Philosophie continentale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La philosophie continentale est un terme donné à l'origine par les philosophes de langue anglaise, notamment ceux qui se rattachent à la philosophie analytique pour désigner plusieurs traditions philosophiques issues de l'Europe continentale (surtout l'Allemagne puis la France). Dans l'usage la philosophie continentale correspond à la tradition romano-germanique. Par opposition, l'autre philosophie est celle de tradition anglo-saxonne. La philosophie asiatique est exclue de cette classification qui ne concerne que la philosophie occidentale.

Extension de ce concept[modifier | modifier le code]

Le terme comprend de manière assez vague :

Usage[modifier | modifier le code]

Le terme est surtout utilisé par des philosophes non-européens ou des Départements d'humanités pour décrire une activité par contraste avec la philosophie analytique, et parfois plus populaire hors du domaine des sciences naturelles, dans les sciences sociales voire en esthétique, en littérature, en théorie du cinéma ou en architecture.

Un concept classificatoire ou polémique ?[modifier | modifier le code]

Contrairement au concept qui lui est opposé, celui de « philosophie analytique », personne ne se réclame explicitement de cette tradition. On se réclame du marxisme, de la phénoménologie, etc., jamais de la « philosophie continentale ».

Historiquement, ce concept fut créé comme concept négatif, privatif, servant à rassembler tout ce qui n''appartient pas à la philosophie analytique. Il n'y a pas véritablement de caractéristique positive qui soit commune à la grande diversité de mouvements que l'on rassemble sous ce terme.

On peut se demander si la principale fonction de ce concept est véritablement classificatoire (si le concept a un authentique contenu théorique, si ses instances présentent de réelles propriétés communes), ou si elle n'est pas plutôt polémique. Dans ce dernier cas, ce concept servirait à former un ensemble par rapport auquel la « philosophie analytique » puisse se positionner, c'est-à-dire, souvent, auquel elle puisse s'opposer.

Historiquement, le concept fut d'abord polémique ; il est possible que les entreprises contemporaines visant à faire dialoguer les deux « traditions » en viennent à neutraliser partiellement la charge polémique de ce concept. Gagnera-t-il pour autant une véritable utilité classificatoire positive ?

Débat entre les philosophies analytique et continentale[modifier | modifier le code]

De manière générale, les philosophes dits continentaux accusent la philosophie dite analytique de reprendre naïvement une perspective scientifique et formaliste sans assez s'interroger sur ses présupposés alors que la philosophie dite analytique accuse la philosophie dite continentale de plus faire de l'exégèse d'autorités que de clarifier des problèmes philosophiques et d'argumenter en vue de leur solution.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pascal Engel, La Dispute : Une introduction à la philosophie analytique, Paris, Minuit, 1997.
  • (en) Continental philosophy, a contemporary introduction de Andrew Cutrofello, éd. Routledge, 2005, ISBN 0415242096, ISBN 9780415242097, texte partiellement en ligne [1]
  • (en) Continental philosophy, a critical approach de William Ralph Schroeder, éd. Wiley-Blackwell, 2005, ISBN 1557868816, ISBN 9781557868817, texte partiellement en ligne [2]
  • (en) A companion to continental philosophy de Simon Critchley et William Ralph Schroeder, éd. Wiley-Blackwell, 1999, ISBN 0631218505, ISBN 9780631218500, texte partiellement en ligne [3]
  • (en) The Oxford handbook of continental philosophy de Brian Leiter et Michael Rosen, éd. Oxford University Press, 2007, ISBN 0199234094, ISBN 9780199234097, texte partiellement en ligne [4]
  • (en) The Edinburgh encyclopedia of Continental philosophy de Simon Glendinning, éd. Routledge, 1999, ISBN 1579581528, ISBN 9781579581527, texte partiellement en ligne [5]
  • (en) Edinburgh dictionary of continental philosophy de John Protevi, éd. Yale University Press, 2006, ISBN 0300116055, ISBN 9780300116052, texte partiellement en ligne [6]
  • (en) The Blackwell guide to continental philosophy de Robert C. Solomon et David L. Sherman, éd. Wiley-Blackwell, 2003, ISBN 0631221255, ISBN 9780631221258, texte partiellement en ligne [7]
  • (en) An introduction to Continental philosophy de David West, éd. Wiley-Blackwell, 1996, ISBN 0745611850, ISBN 9780745611853, texte partiellement en ligne [8]

Voir aussi[modifier | modifier le code]