Archidiocèse de Tours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Archidiocèse de Tours
(la) Archidioecesis Turonensis
La cathédrale Saint-Gatien de Tours
La cathédrale Saint-Gatien de Tours
Informations générales
Pays France
Archevêque Mgr Bernard-Nicolas Aubertin
Langue(s) liturgique(s) Français
Superficie  km2
Création du diocèse IIIe siècle
Élévation au rang d'archidiocèse Ve siècle
Province ecclésiastique Tours
Diocèses suffragants Bourges
Blois
Chartres
Orléans
Adresse Tours, France
Site officiel Site officiel
Statistiques
Population 560 000 hab.
Notice sur hierarchy catholic : Consulter
Image illustrative de l'article Archidiocèse de Tours
Localisation du diocèse
Image illustrative de l'article Archidiocèse de Tours
Diocèses suffragants

Le diocèse de Tours a été érigé dès le IIIe siècle. Celui-ci correspondait à la province romaine Lugdunensis Tertia (Lyonnaise III), province crée apparemment sous Maxime (Clemens Maximus augustus), vers 385, par subdivision de la province dioclétienne de Rotomagus / Rouen (Lyonnaise IIe). Il a été élevé au rang d’archidiocèse au Ve siècle.

Au IVe siècle, le diocèse a été marqué par la figure emblématique de Saint Martin de Tours.

Les archevêques de Tours[modifier | modifier le code]

En novembre 567 se tient à Tours un concile provincial réunissant les provinces ecclésiastiques de Tours, Rouen et Sens. On y signale la présence des deux archevêques métropolitains : Euphrone de Tours qui préside et Prétextat de Rouen ; et pour la province de Tours, les évêques de Nantes, Angers, Rennes, Le Mans. De plus, au concile d'Orléans en 511, on signale la présence de Licinius, désigné comme archevêque métropolitain de Tours et d'évêques de cette province : ceux du Mans, d'Angers, de Nantes, de Rennes, de Vannes ; ce qui signifie bien, qu'avant cette date de 511, Tours était déjà un archevêché et conforte l'idée de l'érection du diocèse en archidiocèse au Ve siècle[1]. D'ailleurs, une disposition spéciale adoptée par le concile mérovingien de Tours en 567 y rappelle la subordination des évêchés bretons à l'archevêque métropolitain de Tours. L'évêché de Dol fera sécession en 848 avec la création de la province de Dol, contestée par Tours. Cette province de Dol subsista jusqu'au XIe siècle et le conflit fut définitivement réglé au profit de l'archevêque de Tours par le pape Innocent III en 1199[2]. Depuis 1859, les diocèses bretons ne relèvent plus de l'archevêque de Tours mais de l'archidiocèse de Rennes créé à cette date.

Les évêchés suffragants de l'archevêque de Tours sont actuellement Bourges, Blois, Chartres etOrléans.

Article détaillé : Liste des archevêques de Tours.

Évêques originaires de l’archidiocèse de Tours[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Odette Pontal : Histoire des conciles mérovingiens, éditions du Cerf, 1989
  2. note de Michel Laurencin, agrégé d'histoire, archiviste de l'archidiocèse de Tours

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]