Morteza Motahhari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Morteza Motahhari

Description de l'image  Motahari.jpg.
Activités Écrivain, Politicien
Naissance 31 janvier 1919
Fariman, Drapeau de l'Iran Iran
Décès 1er mai 1979 (à 60 ans)
Téhéran, Drapeau de l'Iran Iran
Langue d'écriture Persan
Mouvement Islamiste

Œuvres principales

l'épopée de l'Imam Hossein, Résurrection

Morteza Motahhari (en persan مرتضی مطهری), né à Fariman le 31 janvier 1919 et mort le 1er mai 1979 à Téhéran, est un clerc chiite, professeur de philosophie et homme politique.

Avant la révolution et le renversement du Shah, il a été membre philosophe royaliste, instituteur de l'université de Téhéran. Rouhollah Khomeini avait beaucoup de considération pour lui et a sa demande il a créé le conseil de la révolution d'Iran.

Biographie[modifier | modifier le code]

Motahhari est né dans le village de Fariman le 31 janvier 1919. Il a reçu l'enseignement primaire en Fariman. À l'âge de douze ans, il a participé à l'enseignement séminaire religieux chiite de Qom nommé Hawza, et est ensuite parti pour l'université de Téhéran où il a enseigné la philosophie pendant 22 ans. Entre 1965 et 1973, il a également donné des conférences régulières à la Hosseiniyeh Ershad dans le nord de Téhéran.

Motahhari a écrit plusieurs livres[1] sur l'islam, l'Iran, et des sujets historiques. Comme indiqué par l'ayatollah Mortaza Motahhari en 1975, l'expression « égalité des droits » une signification compris différemment dans le monde occidental. Il précise que les hommes et les femmes sont naturellement différents et bénéficient donc de différents droits, les devoirs et les punitions mais aussi le port du voile[2]. Il mettait l'accent sur l'enseignement plutôt que l'écriture. Cependant, après sa mort, certains de ses élèves ont travaillé sur l'écriture de ces conférences pour les publier sous forme de livres. Morteza Motahhari était opposé de ce qu'il appelait les groupes qui dépendent d'autres écoles, en particulier les écoles matérialistes, mais qui présentent ces idées étrangères avec les emblèmes islamiques. Dans un article de juin 1977, il a écrit pour avertir toutes les grandes autorités islamiques du danger des influences externes sous prétexte de bannière de l'Islam. On pense qu'il faisait allusion aux moudjahiddines du peuple d'Iran.

Dans la nuit du 1er mai 1979, il a été assassiné par un des groupes terroriste nommé Furqan (Guruh-i Furqan) après une réunion qu'avait entrepris Morteza Motahhari dans la maison de Yadollah Sahabi.

En son honneur, la rue principale de Téhéran (anciennement Takhte Tavoos, Trône du Paon) a été nommé a son nom ; elle relie Sohrevardi et Vali Asr, deux grandes rues de Téhéran.

Morteza Motahhari a reçu le prix de l'UNESCO en 1965[3].

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le sauveur attendue[4]
  • Le but de la vie[4]
  • Guider la jeunesse de la nouvelle génération
  • Introduction au mysticisme
  • La lumière en moi
  • La vérité sur la révolte d'emam Hossein
  • L'homme parfait
  • De la sagesse des Imams|De la sagesse des imams
  • La tentation du matérialisme, réponses de l´islam
  • Concevoir le monde, la vision de l'Islam

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]