Toe Blake

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blake.

Hector Blake

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Toe Blake (à droite) avec Maurice Richard

Surnom(s) Toe, The Old Lamplighter[NH 1]
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Né le 21 août 1912,
Victoria Mines (Canada)
Mort le 17 mai 1995,
Montréal (Canada)
Entraîneur décédé
A entraîné LNH
Canadiens de Montréal
LAH
Bisons de Buffalo
Activité 19481968
Joueur décédé
Position Ailier gauche
Tirait de la gauche
A joué pour LNH
Maroons de Montréal
Canadiens de Montréal
LAH
Bisons de Buffalo
Can-Am
Reds de Providence
LHSQ
Braves de Valleyfield
Carrière pro. 19351951

Temple de la renommée : 1966

Hector « Toe » Blake O.C. (né le 21 août 1912 à Victoria Mines[Note 1], dans la province de l'Ontario au Canada — décédé le 17 mai 1995 à Montréal, dans la province du Québec au Canada) est un joueur et entraîneur professionnel de hockey sur glace[1].

Il a fait sa marque à titre de joueur de hockey pour les Canadiens de Montréal de la Ligue nationale de hockey en Amérique du Nord durant treize saisons. En 577 matchs en saison régulière dans la LNH, Toe Blake inscrit 235 buts et amasse 292 passes, pour un total de 527 points. Il passe également 272 minutes de pénalité. En 57 matchs de séries éliminatoires, l'ailier gauche marque 25 buts en plus de récolter 37 passes ce qui lui donne 62 points. Il fait partie avec Maurice Richard et Elmer Lach de la « Punch Line » et remporte la Coupe Stanley trois fois en tant que joueur avant de prendre sa retraite en raison d'une fracture à une cheville. À titre personnel, il remporte le trophée Hart en 1938-1939 puis le trophée Lady Byng en 1945-1946

Il devient par la suite entraîneur pour les Canadiens entre 1955 à 1968, période durant laquelle l'équipe remporte huit fois la Coupe Stanley, dont cinq fois consécutives (1956-1960). Détenteur de nombreux trophées, il est admis au Temple de la renommée du hockey en 1966 et décoré de l'Ordre du Canada en octobre 1982. Il meurt le 17 mai 1995 à l'âge de 82 ans, souffrant de la maladie d'Alzheimer depuis quelques années.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses débuts[modifier | modifier le code]

Blake signe avec les Maroons de Montréal de la Ligue nationale de hockey le 21 février 1935[2]. Il arrive au sein de l'équipe des Maroons en compagnie de Herb Cain mais en réalité, ils doivent cette arrivée à Léo Dandurand des Canadiens de Montréal ; en effet, Dandurand supervise en compagnie de Howie Morenz, la vedette des Canadiens de l'époque, un match des Tigers de Hamilton en 1934. Ils sont conquis par le jeu de Cain et de Blake et Dandurand pose une option sur les deux joueurs. Cependant, Dandurand conseille aux deux joueurs d'aller faire leurs classes au sein des Maroons même s'il exige qu'ils rejoignent les Canadiens dès qu'il en aura besoin[3].

Après avoir joué huit rencontres lors de la saison 1934-1935 de la LNH avec les Maroons, Blake passe tout le reste de la saison avec les Tigers de Hamilton. Il ne joue aucune rencontre des séries éliminatoires des Maroons mais fait tout de même partie de l'effectif inscrit sur la Coupe Stanley[4]. Il est laissé lors de la saison 1935-1936 avec les Reds de Providence[5] mais le 10 février 1936[2], il est échangé aux Canadiens de Montréal en compagnie de Bill Miller et en retour de Lorne Chabot[6].

