Marcel Dionne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dionne.

Marcel Dionne

Description de l'image  Marcel Dionne.jpg.
Surnom(s) Little Beaver[1]
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Né le 3 août 1951 (1951-08-03) (62 ans),
Drummondville (Canada)
Joueur retraité
Position Centre
Tirait de la droite
A joué pour LNH
Red Wings de Détroit
Kings de Los Angeles
Rangers de New York
LIH
Rangers de Denver
Repêc. LNH 2e choix au total, 1971
Red Wings de Détroit
Carrière pro. 19711989

Temple de la renommée : 1992

Marcel Elphege Dionne (né le 3 août 1951 à Drummondville ville du Québec au Canada) est un joueur canadien de hockey sur glace et l'un des meilleurs marqueurs de la Ligue nationale de hockey de tous les temps. En effet, il est le quatrième meilleur buteur de tous les temps avec 731 buts juste derrière Wayne Gretzky, Gordie Howe et Brett Hull. Il est choisi au premier tour, en seconde position au repêchage amateur de la LNH 1971 par les Red Wings de Détroit. Son frère, Gilbert, est également joueur de hockey professionnel, principalement avec les Canadiens de Montréal avec lesquels il remporte une Coupe Stanley en 1993. Plusieurs journalistes et experts considèrent Dionne comme l'un des meilleurs joueurs de la LNH et comme l'un des meilleurs joueurs de tous les temps n'ayant pas remporté la coupe Stanley.

Durant sa carrière, Dionne remporte plusieurs récompenses dont le Trophée Art Ross, le Trophée Lady Byng, le Trophée Lester B. Pearson et le Trophée Lester Patrick dans la Ligue nationale de hockey. Il est également désigné comme le meilleur attaquant lors de l'édition des championnats du monde de 1978. Un des arénas de Drummondville porte son nom, le Centre Marcel-Dionne. En 1992, Dionne entre au Temple de la renommée du hockey comme joueur, son chandail numéro 16 est précédemment retiré par les Kings de Los Angeles en 1990, équipe avec laquelle il passe les plus prolifiques années de sa carrière. Le 10 avril 2012, le député de Drummond, Yves-François Blanchet, fait une demande pour que Marcel Dionne reçoive la médaille d'honneur par l'Assemblée nationale.

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Dionne est un joueur réputé pour la précision de ses tirs. Doté d'un petit physique, à ses débuts, certains pensent même qu'il ne jouera pas longtemps dans la Ligue nationale de hockey. Dionne est également un joueur rapide et habile sur la glace[1]. Marcel Dionne est un meneur de jeu et un bon marqueur, ce qui plaît beaucoup aux fans des Kings et déplaît aux fans des autres équipes[2], tout en étant un joueur assez constant[3].

Il réussit à être reconnu même si le hockey sur glace n'est pas un sport très apprécié à Los Angeles. Dionne est un excellent joueur lors de la saison régulière, mais ne réussit jamais vraiment à se distinguer en séries éliminatoires : que ce soit avec les Red Wings de Détroit, les Kings de Los Angeles ou les Rangers de New York, il ne dépasse jamais le second tour. Il est un si bon marqueur qu'à un moment dans sa carrière, il atteint la deuxième place des meilleurs marqueurs de l'histoire de la ligue le 14 février 1988[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et débuts[modifier | modifier le code]

Fils de Laurette Sawyer-Dionne, Marcel naît et grandit à Drummondville dans la région administrative du Centre-du-Québec où il commence à patiner à l'âge de deux ans. Pour ne pas devoir travailler à l'aciérie comme la plupart des habitants de Drummondville, il est encouragé à jouer au hockey, seule autre option dans la ville. Dionne joue ses années juniors avec les Black Hawks de Saint Catharines dans la Ligue de hockey de l'Ontario ainsi qu'avec des équipes de hockey junior de Montréal et de Drummondville[1]. Ces expériences lui permettent d'être un des meilleurs espoirs du repêchage amateur[Note 1] de la Ligue nationale de hockey 1971. Dionne participe à la Coupe Memorial 1971 où il affronte les Remparts de Québec et leur vedette Guy Lafleur ; les partisans traitent Dionne de traitre car il joue dans la LHO et non dans la LHJMQ. Un partisan va jusqu'à envoyer des grenouilles sur la patinoire[4]. À la suite de ce que certains journalistes considèrent comme le meilleur échange de l'histoire des Canadiens de Montréal[5] où le directeur général des Canadiens Sam Pollock échange aux Golden Seals de la Californie le premier choix des Canadiens et Ernie Hicke contre le premier choix des Seals et François Lacombe[6], Dionne peut être repêché par la seule équipe de la LNH de sa province de naissance. Son adversaire dans la Coupe Mémorial, Guy Lafleur[7] lui est préféré par les Canadiens. Dionne est ensuite repêché en deuxième position par les Red Wings de Détroit et un autre Québécois, Jocelyn Guevremont, est repêché troisième[7],[8].

