Monts (Indre-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monts.
Monts
Façade XIXe siècle du château de Candé.
Façade XIXe siècle du château de Candé.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Montbazon
Intercommunalité Communauté de communes du Val de l'Indre
Maire
Mandat
Valérie Guillermic
2014-2020
Code postal 37260
Code commune 37159
Démographie
Gentilé Montois
Population
municipale
6 995 hab. (2011)
Densité 256 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 16′ 41″ N 0° 37′ 31″ E / 47.2780555556, 0.62527777777847° 16′ 41″ Nord 0° 37′ 31″ Est / 47.2780555556, 0.625277777778  
Altitude Min. 47 m – Max. 99 m
Superficie 27,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Monts

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Monts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Monts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Monts
Liens
Site web monts.org

Monts est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire en région Centre. Ses habitants sont appelés les Montois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est arrosé par la rivière Indre.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les vieilles chartes, il n'est pas question de Monts avant 915, sans doute l'année où une modeste bourgade fut créée sur un éperon rocheux sous le nom de Mons Villa.

Protégée par la pente, près d'une belle source, cette bourgade se limitait à une petite église (reconstruite trois fois depuis) et à quelques chaumières. Et ce fut le bourg de monts pendant des siècles.Pourtant le pays avait été habité auparavant mais les invasions barbares avaient tout effacé.

C'est seulement quand s'érigèrent les forteresses du Breuil, de Candé, de la Roche et de la Fresnaye que la sécurité revint. Mais les seigneurs se faisaient encore la guerre. Quand les rois Capétiens furent assez forts, ils domptèrent les plus turbulents et le pays se développa. Sous Saint louis, tous les plateaux étaient défrichés et l'Indre jalonné de moulins.

Nouvel essor après la guerre de Cent Ans sous Louis XI et ses successeurs.

Après Henry IV, suit une longue période de paix intérieure et Monts, comme les peuples heureux, n'a pas d'histoire jusqu'à la date fatidique du 27 avril 1786, où le grand Lavoisier, commissaire du Roi, signe l'acte d'acquisition pour sa Majesté d'une ancienne tréfilerie sise au Ripault qui venait de faire faillite. Une poudrerie s'installe à la place et, pendant cent cinquante ans, fournit aux armées françaises, sans distinction des régimes qui se succèdent, de la poudre noire, puis de la poudre sans fumée, puis du pyroxyle.

Seul grand événement au cours du XIXe siècle, la construction de la ligne ferroviaire de Paris à Bordeaux, travail gigantesque matérialisé encore de nos jours par l'imposant viaduc de l'Indre édifié en 1848 et enjambant la vallée sur 751 m.

Le 3 juin 1937, au château de Candé, le duc de Windsor, ex Edward VIII (1894-1972), épousa l'américaine Wallis Simpson pour laquelle il avait renoncé au trône du Royaume-Uni le 11 décembre 1936.

1962 marque la croissance spectaculaire de la commune avec l'implantation de ses deux grandes structures industrielles : le Commissariat à l’énergie atomique sur le site de la poudrerie du Ripault et les Laboratoires pharmaceutiques Roger Bellon, actuellement Recipharm.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Monts

Les armes de Monts se blasonnent ainsi :

D'azur aux trois fleurs de lys d'or, au chef d'argent chargé d'une bordure dentelée de sable et d'une paire de ciseaux du même accostée des lettres M et R onciales aussi de sable[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1794 Pierre Richard    
1794 1800 Jean Lebougre    
1800 1803 Pierre Richard    
1803 1807 Jacques Bailby    
1807 1809 Robert David    
1809 1812 Charles Epron    
1812 1815 Maxime Pouget de Monsoudun    
juin 1815 nov 1815 Charles Augustin Mourruau    
1815 1821 Jacques Bailby (fils)    
1821 1830 Claude Robin    
1830 1831 Honoré Besnard    
1831 1834 Joseph Delaville le Roulx    
1834 1846 Armand Chapelain    
1846 1871 Aimé Mourruau (fils)    
1871 1880 Joseph Delaville le Roulx (fils)    
1880 1900 Jacques Drake del Castillo    
1900 1904 Achille Rahard    
1904 1919 Jacques Drake del Castillo    
1919 1925 Jacques Drake del Castillo fils    
1925 1929 Léon Habert    
1929 1934 Julien Dubois    
août 1934 mai 1935 Léon Habert    
Mai 1935 avril 1945 Charles Mercier    
avril 1945 Mars 1959 Joseph Daumain    
mars 1959 juillet 1961 Léon Verseux    
juillet 1961 Mars 1989 Robert Prunier    
mars 1989 mars 2008 Serge Viaud    
2008 mars 2014 Jacques Durand    
mars 2014 en cours Valérie Guillermic    
Les données manquantes sont à compléter.

