Chambourg-sur-Indre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».
Chambourg-sur-Indre
L'église Saint-Martin.
L'église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Loches
Canton Loches
Intercommunalité Loches Développement
Maire
Mandat
Laurent Couraud
2014-2020
Code postal 37310
Code commune 37049
Démographie
Gentilé Chambourgeois
Population
municipale
1 317 hab. (2011)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 10′ 56″ N 0° 58′ 05″ E / 47.1822222222, 0.96805555555647° 10′ 56″ Nord 0° 58′ 05″ Est / 47.1822222222, 0.968055555556  
Altitude Min. 62 m – Max. 119 m
Superficie 28,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Chambourg-sur-Indre

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Chambourg-sur-Indre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chambourg-sur-Indre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chambourg-sur-Indre

Chambourg-sur-Indre est une commune française du département d'Indre-et-Loire en région Centre.

Peut-être déjà occupé dès le Néolithique, le site ne conserve cependant que les vestiges d'un établissement datant de l’époque romaine : un aqueduc, une villa, une voie. Viguerie puis fief médiéval, Chambourg devient commune en 1789, au terme d'un échange de hameaux jusqu'alors indivis avec sa voisine Chédigny. Les crues de l'Indre, toujours à craindre en 2014, n'ont jamais dissuadé les hommes de s'implanter définitivement à Chambourg jusque sur les bords de la rivière.

Devenue Chambourg-sur-Indre en 1920, la commune est l'un des rares territoires ruraux du Lochois à ne pas connaître de récession démographique au XXe siècle. En 2011, sa population est de 1 317 habitants. L'agriculture communale se recentre depuis une trentaine d'années autour de grosses exploitations spécialisées dans la culture des céréales, des oléagineux et protéagineux. Dans le secteur industriel, Chambourg-sur-Indre accueille depuis 1961 l'une des grandes entreprises françaises du domaine de la signalisation routière.

Partagée entre les plateaux de la Gâtine de Loches, la forêt de Loches et la vallée de l'Indre, Chambourg abrite sur son territoire une faune très variée qui lui vaut d'être partiellement intégrée à plusieurs dispositifs nationaux (ZNIEFF) ou européens (réseau Natura 2000) d'évaluation et de protection de la biodiversité.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune de Chambourg-sur-Indre se trouve dans le quadrant sud-est du département d'Indre-et-Loire, dans la région historique de Touraine. À vol d'oiseau, Chambourg-sur-Indre se situe à 31,8 km au sud-est de Tours[1], préfecture du département d'Indre-et-Loire, à 6,3 km au nord de Loches[2], chef-lieu du canton auquel la commune est rattachée.

La carte des limites territoriales de Chambourg-sur-Indre
Limites administratives de Chambourg-sur-Indre.

Chambourg-sur-Indre est limitrophe de six autres communes :

Communes limitrophes de Chambourg-sur-Indre
Azay-sur-Indre Chédigny, Saint-Quentin-sur-Indrois
Dolus-le-Sec Chambourg-sur-Indre Ferrière-sur-Beaulieu
Chanceaux-près-Loches Loches

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La principale formation géologique de Chambourg-sur-Indre consiste en un socle de sables du cénomanien, déposés il a environ 95 millions d'années (Ma) à la faveur d'une avancée marine sur la Touraine. S'y superposent successivement le tuffeau jaune du turonien supérieur (- 90 Ma) puis une couche de craie du Sénonien (entre - 89 et - 65,5 Ma) ; la mer se retire à la fin de cette période qui correspond également à la fin du Mésozoïque[3]. Dans la pointe nord-ouest du territoire communal, une nouvelle avancée des mers dépose sur cet ensemble le calcaire lacustre du milieu et de la fin de l'Éocène (- 37 à - 34 Ma), caractéristique de la petite région agricole fertile de la Champeigne tourangelle[4]. Le reste du plateau est irrégulièrement recouvert de limons éoliens du Quaternaire[5], battants, assez peu fertiles, formant des sols dénommés « bournais »[6]. Les vallées de l'Indre et de ses affluents, qui ont entaillé le socle du plateau calcaire par l'alternance des périodes glaciaires et interglaciaires du Pléistocène, sont recouvertes d'alluvions fluviatiles récentes donnant des sols à tendance hydromorphe avec, bien souvent, une nappe phréatique peu profonde. Les pentes de raccordement entre le plateau et les vallées font affleurer des dépôts limoneux ou caillouteux érodés ainsi que les argiles à silex issues de la dégradation des strates turoniennes et sénoniennes[7] ; ce type de sol est appelé « perruche » dans la vallée de la Loire[8].

La superficie du territoire de Chambourg-sur-Indre est de 2 839 hectares (au 1er janvier 2014), la superficie moyenne d'une commune de France métropolitaine étant de 1 510,2 hectares[Insee 1],[Insee 2].

Son altitude varie entre 62 et 119 mètres[9]. Le point le plus bas se situe au bord de l'Indre, en limite communale d'Azay-sur-Indre et le plus haut sur le plateau, à l'ouest du territoire, limitrophe de Chanceaux-près-Loches et de Dolus-le-Sec[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

vue d'un cours d'eau calme entre deux rives bordées d'arbres
L'Indre à Chambourg-sur-Indre.

Le territoire communal de Chambourg-sur-Indre est traversé, du sud-sud-est au nord-nord-est par la rivière Indre qui a creusé dans le plateau une vallée large d'environ 500 mètres. Au fond de cette vallée, et en raison de sa faible pente, l'Indre décrit de nombreux méandres et bras morts, formant même, en aval du noyau urbain de Chambourg-sur-Indre, deux bras distincts enserrant une île. L'Indre est alimentée, dans sa traversée du territoire, par une demi-douzaine de ruisseaux prenant naissance sur le plateau pour la rive gauche ou dans la forêt de Loches pour la rive droite. Leurs cours sont sensiblement perpendiculaires à celui de l'Indre, y compris au niveau de leur confluence[10]. Les crues de l'Indre sont de type inondation de plaine[Note 1], menaçant les secteurs de la commune bâtis au plus près du cours d'eau[11].

L'Indre est mentionnée pour la première fois par Grégoire de Tours au VIe siècle sous le nom de fluvium Angerem. Ce nom est souvent attribué à une évolution du francique anger (prairie herbeuse) d'après la racine ang- ou angr-[12].

Paysages naturels[modifier | modifier le code]

Bois et forêts sont encore très présents sur le territoire de Chambourg-sur-Indre où ils représentent toujours environ un cinquième de la superficie totale de la commune[13]. On les trouve à l'est, près de Saint-Quentin-sur-Indrois et Ferrière-sur-Beaulieu (limite de la forêt domaniale de Loches), comme à l'ouest, où ils forment une bande allant du chef-lieu communal à la limite avec Chanceaux-près-Loches. La large vallée de l'Indre offre un paysage de prairies, dont la plupart sont inondées en périodes de crues, limitées par des plantations de peupliers permettant de valoriser ces terrains autrefois dévolus aux herbages. Le reste du territoire communal, à savoir les parties non boisées des plateaux se raccordant à la vallée de l'Indre par des pentes arborées, est constitué de champs de gâtine ouverts dédiés à l'agriculture, bien que d'une fertilité moyenne, exception faite de l'extrême pointe nord-ouest de la commune, établie dans la Champeigne — un lieudit y porte d'ailleurs ce nom —, aux caractéristiques agronomiques beaucoup plus favorables[13].

Climat[modifier | modifier le code]

La situation géographique de Chambourg-sur-Indre soumet la commune à un climat tempéré océanique dit dégradé[14] ; la côte rochelaise est à 200 km « à vol d'oiseau » de Chambourg-sur-Indre. Ce type de climat, soumis à un flux d'ouest dominant sur l'année, se caractérise par des températures clémentes, les moyennes mensuelles minimales n'étant jamais négatives, même en hiver, alors qu'en été il est fréquent d'observer un épisode caniculaire de quelques jours. Aucun mois n'est véritablement sec, les précipitations mensuelles moyennes étant toujours supérieures à 40 mm.

Ci-dessous les données météorologiques pour la station de Tours (33,2 km au nord-nord-ouest de Chambourg-sur-Indre).

Relevés à Tours-Saint-Symphorien pour la période 1981 - 2010.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 1,9 3,9 5,6 9,2 12,1 14 13,8 11,1 8,6 4,6 2,5 7,5
Température moyenne (°C) 4,7 5,2 8,1 10,4 14,2 17,5 19,8 19,6 16,5 12,2 7,8 5 11,8
Température maximale moyenne (°C) 7,3 8,5 12,3 15,2 19,1 22,8 25,5 25,5 21,8 16,8 10,9 7,5 16,1
Ensoleillement (h) 69,2 92 142,1 180,4 202,5 228,2 249,1 239 186 123,3 79,5 57,1 1 848
Précipitations (mm) 66,3 55,9 50,2 55,9 62,3 46,1 53,2 42,6 53,3 71 69,7 71,2 695,9
Source : MétéoCentre : Tours[15]

Autour de ces valeurs moyennes, on observe parfois des écarts conséquents, constituant encore en 2012 des records inégalés ; ainsi, le 10 août 2003, à l'occasion de l'épisode de canicule européenne, la température maximale observée a été de 39,8 °C ; la température la plus basse jamais enregistrée à Tours est de −18,5 °C le 29 décembre 1964 ; une pluviométrie record de 958 mm a été enregistrée en 1999[15].

