Philosophie islamique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

La philosophie islamique (Falsafa, arabe : الفلسفة الإسلامية) est un glossaire qui peut être défini et utilisé de différentes manières : il peut être utilisé comme étant la philosophie inspirée des textes islamiques pour présenter la conception de l’islam et sa vision à propos de l’Univers, de la Création, de la Vie et du Créateur (Dieu). Mais l’autre usage et qui le plus fréquent renferme tous les travaux et conceptions philosophiques qui ont été recherchés dans le cadre de la culture arabe islamique et la civilisation islamique sous le règne de l’Empire musulman sans aucune nécessité d’être connecté à des vérités religieuses ou des textes islamiques légitimes. Quelquefois, la philosophie islamique est présentée comme étant un travail philosophique effectué par des musulmans. D'après Henry Corbin [1], la philosophie islamique se présente comme l'œuvre de penseurs d'une communauté religieuse caractérisée par l'expression qorânique Ahl Al-Kitâb : le peuple du Livre. Un des termes-clefs du vocabulaire philosophique est le mot haqîqat dans le sens spécifique vrai des Révélations divines donnant la vérité, l'essence et par conséquent le sens spirituel. Il y a quelque chose de commun à l'herméneutique de la Bible et celle du Coran ; des analogies mais aussi des différences en termes de structure. Il n'y a pas de magistère dogmatique, ni d'autorités pontificales. Il s'agit d'une inspiration prophétique et d'une manière générale de la liberté d'une herméneutique spirituelle dans certaines limites.

Henri Corbin insiste bien dans l'avant-propos de son livre sur le fait que la philosophie islamiste n'est pas la philosophie arabe. De nos jours, le concept arabe de l'usage courant ne coïncide pas avec le concept religieux "Islam", ni avec les limites de son univers. Certes la désignation "arabe" pourrait venir du fait d'une philosophie écrite dans cette langue. Mais ce serait inadéquat. Où classer les célèbres penseurs iraniens qui ont tous écrit en persan jusqu'à nos contemporains qui écrivent tantôt en persan tantôt en arabe littéral ? L'auteur fait ainsi comparaison avec des auteurs (Descartes, Spinoza, Kant, etc) qui ont écrit des traités en latin sans être des philosophes latins ou romains.

Notion de la philosophie en islam[modifier | modifier le code]

Le mot le plus proche qui est utilisé dans les textes islamiques principaux (le Coran et la Sunna) désignant « la philosophie » est « sagesse », c’est pourquoi beaucoup de philosophes musulmans utilisent le mot « sagesse » comme synonyme du mot « philosophie », qui pénétra la pensée arabe islamique comme arabisation du mot grec « philosophie ». Et bien que dans la civilisation islamique, le mot « philosophie  » resta attaché aux notions de la philosophie grecque occidentale, quand on essaye de parler de philosophie islamique en notion générale comme concept cosmique et recherche dans la nature de la vie, il faut y renfermer les autres écoles ayant d’autres noms ; surtout : kalâm, fiqh, les sciences du langage. (Revoir : prologue dans l’histoire de la philosophie islamique), Et ce qui confronte le chercheur est que chacune de ces écoles a défini la sagesse ou la philosophie selon sa propre vision et ses propres intérêts. Durant d’autres phases, le soufisme entra en conflits avec les savants du kalâm et les philosophes pour préciser la signification du mot sagesse cité dans le Hadith et souvent les soufistes utilisaient le titre « savant » pour les plus importants de leurs personnalités comme le savant Al Tarmazi. En tout cas, le titre « philosophe(s) » resta uniquement utilisé pour toute personne qui a travaillé dans la philosophie grecque, de là était le débat autour de la philosophie : les livres « l’incohérence des philosophes » par Al-Ghazâlî et « l’Incohérence de l’incohérence » par Averroès ou Ibn Rouch ou Ibn Ruchd.

Les origines de la philosophie islamique[modifier | modifier le code]

La conscience religieuse de l'Islam est un pacte éternel de fidélité (et non pas fondée sur un fait de l'histoire). "Ne suis-je pas votre Seigneur ?" (Coran 7/171) est l'interrogation divine posée aux Esprits des humains préexistant au monde terrestre. Le philosophe Nâsir-e Khosraw (Ve/XIe s.), une des grandes figures de l'Ismaléisme iranien, énonçait que "l'aspect exotérique de l'Idée (mamthûl) qui devient religion positive (mithâl) est en perpétuelle fluctuation avec les cycles et période du monde. C'est une énergie divine qui n'est pas en devenir". Elle ne peut être dictée par des dogmes, par un Magistère. Mais elle requiert des Guides, des Initiateurs. La pensée philosophique en Islam se meut par un double mouvement vertical de progression depuis l'origine (mabda') et de retour à l'origine (ma'âd). Il s'agit de l'espace et non du temps[2].


