Indre (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Indre.
Indre
L'Indre à Rigny-Ussé, devant le château d'Ussé.
L'Indre à Rigny-Ussé, devant le château d'Ussé.
L'Indre au sud de la Loire, entre la Vienne et le Cher.
L'Indre au sud de la Loire, entre la Vienne et le Cher.
Caractéristiques
Longueur 279,3 km [1]
Bassin 3 428 km2 [1]
Bassin collecteur Bassin de la Loire
Débit moyen 18,70 m3/s (Lignières-de-Touraine) [2]
Régime Pluvial
Cours
Source Monts de Saint-Marien
· Localisation Saint-Priest-la-Marche
· Altitude 453 m
· Coordonnées 46° 25′ 30″ N 2° 10′ 23″ E / 46.4249, 2.173 (Source - Indre)  
Confluence Loire
· Localisation Avoine
· Altitude 30 m
· Coordonnées 47° 13′ 57″ N 0° 11′ 40″ E / 47.2324, 0.1945 (Confluence - Indre)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Vauvre, Ozance et Échandon
· Rive droite Igneray et Indrois
Pays traversés Drapeau de la France France
Région Centre
Départements Cher
Indre
Indre-et-Loire
Principales villes Sainte-Sévère-sur-Indre, La Châtre, Ardentes, Châteauroux, Buzançais, Châtillon-sur-Indre, Loches, Montbazon et Azay-le-Rideau

Sources : SANDRE, Géoportail et Banque Hydro

L'Indre est une rivière française, qui coule dans les départements du Cher, de l'Indre et de l'Indre-et-Loire, en région Centre.

Hydronymie[modifier | modifier le code]

Le nom Indre provient de l'antique vocable Innara ou Ennara, formé de deux racines ligures accolées. La première, enn ou inn, de signification non connue, et la seconde ara voulant dire cours d'eau.

La racine inn se reconnaît dans le nom de la rivière helvético-austro-allemande Inn. Quant à la racine ara, elle se retrouve un peu partout dans l'ancienne Gaule et ailleurs dans les régions limitrophes, comme par exemple l'Aar suisse, l'Isère et l'Yser (tous deux provenant de iz-ara de même que l'Isar qui arrose Munich en Bavière), ou encore dans le nom que les Gallo-Romains donnaient à l'Oise : Isara c'est-à-dire iz-ara (l'adjectif isarien a subsisté en français moderne pour qualifier ce qui se rapporte à l'Oise).

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Indre prend sa source[1] a une altitude de 453 m dans les Monts de Saint-Marien sur le territoire de Saint-Priest-la-Marche dans le département du Cher, à la limite du département de la Creuse. Elle gagne la vallée de la Loire à Marnay (commune d'Azay-le-Rideau). Son confluent[1] avec la Loire, se trouve près de la commune d'Avoine, dans le département d'Indre-et-Loire.

L'Indre est une rivière dont les fonds et les berges sont exclusivement privés donc pas en libre accès, contrairement à l'eau qui est passée depuis quelques années dans le domaine public.

L'Indre à Pouligny-Saint-Martin.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des autres cours d'eau de plaine du bassin de la Loire, l'Indre est une rivière peu fournie, traversant des zones en majorité peu arrosées. Son débit a été observé durant une période de 15 ans (1966-1980), à Lignières-de-Touraine, localité située peu avant son confluent avec la Loire. Le bassin versant de la rivière y est de 3 280 km2[2] soit plus ou moins 96 % de la totalité de celui-ci qui fait 3 428 km2[1].

L'Indre à Lignières-de-Touraine[modifier | modifier le code]

Le module de la rivière à Lignières-de-Touraine est de 18,7 m3/s[2].

L'Indre présente des fluctuations saisonnières de débit assez marquées, avec une période de hautes eaux d'hiver portant le débit mensuel moyen à un niveau situé entre 28,4 m3/s et 46,5 m3/s, de janvier à mars inclus (avec un maximum très net en février). Dès fin mars le débit diminue assez progressivement pendant les mois de printemps, pour aboutir à la période des basses eaux qui se déroule de juillet à octobre, avec une baisse du débit moyen mensuel allant jusqu'à 6,24 m3/s au mois d'août, ce qui est encore relativement consistant. Cependant les fluctuations de débit peuvent être plus importantes d'après les années et sur des périodes plus courtes.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : K7542610 - L'Indre à Lignières-de-Touraine pour un bassin versant de 3 280 km²[2]
(1966-1980 - données calculées sur 15 ans)

Source : Banque Hydro - Ministère de l'écologie et du développement durable

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

À l'étiage le VCN3 peut chuter jusque 1,6 m3⋅/s, en cas de période quinquennale sèche, soit 1 600 litres/s, ce qui n'est guère très sévère, le cours d'eau conservant au pire près de 10 % de son débit moyen.

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues peuvent être importantes compte tenu de la taille déjà grande du bassin versant. Elles sont cependant nettement moindres que celles qui affectent les affluents de plaine de la partie occidentales du bassin de la Loire, celles-ci coulant sur le vieux socle primaire armoricain, imperméable. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 82 m3/s et 110 m3/s. Le QIX 10 est de 130 m3/s, le QIX 20 de 150 m3⋅/s, tandis que le QIX 50 n'a pas été calculé faute de durée d'observation suffisante.

Le débit instantané maximal enregistré à Lignières-de-Touraine durant cette période, a été de 214 m3/s le 1er février 1977, tandis que le débit journalier maximal enregistré était de 209 m3/s le 22 février de la même année. Si l'on compare la première de ces valeurs à l'échelle des QIX de la rivière, cette crue était nettement supérieure à une crue vicennale, et certainement supérieure au niveau d'une crue cinquantennale, c'est-à-dire exceptionnelle.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

Au total, l'Indre est une rivière médiocrement abondante. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 181 millimètres annuellement, ce qui est nettement inférieur à la moyenne de la France, tous bassins confondus, ainsi d'ailleurs qu'à la moyenne du bassin de la Loire (244 millimètres), et même nettement moins élevé que la moyenne du bassin du Cher (223 millimètres à Tours). Le débit spécifique de la rivière (ou Qsp) atteint 5,7 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Le pont-écluse de Clavières, de la commune d'Ardentes.
Le pont-écluse de Clavières, de la commune d'Ardentes.

Loisirs[modifier | modifier le code]

Activités nautiques[modifier | modifier le code]

Pêche et poissons[modifier | modifier le code]

Le cours d'eau est de deuxième catégorie, les poissons susceptible d’être péchés sont : Ablette, Barbeau commun, Black-bass à grande bouche, Brème, Brochet, Carassin, Gardon, Goujon, Perche, Poisson-chat, Rotengle, Sandre, Silure et Tanche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Indre (K7--0260) » (consulté le 22 décembre 2011)
  2. a, b, c et d Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - L'Indre à Lignières-de-Touraine (K7542610) » (consulté le 4 juin 2014)
  3. Site du Géoportail, consulté le 22 décembre 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]