Pêcherie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pêcherie (homonymie).
Pêcherie à Saint-Brévin, France.

Une pêcherie est un espace circonscrit dans une étendue d'eau, généralement à proximité immédiate du littoral, qui a été aménagé afin de pouvoir y faciliter la pratique de la pêche[1]. Par extension, le mot désigne également les aménagements spécifiques qui y sont installés.

L'utilisation de pêcheries est une activité très ancienne ; il existe des traces de nombreuses pêcheries qui datent de l'époque préhistorique.

Écluses à poissons[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Écluse à poissons.

Les pêcheries les plus simples sont aménagées sur des sites dont la configuration naturelle en forme de cuvette rocheuse peu profonde et ouverte vers la côte, permet de piéger les poissons lorsque la marée redescend. Des pierres y sont disposées afin de mieux refermer l'espace. Les pêcheurs peuvent alors se déplacer à pieds dans la pêcherie pour y attraper les poissons.

Ce type de pêcherie est utilisé depuis les temps préhistoriques. Il est encore utilisé actuellement en France sur les îles de Ré et d'Oléron ainsi que dans certaines régions du monde, par exemple en Afrique.

Côte de Jade[modifier | modifier le code]

De nombreuses pêcheries se sont développées sur la Côte de Jade, le littoral du pays de Retz en Loire-Atlantique, pratiquement sur toute sa longueur, de Mindin (Saint-Brévin-les-Pins) à la baie de Bourgneuf. Les principales communes où sont situées les pêcheries sont Les Moutiers-en-Retz, Pornic (y compris Sainte-Marie-sur-Mer et Clion-sur-Mer), La Bernerie-en-Retz, Préfailles et La Plaine-sur-Mer.

Ces pêcheries sont des esplanades en bois, souvent agrémentées d'une cabane, montées sur pilotis et accessibles par des pontons ou bien directement posées sur les rochers. Une perche amarrée à un câble soutient deux cerceaux où se fixe le carrelet, filet qui nécessite un treuil pour être relevé. La plupart des pêcheurs appâtent en vers de terre le fond de leurs mailles, lesté par quelques plombs. Le mot est employé à la dernière page de l'Éducation sentimentale de Gustave Flaubert.

Appartenant au domaine public maritime, les pêcheries font l'objet d'une concession répertoriée renouvelable tous les 5 ans. C'est essentiellement une activité de loisirs, car pas du tout rentable, qui se pratique au printemps et à l'automne. Aux dires des utilisateurs, la pêche n'est pas miraculeuse (mulets, athérines (appelées éperlans), anguilles ou bars) et reste très dépendante des secteurs, des saisons, voire des jours.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Grande ordonnance de la marine rédigée par Colbert en 1681 donne la définition suivante : Sous le nom de parcs et pêcheries maritimes, on entend tout espace circonscrit sur les grèves, dont quelqu'un s'est mis en possession, à dessein de s'y attribuer un droit de pêche exclusif, soit pour le temps actuel de la pêche, soit en vue d'un établissement perpétuel. (Rappel de cette définition dans les dossiers électroniques du service de l'inventaire général du patrimoine culturel de Bretagne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]