La comparaison des moyennes trentenaires à la station de Tours[15](données ci-dessous) semble mettre en évidence une certaine élévation du niveau des températures (minimales, moyennes et maximales) sur les trois périodes de référence ; les paramètres d'ensoleillement et de précipitations n'évoluent pas de manière lisible[Note 2].

Évolution des moyennes trentenaires à la station de Tours (37).
1961-1990 1971-2000 1981-2010
température minimale moyenne (en°C) 6,9 7,1 7,5
température moyenne (en°C) 11,2 11,4 11,8
température maximale moyenne (en°C) 15,4 15,7 16,1
ensoleillement (en h) 1 815,6 1 799,0 1 848 0
précipitations (en mm) 678,9 704,0 695,9

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

vue d'un train automoteur en circulation avec la mention "Loches " sur un panneau directionnel en bord de voie
Automoteur X73578 assurant une liaison TER en provenance de Loches vers Tours.

Liaisons aériennes[modifier | modifier le code]

À 53 minutes de trajet routier depuis Chambourg[16], l'aéroport de Tours Val de Loire propose en 2014 des dessertes régulières à destination d'Ajaccio, Figari, Toulouse, Dublin, Londres, Marrakech et Porto ; d'autres dessertes, saisonnières ou occasionnelles, sont disponibles[17].

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

Les habitants de Chambourg peuvent se rendre à Loches ou Tours en train, en empruntant la ligne TER Centre Tours-Loches, accessible en train à partir de la halte de Chambourg-sur-Indre ou en autocar avec un arrêt dans le centre-bourg de Chambourg-sur-Indre selon les horaires[18].

Chambourg-sur-Indre propose une aire de stationnement pour le covoiturage, équipée d'une borne de rechargement pour les véhicules électriques[Site 1].

Infrastructure routière[modifier | modifier le code]

La principale voie de communication routière traversant le territoire de Chambourg-sur-Indre est la D943 (anciennement N143) qui emprunte le plateau à l'ouest de l'Indre en ligne presque droite sur les 28 km séparant Tours de Chambourg-sur-Indre; elle descend ensuite dans la vallée de l'Indre pour rejoindre Loches à 12 km de Chambourg-sur-Indre ; entre Cormery et Chambourg-sur-Indre, elle est doublée par la D17 qui suit la vallée de l'Indre sur sa rive gauche et dessert directement le centre de la commune avant de rejoindre la D943 à la sortie sud du centre-bourg. Il est également possible de gagner Loches depuis Chambourg en empruntant la D25 qui longe la rive droite de l'Indre entre l'Isle Thimée (Chambourg) et Corbery (Loches).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

une vue générale d'un village s'étageant au flanc d'un coteau boisé avec un cours d'eau en premier plan
Vue générale du village.

Le centre urbain de Chambourg-sur-Indre est regroupé autour du pôle constitué par l'église et la mairie, à partir du croisement entre la D94 (nord-est sud-est) et la D17 (nord-ouest sud-est). Ce site, surplombant de 10 mètres le flanc gauche de la vallée de l'Indre qui coule au nord-est, est à l'abri de risques d'inondations[19]. L'habitat s'est étendu au depuis 1980 sous formes de lotissements bordant de nouvelles voies, à l'ouest et à l'est du bourg, ces dernières constructions étant établies plus directement dans le fond de la vallée de l'Indre. À l'ouest du bourg se trouve également la zone d'activités de la commune. Une fois franchie la série des trois ponts permettant à la D94 de traverser la vallée de l'Indre en direction du nord-est et de Chédigny, on trouve l'Isle Thimée, important hameau qui a bénéficié lui aussi de nouvelles constructions, comme le centre-bourg dont il constitue en quelque sorte le pendant sur la rive droite de l'Indre[Site 2].

Plusieurs autres hameaux, situés pour la plupart au pied du coteau de la rive droite de l'Indre, ont connu la même phase de développement. La partie du territoire située sur le plateau, rive droite comme gauche de l'Indre, est beaucoup moins peuplée, à l'exception d'un « hameau-rue » établi, non loin du château de Marray, sur un promontoire limité par les vallons de deux ruisseaux parallèles, affluents de la rive gauche de l'Indre[Site 2].

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente une comparaison du logement à Chambourg-sur-Indre et dans l'ensemble de l'Indre-et-Loire en 2011, au travers de quelques indicateurs[Insee 3],[Insee 4] :

indicateurs de logement - Chambourg-sur-Indre, 2011.
Chambourg-sur-Indre Indre-et-Loire
Part des résidences principales (en %) 87,0 88,4
Part des logements vacants (en %) 5,6 7,1
Part des ménages propriétaires de leur logement (en %) 76,7 58,6

L'habitat à Chambourg-sur-Indre se caractérise par une proportion de ménages propriétaires de leur habitation très largement supérieure (+ 31 %) à la moyenne départementale ; le logement locatif ne représente que 21,9 % des résidences principales. En 2011, 59,5 % des ménages résidaient dans la commune depuis plus de 10 ans. Entre 1991 et 2008, 101 résidences principales ont été construites (97 maisons individuelles et 4 appartements), soit une augmentation de 19,7 % du parc[Insee 3].

Les résidences secondaires représentent 7,4 % des habitations de Chambourg-sur-Indre, valeur bien supérieure à la moyenne de l'Indre-et-Loire qui s'établit à 4,4 %[Insee 3],[Insee 4].

Aménagements récents et en projet[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune a procédé à l'enfouissement des réseaux électriques dans plusieurs de ses rues[20]. Le 24 novembre 2014, un nouveau centre de première intervention des sapeurs pompiers a été inauguré[Site 3].

Lors de ses réunions des mois de mai et juin 2014, le conseil municipal a évoqué plusieurs projets d'aménagement intéressant l'urbanisme et l'habitat, comme la construction d'un parking et le réaménagement d'une rue de Chambourg-sur-Indre, précédé de l'enfouissement des réseaux d'électricité et de télécommunications[Site 4].

Risques naturels majeurs[modifier | modifier le code]

Le 28 avril 2005, la préfecture d'Indre-et-Loire a adopté un plan de prévention des risques naturels inondations (PPRI) pour l'ensemble des communes traversées par l'Indre dans le département, dont Chambourg-sur-Indre ; en conséquence, les terrains situés à Chambourg dans le « périmètre d'aléa fort de crue de l'Indre » sont inconstructibles[21]. Un arrêté préfectoral en date du 29 avril 2011 précise la nature des risques naturels auxquels est soumise la commune de Chambourg-sur-Indre[22] ; ils sont de deux ordres : risques d'inondations dues à une crue de l'Indre ou risques d'inondations par défaut d'écoulement des eaux pluviales. Le même document détaille les arrêtés de reconnaissance de catastrophe naturelle pris entre 1983 et 2011 pour la commune de Chambourg-sur-Indre, soit deux arrêtés pour inondations et coulées de boue (1983 et 1985), deux arrêtés pour mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse (1993 et 2005) et un arrêté pour inondations, coulées de boue et mouvements de terrain (1999). Ce document indique enfin que Chambourg-sur-Indre est située en zone de sismicité faible, soit de niveau 2 sur une échelle de 1 à 5. Sur le plan départemental, la niveau de sismicité varie de 1 (très faible) à 3 (modéré).

Le risque de mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse est dû à des phases successives de retrait-gonflement des argiles pouvant fragiliser les fondations des bâtiments[23]. Tout le plateau de Chambourg-sur-Indre, de part et d'autre de l'Indre, est soumis à un aléa « moyen » ou « fort » face à ce risque, alors que, dans la vallée de l'Indre, ce risque est considéré comme « faible » ou « a priori nul », selon l'échelle définie par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM)[24].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Représentation de Chambourg-sur-Indre sur la carte de Cassini
Chambourg-sur-Indre sur la carte de Cassini.

Le toponyme Chambourg apparaît pour la première fois dans la charte fondatrice de l'abbaye de Cormery de 791 sous la forme Condita Cambortensis. On trouvera plus tard villa Cambort au Xe siècle, Chamborc dans le pouillé de Tours de 1290 ou Chambourt dans un cartulaire de la chartreuse du Liget de 1304[25].

Comme le montrent les formes les plus anciennes, il s'agit du type toponymique gaulois Cambo-ritu, basé sur les deux racines celtiques cambo- « courbe, méandre » et -rito, ritu « gué », d'où le sens global de « gué dans la courbe — sous-entendu de la rivière — » ou « gué du méandre »[26],[27],[25]. La même étymologie est avancée pour, entre autres, le château de Chambord ou Chambors (Oise)[28]. En effet, l'élément ritu-, précédé de -o-, a régulièrement abouti à une terminaison -or- graphiée de manière variable -ort (ex : Niort, Jort), -ors ou -ord. Chambort a été réinterprété Cham-bourg par analogie avec le terme bourg dès le Moyen Âge.
L'orthographe actuelle apparaît sur la carte de Cassini ; le nom définitif de la commune, Chambourg-sur-Indre, est fixé par décret du 23 août 1920, le déterminant complémentaire sur-Indre évitant la confusion éventuelle d'autres lieux portant le même nom[Site 5].