Avec les Red Wings[modifier | modifier le code]

En arrivant chez les Red Wings, Dionne a déjà une lourde pression sur ses épaules puisque son directeur général Ned Harkness attend de lui qu'il prenne la place de Gordie Howe chez les Red Wings, ce dernier ayant pris sa retraite l'année précédente. Malgré la pression due aux attentes des journalistes et des fans, Marcel marque 77 points durant sa saison en LNH[Note 2], un record de la ligue pour une recrue[1], le record d'équipe pour le nombre d'assistances par une recrue, qu'il bat aussi, et gardera jusqu'en 1991 avec l'arrivée de Nicklas Lidström[9]. Même si Dionne fait une excellent saison comme recrue, il n'est qu'au 3e rang des votes pour le Trophée Calder, remis à la meilleure recrue de la saison régulière, derrière Ken Dryden, gardien et grande vedette en devenir de la Ligue nationale, et Richard Martin, membre de la « French Connection »[10]. Sa première saison est tellement bonne qu'il reçoit une invitation à la Série du siècle 1972 contre l'équipe nationale soviétique[3], sans toutefois y jouer de match. À la suite d'une excellente saison de recrue, il reçoit des tâches plus élevées avec Détroit et la pression est d'autant plus grande que les Red Wings n'ont pas participé aux séries depuis deux saisons. Durant toute la période passée avec les Red Wings, ils n'arrivent pas une seule fois[1] aux séries d'après-saison, ce qui contrarie ses patrons. Ces derniers disent que Dionne ne joue pas en équipe et qu'il est trop personnel et ce dernier répondit par deux déclarations qui n’enchantent pas la direction de l'équipe :

« There were only three NHL-caliber players on that team »

« I was not going to give one hundred percent in practice[11]. »

Ces phrases peuvent être traduites par : « Il n'y a que trois joueurs du calibre de la LNH dans cette équipe » et « Je ne vais pas me donner à 100 % pendant les entraînements ».

Ses dires sont suivis par plusieurs querelles entre la direction et Dionne, dont une où son entraîneur lui demande plus d'efforts lors d'un échauffement d'avant-match contre les Canucks. Par la suite, l’entraîneur demande à Dionne de partir, ce qu'il fait. Après cet affrontement, l'équipe suspend Dionne[11]. Malgré ses problèmes avec la direction, Dionne marque quatre-vingt-dix points dont quarante buts durant cette saison[12]. À la suite d'une suspension, Dionne demande à être échangé, mais annule finalement sa requête quand son entraîneur quitte l'équipe[13]. En 1974-75, Dionne joue sa dernière année de contrat et le nouvel entraîneur de l'équipe Alex Delvecchio nomme Dionne capitaine de l'équipe. Les 121 points de Dionne font de cette saison sa meilleure avec les Red Wings[11]. À la fin de la saison, les Canadiens, les Blues, les Oilers, les Maple Leafs, les Sabres et les Kings essayent tous d'engager Dionne, qui choisit finalement les Kings[11] avec un contrat de cinq ans d'un million et demi de dollars, soit 300 000 $ par année, contrairement à un contrat de quatre ans d'un million avec les Red Wings. À la suite de son départ, les Kings sont dans l'obligation de donner des compensations aux Wings : les joueurs Dan Maloney et Terry Harper[13]. Dionne a plus tard avoué que son échec chez les Red Wings est son plus grand regret dans sa carrière de joueur de hockey[13].

Avec les Kings[modifier | modifier le code]

Avec le club[modifier | modifier le code]

Wayne Gretzky finit à égalité avec Dionne au sommet des marqueurs de la Ligue nationale lors de la saison 1980.