Joueur des Canadiens de Montréal[modifier | modifier le code]

Des premières années difficiles[modifier | modifier le code]

 Elmer Lach en photo en noir et blanc avec le maillot des Canadiens de Montréal
Elmer Lach (ici en 1942) rejoint les Canadiens et Blake en 1940

Blake joue sa première saison complète dans la LNH en 1936-1937 et il compte alors 22 points. Cette saison est marquée pour les Canadiens par la perte de Howie Morenz qui se blesse sur la glace et meurt six semaines plus tard[7]. Premiers de leur division à la fin du calendrier, les Canadiens jouent directement les demi-finales des séries éliminatoires mais sont éliminés en cinq rencontres par la meilleure équipe de la saison régulière, les Red Wings de Détroit[NH 2]. Les joueurs de Montréal abordent la saison 1937-1938 de la LNH de la meilleure des manières puisqu'ils ne concèdent que deux défaites lors des dix premiers matchs. Ils ne parviennent cependant pas à garder le rythme toute la saison et glisse finalement à la troisième place de la division[NH 3]. Blake inscrit 33 points en 45 parties jouées et se classe troisième meilleur pointeur de l'équipe[8]. L'équipe perd dès le premier tour des séries face aux Black Hawks de Chicago, deux matchs à un[NH 3].

Les Maroons de Montréal arrêtent leurs activités au cours de l'été 1938 et il ne reste alors plus que sept équipes dans la LNH, sept équipes qui sont regroupées en une seule division[9]. Les anciens de l'équipe des Canadiens, comme par exemple Aurèle Joliat, ne font plus partie de l'alignement et Blake finit meilleur pointeur des siens avec 47 points mais également de toute la LNH[NH 4]. Même si les Canadiens finissent sixièmes du classement, Blake est mis en avant par toute la LNH et reçoit le Trophée Hart remis au meilleur joueur[Note 2],[10]. Il est également mis en avant en étant sélectionné dans la première équipe d'étoiles de la saison[11].

Deuxième joueur de l'histoire de la franchise à réussir à remporter le Trophée Hart et le championnat des pointeurs, il est nommé athlète de l'année au Canada quelques mois plus tard par les journalistes[10]. Malgré tout ses succès individuels, les Canadiens sont à la peine et ils sont une nouvelle fois éliminés dès le premier tour des séries par Détroit en trois rencontres[NH 4]. Les mauvais résultats se poursuivent pour les Canadiens en 1939-1940 puisqu'ils finissent derniers de la LNH ; Blake est toujours le meilleur pointeur de son équipe avec 36 points ; il est également le neuvième de la LNH derrière Milt Schmidt, Woody Dumart et Bobby Bauer, le trio de Boston[12].

En 1940-1941, Blake devient le nouveau capitaine. Il voit l'arrivée de jeunes joueurs au sein de l'équipe dont un certain Elmer Lach mais également de Dick Irvin derrière le banc de l'équipe[13]. Malgré ces arrivées, les Canadiens connaissent une nouvelle saison compliquée même s'ils retrouvent de justesse avec la sixième place les séries éliminatoires. Ils sont battus au premier tour en trois rencontres par Chicago[NH 5]. Les saisons se suivent et se ressemblent puisque à la fin de la saison suivante, les Canadiens sont sixièmes du classement et ils sont éliminés au premier tour des séries par Détroit[NH 6]. L'équipe voit tout de même arriver en ses rangs un nouveau défenseur en la personne de Émile « Butch » Bouchard alors que Blake est meilleur pointeur de l'équipe et sixième de la LNH avec 45 points[14].

La Punch line[modifier | modifier le code]

Photographie de six joueurs des Canadiens de Montréal
Six joueurs des Canadiens de Montréal dont les joueurs de la Punch Line au premier rang : Richard, Lach et Blake.

La saison 1942-1943 de la LNH voit les débuts de Maurice Richard au sein de l'équipe des Canadiens mais il se brise la cheville au bout de 16 matchs[15]. Blake et Lach sont les deux meilleurs pointeurs de la saison des Canadiens avec 59 et 58 points[15].

Le 10 janvier 1948, il se fracture la cheville, blessure qui mettra fin à sa carrière dans la LNH[16].

