Abdennour Bidar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Abdennour Bidar

Philosophe occidental

Époque contemporaine

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Abdennour Bidar, septembre 2014.

Naissance 13 janvier 1971 (43 ans)
Clermont-Ferrand
Nationalité Française
Principaux intérêts Philosophie de la religion, Islam
Œuvres principales Un Islam pour notre temps (2004)

Self islam : Histoire d'un islam personnel (2006)
L'islam sans soumission : pour un existentialisme musulman (2008/2012)
L'islam face à la mort de Dieu : Actualité de Mohammed Iqbal (2010)

Comment sortir de la religion ? (2012)

Abdennour Bidar est un philosophe et écrivain français né le 13 janvier 1971 à Clermont-Ferrand. Agrégé de philosophie, normalien issu de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, docteur en philosophie (PhD), il a consacré sa thèse de doctorat au développement d'une « pédagogie de l'individuation » ou du « devenir-sujet» à partir de la pensée du philosophe musulman indien Mohamed Iqbal (1873-1938), notamment de son ouvrage The Reconstruction of Religious Thought in Islam (1928-1932). Après plusieurs essais consacrés à la philosophie de la religion, notamment à partir d'études sur l'islam, il publie en 2014 une Histoire de l'humanisme en Occident (éditions Armand Colin).

Abdennour Bidar a enseigné la philosophie en classes préparatoires aux Grandes Écoles de 2004 à 2012. Il est actuellement chargé de mission sur la pédagogie de la laïcité au Ministère de l’Éducation nationale. Il est nommé le 5 avril 2013 membre de l'Observatoire de la laïcité, installé le 8 avril 2013 par le président de la République François Hollande. Il appartient au comité de rédaction de la revue Esprit. De septembre 2012 à juin 2013, il a produit et animé l'émission de débat sur le thème du vivre ensemble et de l'identité - Cause commune, tu m'intéresses le dimanche de 16h à 17h sur France Inter. Durant l'été 2014, il a été le producteur et le présentateur de l'émission France Islam : questions croisées sur France Inter. Il est l'initiateur du groupe facebook Repenser l'islam avec Abdennour Bidar.

Ouvrages et enjeux[modifier | modifier le code]

Abdennour Bidar a écrit cinq ouvrages de philosophie de la religion, consacrés principalement à deux questions.

D'une part, à la définition de ce qu'il appelle un "existentialisme musulman" (dans L'islam sans soumission, Paris, Albin Michel, collection Espaces Libres, 2012, page 11), c'est-à-dire l'émergence dans l'islam d'une volonté de liberté de l'individu vis-à-vis des dogmes et des coutumes de la tradition religieuse. Abdennour Bidar essaie de définir les conditions de possibilité de cette liberté spirituelle pour qu'elle soit éclairée par la réflexion, l'intuition et la méditation, ainsi que par une éthique de la responsabilité, vis-à-vis de soi et d'autrui. Quelle culture de la liberté spirituelle en islam ? Au-delà d'une analyse des maux de la tradition religieuse de l'islam (dogmatisme, ritualisme, formalisme, etc.), que d'autres auteurs ont entreprise aussi (Mohammed Arkoun, Abdelwahhab Meddeb, Hamadi Redissi), Abdennour Bidar tente d'inventer les voies d'une vie spirituelle adaptée aux possibilités du présent, à partir de l'héritage islamique.

D'autre part, il inscrit ses études consacrées à l'islam dans une réflexion plus large sur le sens et l'issue de ce que l'Occident moderne a appelé la « sortie de la religion ». La pensée occidentale a-t-elle eu raison de voir dans cette sortie de la religion le destin de l'humanité tout entière ? Et le cas échéant, a-t-elle réellement compris ce que "sortir de la religion" voulait dire ? Dans Comment sortir de la religion ?(2012), Abdennour Bidar écrit à ce sujet que "la sortie de la religion continue"[1] malgré les apparences actuelles d'un retour du religieux. Mais il montre que cette sortie n'a pas le sens du « désenchantement du monde » (Max Weber) ou de la "mort de Dieu" (Nietzsche) par lequel l'Occident moderne a voulu la définir. Dans son dernier ouvrage paru en 2012 aux Éditions de La Découverte, il propose ainsi une "désoccidentalisation" du thème de la sortie de la religion, qu'il comprend comme ce moment de l'histoire humaine où les hommes doivent apprendre à hériter des dieux - ce qui ferait donc correspondre la sortie de la religion à un nouvel enchantement du monde, différent de celui des époques religieuses.