Avec les Kings, Marcel Dionne connait sept saisons de plus de cent points[14], dont deux de 137 et 135 points au total[11]. En 1980, Marcel Dionne remporte le Trophée Art Ross devant Wayne Gretzky, bien que les deux joueurs aient le même nombre de points, Dionne marque plus de buts que Gretzky, ce qui lui permet de recevoir le trophée[15],[16]. C'est durant la saison 1980-1981, lors de son 740e match dans la LNH, que Dionne marque son 1000e point dans la ligue. Il devient le joueur ayant atteint ce pallier le plus tôt dans sa carrière[17]. Dionne est membre à partir de 1979-1980[3] d'une ligne d'attaque surnommée la Triple Crown line (la « Ligne aux Trois Couronnes ») avec Charlie Simmer et Dave Taylor[18]. Avant que Charlie Simmer se blesse pour une longue période, cette ligne est l'une des meilleures de la ligue, ainsi que l'une de celles qui marquent le plus de points[3].

Dionne n'a pas joué lors de séries éliminatoires dans la LNH avant d'arriver avec les Kings, mais même s'il participe à tous les éliminatoires entre 1976 et 1982[19], il ne dépasse jamais le deuxième tour, et ce, pour l'intégralité de sa carrière. Son record est atteint lors de la saison 1981-1982, où les Kings battent les Oilers en première ronde avant de perdre face à une autre équipe canadienne lors de la deuxième ronde, les Canucks de Vancouver. C'est également lors de ses séries que Dionne marque le plus de points en série de sa carrière avec onze points en dix matchs[3]. À la suite de cela, les Kings ratent les séries à deux reprises avant d'y faire une apparition éclair en 1985, où ils perdent en trois matchs contre Edmonton, puis les manquent pendant deux autres saisons[19].

Les fans des autres équipes le détestent tellement que le 27 janvier 1979 à Pittsburgh, Dionne reçoit des menaces de mort au téléphone qui indiquent que s'il marquait un but dans le match, on allait le tuer au fusil, la citation originale étant :

« I have a high-powered rifle; and if you score a goal tonight, I'm going to blow your head off[2]. »

Même si son entraîneur lui permet de ne pas jouer le match s'il ne se sent pas en sécurité, Dionne joue tout de même et la LNH lui fournit une escorte de sécurité lorsqu'il rentre ou sort de l'aréna. Durant la partie, il marque tout de même à deux reprises, même s'il espérait par peur ne pas le faire, et va se cacher au milieu de joueurs plus imposants après ses buts[2]. Ses coéquipiers apprennent l'histoire le lendemain et le match suivant joué à Pittsburgh, tout le monde s'éloigne de Dionne à chaque fois qu'il marque, ce qui permit à Dionne de commenter :

« We never played as a team because nobody wants to die as a team[20]. »

« Nous n'avons jamais joué comme une équipe car personne ne veut mourir en équipe ».

Dionne accueille plusieurs jeunes joueurs chez lui à leur arrivée dans la ligue[21], l'un d'entre eux est une autre vedette des Kings, Luc Robitaille[22].

Le 10 mars 1987, les Kings décident d'échanger Marcel aux Rangers de New York avec Jeff Crossman[21] contre Bobby Carpenter et Tom Laidlaw. Selon Esposito, les Kings tentent d'acquérir Laidlaw depuis plus de deux ans et il s'agit d'une des raisons qui les poussent à proposer cet échange[17]. Dionne quitte Los Angeles en restant comme l'un des meilleurs joueurs de l'histoire de l'équipe, que ce soit au niveau des matchs joués, des points, des buts ou des assistances[23]. Marcel Dionne est le meilleur marqueur des Kings à chaque saison de 1975 à 1983, soit durant presque la totalité de ses saisons passées avec l'équipe californienne[3]. Plusieurs observateurs considèrent Marcel Dionne comme le premier joueur de concession et la superstar des Kings ainsi que le joueur préféré de la foule à cette époque[2].

Carrière internationale[modifier | modifier le code]

Au niveau international, Dionne représente le Canada à de nombreuses reprises lorsqu'il joue avec les Kings. En fait, toutes les sélections internationales de Dionne ont lieu pendant la période qu'il passe à Los Angeles à l'exception de la Série du siècle, dont il ne joue d'ailleurs aucun match[3]. Sa première sélection est lors de la Coupe Canada 1976[24] qui est, à l'exception, encore une fois, de la Série du siècle, sa seule victoire internationale : le 13 septembre 1976, le Canada bat la Tchécoslovaquie six à zéro avant de récidiver le surlendemain grâce à une victoire plus serrée de cinq à quatre[25]. C'est d'ailleurs Dionne qui fait la passe à Darryl Sittler qui marque ensuite le but gagnant en déjouant Vladimír Dzurilla lors de la deuxième période de prolongation[26]. Marcel Dionne rejoue plus tard une autre Coupe Canada, en 1981[27], mais cette fois-ci le Canada perd la finale huit à un contre l'URSS[28].

