Zakât

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La zakât ou zakat ou zakkat (زَكَاة zakāt) ; mot arabe traduit par « purification », est le troisième des piliers de l'islam

Le musulman est tenu de calculer chaque année lunaire (hégire) ce montant et de le donner aux plus pauvres dans son pays de résidence.

Historiquement, dans les pays islamiques, c'était l’État qui récoltait la zakât et qui la redistribuait.

Buts[modifier | modifier le code]

  • Purifier le croyant de son éventuelle attirance malsaine pour les biens, limiter l’avarice et la convoitise. De même, cela favorise l'investissement des biens, car les investissements sont exemptés d'impôts.
  • Permettre aux plus pauvres de subvenir à leurs besoins, ce qui était un droit dans le cadre de la responsabilité collective prônée par l'islam.
  • Rallier le cœur des hommes à Dieu.
  • Permettre la création de bâtiments publics utiles : écoles, hôpitaux...

La zakat est le troisième pilier de l'islam et son essence même révèle l'importance de la participation sociale dans l'univers musulman. La zakât est clairement un impôt sur l'avoir et la propriété qu'il faut comprendre, d'abord, comme une obligation devant Dieu. Ce prélèvement "purifie" sur le plan religieux, sacré et moral le bien de celui qui le possède.

Zakât al-Mâl[modifier | modifier le code]

La zakât al mâl (aumône légale) est imposée annuellement sur les ressources financières supérieures à 85 grammes d'or (2,5 % d'acquittement), le bétail, les marchandises, les ressources extraites du sol, les fruits, légumes, céréales.

Le Coran contient plus de 80 versets concernant la zakât et l'obligation de s'en acquitter. Cette aumône est considérée comme un droit des pauvres de prélever dans le surplus des plus riches.

« Soyez assidus à la prière, faites l'aumône, vous retrouverez auprès d'Allah le bien que vous aurez acquis à l'avance, pour vous-même. »

— Le Coran (II, 110)

« Prélève une aumône sur leurs biens pour les purifier et les rendre sans tache. »

— Le Coran (IX, 103)

Comment calculer la zakat pour un particulier[modifier | modifier le code]

Si la richesse d'une personne constitue plus de 85 grammes d'or, elle est soumise à la zakat.

La zakat constitue 2,5 % du chiffre annuel épargné + Métaux précieux (sauf bijoux personnels pour les femmes Chafiites).

Soumis à la zakat

  1. Avoirs/biens et fortune (espèces, métaux précieux, carnets d’épargne, ou dépôts en banque)
  2. Titres bancaires
  3. Les récoltes et le bétail
  4. Revenus divers (location de biens immobiliers par exemple)
  5. Honoraires
  6. Primes, gratifications et bonifications
  7. Héritages

Non soumis à la zakat

  1. Terrain, immeuble, bâtiment (non soumis à la vente)
  2. Maison privée principale ou secondaire
  3. Mobiliers, vêtements, voitures, etc.
  4. Hypothèque
  5. Bijoux personnels (pour les femmes suivant l'école Chafiite leurs parures en or sont exemptés de zakat, dans les trois autres écoles, tous les bijoux sont exemptés de zakat sauf l'or et l'argent)

La zakat est obligatoire sur l'argent économisé et qui a été immobilisé un an durant après avoir atteint le seuil d'imposition. Quant à l'argent qui a été épargné pendant moins d'un an, c'est-à-dire que la personne l'a dépensé avant ce délai, il n'y a pas de zakat à payer dans ce cas.

Le seuil de la zakat sur l'argent est de 200 dirhams, soit 56 riyals saoudiens en pièces d'argent ou l'équivalent de leur valeur en billets de banque. Le seuil de la zakat de l'or est de 20 mithqals, c'est-à-dire le poids de 11 pièces d'or saoudiennes et trois septièmes, ou l'équivalent de leur valeur en billets de banque qui ont la même appréciation que l'or. Le seuil d'imposition de la zakat est de 85g pour l'or, 595g pour l'argent. Tous les ans les musulmans doivent se renseigner sur le prix du gramme d'or du pays où ils résident et le multiplier par 85 pour connaître le seuil d'imposition de la zakat sur leur argent personnel. Le minimum imposable est estimé en dollars et en d’autres billets de banque à l’équivalent de 20 mithqal d’or ou 140 mithqual d’argent selon leur prix du moment où vous devez acquitter la zakat en dollar ou en d’autres monnaies.

Zakât al-Fitr[modifier | modifier le code]

Il existe une zakât particulière obligatoire que l'on verse avant la fin du mois de ramadan, c'est la zakât al-Fitr (aumône de la rupture du jeûne)[1]. Elle est équivalente à un saa (quatre portions remplissant totalement les deux mains) d'une denrée alimentaire consommée couramment dans le pays où l'on vit. Étant destinée aux plus démunis, elle a pour but de purifier le jeûneur de ses péchés commis pendant le mois de ramadan. Sa quantité est évaluée à un « Saa' », mesuré par quatre fois la contenance des deux mains (environ 2,10 livres) de la nourriture la plus généralement en usage dans la région, telle que blé, orge, dattes, riz, raisin sec, fromage, etc. Cette zakat est réservée aux mêmes catégories de gens que pour la Zakât Al Maal.

En France durant le ramadan 2009, cette zakat a été fixée par des savants musulmans à 5 euros par personne quel que soit son âge[réf. nécessaire].

Autres formes d'aumône[modifier | modifier le code]

Il existe également différentes aides aux plus pauvres, notamment le waqf. Certains proposent que la zakat soit indexée sur le coût de la vie, du baril de pétrole ou des actions en bourse.

Dans le contexte de pays comme le Niger, en particulier en milieu rural, le zakat s'élève à 10 % de la récolte, prélevé par l'imam (appelé ici marabout) directement dans les champs, sous forme de bottes de millet ou de sorgho (cas du département de Mayahi, région de Maradi).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon Louis Gardet (La Cité musulmane, Paris, Vrin, 1969, p. 83) ce type de zakât se rattache plutôt à l'école châfi'ite.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]