Abdennour Bidar à son bureau, 2010.

Il montre que la civilisation humaine se trouve désormais entre deux impasses quant à la définition de son présent et de son futur sur le plan spirituel ou existentiel : ce ne sont pas le "retour du religieux" ni le "désenchantement du monde" qui nous attendent ou nous appellent. Notre humanité se cherche une voie spirituelle tout à fait inédite, sans précédent dans l'histoire, au-delà de l'alternative entre les religions du passé et l'athéisme ou le matérialisme de la culture moderne et contemporaine. Dans L’islam face à la mort de Dieu (2010), il le dit en ces termes : « De plus en plus de femmes et d’hommes, dans la plupart des sociétés du monde, ne veulent plus de l’alternative fermée, dépassée, entre la foi en un Dieu et l’athéisme. Ils cherchent le sens de leur vie quelque part à l’intersection pour l’instant introuvable des deux. Hommes sans dieux, mais insatisfaits du vide de l’existence profane. Ou bien hommes de religion, mais insatisfaits de la religion »[2]. Il faudrait donc inventer aujourd'hui un nouveau sens de la vie, par-delà religion et athéisme. Mais comment laisser les dieux derrière nous sans basculer dans un monde désenchanté ? Comment sortir de la religion sans abandonner l'espérance plurimillénaire qu'elle nous a donnée, d'un dépassement de notre condition mortelle ? Abdennour Bidar propose à l’homme de notre temps de se considérer comme « l’héritier de Dieu », un concept qui fait son apparition en 2008 dans L’islam sans soumission[3] et qu’il ne cessera d’approfondir ensuite. En 2010, il le résume ainsi : « C’est le paradoxe de notre temps présent : les dieux sont derrière nous et devant nous à la fois, derrière nous comme nos maîtres, devant nous comme modèles. Ils sont les archétypes dont l’Homme à venir est la réalisation »[4].

Cette réflexion s'est construite progressivement à partir de son premier livre, un essai paru en 2004 intitulé Un islam pour notre temps. C’est une méditation philosophique et spirituelle qui propose que chaque musulman ose agir, vis-à-vis de ce que la tradition voudrait lui imposer, comme un « individu divin »[5] qui se considère comme libre et responsable de son islam. Au lieu donc de suivre passivement les dogmes sacralisés par l'histoire (obéissance à la loi et aux coutumes religieuses, voile, interdits alimentaires, etc.) chaque conscience spirituelle doit revendiquer une liberté éclairée, c'est-à-dire faire l’effort de choisir sa pratique religieuse par elle-même, en fonction de ses propres besoins spirituels à chaque période de son existence. Il écrit ceci : « La modernité fait surgir le sacré de l’individu. Un islam réellement moderne est celui où chaque croyant choisit librement le contenu de sa démarche spirituelle. Notre tradition doit admettre enfin les principes de droit à la différence et de pluralisme, c’est-à-dire reconnaître comme valable tout choix personnel en matière religieuse »[6]. Mais ce « principe de liberté spirituelle » est, comme toute liberté digne de ce nom, difficile à assumer. Il a ainsi trois conditions : « l’authenticité du choix », « le sens de la responsabilité », « le dialogue »[7]. Il ne suffit donc pas de dire « c’est mon choix » pour prétendre être libre. L’individu doit éduquer la liberté spirituelle qu'il veut prendre. Il doit savoir écouter son état intérieur sans se laisser influencer (condition de l’authenticité du choix), mais aussi tenir compte du milieu extérieur, de l’époque et de la société dans laquelle il vit (conditions de la responsabilité et du dialogue). Plus largement, Abdennour Bidar réfléchit dans ce livre aux conditions de la formation d’une véritable individualité ou personnalité spirituelle, d’une culture spirituelle « de soi par soi » au-delà du conformisme de la tradition. À l'intérieur de cette culture spirituelle, c'est une culture de la liberté qui manque dans l'islam, où pendant des siècles c'est la soumission à la tradition qui a prévalu - une culture de la liberté spirituelle, où la foi est guidée par la réflexion de la raison et la méditation du cœur.