Dionne participe également à quatre championnats du monde. Il est pour la première fois appelé à participer en 1978, où son équipe prend le troisième rang de la phase préliminaire avant de terminer à la même position lors du classement final[29]. L'année suivante, la Canada arrive deuxième de son groupe, derrière la Tchécoslovaquie, mais arrive dernier de la poule finale pour prendre la quatrième place[30]. Dionne doit ensuite attendre 1983 avant de participer de nouveau à un championnat du monde. Lors de la compétition, le Canada pointe à la deuxième place de la compétition préliminaire avant de se faire doubler par les Tchécoslovaques lors de la poule finale et finir donc au troisième rang[31]. L'édition 1986 est la dernière de Dionne, ainsi que sa dernière compétition internationale, le Canada y finit quatrième du classement préliminaire avant de doubler la Finlande pour prendre la troisième marche du podium[32].

Avec les Rangers et fin de carrière[modifier | modifier le code]

Dionne arrive à New York en mars 1987[21] après que Phil Esposito l'acquiert dans un échange[33]. À son arrivée au sein de l'équipe, Kelly Kisio abandonne le numéro seize que Dionne portait à Los Angeles afin de lui laisser[34]. Même si Dionne est alors en fin de carrière, il a une moyenne d'environ un point par match et ce même si son temps de jeu est réduit[21]. Dionne joue ses seuls matchs éliminatoires avec les Rangers en 1987, année où son équipe perd au premier tour en six matchs contre les Flyers de Philadelphie, qui eux se rendent en finale[35]. Dionne joue les six matchs de son équipe et marque un but et une assistance. Lors de la saison 1987-1988, Dionne inscrit vingt-deux buts lors de supériorité numérique sur un total de trente-et-une réalisations. Avec un pourcentage de 71 % des buts marqués en supériorité numérique, Dionne décroche à 37 ans un record de la ligue[36]. C'est avec les Rangers que Marcel Dionne atteint le plateau des sept cents buts, mille assistances et mille sept cents points en carrière, des niveaux que peu de joueurs ont dépassé au cours de leur carrière[37].

Lors de la campagne 1988-1989, l'équipe des Rangers accueille l'ancien rival de Dionne lors de leur carrière junior et de leur repêchage : Guy Lafleur[38]. Les deux vétérans ne passent qu'une seule saison comme coéquipiers puisque Lafleur quitte New York pour les Nordiques de Québec dès la saison suivante[39] et Dionne joue sa dernière saison[19]. Ce dernier est honoré avec une soirée par l'organisation des Rangers le 29 février 1988 et prend sa retraite de joueur à la fin de la saison 1988-1989[21]. Au cours de cette dernière saison, en plus de jouer avec les Rangers, Dionne passe quelques matchs avec l'équipe de la Ligue internationale de hockey affiliée à la franchise de New York : les Rangers de Denver[19]. Lorsqu'il prend sa retraite, Dionne pointe au troisième rang des meilleurs marqueurs de l'histoire de la Ligue nationale de hockey avec 1 771 points derrière Wayne Gretzky et Gordie Howe[3], avant d’être dépassé par Mark Messier et Ron Francis[40]. Il figure, en 2012, au quatrième rang des meilleurs buteurs de tous les temps de la LNH, derrière Gretzky, Howe et Brett Hull[41].

Plusieurs journalistes et experts considèrent Dionne comme l'un des meilleurs joueurs de l’histoire à n’avoir jamais remporté la coupe Stanley[42].

Après carrière et vie privée[modifier | modifier le code]

La mère de Marcel Dionne se nomme Laurette Sawyer-Dionne[43] et son père a travaillé dans une aciérie[1], Marcel a des frères et sœurs : Gilbert, qui est aussi un joueur de hockey professionnel[44], Raynald[43] et Lorraine[45]. Marcel a également une fille[43] nommée Lisa[46].