Les toponymes l'Isle Thimée et l'Isle Auger renvoient à une époque où ces lieudits, peut-être alors non construits, étaient enserrés dans des bras de l'Indre ; ce n'est plus le cas à l'époque contemporaine. Selon les sources écrites, on trouvera indistinctement les deux orthographes « isle » (orthographe ancienne) ou « île » (orthographe moderne). Dans cet article, c'est l'orthographe ancienne qui sera utilisée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Protohistoire[modifier | modifier le code]

Les plus anciennes traces de présence humaine sur le site de Chambourg-sur-Indre se manifestent sous la forme d'un disque racloir, outil typique du Moustérien[29], retrouvé fortuitement à la faveur d'un sondage pédologique en forêt de Loches ; des outils du Néolithique ont également été retrouvés[30]. On suppose l'existence d'une implantation néolithique au lieu-dit « Châtres ». La possible origine de ce toponyme dans le gallo-roman CASTRU (issu du latin castrum « camp fortifié ») et la disposition des lieux — un promontoire limité à l'est par la vallée de l'Indre et au nord et au sud par les cours de deux de ses ruisseaux affluents — évoquent l'existence d'un éperon barré ; aucune fouille n'a toutefois encore permis de vérifier le bien-fondé de cette hypothèse[30].

Antiquité[modifier | modifier le code]

 Photo-montage d'un pont médiéval et de son panneau indicateur avec l'inscription erronée « pont romain »
Pont pseudo-romain de l'Isle Auger[Note 3].

Le site gallo-romain de Cornillé, sur la rive gauche de l'Indre, à 3,5 km en amont du bourg, est attesté ; des murs en petit appareil réticulé (opus reticulatum) étaient encore visibles au début du XIXe siècle, ainsi qu'un hypocauste et les vestiges d'un aqueduc ; seules subsistent en 2014 des portions de murs dans des caves[30]. Ce site était peut-être celui d'une mansio[31]. Sur la rive droite de l'Indre, entre Corbery (hameau de Loches) et l'Isle Auger, sur Chambourg-sur-Indre, la D25 recouvre presque exactement une voie antique[30] qui se poursuivait dans l'Antiquité vers Azay-sur-Indre au-delà de l'Isle Thimée sans quitter la rive droite de l'Indre[31]. Des pièces de monnaie à l'effigie des empereurs Néron, qui régna de 54 à 68, et Septime Sévère (193-211) furent découvertes dans le bourg, à l'emplacement d’une domus[32].

Il faut noter qu'à l'Isle Auger existe un pont médiéval abusivement qualifié de « pont romain », sur plusieurs documents (cartes IGN par exemple) ainsi que sur les panneaux indicateurs.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Chambourg est promue au rang de viguerie au cours du IXe siècle[13] ; alors que ces territoires sont souvent éphémères, la viguerie de Chambourg, dont l'existence est attestée pendant plus d'un siècle et demi, fait figure d'exception ou, du moins de rareté[33]. À la fin du Xe siècle et au début du XIe siècle, les comtes d’Anjou et de Blois se disputent la Touraine, s'arrachant et se reprenant mutuellement des territoires. Aucune chronique ne semble mentionner de tels troubles pour Chambourg. Au Moyen Âge, Chambourg est un fief, dépendance du château de Bray[34], nom médiéval de Reignac-sur-Indre du XIIIe au XVe siècle[35].

Des temps modernes à l'Empire[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle, Chambourg est l'un des dix-huit prieurés dépendant de l'abbaye bénédictine de Cormery[36]. Toutefois, les religieux de l'abbaye de Beaulieu-lès-Loches (également bénédictine) perçoivent des droits sur « des pêcheries dans l'Indre, de Chambourg à Azay-le-Brûlé — aujourd'hui Azay-sur-Indre —, pour 60 livres »[37]. C'est également au XVIIe siècle que plusieurs tuileries s'installent sur le territoire de Chambourg[38],[Site 5] ; au début du XIXe siècle, six fours étaient en service, les derniers cessant leur activité en 1965[39].. La forêt de Loches est considérée comme une richesse pour les sources de nourriture qu'elle recèle (gibier, châtaignes, miel), les bois de chauffage et d'œuvre qu'elle fournit[40], et tout délit commis à ses dépens est sévèrement sanctionné ; ainsi, entre 1750 et 1790, plusieurs habitants de l'Isle Auger et d'autres hameaux de Chambourg sont arrêtés pour l'abattage clandestin de 60 chênes dans un massif de la forêt de Loches, et pour d'autres vols de bois[41].

Jusqu'à la Révolution, certains hameaux proches de la limite entre les paroisses de Saint-Martin de Chambourg et de Saint-Michel de Chédigny (paroisse regroupant les habitants de la rive gauche de l'Indrois) sont dits « tournants et virants », c'est-à-dire qu'ils dépendent de l'une ou l'autre paroisse en alternance annuelle avec, à la clé, un système complexe de compensation financière entre les paroisses concernées[42]. Cette situation prend fin avec la création des communes le 14 décembre 1789 et la délimitation de leurs territoires ; ces hameaux sont alors rattachés définitivement, soit à Chambourg, soit à Chédigny.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La création de la ligne de chemin de fer reliant Tours à Châteauroux, ouverte entre Joué-lès-Tours et Loches en 1879 avec création d'une halte à Chambourg en 1879[43] peut être considérée comme un événement déterminant pour la commune ; à l'époque où l'exode rural commence à se faire sentir dans les villages ruraux, elle en limite les conséquences pour Chambourg en permettant à des habitants de la commune de continuer à y vivre, ou même de s'y installer tout en travaillant à Tours, mais surtout à Loches[30]. Cette dynamique démographique est renforcée par l'installation, au début du XXe siècle, d'entreprises liées à l'agriculture, minoteries sur l'Indre et silos de stockage de céréales, ces derniers profitant de la proximité de la desserte ferroviaire. Ces entreprises ont disparu progressivement dans la seconde moitié du XXe siècle mais ont été remplacées par d'autres, comme cette grande fabrique de panneaux routiers implantée à Chambourg depuis 1961 et qui emploie plus de cent salariés[30].

Quarante-huit Chambourgeois meurent au combat pendant la première Guerre mondiale[44], soit environ un habitant sur 20.

Le 19 juin 1940, alors que les troupes allemandes sont signalées dans l'est du département, l'armée française tente de ralentir leur avance en faisant sauter les ponts sur l'Indre, dont ceux de Chambourg[45]. Entre le 22 juin 1940 et le 28 février 1943, la ligne de démarcation traverse du nord au sud la commune de Dolus-le-Sec, limitrophe de Chambourg-sur-Indre à l'ouest : Chambourg-sur-Indre est donc en zone libre, mais à quelques kilomètres seulement de la ligne de démarcation ; la commune se trouve rattachée, jusqu'au 28 février 1943, à la préfecture de l'Indre[46]. Dès le mois de juin 1940, le préfet de l'Indre remplace le maire élu par une délégation spéciale de quatre membres, qui restera en fonction jusqu'au mois d'octobre 1944[47]. Dans la dernière décade d'août 1944, les troupes allemandes se replient progressivement vers le nord et l'est du département alors qu'elles ont repris Loches qu'elles avaient dû abandonner pendant quelques jours. Leur quartier général sera temporairement installé à Saint-Valentin, un hameau de Chambourg proche de la limite communale avec Loches[48].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Chambourg-sur-Indre fait partie du canton de Loches, qui regroupe vingt communes autour de Loches, le chef-lieu de canton. Elle est rattachée à l'arrondissement de Loches et à la 3e circonscription de l'Indre-et-Loire, dont la députée est Marisol Touraine, PS, depuis 2012[49].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les résultats des deux dernières élections présidentielles témoignent d'un électorat ancré à gauche, dans une commune qui a élu un maire appartenant au PCF entre 1995 et 2014 ; les résultats des scrutins régionaux et des deux dernières élections législatives confirment cette tendance. Le maire sortant ne sollicitait pas un cinquième mandat aux élections municipales de 2014 dont le mode de scrutin, comme celui des municipales de 2008, ne permet pas de faire ressortir une orientation politique décisive. Les résultats des élections européennes se prêtent peu à l'analyse, avec une participation relativement faible et un scrutin à un seul tour qui favorise l’éparpillement des voix mais, pour la première fois, l'électorat chambourgeois place une liste du Front national en tête de ses suffrages[Note 2].

Élections présidentielles les plus récentes[modifier | modifier le code]

Lors du second tour des élections présidentielles de 2007, Nicolas Sarkozy, UMP, élu, avait obtenu 48,33 % des suffrages et Ségolène Royal, PS, 51,67 % des suffrages ; le taux de participation était de 86,56 %[70].

Lors du second tour des élections présidentielles de 2012, François Hollande, PS, élu, avait recueilli 52,57 % des suffrages et Nicolas Sarkozy, UMP, 47,43 % des suffrages ; le taux de participation était de 82,57 %[71].

Élections municipales les plus récentes[modifier | modifier le code]

Vue de la façade de la mairie
La mairie.

Le nombre d'habitants lors des derniers recensements étant compris entre 500 et 1499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal est de 15[72].

Lors des élections municipales de 2008, les 15 conseillers municipaux ont été élus dès le premier tour ; le taux de participation était de 66,13 %[73].