Dans Self Islam, Histoire d'un islam personnel ensuite, paru en 2006, Abdennour Bidar tente un essai de philosophie à la première personne. Il veut montrer comment sa philosophie a pris naissance et s'est formée au travers d'une expérience de vie particulière, et non pas de façon abstraite. Il raconte ainsi son enfance puis son parcours personnel entre deux univers de pensée : d'un côté, l’islam hérité de sa mère française convertie à l’islam à travers le soufisme (la culture mystique et initiatique de l’islam); de l'autre, la philosophie occidentale qu’il étudie à travers une "jeunesse française" typique : celle d'un provincial "monté à Paris" pour faire des études de philosophie à la Sorbonne, passer l'agrégation et entrer dans une ENS (École Normale Supérieure). Avant même de chercher sa propre voie entre ces deux cultures, et leur conciliation possible, il montre comment dès son plus jeune âge s’est posée à lui la question de son identité réelle : considéré par les autres français comme étranger à cause de son prénom Abdennour (Serviteur de la Lumière, en arabe), considéré par les musulmans comme français parce qu’il n’était pas d’origine arabe, qui était-il ? Il écrit ceci : « Pendant longtemps, tout au moins jusqu’à l’âge de huit ou neuf ans, j’ai vécu le fait d’être musulman le vendredi et dans les vignes de mon grand-père le samedi sans trop souffrir de la contradiction. Mais régulièrement, mon esprit se trouvait ramené à la même énigme : pourquoi ces univers ne communiquent-ils pas entre eux, alors qu’ils sont côte à côte ? Mon grand père auvergnat et athée ne parlait jamais de l’islam. Je voyais les musulmans rester beaucoup entre eux. Et moi au milieu. Un électron libre. Tantôt chez les uns tantôt chez les autres. Était-ce là le sens de ma vie, de faire enfin communiquer ces deux mers qui se touchent sans mêler leurs eaux, cet orient et cet Occident qui se côtoient sans se connaître? Le petit garçon que j’étais a dû se figurer que c’était là sa responsabilité à venir, effectivement »[8]. C'est dans ce livre aussi qu'il explique le sens du concept de "self islam", qu'il a créé pour désigner cet islam du choix personnel qu'il avait défini dans son premier livre. Il s'élève ici contre des interprétations fausses qui ont été faites de ce "self islam" : ce n'est pas un "islam à la carte" ou un "self service" que chacun ferait en "bricolant" pour lui-même n'importe quelle conception irréfléchie, agressive ou intolérante de la religion. Le "self islam", c'est-à-dire la revendication d'un islam qui s'exprime librement, ne peut pas se faire contre la raison ni contre les valeurs morales fondamentales de respect d'autrui, de tolérance, de non violence, de responsabilité. Il rappelle donc que la véritable liberté spirituelle est quelque chose de difficile à atteindre, qui demande une éducation et un travail sur soi poursuivie toute une vie durant : "Self islam, c'est-à-dire effectivement "islam de l'autonomie", "islam du choix propre", mais pas du tout "islam de la facilité". Car trouver mon self islam, l'islam qui me convient, requiert comme je l'ai dit un examen de conscience et une méditation spirituelle approfondis"[9].