Après sa carrière de joueur, Marcel Dionne aide un ami dans sa compagnie de pressage à New York, puis avec un autre ami dans la plomberie. À la suite de cela, il devient propriétaire d'une équipe junior à Charleston dans l'État de Caroline du Sud. Ensuite, il ouvre un magasin à Buffalo[46]. Aujourd'hui, Marcel Dionne est propriétaire d'un restaurant[47] nommé The Blueline[46] et d'un magasin de sport sur la route Montrose nommé Marcel Dionne Inc.[46] dans la ville de Niagara Falls[48], où il habite[16]. De plus, Dionne construit également plus de deux cents maisons avec sa propre société de construction basée à Niagara Falls[46]. En 2012, après une première conquête de la Coupe Stanley en 44 ans par l'équipe avec qui il passe une grande partie, ainsi que la plus prolifique, de sa carrière, les Kings, Dionne se dit heureux du succès de son équipe contre les Devils[48],[49].

En 1992, Dionne rentre au Temple de la renommée du hockey en tant que joueur[50]. Auparavant, les Kings retirent[Note 3] le chandail[Note 4] de Dionne[51] en 1990. Le 24 janvier 2004, Postes Canada crée un timbre postal à son effigie[52]. En 2006, Marcel Dionne est honoré par la LNH qui lui remet le Trophée Lester Patrick en compagnie de Steve Yzerman, Red Berenson, Reed Larson et Glen Sonmor. Ce trophée honore annuellement des personnes ayant rendu des services exceptionnels au hockey sur glace aux États-Unis[53]. Le 10 avril 2012, le député de la circonscription électorale de Drummond, Yves-François Blanchet, fait une demande pour que Marcel Dionne reçoive la Médaille d'honneur par l'Assemblée nationale[54] après que sa famille rencontre ce même député à ce sujet[43]. Un aréna à Drummondville porte son nom, le Centre Marcel-Dionne, aréna où jouent les Voltigeurs de Drummondville[55].

Statistiques[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques par saison[19],[44]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1966-1967 Cantonniers de l'Est QAAA 24 32 39 71 -
1967-1968 Rangers de Drummondville LHJQ 48 34 35 69 45 10 14 7 21 4
1968 Rangers de Drummondville Coupe Memorial           4 9 4 13 5
1968-1969 Black Hawks de Saint Catharines AHO 48 37 63 100 38 18 15 20 35 8
1969-1970 Black Hawks de Saint Catharines AHO 54 55 77 132 46 10 12 20 32 10
1970-1971 Black Hawks de Saint Catharines AHO 46 62 81 143 20 15 29 26 55 11
1971-1972 Red Wings de Détroit LNH 78 28 49 77 14
1972-1973 Red Wings de Détroit LNH 77 40 50 90 21
1973-1974 Red Wings de Détroit LNH 74 24 54 78 10
1974-1975 Red Wings de Détroit LNH 80 47 74 121 14
1975-1976 Kings de Los Angeles LNH 80 40 54 94 38 9 6 1 7 0
1976-1977 Kings de Los Angeles LNH 80 53 69 122 12 9 5 9 14 2
1977-1978 Kings de Los Angeles LNH 70 36 43 79 37 2 0 0 0 0
1978-1979 Kings de Los Angeles LNH 80 59 71 130 30 2 0 1 1 0
1979-1980 Kings de Los Angeles LNH 80 53 84 137 32 4 0 3 3 4
1980-1981 Kings de Los Angeles LNH 80 58 77 135 70 4 1 3 4 7
1981-1982 Kings de Los Angeles LNH 78 50 67 117 50 10 7 4 11 0
1982-1983 Kings de Los Angeles LNH 80 56 51 107 22
1983-1984 Kings de Los Angeles LNH 66 39 53 92 28
1984-1985 Kings de Los Angeles LNH 80 46 80 126 46 3 1 2 3 2
1985-1986 Kings de Los Angeles LNH 80 36 58 94 42
1986-1987 Kings de Los Angeles LNH 67 24 50 74 54
1986-1987 Rangers de New York LNH 14 4 6 10 6 6 1 1 2 2
1987-1988 Rangers de New York LNH 67 31 34 65 54
1988-1989 Rangers de New York LNH 37 7 16 23 20
1988-1989 Rangers de Denver LIH 9 0 13 13 6
Totaux LNH 1 348 731 1 040 1 771 600 49 21 24 45 17

Internationales[modifier | modifier le code]