Lors des élections municipales de 2014, les 15 conseillers municipaux ont également été élus dès le premier tour, avec un taux de participation de 56,85 % ; l'unique liste présentée obtient trois sièges au conseil communautaire[74].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[75].
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1802 1826 Pierre Cellier    
1826 1834 Perfus    
1835 1843 Pierre Cellier    
1843 août 1847 Descombes    
août 1847 décembre 1847[Note 4] Robellandes    
janvier 1848 novembre 1848 Douard[Note 5]    
novembre 1848 décembre 1869 Charles Deplais    
janvier 1870 août 1870 Simon Dubois    
septembre 1870 septembre 1876 Louis Cellier    
octobre 1876 avril 1883[Note 6] Lucien Monnessier    
avril 1883 avril 1883 Jean Arrault[Note 7]    
mai 1883 décembre 1886[Note 8] Étienne Gripouilleau    
décembre 1886 décembre 1886 Jean Arrault[Note 9]    
janvier 1887 janvier 1887 Louis Girard[Note 10]    
février 1887 août 1899 Louis Crépin    
août 1899 mai 1904 Joseph Perreau    
mai 1904 mai 1908 Couchelay Deroche    
juin 1908 avril 1933[Note 11] Émile Douard    
mai 1933 juin 1933 Léon Marcadier[Note 12]    
mai 1933 août 1940 Léon Marcadier    
août 1940 octobre 1944 pas de maire   une délégation spéciale fait office
octobre 1944 1952 ? Marcel Viraud    
mars 1995 mars 2014 Guy Moreau PCF  
29 mars 2014[76] en cours
(au 1er avril 2014)
Laurent Couraud    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Jusqu'en fin 2009, les habitants de Chambourg-sur-Indre relevaient de la juridiction du tribunal d'instance de Loches. Depuis le 1er janvier 2010 et la réforme de la carte judiciaire, c'est le tribunal d'instance de Tours qui est compétent pour l'ensemble du département ; toutes les juridictions intéressant Chambourg-sur-Indre sont ainsi regroupées à Tours, exception faite du tribunal administratif qui siège à Orléans[77].

La commune se trouve dans la circonscription de gendarmerie de la brigade de proximité de Loches[78].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Chambourg-sur-Indre fait partie, depuis sa création le 31 décembre 1995, de la communauté de communes Loches Développement qui regroupe vingt communes pour une population de 21 550 habitants, dont 6 455 pour la seule commune de Loches, en 2011.

Le syndicat intercommunal d'énergie d'Indre-et-Loire (SIEIL) assure le contrôle et la coordination de l'ensemble des concessionnaires opérant sur l'Indre-et-Loire dans le domaine de la distribution de gaz et d'électricité ; il intervient également sur le renforcement du résau de distribution d'électricité. Fondé en 1937, il a progressivement évolué dans le contexte d'ouverture des marchés de l'énergie à la concurrence[79]. Par arrêté préfectoral en date du 23 avril 2008, toutes les communes d'Indre-et-Loire, Tours exceptée, adhèrent au SIEIL à titre individuel.

Un syndicat intercommunal à vocation unique (SIVU), auquel adhère la commune de Chambourg-sur-Indre, au même titre que 48 autres communes du Lochois, prend en charge le transport des collégiens et lycéens entre leurs communes respectives et les établissements d'enseignement secondaire, publics comme privés, ouverts dans le périmètre de compétences de ce SIVU. Il s'agit du syndicat intercommunal de transport scolaire du Lochois dont le siège se trouve à Ferrière-sur-Beaulieu et qui opère en convention avec un transporteur professionnel[80].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La communauté de communes Loches Développement gère la politique environnementale sur l'ensemble de son territoire.

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er janvier 2012, la Régie eau potable et assainissement prend en charge l'organisation de la distribution d'eau potable et l'entretien du réseau d'assainissement[L.Dév. 1].

Au 31 décembre 2012, le service d'adduction d'eau potable bénéficie à 634 abonnés. Celle-ci est prélevée dans trois forages exploitant la nappe du séno-turonien[81] sur le territoire de la commune de Reignac-sur-Indre. Après déferrisation et traitement UV, l'eau est distribuée ou envoyée dans un réservoir de stockage à Chambourg-sur-Indre[L.Dév. 2],[82].

Pour les 265 abonnés de Chambourg-sur-Indre (nombre arrêté au 31 décembre 2012), le traitement des eaux usées est assuré par[L.Dév. 3] :

  • une station d'épuration par lagunage, d'une capacité de 600 EH (équivalent-habitant) pour le bourg ;
  • deux stations d'épuration (STEP) équipées d'un dispositif de filtration sur lit de roseaux ; d'une capacité de 200 et 110 EH, elles desservent respectivement les hameaux de l'Isle Thimée et du Haut Luain ;
  • une fosse septique toutes eaux (FSTE) et un filtre à sable d'une capacité de 40 EH pour le petit Luain.

Déchets ménagers[modifier | modifier le code]

Une collecte hebdomadaire des ordures ménagères (OM) et des emballages ménagers (EM) est assurée en porte-à-porte. Des conteneurs pour le verre et les journaux-revues-magazines (JRM) sont disposés sur deux sites du territoire communal. Une collecte des encombrants est réalisée une fois par an en porte-à-porte. Les habitants de Chambourg-sur-Indre, nombreux à posséder un jardin, peuvent en outre se procurer des bacs pour le compostage de leurs déchets végétaux. Enfin, ils ont accès aux déchetteries de Chanceaux-près-Loches ou de Tauxigny, respectivement distantes de 6,5 km et 12 km[L.Dév. 4].

Finances locales[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente quelques éléments des finances locales de Chambourg-sur-Indre, sur une période de neuf ans[83] :

Comptes de la commune de Chambourg-sur-Indre de 2005 à 2013
Résultats exprimés en €/habitant.
Strate : communes de 500 à 2000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé.
Années Résultat comptable Besoin (Besoin) ou capacité (Capacité) de
financement des investissements
Capacité
d'autofinancement (CAF)
Chambourg Moyenne de
la strate
Chambourg Moyenne de
la strate
Chambourg Moyenne de
la strate
2005
604 140 Besoin 398 Capacité 10 152 142
2006
- 318 148 Capacité 554 Capacité 5 133 151
2007
160 148 Capacité 105 Besoin 9 160 152
2008
123 147 Besoin 255 Capacité 10 123 151
2009
120 142 Capacité 108 Capacité 9 124 147
2010
94 143 Besoin 29 Capacité 7 107 150
2011
108 160 Capacité 22 Capacité 0 121 168
2012
148 160 Besoin 12 Capacité 6 161 168
2013
101 148 Besoin 131 Besoin 13 114 156

Quelques tendances générales, toujours en comparant Chambourg-sur-Indre avec la moyenne de sa strate (communes de 500 à 2000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé), se dégagent à l'examen de ces données[Note 2].

L'année 2006 est la seule année, parmi celles observées, où Chambourg-sur-Indre a présenté un résultat comptable négatif[Note 13] ; toutes les autres années ont connu un résultat positif même si, depuis 2008, il est légèrement voire très inférieur à la moyenne. L'évolution de la capacité de financement des investissements ne montre aucune tendance nette ni durable[Note 14]. La capacité d'autofinancement[Note 15], à l'instar du résultat comptable, est inférieure à la moyenne de la strate depuis 2008.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Chambourg-sur-Indre sont appelés les Chambourgeois.

En 1687, les registres paroissiaux indiquent que Chambourg comptait 187 feux, puis 208 en 1789, dernière valeur connue avant le premier recensement en nombre d'habitants[13].

En 2011, la commune comptait 1 317 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 16],[Note 17].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
689 804 861 853 969 966 1 011 1 049 1 069
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 075 1 056 1 034 990 1 046 1 034 1 046 1 006 1 015
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 027 947 945 934 881 890 866 851 881
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
925 883 779 857 1 080 1 194 1 272 1 295 1 317
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[85] puis Insee à partir de 2004[86].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges à Chambourg-sur-Indre en 2011 en pourcentage[Insee 5].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90 ans ou +
0,6 
7,7 
75 à 89 ans
10,2 
15,1 
60 à 74 ans
14,2 
22,9 
45 à 59 ans
23,0 
19,4 
30 à 44 ans
19,8 
14,4 
15 à 29 ans
10,4 
20,0 
0 à 14 ans
21,9 
Pyramide des âges en Indre-et-Loire en 2011 en pourcentage[Insee 6].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90 ans ou +
1,5 
7,5 
75 à 89 ans
10,5 
14,4 
60 à 74 ans
15,1 
20,2 
45 à 59 ans
19,8 
19,5 
30 à 44 ans
18,4 
19,2 
15 à 29 ans
18,3 
18,7 
0 à 14 ans
16,6 

Au contraire de bon nombre de communes rurales, Chambourg-sur-Indre n'a pas connu d'exode massif au cours du XXe siècle ; sa population a presque doublé depuis la Révolution et s'est accrue de près de 70 % entre 1975 et 2011, soit un gain moyen de 15 habitants par an sur cette période. L'examen de la pyramide des âges montre un réel déficit de population dans la tranche d'âge de 15 à 29 ans, hommes comme femmes, par rapport à la moyenne départementale, alors que la tranche 45 à 59 ans se trouve surreprésentée.

