Société archéologique de Touraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Société archéologique de Touraine
Fondation
Ville Tours
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Fondateur Henry Goüin, Alexandre Giraudet, Noël Champoiseau, abbé Manceau
Président Yves Cogoluegnes
Secrétaire général Jean-Michel Gorry
Site web www.societearcheotouraine.eu/

La Société archéologique de Touraine, fondée en 1840 et reconnue d'utilité publique en 1872, accueille tous ceux, amateurs ou curieux, étudiants ou professionnels, qui s’intéressent, œuvrent ou veulent œuvrer à l’étude, la défense et l'illustration du passé de la Touraine et de son patrimoine. Son siège social devrait être transféré dans l'ancienne chapelle Saint-Libert courant 2014.

Historique[modifier | modifier le code]

Le , des membres tourangeaux de la Société française pour la conservation des monuments historiques (aujourd'hui Société française d'archéologie) se réunissent en commission (le banquier Henry Goüin, le médecin Alexandre Giraudet, l'industriel Noël Champoiseau, et l’abbé Manceau) pour élaborer et présenter en séance publique les statuts d’une nouvelle association. Le 1er bureau a comme président Henry Goüin, comme secrétaire général Alexandre Giraudet, comme secrétaire général-adjoint l’abbé Manceau, comme trésorier-archiviste Louis-Pierre Boilleau (archéologue, fondateur du musée archéologique de Tours). La société compte alors 35 membres titulaires, 43 correspondants et 9 membres honoraires dont Arcisse de Caumont, François Guizot et Prosper Mérimée.

Elle est reconnue d’utilité publique en juin 1872 par Jules Simon, ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, grâce à Charles de Grandmaison, 7e président de la société.

Ses collections, de plus de 30 000 pièces, fruits des dons des membres et d’achats, s’étalent de la Préhistoire à l’époque contemporaine, en relation le plus souvent avec la Touraine. Elles sont présentées à l’Hôtel Goüin à Tours, donné par la famille Goüin à la société au XXe siècle, devenu musée de la société depuis la fin des années 1960 et vendu pour un franc symbolique au Conseil général d'Indre et Loire en 1977, faute de moyens pour son entretien. Les collections d’archéologie et d'art qui y étaient réunies, ont été remises entre les mains du Conseil général, à titre de dépôt pour trente ans. Une partie de ces collections seront exposées à l'Hôtel Goüin, lors de la réouverture du musée, après sa réorganisation, prévue en 2012 et 2013 ; une partie des collections de Préhistoire est transférée dans le Musée de la préhistoire du Grand-Pressigny.

Objectifs[modifier | modifier le code]

Elle organise chaque fin de mois une séance au cours de laquelle sont présentées aux sociétaires des communications savantes concernant la Touraine. Un bulletin annuel, contenant le texte des communications présentées au cours des séances mensuelles, paraît chaque année. La société publie également des mémoires, des catalogues d’exposition et les tables de ses publications, dont elle assure la vente dans le local de sa bibliothèque et par correspondance. Elle organise, pour ses sociétaires, des sorties permettant de découvrir des sites et des monuments méconnus du patrimoine local, sous la direction de spécialistes.

La société assure comme par le passé la conservation d'importantes collections : photographies anciennes (environ 15 000), issues pour partie du fonds de l'ancienne Société de photographie de Tours (1891-1960), cartes et documents figurés, monnaies (environ 4 000), et sceaux, sans compter les livres et brochures (environ 8 500), les centaines de collections de revues de sa bibliothèque d'étude (infra).

La bibliothèque d'étude est animée par une équipe de passionnés. Ici Daniel Schweitz, bibliothécaire, en juillet 2013

Bibliothèque[modifier | modifier le code]

La première bibliothèque d'étude de la société, créée en 1840, a été détruite le 19 juin 1940, dans l'incendie de la bibliothèque municipale de Tours, où elle avait été mise en dépôt en 1909. Elle a depuis été reconstituée et réinstallée en 1958 dans le bâtiment de la nouvelle bibliothèque municipale, puis, depuis 2012, au Logis des Gouverneurs au château de Tours. Elle compte aujourd'hui la collection complète des mémoires et bulletins publiés par la société depuis 1840, environ 8 000 livres et brochures traitant notamment de l'histoire, de l'archéologie et du patrimoine de la Touraine, des centaines de collections de revues de sociétés savantes. L'accès est libre à tout chercheur ou lecteur autorisé en salle, qui peuvent trouver sur place l'aide nécessaire auprès du conservateur. Les productions de la Société sont par ailleurs consultables à divers endroits à Tours (Archives départementales, Archives municipales, Bibliothèque centrale de prêt et Centre des archives contemporaines d'Indre-et-Loire) ainsi qu'en divers lieux à Paris et en France[1],[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel de la Société : La nouvelle bibliothèque est ouverte et vous attend !] (consulté le 25 avril 2013)
  2. Site officiel de la Société : Lieux de consultation (consulté le 25 avril 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliothèque de la Société

  • Daniel Schweitz, La nouvelle bibliothèque de la Société archéologique de Touraine (1940-2007), Bulletin de la Société archéologique de Touraine, LIV, 2008.
  • ib., Délocalisation de la bibliothèque d'étude de la Société (février -avril 2012), Bulletin de la Société archéologique de Touraine, 2012, p. 43-49.
  • id., La première bibliothèque d'étude de la Société archéologique de Touraine (1840-1940), Bulletin de la Société archéologique de Touraine, LV, 2009.
  • id., L’incendie de la Bibliothèque de Tours (juin 1940), Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Touraine, 22, 2009.
  • id., Histoire et patrimoine de la Touraine. Introduction aux études locales. Guide du lecteur et du chercheur en bibliothèque, in Mémoires de la Société archéologique de Touraine, LXVIII, 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]