Statistiques par compétition
Année Compétition PJ  B   A  Pts Pun Résultat
1972 Série du siècle           Victoire
1976 Coupe Canada 7 1 5 6 4 médaille d'or Médaille d'or
1978 Championnat du monde 10 9 3 14 2 médaille de bronze Médaille de bronze
1979 Championnat du monde 7 2 1 3 4 Quatrième place
1981 Coupe Canada 6 4 1 5 4 médaille d'argent Médaille d'argent
1983 Championnat du monde 10 6 3 9 2 médaille de bronze Médaille de bronze
1986 Championnat du monde 10 4 4 8 8 médaille de bronze Médaille de bronze

Trophées et honneurs personnels[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme « repêchage » est un terme canadien correspondant à l'anglicisme draft et désigne un événement annuel présent dans tous les sports collectifs nord-américains, comparable à une bourse aux joueurs, où les équipes sélectionnent des sportifs issus de l'université, de l'école secondaire ou d'une autre ligue, voire d'une autre équipe.
  2. Le terme « recrue » désigne un joueur dans sa première saison professionnelle, le terme anglais utilisé est celui de « rookie ».
  3. Une équipe peut rendre un hommage à un joueur en décidant de « retirer un maillot ». Ainsi, une réplique du chandail est accrochée dans l'aréna de l'équipe et nul autre joueur ne pourra jamais jouer un match de l'équipe avec le numéro en question dans le dos.
  4. Le terme québécois de « chandail » correspond au terme francophone de « maillot ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Fischler et Fischler 2003, p. 100.
  2. a, b, c et d Miller et Schultz 2006, p. 110.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) « Marcel Dionne, honoured member », sur Legends of Hockey Net (consulté le 12 août 2012).
  4. McKinley 2006.
  5. Mathias Brunet, « Les meilleurs et les pires échanges de l'histoire du Canadien », La Presse (consulté le 22 mai 2012)
  6. (en) « 50 years of the NHL Draft - Lafleur and Dionne in 1971 », TSN.ca,‎ 13 juin 2012 (consulté le 20 juin 2012)
  7. a et b Jean-Herman Guay, « Sélection de Guy Lafleur au premier rang du repêchage de la Ligue nationale de hockey », Université de Sherbrooke (consulté le 22 mai 2012)
  8. (en) « NHL Entry Draft 1971 », nhl.com (consulté le 22 mai 2012)
  9. Fischler et Fischler 2003, p. 244.
  10. Fischler 2002, p. 122.
  11. a, b, c, d et e Fischler et Fischler 2003, p. 101.
  12. (en) « Marcel Dionne », nhl.com (consulté le 22 mai 2012)
  13. a, b et c (en) « Marcel Dionne - Detroit Red Wings - NHL.com », Red Wings de Détroit (consulté le 22 mai 2012).
  14. (en) « Dionne, Marcel -- Statistics, Awards -- Honoured Player -- Legends of Hockey », legendsofhockey.net (consulté le 20 juin 2012).
  15. Fischler et Fischler 2003, p. 151.
  16. a et b MacGregor 2011, p. 72.
  17. a et b « Marcel Dionne passe aux Rangers », Le Devoir,‎ 11 mars 1987 (lire en ligne)
  18. Fischler et Fischler 2003, p. 393.
  19. a, b, c, d et e (en) « Marcel Dionne hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database (consulté le 18 avril 2012).
  20. Miller et Schultz 2006, p. 112.
  21. a, b, c, d et e Kreiser et Friedman 1996, p. 272.
  22. Sébastien Goulet, « Robitaille: «Le garçon parfait» selon Marcel Dionne », Cogeco,‎ 5 novembre 2009 (consulté le 17 juillet 2012).
  23. (en) Houston Mitchell, « The 10 greatest L.A. Kings of all time, No. 2: Marcel Dionne », Los Angeles Times,‎ 14 juin 2012
  24. Anderson 2005, p. 11.
  25. Anderson 2005, p. 31-32.
  26. Anderson 2005, p. 33.
  27. Anderson 2005, p. 45.
  28. Anderson 2005, p. 67.
  29. « Cahmpionnat du monde 1978 », passionhockey.com (consulté le 13 août 2012).
  30. « Cahmpionnat du monde 1979 », passionhockey.com (consulté le 13 août 2012).