L’évolution démographique est due, durant la période 1982 - 2010, aussi bien au solde naturel qu'au solde migratoire, tous deux positifs ; toutefois, si au cours de la décennie 1982 - 1990 c'est le solde migratoire qui entre pour la plus grande part dans l'augmentation de la population, dans la première décennie du XXIe siècle, l'accroissement de population est principalement dû au solde naturel, comme le montrent les données du tableau ci-dessous[Insee 7],[Note 18].

Soldes de variation annuelle de la population de Chambourg-sur-Indre
exprimés en pourcentages.
1982 - 1990 1990 - 1999 1999 - 2010
Taux de variation annuel de la population + 2,9 + 1,1 + 0,7
Solde naturel + 0,3 + 0,2 + 0,4
Solde migratoire + 2,6 + 0,9 + 0,2

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Chambourg-sur-Indre est rattachée à l'académie d'Orléans-Tours. Cette académie fait partie de la zone B pour son calendrier de vacances scolaires.

En 2014, la commune dispose, au sein du groupe scolaire Jean-Moulin, d'une école maternelle et d'une école élémentaire qui accueillent, dans 5 classes, 109 élèves pour l'année scolaire 2013-2014[87] ; les établissements d'enseignement secondaire les plus proches se trouvent à Loches, avec deux collèges, l'un public, l'autre privé[88], et trois lycées, dont deux lycées d'enseignement général, l'un public et l'autre privé, et un lycée public d'enseignement professionnel[89].

Les enfants scolarisés en maternelle et en primaire disposent d'une cantine scolaire à Chambourg-sur-Indre. Les collégiens et étudiants scolarisés à Loches ont accès à un dispositif de transport scolaire leur permettant de se rendre dans leurs établissements secondaires.

Les établissements d'enseignement supérieur sont tous situés à Tours ou dans sa proche périphérie. Parmi eux, l'université pluridisciplinaire François-Rabelais propose, au sein d'une école polytechnique universitaire et de deux instituts universitaires de technologie s'appuyant sur une quarantaine de laboratoires de recherche, sept unités de formation et de recherche ; l'école supérieure de commerce et de management de Tours-Poitiers offre sur ses deux sites des formations Bac+3 ou Bac+5 ; l'école Brassart de Tours est spécialisée dans les arts graphiques[90]. Dans le domaine agricole, le lycée agricole de Tours-Fondettes prépare au diplôme du brevet de technicien supérieur (BTS, Bac+2)[91].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Tous les ans se déroule à Chambourg-sur-Indre, le troisième dimanche de juillet, la traditionnelle fête « Chambourg au bord de l'eau » avec repas, animations, concerts et feu d'artifice. Cette manifestation a fêté en 2013 son quarante-neuvième anniversaire[92].

Équipements culturels, sociaux et sportifs[modifier | modifier le code]

 vue du pignon d'un bâtiment à trois étages de fenêtres
Salle polyvalente de la Tuilerie.

Une salle polyvalente est disponible sur la commune[Site 6], installée dans une ancienne tuilerie construite à partir de 1862. Sous l'égide du conseil général d'Indre-et-Loire, dans le cadre du réseau de la « direction de la lecture publique et du livre de Touraine », Chambourg-sur-Indre met à la disposition de ses habitants une bibliothèque[93] équipée d'un espace public numérique (EPN).

Gérée par la communauté de communes, une aire « relais » d'accueil des gens du voyage d'une capacité de deux emplacements est installée sur la commune[L.Dév. 5].

Une aire de loisirs aménagée, un terrain omnisports, un court de tennis et un terrain de boules peuvent aussi être utilisés à Chambourg-sur-Indre.

Vie associative[modifier | modifier le code]

Vingt-cinq associations interviennent sur la commune de Chambourg-sur-Indre, dix-sept dans le domaine de l'action culturelle, quatre dans le secteur de l'action sociale et cinq dans le domaine sportif[94].

Santé et services d'urgence[modifier | modifier le code]

Un cabinet médical est installé à Chambourg-sur-Indre ; il offre les services d'un médecin généraliste, d'un masseur-kinésithérapeute et d'une infirmière[Site 7]. L'hôpital le plus proche est le centre hospitalier des Rives de l'Indre à Loches[95].

Le centre d'incendie et secours le plus proche se trouve à Chambourg-sur-Indre.

Médias[modifier | modifier le code]

Le quotidien régional La Nouvelle République du Centre-Ouest, dans son édition Indre-et-Loire, Touraine Est, consacre quelques pages à l’actualité du canton de Loches. La Renaissance lochoise, « l'hebdomadaire de la Touraine du Sud »[96] est un hebdomadaire d’informations locales sur les cantons du sud de la Touraine.

Dans le domaine des médias audiovisuels, deux chaînes de télévision de télévision numérique terrestre (TNT) sont accessibles à tous les habitants de Chambourg-sur-Indre et relaient les informations locales entre autres : France 3 Centre et TV Tours Val de Loire. Parmi les nombreuses stations de radio disponibles, on peut citer France Bleu Touraine et Graffic[97], basée à Loches, plus spécialement dédiée à la musique et aux informations locales dans une zone allant de Tours à Poitiers et à Châteauroux.

Culte[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune dépend de la paroisse Sainte-Monégonde en Lochois au sein du doyenné de Loches, lui-même partie de l'archidiocèse de Tours, au même titre que cinq autres doyennés[98]. En 2014, cette paroisse dispose d'un lieu de culte à Chambourg-sur-Indre, l'église Saint-Martin, où le culte catholique est célébré[99].

Télécommunications[modifier | modifier le code]

En 2014, l'ensemble du réseau de téléphonie fixe déployé sur Chambourg-sur-Indre est accessible à l'internet haut débit via la technique ADSL 2+[100].

Économie[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous détaille le nombre d'entreprises implantées à Chambourg-sur-Indre selon leur secteur d'activité[Insee 8] :

Structure de l’économie à Chambourg-sur-Indre (37) au 31 décembre 2011.
Nombre d’établissements concernés
TOTAL 97
Agriculture 17
Industrie 8
Construction 17
Commerce, transport et services divers 45
Administration publique, enseignement, santé, et action sociale 10

Sur les 97 entreprises recensées à Chambourg-sur-Indre au 31 décembre 2011, 79 n'emploient aucun salarié, 15 comptent entre 1 et 9 salariés, 2 ont un effectif compris entre 10 et 19 salariés ; la dernière concentre à elle seule 105 des 169 emplois offerts sur la commune[Insee 8].

En 2012 et 2013, neuf entreprises ont été créées à Chambourg-sur-Indre, dont huit dans le secteur du commerce, du transport et des services divers et une dans celui de l'administration publique, de l'enseignement, de la santé, et de l'action sociale[Insee 9],[Insee 10].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Chambourg-sur-Indre, observées sur une période de 22 ans[101] :

Évolution de l’agriculture à Chambourg-sur-Indre (37) entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Nombre d’exploitations 37 19 13
Équivalent unité de travail annuel 35 14 10
Surface Agricole Utile (SAU) (ha) 1 477 1 173 1 105
Cheptel (nombre de têtes) 479 188 34
Terres labourables (ha) 1 311 1 149 1 098
Superficie moyenne d’une exploitation (ha) 39,9 61,7 85,0

La superficie agricole utilisée à Chambourg-sur-Indre représentait 1 105 ha en 2010, soit 38,9 % de la surface communale totale cette valeur est en baisse sur la période considérée. L'examen des données présentées révèle qu'au cours des vingt-deux dernières années, le nombre d'exploitations a été divisé par trois[Note 19],[102],[Insee 11] ; l'agriculture procure de moins en moins d'emploi sur la commune, les exploitations agricoles étant dans leur presque totalité des structures sans salarié[Insee 8] ; le cheptel bovin est devenu anecdotique ; la taille des exploitations a plus que doublé. L'agriculture chambourgeoise reste tournée vers les céréales et la culture d'oléagineux et protéagineux. Dans le secteur de la sylviculture, rattaché statistiquement à l'agriculture, il convient de mentionner une entreprise implantée à Chambourg-sur-Indre, en rapport avec la proximité de la forêt de Loches[103].

Industrie[modifier | modifier le code]

L'entreprise Sécurité et Signalisation Nouvelle (SES), filiale du groupe Colas après sa restructuration en 2011 et spécialisée dans la signalisation routière (fabrication de panneaux et de portiques lumineux) emploie sur son site de Chambourg, fin 2013, une centaine de personnes[104]. Cette entreprise, créée en 1957, s'est installée à Chambourg-sur-Indre en 1961 sur le site d'une ancienne saboterie[13],[105].

Artisanat, commerces et services[modifier | modifier le code]

Une douzaine d'artisans sont installés sur la commune et opèrent dans divers secteurs du bâtiment et des travaux publics (BTP)[Site 8] dont une entreprise spécialisée dans les travaux de forage et de drainage agricole et industriel, emploie 14 salariés. Une autre entreprise se consacre à la vente d'aliments pour bétail en agriculture biologique[106].