Entraîneur des Canadiens de Montréal[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • 1932 : Coupe Memorial avec les Cub Wolves de Sudbury
  • 1934-1935 : remporte la Coupe Stanley avec les Maroons de Montréal
  • 1937-1938 : sélectionné dans la seconde équipe d'étoiles
  • 1938-1939 :
    • Trophée Hart
    • sélectionné dans la première équipe d'étoiles
  • 1939-1940 : sélectionné dans la première équipe d'étoiles
  • 1943-1944 : remporte la Coupe Stanley avec les Canadiens de Montréal
  • 1945-1946 :
    • remporte la Coupe Stanley avec les Canadiens de Montréal
    • Trophée Lady Bing
    • sélectionné dans la seconde équipe d'étoiles
  • 1966 : intronisé au Temple de la renommée du hockey en tant que joueur
  • octobre 1982 : Ordre du Canada

Statistiques[modifier | modifier le code]

En tant que joueur[modifier | modifier le code]

Statistiques par saison[17],[18]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1929-1930 Dunlops de Cochrane City Sr. 7 3 0 3 4
1930-1931 Wolves de Sudbury NOHA 6 3 1 4 12 2 0 0 0 6
1930-1931 Industries de Sudbury City Sr. 8 7 1 8 10 1 2 2 4 -
1931-1932 Cub Wolves de Sudbury NOHA 3 5 0 5 4
1931-1932 Falcons de Falconbridge City Sr. 10 8 1 9 18 2 1 0 1 2
1932-1933 Tigers de Hamilton OHA Sr. 22 9 4 13 26 2 0 0 0 2
1933-1934 Tigers de Hamilton OHA Sr. 23 19 14 33 28 12 8 6 14 8
1934-1935 Maroons de Montréal LNH 8 0 0 0 0
1934-1935 Tigers de Hamilton OHA Sr. 18 15 11 26 48
1935-1936 Reds de Providence CAHL 0 12 11 23 65
1935-1936 Canadiens de Montréal LNH 11 1 2 3 28
1936-1937 Canadiens de Montréal LNH 43 10 12 22 12 5 1 0 1 0
1937-1938 Canadiens de Montréal LNH 43 17 16 33 33 3 3 1 4 2
1938-1939 Canadiens de Montréal LNH 48 24 23 47 10 3 1 1 2 2
1939-1940 Canadiens de Montréal LNH 48 17 19 36 48
1940-1941 Canadiens de Montréal LNH 48 12 20 32 49 3 0 3 3 5
1941-1942 Canadiens de Montréal LNH 48 17 28 45 29 3 0 3 3 2
1942-1943 Canadiens de Montréal LNH 48 23 36 59 26 5 4 3 7 0
1943-1944 Canadiens de Montréal LNH 41 26 33 59 10 9 7 11 18 2
1944-1945 Canadiens de Montréal LNH 49 29 38 67 25 6 0 2 2 5
1945-1946 Canadiens de Montréal LNH 50 29 21 50 2 9 7 6 13 5
1946-1947 Canadiens de Montréal LNH 60 21 29 50 6 11 2 7 9 0
1947-1948 Canadiens de Montréal LNH 32 9 15 24 4
1948-1949 Bisons de Buffalo LAH 18 1 3 4 0
1949-1950 Braves de Valleyfield LHSQ 43 12 15 27 15
1950-1951 Braves de Valleyfield LHSQ 1 0 0 0 0
Totaux LNH 577 235 292 527 282 57 25 37 62 23

En tant qu'entraîneur[modifier | modifier le code]