Si on considérait que la définition de la philosophie est que cette dernière est une tentative de construire un concept et une vision totalisante de l’Univers et la Vie, alors les débuts de ces travaux dans la civilisation islamique ont commencé comme un mouvement dans les débuts de l’État Islamique, il commença par kalâm, et atteint son sommet au IXe siècle quand les musulmans ont connu la philosophie grecque ancienne, ce qui conduit à la génération d’une assemblée de philosophes musulmans qui différaient des savants du kalâm.

Le kalâm se basait premièrement sur les textes légitimes comme le Coran et la Sunna et sur des façons logiques linguistiques pour construire un argument afin de faire face à ceux qui essayaient d’attaquer les vérités de l’Islam, alors que les philosophes mousha’in, et ce sont les philosophes musulmans qui ont adopté la philosophie grecque, avaient pour première référence le concept d’Aristote ou celui de Platon qu’ils considéraient harmonieux avec les textes et l’esprit de l’Islam. Et d’après leurs tentatives d’utiliser la logique pour analyser ce qu’ils considéraient des lois universelles invariables issues de la volonté de Dieu, ils font d’abord les premières tentatives conciliatoire dans le concept du Créateur entre la notion Islamique de « Allah » (nom de Dieu) et la notion philosophique grecque du premier principe ou la première pensée.

La philosophie islamique se développa de l’étape d’étude des thèmes qui ne se prouvent que par le reportage et le culte à l’étape dont l’épreuve est limitée aux preuves logiques, mais le point commun au cours de cet étendu historique était de connaitre Dieu et de prouver la présence du Créateur. Ce mouvement philosophique atteint un tournant très important avec Ibn Rouchd qui invoqua le principe de la liberté et la domination de la raison d’après l’observation et l’expérience. Le premier philosophe arabe à apparaître était Al-Kindi qui a le titre du premier professeur arabe, après fut Al-Ghazâlî qui adopta beaucoup d’idées d’Aristote au sujet de l’intellect efficace, présenta le monde et le concept de la langue naturelle. Al-Farabi fonda une école intellectuelle dont : al-‘Āmirī, Alsajstani et Altawhidi. Al-Ghazâlî était le premier à réconcilier entre la logique et les sciences islamiques quand il démontra que les méthodes de la logique grecque peuvent être neutralistes et séparées des concepts métaphysiques grecs. Il détailla l’explication de la logique et il l’utilisa dans la science de faqh, mais par contre, il attaqua les visions philosophiques des philosophes musulmans mousha’in dans le livre "L'incohérence des philosophes"[3] (Tahâfot al-falâsifa), plus tard, Ibn Rouch (connu sous le nom d'Averroes en Occident) dans son livre «l’Incohérence de l’Incohérence» [4], (Tahâfot al-tahâfot) lui répliqua.

De là, quelques-uns refusaient toujours de discuter des recherches portant sur des sujets divins et la nature du Créateur et la Créature, et préfèrent se contenter de ce qui est écrit dans le Coran et la Sunna. Ce mouvement connu sous le nom de « Ahl el Hadith », et à qui se rapportent la plupart de ceux qui ont travaillé dans le « fiqh » islamique se doutait toujours de l’importance de la logique de la philosophie. Et il existe encore des mouvements islamiques qui croient qu’il « n’existe pas de philosophes musulmans et que cette expression est incorrecte, l’Islam a ses savants qui suivent le Coran et la Sunna, tandis que celui qui travaille dans la philosophie est un hérésiarque dupeur.[réf. nécessaire] ».

Dans une étape tardive de la civilisation islamique, apparaît un mouvement critique de la philosophie, dont le plus important des chefs est Ibn Taymiyya qui est considéré comme opposant à la philosophie et appartenant au mouvement de « Al Hadith » refusant tout travail philosophique, mais ce qu’il dit des modes (procédés) de la logique grecque et sa tentative de le lier aux concepts métaphysiques (contrairement à ce que Al Ghazali voulait clarifier) dans son livre « Répondre aux Logiques » qui a été considéré par certains des essayistes arabes contemporains comme étant une critique de la philosophie grecque, bien plus qu’une simple critique pour elle, sa critique est bâtie sur une recherche profonde des procédés de la logique et la philosophie et une tentative de construire une nouvelle philosophie, cette dernière fut une préface du transfert de la réalité du (kully) jusqu’à sa nomination.[incompréhensible]

Origines et influences[modifier | modifier le code]

Les sources de la philosophie islamique proviennent de l'islam en lui-même (Coran et Sunna) ainsi que de la philosophie grecque, iranienne pré-islamique et indienne.