Chambourg-sur-Indre propose les services de plusieurs commerces de proximité : alimentation générale (ouverture en septembre 2014), boucherie-traiteur, boulangerie-pâtisserie, salon de coiffure, restaurant et station-service[Site 9]. Il faut mentionner, dans le domaine des services, neuf assistantes maternelles pouvant accueillir trente enfants[107], une auto-école, deux entreprises de nettoyage industriel et un organisateur de spectacles pyrotechniques[Site 8].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2012, la commune de Chambourg-sur-Indre ne disposait pas d'hôtel ni de camping sur son territoire[Insee 12]. En 2014, l'hébergement touristique proposé sur Chambourg-sur-Indre se répartit sur quatre établissements chambres d'hôtes et (ou) Gîtes de France[108],[Site 10].

Revenus et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 32 642 €, ce qui plaçait Chambourg-sur-Indre au 11 319e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[Insee 13].

Les indicateurs de revenus et de fiscalité à Chambourg-sur-Indre et dans l'ensemble de l'Indre-et-Loire en 2011 sont présentés ci-dessous[Insee 14],[Insee 15] :

Revenu fiscal et foyers imposables à Chambourg-sur-Indre.
Chambourg Indre-et-Loire Variation
Revenu net déclaré par foyer fiscal (en €) 24 869 24 480 + 1,6 %
Part des foyers fiscaux imposables sur l'ensemble des foyers fiscaux (en %) 61,9 58,3 + 6,1 %

Le revenu moyen par foyer fiscal est légèrement supérieur à la moyenne départementale, pour une proportion de foyers imposables également plus élevée[Note 2].

Emploi[modifier | modifier le code]

Les deux tableaux ci-dessous présentent les chiffres-clés de l'emploi à Chambourg-sur-Indre et leur évolution sur les six dernières années[Insee 16],[Insee 17] :

Structure de la population active à Chambourg-sur-Indre.
Chambourg 2011 Chambourg 2006
Population de 15 à 64 ans 817 812
Actifs (en %) 75,6 75,8
dont :
Actifs ayant un emploi (en %) 68,5 71,2
Chômeurs (en %) 7,0 4,6
Évolution de l'emploi à Chambourg-sur-Indre.
Chambourg 2011 Chambourg 2006
Nombre d'emplois dans la zone 246 247
Indicateur de concentration d'emploi 43,0 42,2

Sur six ans, la population active de Chambourg-sur-Indre est resté stable, mais le taux d'emploi de cette population active est en baisse légère de 3 points ; le chômage a fortement augmenté. Le nombre d'emplois dans la zone est resté stable, le nombre d'actifs également ; l'indicateur de concentration d'emploi garde donc un niveau à peu près constant (environ 43 emplois proposés pour 100 actifs)[Note 2].

En 2011, les actifs résidant à Chambourg-sur-Indre travaillent en majorité dans une autre commune du département (77,7 %), soit plus des trois quarts. Ils ne sont que 15,9 % à travailler sur place et 6,3 % hors du département[Insee 18].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le pont gothique de l'Isle Auger, du XVe siècle, fait partie des monuments historiques au titre de monument inscrit depuis le 24 octobre 1927[109]. Il reliait les deux rives de l'Indre à proximité d'un ancien gué que l'on présume romain et qui lui vaut peut-être le surnom abusif de « pont romain », encore mentionné comme tel dans divers écrits et sur des panneaux indicateurs. Le cadastre napoléonien signale ce pont sous le nom de vieux pont, sans référence à sa date de construction[110]. Il n'en subsiste aujourd'hui que deux arches et quatre piles[30].

L'église de Chambourg-sur-Indre est l'un des 3 700 édifices religieux dédiés en France à saint Martin[111]. Datant du XIe ou du XIIe siècle, elle a fait l'objet, vers 1870, d'une importante restauration mais la porte romane qui s'ouvre dans le côté sud de sa nef n'a pas été modifiée.

Le Grand Marray fut le siège d'une villa mentionnée dans un cartulaire de Cormery en 861[30], puis érigé en fief dépendant de Reignac, et un temps propriété de la famille de Menou[34] qui possédait également le château de Genillé jusqu'à la Révolution française[112]. Un château y fut construit au XIXe siècle.

Le manoir de Chavigny appartenait au XVIIe siècle à un maréchal général des camps et armées du roi. Ce château aurait été un lieu de séjour de Louis XI[Note 20] ; la partie la plus ancienne de cette demeure, du XVe siècle, est flanquée d'une tourelle de plan rectangulaire[30].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Zones nationales d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

Ayant pour objectif un inventaire des espèces animales ou végétales qui y sont présentes, la création des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) ne s'accompagne d'aucune mesure de protection réglementaire. Le territoire communal de Chambourg-sur-Indre est intégré, pour la pointe est de son territoire, en limite de Chédigny, Saint-Quentin-sur-Indrois et Ferrière-sur-Beaulieu, à la ZNIEFF du Massif forestier de Loches : cette ZNIEFF de 5 066 hectares s'étend sur 10 communes. Considérée comme l’un des massifs boisés les plus riches d’Indre-et-Loire, la forêt de Loches héberge plusieurs espèces remarquables. Certaines d'entre elles sont protégées au plan national ou régional, comme le petit fer-à-cheval (Rhinolophus hipposideros), une espèce de chauve-souris qui vient chasser en lisière de ses massifs, le lucane cerf-volant (Lucanus cervus) dont les larves vivent dans les troncs d'arbres morts dont elles se nourrissent, ou bien l'Ophioglosse commun (Ophioglossum vulgatum), une fougère rare en dépit de son nom[113].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

La commune de Chambourg-sur-Indre est intégrée depuis 2006, pour environ un cinquième de son territoire communal, à l'ouest, au contact des communes d'Azay-sur-Indre et Dolus-le-Sec, au réseau Natura 2000. La zone de protection spéciale (ZPS) ainsi constituée, dite « site Natura 2000 Champeigne », se superpose à la ZNIEFF du plateau de Champeigne entre Bléré et Loches ; elle vise à la préservation des espèces d'oiseaux rencontrées sur son territoire, comme l'outarde canepetière (Tetrax tetrax)[L.Dév. 6], grâce à des mesures agroenvironnementales appropriées imposées aux parcelles de culture concernées[114], en application de la Directive oiseaux du 30 novembre 2009 édictée par l'Union européenne.

Autres éléments du patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le Castor d'Eurasie (Castor fiber), en reconquête des cours d'eau de Touraine après sa réintroduction dans la Loire il y a environ trente ans, ainsi que la Loutre d'Europe (Lutra lutra) sont présents sur l'Indre, à Chambourg-sur-Indre, pour la saison 2014-2015[115].

Le sentier de grande randonnée 46 qui relie Tours à Cahuzac-sur-Vère dans le Tarn traverse Chambourg-sur-Indre en empruntant la vallée de l'Indre[116].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine gastronomique[modifier | modifier le code]

une vue en coupe du fromage Sainte-Maure de Touraine.
Sainte-maure de touraine.

La commune de Chambourg-sur-Indre est située dans l'aire de l'appellation d'origine protégée (AOP)[Note 21] ou appellation d'origine contrôlée (AOC)[Note 22] du fromage de chèvre sainte-maure de touraine. Le territoire de Chambourg-sur-Indre est également intégré aux aires de productions de 24 produits bénéficiant d'une indication géographique protégée (IGP) : rillettes de Tours, volailles du Berry, vins du Val de Loire, de l'Allier, du Cher, de l'Indre, du Pays de Retz et primeur[117].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Émile Delataille (1848-1902), charpentier, Compagnon du Devoir, membre de l'Académie nationale des Beaux-Arts de l'Institut de France et de l'École régionale des Beaux-Arts de Tours, est né à Chambourg-sur-Indre[118].

