Djami

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Djami

Djami (en persan : جامی), de son nom complet Abd al-Ramān ibn Amad Nūr al-Dīn Ǧāmī (en persan : نورالدین عبدالرحمن جامی), né le 18 août 1414 à Djam (Afghanistan) et mort le 19 novembre 1492 à Hérat (actuellement en Afghanistan) est un des poètes afghan les plus réputés du XVe siècle, et un des derniers poètes soufi de Perse. Il a travaillé pour le grand émir timouride Husayn Bayqara à Hérat.

Il a été appelé à la cour du sultan Aboû-Sâïd. Ses poèmes mystiques apparaissent dans les compositions de Behzad, le grand peintre miniaturiste qui a également été employé par Husayn Bayqara avant de partir chez les Séfévides d'Iran à Tabriz, après la chute des Timourides.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né dans un village proche de Jam, mais quelque temps avant sa naissance, sa famille émigre vers la cité de Hérat (à présent en Afghanistan) où il étudie le péripatéticisme, les mathématiques, la littérature arabe, les sciences naturelles, et la philosophie islamique à l'Université Nizamiyyah d'Hérat.

Après quoi, il part à Samarcande, le plus grand centre d'études scientifiques du Monde Islamique à l'époque, où il termine ses études. Il devient un fameux soufi, membre de la branche naqshbandi de cet ordre.

Il passe la fin de sa vie à Herat.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le soufisme est la discipline spirituelle de l'Islam basée sur la connaissance de soi. Elle prône des valeurs comme l'amour et la tolérance.

En tant que Cheykh soufi, il met au point plusieurs voies d'enseignement du soufisme.

De son point de vue, l'amour est la pierre angulaire fondamentale pour bien commencer une journée tournée vers la spiritualité. À l'un de ses élèves qui clamait qu'il n'avait jamais aimé, il dit : « Va d'abord trouver l'amour, ensuite reviens près de moi, je te montrerais le chemin. ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

Djami a écrit près de 87 livres et lettres, dont certains ont été traduits en anglais ou en français. Son œuvre va de la prose à la poésie, du populaire au religieux.

Il a également écrit quelques traités historiques.

Sa poésie est inspirée par les ghazals d'Hafez et son Haft Awrang ("sept trônes" en persan, désigne la Grande Ourse). De son propre aveu, Djami a aussi été influencé par les travaux de Nizami. En effet, "Djami était à la fois un poète, écrivain, essayiste mystique et biographe. Trois poètes persans ont eu une influence incontestable sur lui : Nizami par sa Khamsè, Saadi par son Golestan, et Hafez par son divan. Les trois divans et les cinq masnavis de Djami sont à l'imitation de la Khamsè de Nizami, le Baharistan à l'imitation de Golestan de Saadi. Pourtant, Djami ne manque absolument pas d'originalité. Sa maîtrise de la littérature persane montre la richesse de son style fin et recherché. Ainsi, Djami est considéré comme le dernier grand poète de l'époque classique de la littérature persane".

Les plus remarquables de ses nombreux ouvrages sont:

Au XVIe siècle, la poésie de Djami était extrêmement populaire dans le monde iranien, et a permis d'enrichir l'art de la peinture de nouveaux thèmes. Cela marque le début de développement de nombreuses écoles artistiques, surtout en Iran.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Béharistan de Djami Traduit du persan par Henri Massé, 1925. Edition P. Geuthner.
  • Djami, Youssouf et Zouleikha, traduit pour la première fois du persan en français par Auguste Bricteux, Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris, 1927.
  • Djami, Salaman et Absal, traduit pour la première fois du persan en français, avec une introduction et des notes par Auguste Bricteux, Paris, 1927, 281 p. Disponible gratuitement sur Internet Archive Digital Library.

Source[modifier | modifier le code]