C'est en cherchant à affiner la doctrine de l'islam et à interpréter correctement les hadith, tout en extrapolant sur les questions religieuses qui n'avaient pas été explicitement tranchées dans le Coran qu'avec la méthode de l'ijtihad s'ouvrent les premiers débats philosophiques et théologiques en Islam, notamment entre les partisans du libre arbitre ou Qadar (de l'arabe : qadara, qui a le pouvoir), et les djabarites (de djabar force, contrainte), partisans du fatalisme.

La théologie en islam doit répondre à des interrogations concernant la théodicée, l'eschatologie, l'anthropologie, la théologie négative et de religion comparée.

Période classique[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Kalâm et Falsafa.

La Madhhab motazilite est née d'une opposition aux vues traditionnelles des musulmans partisans du califat. Puis, s'intéressant aux attaques que subissait l'islam de la part des non-musulmans, ces motazilistes devinrent rapidement obsédés par le débat avec les autres théologies et courants de pensée à l'intérieur de l'Islam lui-même.

Très rapidement, encouragée par le calife Al-Mamun qui fit du motazilisme la doctrine officielle en 827 et créera la Maison de la sagesse en 832, la philosophie grecque fut introduite dans les milieux intellectuels persans et arabes. L'École péripatétique commença à avoir des représentants parmi eux : ce fut le cas d'Al-Kindi, d'Al-Farabi, d'Ibn Sina (Avicenne), et d'Ibn Rushd (Averroès).

Ceux qui cherchaient par une démonstration philosophique à conforter et démontrer le bien-fondé de leur foi religieuse ont été recrutés par Hunayn ibn Ishaq, un arabe chrétien qui dirigea la maison de la sagesse dans les 870. Ils ont collecté, traduit et synthétisé tout ce que le génie des cultures grecque, indienne, iranienne avait pu produire avant d'entreprendre les commentaires sur ces œuvres et de former les bases de la philosophie musulmane des IXe et Xe siècles. Ceux qui utiliseront cette méthodologie dite Ilm-al-Kalâm basée sur la dialectique grecque seront appelés mutakalamin. En réponse au motazilisme, Abu al-Hasan al-Ash'ari, initialement un motaziliste lui-même, développa le Kalâm et fonda l'école de pensée acharite qui s'appuyait sur cette méthodologie. Ainsi le kalâm et la falsafa influenceront plusieurs madhhabs. Les Karaïtes, une branche du judaïsme, s'inspirent aussi peu à peu de la forme dialectique de la kalâm pour s'opposer à leurs adversaires. Ces philosophes se font appelés les Mas'udi[5]. Leurs arguments et raisonnement influenceront en retour les vues musulmanes.

Sous le califat des Abbassides, un certain nombre de penseurs et de scientifiques, et parmi eux de nombreux musulmans "hérétiques" ou des non-musulmans, jouèrent un rôle dans la transmission à l'Occident des savoirs grec, indien, et d'autres sagesses pré-islamiques, mésopotamienne et iranienne. Trois penseurs spéculatifs, les deux Persans al-Farabi et Avicenne, et l'Arabe al-Kindi, combinèrent l'aristotélisme et le néoplatonisme avec d'autres courants dans l'Islam. Ils furent considérés par beaucoup comme déviants par rapport à l'orthodoxie religieuse, et certains les jugèrent même comme des philosophes non-musulmans.

Les ismaéliens ne sont pas à l'écart de l’influence de la philosophie néoplatonicienne et plusieurs penseurs collaborent pour produire à Bassora une encyclopédie : la Ikhwan al-Safa.

XIIe siècle[modifier | modifier le code]

Le XIIe siècle voit l'apothéose de la philosophie pure et le déclin du Kalâm, plus tard. Cette suprême exaltation de la philosophie doit être attribuée, pour une large part au persan Al-Ghazali et au juif Juda Halevi. En émettant des critiques, ils ont produit par réaction un courant favorable à la philosophie par une mise en cause des concepts et en rendant leurs théories plus logiques et plus claires. Ibn Bajjah et Averroès ont produit les plus belles œuvres de la pensée islamique. Averroès clôt le débat par son œuvre d'une grande hardiesse. La fureur des orthodoxes est en effet telle que le débat n'est plus possible. Ces derniers s'en prennent sans distinction à tous les philosophes et font brûler les livres. Avec la mort d'Averroès, l'école de pensée péripatétique arabe a décliné tandis que la perte de l'Espagne au profit des chrétiens ; permettra au débat de se poursuivre en Occident, par l'intermédiaire des juifs, et plus particulièrement des Maïmonides.