Pour en savoir plus[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Bernard Briais, Le Lochois pendant la guerre 1939-1945, Chambray-lès-Tours, CLD,‎ 1988, 191 p.. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Mary Couderc (dir.), Dictionnaire des communes de Touraine, Chambray-lès-Tours, C.L.D.,‎ 1987, 967 p. (ISBN 2 85443 136 7). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Claude Croubois (dir.), L’indre-et-Loire – La Touraine, des origines à nos jours, Saint-Jean-d’Angely, Bordessoules, coll. « L’histoire par les documents »,‎ 1986, 470 p. (ISBN 2 90350 409 1). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Stéphane Gendron, L'origine des noms de lieux de l'Indre-et-Loire, Chemillé-sur-Indrois, Hugues de Chivré,‎ 2012, 303 p. (ISBN 978 2 916 04345 6). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Robert Ranjard, La Touraine archéologique, Mayenne, Imprimerie de la Manutention,‎ 1986, 735 p. (ISBN 978 2 855 54017 7). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. On parle d'inondation de plaine lorsque le niveau d'un cours d'eau, généralement à la suite de fortes précipitations, monte lentement jusqu'à l'envahissement du lit moyen, voire du lit majeur, pendant une période plus ou moins longue.
  2. a, b, c, d et e Ces remarques ne résultent pas d'une analyse statistiques des données présentées. Elles n'ont qu'une valeur indicative.
  3. Cette image est un photo-montage : le panneau indicateur est en réalité plus éloigné du pont.
  4. Le maire, M. Robellandes meurt en cours de mandat.
  5. Le maire adjoint, M. Douard assure l'intérim à la suite de la mort du maire M. Robellandes.
  6. Le maire, Lucien Monnessier meurt en cours de mandat.
  7. Le maire adjoint, Jean Arrault assure l'intérim à la suite de la mort du maire Lucien Monnessier.
  8. Le maire, Étienne Gripouilleau meurt en cours de mandat.
  9. Le maire adjoint, Jean Arrault assure l'intérim à la suite de la mort du maire Étienne Gripouilleau.
  10. Le maire adjoint, Louis Girard assure l'intérim à la suite de la mort du maire Étienne Gripouilleau.
  11. Le maire, Émile Douard meurt en cours de mandat.
  12. Le maire adjoint, Léon Marcadier assure l'intérim à la suite de la mort du maire Émile Douard.
  13. Le résultat comptable est la différence entre produits et charges de fonctionnement.
  14. Le besoin ou capacité de financements des investissements est la différence entre les ressources et les emplois d'investissement ; si les ressources sont supérieures aux emplois, on parle de capacité de financement ; des emplois supérieurs aux ressources expriment un besoin de financement.
  15. La « capacité d'autofinancement » (CAF) est l’excédent dégagé en fonctionnement ; cet excédent permet de payer les remboursements de dettes. Le surplus (CAF - remboursements de dettes) s’ajoute aux recettes d’investissement (dotations, subventions, plus-values de cession) pour financer les dépenses d’équipement. Ce montant représente le financement disponible de la commune[84].
  16. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  17. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  18. En raison des valeurs arrondies à la première décimale fournies par l'Insee, les totaux peuvent apparaître inexacts.
  19. On peut constater une différence entre les données fournies par l'Insee et par le ministère de l'Agriculture ; en cause, une définition plus restrictive de l'exploitation agricole par le ministère de l'Agriculture (attribution obligatoire d'un numéro de SIRET) et la prise en compte, dans les enquêtes de l'Insee, des exploitations de sylviculture.
  20. Cette information, que ne vient confirmer aucune source, paraît relever de la tradition populaire.
  21. Nomenclature européenne.
  22. Nomenclature française.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. Code officiel géographique - présentation [lire en ligne].
  2. Population, superficie et densité des principaux pays du Monde en 2013 [lire en ligne].
  3. a, b et c « Chiffres clés - Logement en 2011 à Chambourg-sur-Indre », sur insee.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  4. a et b « Chiffres clés - Logement en 2011 en Indre-et-Loire », sur insee.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  5. Pyramide des âges de Chambourg-sur-Indre en 2011. Consulté le 17 septembre 2014.
  6. Pyramide des âges de l'Indre-et-Loire en 2011. Consulté le 17 septembre 2014.
  7. « POP T2M - Indicateurs démographiques » (consulté le 17 septembre 2014).
  8. a, b et c « CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2011 », sur insee.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  9. « DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2012 », sur insee.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  10. « DEN T4 - Créations d'établissements par secteur d'activité en 2013 », sur insee.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  11. Maurice Desriers, L'agriculture française depuis cinquante ans : des petites exploitations familiales aux droits à paiement unique, in L’agriculture, nouveaux défis, édition 2007, p. 18, [lire en ligne].
  12. « Chiffres clés Tourisme », sur insee.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  13. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur insee.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  14. « REV T1 Impôt sur le revenu des foyers fiscaux - Chambourg-sur-Indre », sur insee.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  15. « REV T1 Impôt sur le revenu des foyers fiscaux - Indre-et-Loire », sur insee.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  16. « EMP T1 - Population de 14 à 64 ans par type d'activité. », sur insee.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  17. « EMP T5 - Population Emploi et activité. », sur insee.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  18. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone », sur insee.fr (consulté le 17 septembre 2014).

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. « Accueil : parking co-voiturage », sur chambourg-sur-indre.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  2. a et b « Urbanisme - Travaux : le Plan local d'Urbanisme », sur chambourg-sur-indre.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  3. « Mairie : inauguration caserne », sur chambourg-sur-indre.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  4. « Mairie : compte-rendus des réunions du conseil municipal », sur chambourg-sur-indre.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  5. a et b « Histoire », sur chambourg-sur-indre.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  6. « Salles polyvalentes », sur chambourg-sur-indre.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  7. « Renseignements pratiques », sur chambourg-sur-indre.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  8. a et b « Artisans - Entreprises », sur chambourg-sur-indre.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  9. « Commerces », sur chambourg-sur-indre.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  10. « Artisans - Loisirs - Tourisme ; Hébergement », sur chambourg-sur-indre.fr (consulté le 17 septembre 2014).

Site de la communauté de communes Loches Développement[modifier | modifier le code]

  1. « Eau et assainissement », sur lochesdeveloppement.com (consulté le 17 septembre 2014).
  2. [PDF] Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public de l'eau potable , p. 5 à 7, 2012, [lire en ligne].
  3. [PDF] Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public de l’assainissement collectif, p. 4 et 6, 2012, [lire en ligne].
  4. « Déchets ménagers », sur lochesdeveloppement.com (consulté le 17 septembre 2014).
  5. « Vie quotidienne - Habitat - Gens du voyage », sur lochesdeveloppement.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  6. « Natura 2000 - Champeigne », sur lochesdeveloppement.com (consulté le 17 septembre 2014).