Économie de la commune[modifier | modifier le code]

Évolution de l'endettement (en milliers d’€)[2] :

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Monts en 2010[3]
Taxe Taux appliqué (part communale)
Taxe d'habitation (TH) 15,55 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 22,31 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 49,80 %

Démographie[modifier | modifier le code]

La ville compte environ 7 000 habitants. L'urbanisation se développe avec une dominante de maisons individuelles et de vastes jardins.


En 2011, la commune comptait 6 995 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 102 1 125 1 274 1 343 1 155 1 178 1 212 1 297 1 205
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 209 1 317 1 409 1 434 1 652 1 551 1 522 1 503 1 514
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 430 1 502 1 561 1 582 1 486 1 515 1 649 1 784 2 129
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
2 053 3 506 4 480 5 421 6 221 6 514 6 953 7 013 6 895
2011 - - - - - - - -
6 995 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Viaduc en pierre de Monts
  • Vieux Bourg
  • Viaduc en pierre, pour voie ferrée, construit de 1846 à 1849, de 752 m de long, franchissant la vallée de l'Indre par 59 arches de 9,80 d'ouverture et de 20 m de hauteur en moyenne.
  • Moulins de l'Indre
  • Château de Candé
  • Château de La Roche
  • Château Le Breuil (accès privé)

Santé[modifier | modifier le code]

  • Maison médicale
  • Deux pharmacies
  • Laboratoire d'analyse médicale
  • Dentiste
  • E.H.P.A.D " La vasseliere" pour personnes agées

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Écoles maternelles : Joseph Daumain (Le Bourg)[6] ; Beaumer[7]
  • Écoles primaires : Joseph Daumain ; Pierre et Marie Curie[8]
  • Collège du Val de l'Indre[9]
  • A.L.S.H (Accueil de Loisirs Sans Hébergement)
  • Halte-garderie : la Maison de l'éveil (située 14 Rue des écoles 37260 Monts, pouvant accueillir 20 enfants à Monts.)
  • Multi Accueil : 1,2,3 soleil (située Rue de la Tête Noire 37260 Monts, capable d'accueillir jusqu'à 35 enfants à Monts.)
  • C.L.S.H ( Centre de loisirs sans hébergement)

Transports[modifier | modifier le code]

  • Monts est desservi par l'autoroute A10 Paris-Poitiers, sortie Montbazon ou Sorigny
  • SNCF: Monts à 9 minutes de Tours
  • Touraine fil vert : ligne Thilouze-Pont-de-Ruan-Artannes-Monts-Tours
  • Transports scolaires : écoles, collège, lycées

Marchés[modifier | modifier le code]

  • La Rauderie le samedi matin
  • La Fontaine le mercredi matin

Culture[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Chaque début de juillet, la ville accueille plusieurs dizaine de milliers de festivaliers à l'occasion du plus grand festival de musique du département, le festival Terres du Son.

Innovation[modifier | modifier le code]

Depuis 1997, la commune de Monts organise le Salon des Jeunes Inventeurs et Créateurs, des jeunes de 10 à 25 ans présentent leurs innovations et participent au concours lié au salon. Il a lieu lors d'un week-end de printemps.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • George Messier, ingénieur et homme d'affaires, y est né le 23 avril 1896.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2009.
  2. [1]
  3. [2]
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  6. École Joseph Daumain
  7. École Beaumer
  8. École Pierre et Marie Curie
  9. Collège du Val de l'Indre


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]