En Orient, la philosophie péripatétique s'est poursuivie à la cour des empereurs ottomans, en Iran ou en Inde comme avec les philosophes méconnus comme Chah Waliullah et Ahmad Sirhindi. Des écoles se sont fondées telle que celle de Ibn Arabî, Sohrawardi et Mulla Sadra et sont toujours actives. De plus, la logique a continué à être enseignée dans les séminaires religieux jusqu'à aujourd'hui. Il est de tradition de séparer les écoles philosophiques concernées par les croyances chiites et celles qui ne le sont pas.

Philosophie moderne[modifier | modifier le code]

La hikmah continue à être enseignée. Allama Muhammad Iqbal est un grand penseur du sous-continent indien qui a réformé et a revigoré la philosophie islamique au début du XXe siècle.

Philosophes islamiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Philosophes de l'islam sunnite.

Un faylasuf est un philosophe arabe, héritier de la philosophie grecque dans le contexte particulier de l'islam (falsafa). Les mutakalamin sont les partisans de la Kalâm.

Les principaux philosophes islamiques sont :

Penseur non concerné par les croyances chiites Penseur directement concerné par les croyances chiites
  • Philosophes :
  1. Abhari ابحرى
  2. Ibn Sab'in (d. 1268) ابن سبعين
  3. Kateb-e-Qazwini كاتب قزوينى
  4. Rashid-al-Din Fazlollah رشيدالدين فضل الله
  5. Qutb-al-din Razi قطب الدين رازى
  • Théosophes :
  1. Fakhr al-Din Razi (d. 1209) فخرالدين رازى
  2. Iji ايجى
  3. Taftazani تفتازانى
  4. Jorjani جرجانى
  • Opposant à la philosophie :
  1. Ibn Taymiyyah (d. 1328) et ses disciples ابن تيميه
  • Histoire de la philosophie :
  1. Zakariya Qazwini زكرياى قزوينى
  2. Shams al-Din Mohamamd Amuli شمس الدين محمد آملى
  3. Ibn Khaldun (d. 1406) ابن خلدون
  • Penseurs Gnostique et Soufiste :
  1. Rûzbehân Balqi Shirazi روزبهان بلقى شيرازى
  2. Farid Al-Din Attar Neyshaburi عطار نيشابورى
  3. Omar Sohrawardi عمر سهروردى
  4. Ibn Arabi (d. 1240) et ses disciples ابن عربى
  5. Najmeddin Kubra نجم الدين كبرى
  6. Simnani سمنانى
  7. Ali Hamedani على همدانى
  8. Mawlana Jalal al-Din Rumi مولانا
  9. Mahmud Shabestari et Shams al-Din Lahiji محمود شبسترى و شمس الدين لاهيجى
  10. Abd-al-karim Jili عبدالكريم جيلى
  11. Ne'mat-o-allah vali kermani نعمت الله ولى كرمانى
  12. Huroofi et Baktashi حروفى و بكتاشى
  13. Djami جامى
  14. Hossein Kashefi حسين كاشفى
  15. abd al-Qani Nablosi عبدالغنى نابلسى
  16. Noor ali Shah نورعلى شاه
  17. Zahbiyye ذهبيه
  1. Nasir ad-Din at-Tusi (d. 1274) خواجه نصيرالدين طوسي
  2. Isa'ili اسماعيليان
  3. Shahab al-Din Sohrawardi (d. 1191) et la philosophie illuminative شهاب الدين سهروردى و مكتب اشراق
  4. Jaldaki جلدكى
  5. Haydar Amoli
  6. Ibn Abi Johmur
  7. Sadr al-Din Dashtaki et l'école de Shiraz صدرالدين دشتكى و مكتب شيراز
  8. Mir Damad (d. 1631) et l'école d'Ispahan ميرداماد و مكتب اصفهان
  9. Mir Fendereski et ses disciples ميرفندرسكى
  10. Molla Sadra Shirazi (d. 1640) et la philosophie transcendante ملاصدرا و حكمت متعاليه
  11. Rajab 'Ali Tabrizi et ses disciples رجب على تبريزى
  12. Qazi Sa'id Qommi قاضى سعيد قمى
  13. École de Téhéran مكتب تهران
  14. École du Khorasan مكتب خراسان
  15. Molla Hadi Sabzevari et l'école de Neyshabur ملاهادى سبزوارى و مكتب نيشابور

D'autres penseurs contemporains sont également connus :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de la philosophie islamique - Gallimard - 1997 - (ISBN 2-07-032353-6) - 523 pages - pages 21-22
  2. Henri Corbin - Histoire de la philosophie islamique - Gallimard - 1997 - (ISBN 2-07-032353-6) - 523 pages - pages 24-25
  3. Henry Corbin - ibidem - page 259
  4. ibidem - même page
  5. « Notes et Extraits des Manuscrits de la Bibliothèque Royale », viii. 349-351

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]