  31. « Cahmpionnat du monde 1983 », passionhockey.com (consulté le 13 août 2012).
  32. « Cahmpionnat du monde 1986 », passionhockey.com (consulté le 13 août 2012).
  33. Kreiser et Friedman 1996, p. 267.
  34. Kreiser et Friedman 1996, p. 288.
  35. (en) « 1987 NHL Playoffs Summary », hockey-reference.com (consulté le 16 juillet 2012).
  36. Weeks et Banks 2003, p. 19.
  37. (en) « Regular Season - All Skaters - Career Leaders - All Teams  », nhl.com (consulté le 3 juillet 2012)
  38. (en) « 1988-89 New York Rangers roster and statistics », hockeydb (consulté le 3 juillet 2012)
  39. (en) « Guy Lafleur hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database (consulté le 3 juillet 2012)
  40. (en) « Regular Season - All Skaters - Carrers Leaders - All Teams - Career Goals », nhl.com (consulté le 15 novembre 2012).
  41. (en) « Regular Season - All Skaters - Carrers Leaders - All Teams - Career Goals », nhl.com (consulté le 22 mai 2012).
  42. Danielle Arsenault, « Marcel Dionne pessimiste par apport au CH », 98,5 FM sport (consulté le 22 mai 2012)
  43. a, b, c et d « Le hockeyeur drummondvillois Marcel Dionne pourrait recevoir la Médaille d'honneur de l'Assemblée nationale », Radio-Canada,‎ 16 mars 2012 (consulté le 3 juillet 2012).
  44. a et b (en) « Marcel Dionne », sur Eliteprospects.com (consulté le 2 novembre 2012).
  45. Jonathan Habashi, « Marcel Dionne bientôt décoré par l’Assemblée nationale? », L'Express,‎ 16 Mars 2012 (lire en ligne).
  46. a, b, c, d et e (en) « Keeping up with Dionne », Niagara this Week,‎ 19 janvier 2011 (consulté le 3 juillet 2012)
  47. Yanick Poisson, « Marcel Dionne heureux pour les Kings », La Tribune, Sherbrooke,‎ 16 juin 2012.
  48. a et b Albert Ladouceur, « Le chapitre final de Marcel », Le Journal de Québec,‎ 13 juin 2012.
  49. « « Tout va changer » -Marcel Dionne », Le Journal de Montréal,‎ 12 juin 2012
  50. a, b, c et d Laberge et Bouchard 2004, p. 52-53.
  51. LCN, « Le chandail de Luc Robitaille retiré », sur tvanouvelles.ca,‎ 21 août 2006 (consulté le 19 août 2012).
  52. « CA004.04 », wnsstamps.ch (consulté le 16 août 2012).
  53. (en) « Lester Patrick Trophy », LNH (consulté le 15 août 2012).
  54. Yanick Poisson, « Marcel Dionne décoré par l'Assemblée nationale? », La Tribune (consulté le 22 mai 2012).
  55. « VOLTIGEURS DE DRUMMONDVILLE - CONTACT », Voltigeurs de Drummondville (consulté le 19 août 2012).
  56. a et b (en) « Marcel Dionne - Notes », nhl.com (consulté le 22 mai 2012)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) H. J. Anderson, The Canada Cup of Hockey Fact and Stat Book, Trafford Publishing,‎ 2005
  • (en) Stan Fischler et Shirley Fischler, Who's Who in hockey,‎ 2003
  • (en) Stan Fischler, Detroit Red Wings Greatest Moments and Players,‎ 2002
  • (en) John Kreiser et Lou Friedman, The New York Rangers: Broadway's Longest Running Hit, Sports Publishing LLC.,‎ 1996
  • Stéphane Laberge et Sylvain Bouchard, Les 100 plus grands hockeyeurs québécois dans la LNH, Hurtubise HMH,‎ 2004, 292 p. (ISBN 2-89428-833-6)
  • (en) Roy MacGregor, Wayne Gretzky's Ghost: And Other Tales from a Lifetime in Hockey, Random House Digital, Inc.,‎ 2011
  • Michael McKinley, Hockey: La fierté d'un peuple, Société Radio-Canada,‎ 2006
  • (en) Bob Miller et Randy Schultz, Bob Miller's Tales from the Los Angeles Kings, Sports Publishing LLC,‎ 2006
  • (en) Don Weeks et Kerry Banks, The Unofficial Guide to Hockey's Most Unusual Records, Greystone Books,‎ 2003

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 17 novembre 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.