Invalide de guerre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Places réservées en priorité aux mutilés de guerre dans les transports en commun
La réinsertion dans la vie professionnelle et sociale commence à l'hôpital, ici lors de la Première Guerre mondiale

Parmi les invalides, les « invalides de guerre », « grands invalides de guerre », ou les « mutilés de guerre » ont un statut spécial, depuis la Première Guerre mondiale surtout quand ils sont pensionnés de guerre.

Cette catégorie ne comprend pas nécessairement les « gueules cassées » sauf si elles sont aussi victimes d'un handicap fonctionnel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les grands invalides existent sans doute depuis que les guerres existent, mais leur nombre s'est fortement accru lors de la Première Guerre mondiale. Avec le développement des armes à sous-munitions et des munitions de type anti-personnel, ce seront ensuite plutôt les populations civiles, souvent les enfants, qui souffriront le plus de ce type de séquelles de guerre.

France[modifier | modifier le code]

Dès 1915, de nombreuses formes d'aides leur ont été destinées, y compris chez les prisonniers via les Fédérations départementales des comités d'assistance aux prisonniers créées le 14 septembre 1915 en France[1].

Des centres de soins et rééducation sont mis en place pour les soldats gravement blessés, qui profiteront aussi aux civils. On tente grâce à des prothèses et des exercices de permettre aux mutilés de poursuivre une activité professionnelle de retour dans la vie civile [2].

Dans le Pas-de-Calais, deux écoles de rééducation sont ouvertes en pleine guerre à Boulogne-sur-Mer et à Calais, ainsi qu'à Berck (fondé en 1916, avec un régime d'internat, à proximité du centre de physiothérapie). Le centre de Berck est plus orienté sur la rééducation agricole, qui doit diriger les mutilés (qui l'ont choisi) vers la grande culture, la culture maraichère, la laiterie, les petits élevages ou l'arboriculture. Une « ferme école » leur est ouverte à Groffliers. Les infirmes de guerre peuvent dans ces centres apprendre gratuitement la comptabilité industrielle, le dessin industriel, la cordonnerie, l'ajustage, le cartonnage-reliure, le métier de tailleur, la lithographie, la mécanique, voire préparer un brevet de conducteur d'auto[2]. À cette époque, un office départemental de placement les assiste pour trouver un emploi et leur attribue des secours quand ils sont dans le besoin. Le ministère des anciens combattant continuera à les suivre [2].

Droits[modifier | modifier le code]

Ces personnes ont généralement des droits particuliers (soins, rééducation, places réservées et réductions dans les chemins de fer et transports en commun, etc.), si leur handicap est reconnu.

En Europe[modifier | modifier le code]

Il existe une carte européenne de stationnement pour personne handicapée (carte, macaron ou plaque). Elle est en France délivrée par les services départementaux de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC). Dans ce pays, la « carte de stationnement pour personnes handicapées » remplacera de manière définitive, au 31 décembre 2010, le macaron « grand invalide civil » (GIC) et le macaron « grand invalide de guerre » (GIG)[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rapport de l'archiviste (départemental) ; Archives départementales, communales et hospitalières ; Arras, pages 776 (de la version pdf) et suivantes sur 1 157 (consulté le 1er mars 2010) [PDF]
  2. a, b et c Rapport de l'archiviste (départemental) ; Archives départementales, communales et hospitalières ; Arras, pages 777 et suivantes sur 1 157 (consulté le 30 décembre 2009) [PDF]
  3. Qu'est-ce que la carte européenne de stationnement ? - Service-Public.fr

Annexes[modifier | modifier le code]

Film La Chambre des officiers et le roman dont c' est inspiré le film.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]