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Orthodromie entre "Chambourg-sur-Indre" et "Tours" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 17 septembre 2014).
  2. « Orthodromie entre "Chambourg-sur-Indre" et "Loches" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 17 septembre 2014).
  3. Couderc, p. 47-48.
  4. a et b Carte géologique de Chambourg-sur-Indre sur Géoportail. Consulté le 17 septembre 2014..
  5. Couderc, p. 67-68.
  6. « Les sols », sur le site de la chambre départementale d'agriculture d'Indre-et-Loire (consulté le 17 septembre 2014).
  7. Étude des paysages de l'Indre-et-Loire faite en 1999-2001 pour la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement, chapitre Les gâtines du Sud, p. 279-291, [lire en ligne].
  8. Régis Maury, « Les vignobles de la Touraine », Norois, no 95 ter,‎ novembre 1977, p. 146 (lire en ligne).
  9. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  10. Carte hydrologique de Chambourg-sur-Indre sur Géoportail. Consulté le 17 septembre 2014..
  11. « Notice informative sur le risque inondation » [PDF], sur le site des Services de l'État en Indre-et-Loire (consulté le 17 septembre 2014).
  12. Gendron, p. 37.
  13. a, b, c, d et e Couderc, p. 240.
  14. « Les climats du monde », sur le site de l'encyclopédie Larousse (consulté le 17 septembre 2014).
  15. a, b et c « Records météorologiques pour Tours entre 1956 et 2012 », sur le site de Météo Centre (consulté le 17 septembre 2014).
  16. « Calcul d'itinéraire Reignac-sur-Indre / Aérodrome de Tours Saint-Symphorien », sur le site de Via Michelin (consulté le 30 septembre 2014).
  17. « Infos vols », sur le site de l'aéroport de Tours Val-de-Loire (consulté le 30 septembre 2014).
  18. « Télécharger une fiche horaire », sur TER Centre - SNCF,‎ 2014 (consulté le 17 septembre 2014).
  19. Carte topologique de Chambourg-sur-Indre sur Géoportail. Consulté le 17 septembre 2014.
  20. « rapport d'activités 2013 ; document au format pdf à télécharger », sur le site du syndicat intercommunal d'énergie d'Indre-et-Loire (consulté le 17 septembre 2014), p. 45.
  21. « Urbanisme, travaux / PLU / PPRI » [PDF], sur chambourg-sur-indre.fr (consulté le 17 septembre 2014).
  22. [PDF] Arrêté préfectoral relatif à l’information (…) sur les risques naturels et technologiques majeurs dans la commune de Chambourg-sur-Indre sur le site de la Préfecture d’Indre-et-Loire, [lire en ligne], consulté le 17 septembre 2014.
  23. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Description du phénomène », sur le site « Argiles » du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) (consulté le 17 septembre 2014).
  24. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Carte d'aléa pour le secteur de Chambourg-sur-Indre », sur le site « Argiles » du BRGM (consulté le 17 septembre 2014).
  25. a et b Gendron, p. 72-74.
  26. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, réédition librairie Guénégaud 1979, p. 169a.
  27. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions errance 2003, p. 99.
  28. ibidem
  29. L. Capitan, « Nouveau type d'instrument moustérien : le disque racloir », Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris, t. 2 IV° Série,‎ 1891, p. 564-565 (lire en ligne).
  30. a, b, c, d, e, f, g, h et i Couderc, p. 241.
  31. a et b Bernard Briais (ill. Brigitte Champion), Découvrir la Touraine ; la vallée de l'Indre, Chambray-lès-Tours, CLD,‎ 1980, 203 p., p. 82.
  32. Bernard Briais, Le pays lochois et la Touraine côté Sud, Chambourg-sur-Indre, PBCO Éditions,‎ 2010, 111 p. (ISBN 978 2 35042 014 1), p. 12.
  33. Elisabeth Zadora-Rio, « Les ressorts administratifs du haut Moyen Age : conditae et vicariae (8e-10e s.) », sur Atlas Archéologique de Touraine,‎ 2010 (consulté le 17 septembre 2014).
  34. a et b Ranjard, p. 246.
  35. Ranjard, p. 546.
  36. Émile Mabille, « Notice sur les divisions territoriales et la topographie de l'ancienne province de Touraine », Bibliothèque de l'École des chartes, t. 27,‎ 1866, p. 343 (lire en ligne).
  37. Charles Loizeau de Grandmaison (archiviste), Archives ecclésiastiques antérieures à 1790 - Inventaire sommaire de la série H Clergé régulier – H 12, site du conseil général d’Indre-et-Loire,‎ 1891 (page 36 lire en ligne [PDF]), p. 36.
  38. Fours à chaux, tuileries et briqueteries en Indre-et-Loire - 97 J 19, le site du conseil général d’Indre-et-Loire,‎ 1996 (lire en ligne [PDF]).
  39. Jacques Thomas, « fours à chaux, tuileries et briqueteries du Lochois », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, Joué-lès-Tours, La Simarre, t. XLV,‎ 1998, p. 572.
  40. Suzanne Bailleul, L'importance économique de la forêt, p. 152.
  41. Charles Loizeau de Grandmaison (archiviste), Archives civiles antérieures à 1790 - Série B Maîtrise des Eaux et Forêts – B 197, le site du Conseil général d’Indre-et-Loire,‎ 1878 (lire en ligne [PDF]), p. 51 et 55.
  42. Samuel Leturcq, « Changer de paroisse tous les ans... Les tournants et virants de Touraine d’après le pouillé de 1290 », Écritures de l'espace social,‎ 2010, p. 197-217 (lire en ligne [PDF]).
  43. Raymond Bailleul, XIXe et XXe siècles (1789-1939), p. 354-355
  44. « État récapitulatif des fiches de la commune 37049 - Chambourg-sur-Indre », sur Mémorial GenWeb, le site de l'association FranceGenWeb (consulté le 17 septembre 2014).
  45. Briais, p. 24.
  46. Briais, p. 40.
  47. Briais, p. 51-52.
  48. Briais, p. 151.
  49. « Résultats des élections législatives 2012 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 17 septembre 2014).
  50. Résultats des élections présidentielles de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  51. Résultats des élections présidentielles de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  52. Résultats des élections présidentielles de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  53. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  54. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  55. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  56. Résultats des élections européennes de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  57. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  58. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  59. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  60. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  61. [xls] Résultats des élections cantonales de 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  62. Résultats des élections cantonales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  63. Résultats des élections cantonales de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  64. Résultats des élections cantonales de 2011 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  65. [xls] Résultats des élections municipales de 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  66. Résultats de l’élection municipale de 2008 sur le site du Figaro.
  67. Résultats des élections référendaires de 1992 sur le site PolitiqueMania.
  68. Résultats des élections référendaires de 2000 sur le site PolitiqueMania.
  69. Résultats des élections référendaires de 2005 sur le site PolitiqueMania.
  70. « Résultats de l'élection présidentielle 2007 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 17 septembre 2014).
  71. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 17 septembre 2014).
  72. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  73. « Résultats des élections municipales 2008 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 17 septembre 2014).
  74. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 17 septembre 2014).
  75. « Archives départementales d'Indre-et-Loire - Collection des registres d'état civil numérisés », sur le site du conseil général d'Indre-et-Loire (consulté le 17 septembre 2014).
  76. « Laurent Couraud élu maire », sur le site du quotidien La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ 1er avril 2014 (consulté le 17 septembre 2014).
  77. « Les juridictions », sur le site du conseil départemental de l'accès aux droits d'Indre-et-Loire,‎ 2010 (consulté le 17 septembre 2014).
  78. « Brigade la plus proche / Chambourg-sur-Indre », sur le site de la Gendarmerie nationale (consulté le 17 septembre 2014).
  79. « Missions et compétences », sur le site du syndicat intercommunal d'énergie d'Indre-et-Loire (consulté le 17 septembre 2014).
  80. « Compte rendu de la réunion du SI de transport scolaire du Lochois du 24 novembre 2008 » [PDF], sur le site de la mairie de Ferrière-sur-Beaulieu (consulté le 17 septembre 2014).
  81. « Contexte géographique et géologique - Séno-turonien », sur BRGM - Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en région Centre (SIGES Centre) (consulté le 17 septembre 2014).
  82. « Ouvrages CC Loches Développement », sur le portail de l'observatoire national des services d'eau et d'assainissement,‎ 2012 (consulté le 4 octobre 2014).
  83. « Comptes de la commune de Chambourg-sur-Indre », sur le site du ministère des Finances (consulté le 17 septembre 2014).
  84. [PDF] Mémento financier et fiscal du maire, ministère du Budget, avril 2008, p. 34, [lire en ligne].
  85. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  86. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  87. « Annuaire des établissements d'enseignement public - Écoles de Chambourg-sur-Indre », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 17 septembre 2014).
  88. « Annuaire des établissements d'enseignement public - Collèges de Loches », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 17 septembre 2014).
  89. « Annuaire des établissements d'enseignement public - Lycées de Loches », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 17 septembre 2014).
  90. « Découverte du territoire / Enseignement supérieur et recherche », sur le site de la communauté d'agglomération de Tours (consulté le 17 septembre 2014).
  91. « Tours-Fondettes agrocampus », sur le site du ministère de l'Agriculture) (consulté le 17 septembre 2014).
  92. « Chambourg-sur-Indre Star'Ac et musique gipsy », La nouvelle République du Centre-ouest,‎ 21 juillet 2013 (lire en ligne).
  93. « Bibliothèque de Chambourg-sur-Indre », sur le site « Lire en Touraine » du conseil général d'Indre-et-Loire,‎ 2012 (consulté le 17 septembre 2014).
  94. « Accueil / Indre-et-Loire / Chambourg-sur-Indre », sur le site de l'association Fédération ASSO1901 (consulté le 17 septembre 2014).
  95. « Trouver un établissement », sur L'hôpital, un site de la Fédération hospitalière de France (consulté le 17 septembre 2014).
  96. « Page d’accueil », sur le site de l'hebdomadaire « La Renaissance lochoise » (consulté le 17 septembre 2014).
  97. « Page de présentation », sur le site de la station de radio « Graffic » (consulté le 17 septembre 2014).
  98. « La paroisse Sainte-Monégonde du Lochois », sur le site de l'archidiocèse de Tours (consulté le 17 septembre 2014).
  99. « Dates des prochaines célébrations à Chambourg-sur-Indre. », sur le site de la conférence des évêques de France (consulté le 17 septembre 2014).
  100. « Central de Chambourg (37049CI1 - CI137) », sur le site de la société Ariase SARL (consulté le 17 septembre 2014).
  101. « Recensement agricole 2010 - Principaux résultats par commune », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le 17 septembre 2014).
  102. Recensement agricole 2010 - Méthodologie, instructions aux enquêteurs, p. 5-8,[lire en ligne].
  103. « Les entreprises du secteur sylviculture (…) du département d’Indre-et-Loire », sur le site Infogreffe (consulté le 17 septembre 2014).
  104. Stéphane Frachot, « Panneaux routiers : SES rénove son parc de machines », Les Échos,‎ 27 décembre 2013 (lire en ligne).
  105. « Notre histoire », sur le site de SES Sécurité et Signalisation (consulté le 17 septembre 2014).
  106. « Lactossang EURL », sur le site de l'Agence Bio, l'annuaire officiel des opérateurs notifiés en agriculture biologique (consulté le 17 septembre 2014).
  107. « Recherche par commune : Chambourg-sur-Indre », sur le site « Assistantes maternelles 37 » du conseil général d'Indre-et-Loire (consulté le 17 septembre 2014).
  108. « Location de vacances Chambourg-sur-Indre- Gîtes de France® Chambourg-sur-Indre », sur le site de la SAS Gîtes de France (consulté le 17 septembre 2014).
  109. « Notice no PA00097625 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  110. « extrait du cadastre napoléonien - Chambourg, L'isle Auger, section B2 », sur le site du conseil général d'Indre-et-Loire, Archives départementales d'Indre-et-Loire (consulté le 17 septembre 2014).
  111. Gaëlle de la Brosse, « Renaissance des chemins de saint Martin », le site de Pèlerin,‎ 27 mars 2014 (lire en ligne).
  112. Christophe Meunier, Genillé... au fil des temps, Chemillé-sur-Indrois, Éditions Hugues de Chivré,‎ 2006, 255 p. (ISBN 2 91604 310 1), p. 52-58.
  113. « ZNIEFF 240031220 - Massif forestier de Loches », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 17 septembre 2014).
  114. « Les mesures agri-environnementales territorialisées », sur le site de l'Atelier technique des espaces naturels du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (consulté le 17 septembre 2014).
  115. « Arrêté définissant les secteurs où la présence de la loutre ou du castor d'Eurasie est avérée pour la campagne 2014-2015 » [PDF], sur le site de la Fédération régionale des chasseurs du Centre. (consulté le 17 septembre 2014).
  116. « GR 46 - De Artannes-sur-Indre (Indre-et-Loire) à Buzançais (Indre) », sur GR Infos - Sentiers de Grande Randonnée (consulté le 17 septembre 2014).
  117. Liste des produits par commune - Chambourg-sur-Indre, Institut national de l'Origine et de la Qualité (INAO), [lire en ligne].
  118. « Qui était Émile Delataille ? », sur le site du lycée Émile-Delataille de Loches (consulté le 17 septembre 2014).
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 7 octobre 2014 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.