à Veigné, comprenant chacun une école maternelle et élémentaire. L'un se situe au bourg, et l'autre aux Gués (partie de la ville limitrophe à Chambray-lès-Tours). Le collège de rattachement est le collège Albert Camus de Montbazon, de même pour les villes de Sorigny, Montbazon et Villeperdue. Le collège Saint-Étienne est aussi situé à proximité sur la commune de Chambray-lès-Tours.

Accueils de loisirs dans hébergement (ALSH)[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er janvier 2013, ces accueils de loisirs destinés aux enfants de 3 à 13 ans sont gérés au niveau de la Communauté de Communes du Val de l'Indre (CCVI).

Accueil Jeunes[modifier | modifier le code]

Lieu de détente, de rencontres et d'échanges consacré aux jeunes vindiniens âgés de 14 à 17 ans. Gratuit et soumis à l'autorité parentale, on y propose : des jeux en accès libre, des sorties, de l'accompagnement de projets individuels ou collectifs et de l'information jeunesse.

Démocratie Locale[modifier | modifier le code]

La commune de Veigné associe les Vindiniens à la vie de la collectivité. Ainsi la population à l'occasion de s'impliquer à travers :

  • Les conseils municipaux, les bulletins municipaux et les réunions publiques
  • Les visites de quartiers : depuis 2008, des visites sont organisées dans les différents quartiers de la commune. Ainsi les élus viennent à la rencontre des habitants afin de recueillir leurs remarques et d'instaurer un dialogue constructif.
  • Le Conseil des Seniors : en 2009, tous les Vindiniens de plus de 65 ans ont été contactés pour participer à ce conseil qui se compose de 11 membres élus. Le Conseil des Seniors est une instance consultative, d'études, de concertations et de propositions dans tous les projets d'intérêts communal et communautaire.
  • Le Conseil des Enfants : en 2012, la commune a proposé aux jeunes Vindiniens de CE2, CM1 et CM2 de participer à la vie de la commune au travers d'un Conseil des Enfants. Suite à un vote réalisé dans les écoles, 12 représentants ont été élus.

Equipements sportifs[modifier | modifier le code]

  • Gymnase Municipal : Situé avenue de Touraine, il comprend 2 dojos (karaté et judo).
  • City-Stade : Ce complexe sportif en plein air est situé près de la salle des fêtes.
  • Stade Georges Dézé : Regroupe trois terrains de football et deux courts de tennis situés rue de la Blotelière.

Activités de plein air[modifier | modifier le code]

  • Canoë Kayak : Randonnées sur l'Indre sur une rivière au milieu d'une vallée. Cette activité est proposée par le VICK, situé à la base nautique.
  • Piscine : Située au bord de l'Indre.
  • Randonnées pédestres et cyclistes.
  • Pêche : Parcours de pêche balisé.
  • Mini-Golf.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • L'acteur, auteur et metteur en scène Samuel Ganes y a passé son enfance, sa famille paternelle y vivant toujours. Il a installé sa compagnie de théâtre professionnelle Innara Theatra, sur les terres de Veigné, dans le bourg de Vaugourdon.
  • L'athlète français, spécialiste du saut à la perche, Jérôme Clavier qui participa notamment au concours de saut à la perche "Festivol" en 2009 et 2010 au sein du gymnase de la Commune.

Récompenses[modifier | modifier le code]

La ville de Veigné a reçu plusieurs récompenses.

Le Prix du Management Public[modifier | modifier le code]

Reçu en 2012, ce prix récompense en particulier les actions de la commune pour sa démarche de valorisation de son capital humain et des compétences de ses agents.

Le Prix des Ponts Fleuris[modifier | modifier le code]

En 2012, Veigné a reçu le 1er prix.

Le Prix des villages fleuris de la Vallée de l'Indre[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune a obtenu le 2e prix.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  3. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2009.
  4. [1]
  5. [2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]