Statistiques par saison
Saison Équipe Ligue PJ  V   D   N  Pts Classement Parcours lors des séries éliminatoires
1955-1956 Canadiens de Montréal LNH 70 45 15 10 100 Premiers de la LNH Demi-finale : V 4-1 contre New York[Note 3]
Finale : V 4-1 contre Détroit
1956-1957 Canadiens de Montréal LNH 70 35 23 12 82 Deuxièmes de la LNH Demi-finale : V 4-1 contre New York
Finale : V 4-1 contre Boston
1957-1958 Canadiens de Montréal LNH 70 43 17 10 96 Premiers de la LNH Demi-finale : V 4-0 contre Détroit
Finale : V 4-2 contre Boston
1958-1959 Canadiens de Montréal LNH 70 39 18 13 91 Premiers de la LNH Demi-finale : V 4-2 contre Chicago
Finale : V 4-1 contre Toronto
1959-1960 Canadiens de Montréal LNH 70 40 18 12 92 Premiers de la LNH Demi-finale : V 4-0 contre Chicago
Finale : V 4-0 contre Toronto
1960-1961 Canadiens de Montréal LNH 70 41 19 10 92 Premiers de la LNH Demi-finale : D 2-4 contre Chicago
1961-1962 Canadiens de Montréal LNH 70 42 14 14 98 Premiers de la LNH Demi-finale : D 2-4 contre Chicago
1962-1963 Canadiens de Montréal LNH 70 28 19 23 79 Troisièmes de la LNH Demi-finale : D 1-4 contre Toronto
1963-1964 Canadiens de Montréal LNH 70 36 21 13 85 Premiers de la LNH Demi-finale : D 3-4 contre Toronto
1964-1965 Canadiens de Montréal LNH 70 36 23 11 83 Deuxièmes de la LNH Demi-finale : V 4-2 contre Toronto
Finale : V 4-3 contre Chicago
1965-1966 Canadiens de Montréal LNH 70 41 21 8 90 Premiers de la LNH Demi-finale : V 4-0 contre Toronto
Finale : V 4-2 contre Détroit
1966-1967 Canadiens de Montréal LNH 70 32 25 13 77 Deuxièmes de la LNH Demi-finale : V 4-0 contre New York
Finale : D 2-4 contre Toronto
1967-1968 Canadiens de Montréal LNH 74 42 22 10 94 Premiers division Est Quart-de-finale : V 4-0 contre Boston
Demi-finale : V 4-1 contre Chicago
Finale : V 4-0 contre Saint-Louis
Totaux 914 500 255 159 Huit Coupes Stanley

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Victoria Mines est une ville fantôme abandonnée depuis 1913
  2. Le terme francophone de « meilleur joueur » correspond au terme québécois de « joueur le plus utile » et au terme anglais de « Most valuable player » - MVP.
  3. Les résultats indiqués ici sont en nombre de matchs. Ainsi, par exemple, 4-1 en 1955-1956 signifie 4 matchs pour les Canadiens contre 1 pour New-York. 2-4, en 1960-1961, 2 victoires pour les Canadiens, 4 pour Chicago.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Toe Blake, honoured member », sur Legends of Hockey Net (consulté le 5 décembre 2013).
  2. a et b Bruneau et Normand 2003, p. 650
  3. Brown 2006, p. 141
  4. Official Guide & Record Book 2010, p. 252
  5. Bruneau et Normand 2003, p. 150-151
  6. Brown 2006, p. 176
  7. Bruneau et Normand 2003, p. 154
  8. Bruneau et Normand 2003, p. 158
  9. Bruneau et Normand 2003, p. 161
  10. a et b Bruneau et Normand 2003, p. 162
  11. Frank Orr dans Diamond 1998, chapitre 16, p. 106
  12. Bruneau et Normand 2003, p. 166
  13. Bruneau et Normand 2003, p. 168-169
  14. Bruneau et Normand 2003, p. 174-175
  15. a et b Bruneau et Normand 2003, p. 178
  16. Bruneau et Normand 2003, p. 163
  17. James Duplacey dans Diamond 1998, chapitre 71, p. 660
  18. « Toe Blake - Statistiques », sur www.nhl.com

Site historique des Canadiens de Montréal[modifier | modifier le code]

Description, photos, faits saillant, biographie et plus sur le site historique des Canadiens, Notre Histoire.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Bruneau et Léandre Normand, La glorieuse histoire des Canadiens, Montréal, Éditions de l'Homme,‎ 2003, 823 p. (ISBN 2-7619-1860-6)
  • (en) National Hockey League, Official Guide & Record Book / 2010, Triumph books,‎ 2010, 664 p. (ISBN 978-1-60078-303-6)
  • (en) Dan Diamond, Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League, Total Sports,‎ 1998, 1878 p. (ISBN 978-0836271140)
  • (en) William Brown, The Montreal Maroons: The Forgotten Stanley Cup Champions, Vehicule Press,‎ 2006 (ISBN 978-1550651287)