En 2008, il publie chez Albin Michel L'Islam sans soumission, Pour un existentialisme musulman. Ce livre trouve aujourd’hui une actualité et une confirmation avec les évènements qui agitent le monde musulman depuis le Printemps arabe de 2010, raison pour laquelle les Éditions Albin Michel l'ont réédité en livre de poche en 2012 (collection Espaces Libres). Dans l'Avant-Propos de cette nouvelle édition, Abdennour Bidar écrit : "Lorsque j'ai écrit ce livre entre 2006 et 2008, beaucoup de musulmans et de non-musulmans se sont étonnés que je parle d'un islam sans soumission. Ils m'ont demandé ce qui reste de l'islam quand on enlève la soumission ! Certains se sont même indignés, et m'ont dit que cela n'avait aucun sens. Je ne les ai pas écoutés et j'ai continué de suivre mon intuition... or à présent que quelques années se sont écoulées, que se passe-t-il ? Comment les nouvelles générations de musulmans de par le monde, ici en France et ailleurs, vivent-elles leur rapport à l'islam ? Elles le vivent selon une profonde envie de liberté. Au même titre que les autres hommes de la planète, les musulmans ont fait de cette liberté - de conscience, d'expression, de protestation, de création - leur valeur la plus importante. Et cela commence par le rapport à leur propre religion : ils veulent se sentir libres de vivre leur islam. Ils veulent un islam de liberté et une liberté dans l'islam... Le plus souvent pour le meilleur - l'émancipation des esclavages de la tradition -, et parfois pour le pire - la revendication de n'importe quelle forme radicale d'expression religieuse. Ce désir profond de liberté, je l'ai appelé ici un "existentialisme musulman"; parce que, pour les philosophes, l'existentialiste est celui qui veut exister par lui-même, choisir sa vie par lui-même. Or l'actualité de ces derniers mois nous confirme que l'islam entre bel et bien dans ce moment existentialiste de son histoire. Le désir d'une toute nouvelle liberté est en effet le message le plus fort qui nous est envoyé actuellement par les sociétés civiles du monde arabo-musulman"[10]. Ces évènements montrent en effet qu’au-delà de la réaction néo conservatrice qui sévit dans ces pays, et sur laquelle l’Occident concentre son regard, le véritable mouvement de fond de ces sociétés est un formidable appétit de liberté, une profonde volonté d’émancipation vis-à-vis de tous les autoritarismes politiques mais aussi religieux. C’est ce que ce livre désigne comme émergence d’un « existentialisme musulman »".

Abdennour Bidar veut apporter la contribution du philosophe à ce mouvement. Pour cela, il va montrer qu’il y a dans une réflexion sur le Coran lui-même le moyen de dégager une image de liberté extrêmement puissante. Le Coran, livre de la liberté humaine ? Cette lecture serait restée impossible jusqu’ici parce que, d'une certaine façon, elle ne pouvait émerger qu'aujourd'hui, dans les conditions propres de notre temps - ce qui veut dire qu'il faut relire le Coran non pas en y cherchant une vérité originelle et perdue, mais avec ce que seule la lumière du présent peut y trouver. Ce n'est pas le passé qui a la clé du présent, mais le présent qui a la clé du passé. Lu donc au présent, le Coran peut apparaître enfin comme un livre qui invite l’homme à une liberté suprême qui est la libération de sa propre toute-puissance créatrice, et non pas à cette « soumission à Dieu » dont on a cru pendant trop longtemps qu’elle était synonyme du mot « islam ». Pour mettre en lumière cette compréhension du texte que la tradition ne pouvait pas voir(pour des raisons qu’il analyse longuement), Abdennour Bidar entreprend un exercice de relecture du groupe de versets(sourate II, versets 30 à 34) qui a joué un rôle central dans la formation de l’anthropologie et de la théologie islamiques. Ce passage serait ainsi la clé d'une lecture du Coran pour notre temps. Que dit-il ? Dieu prend ici la parole devant les anges rassemblés, et leur désigne Adam en prononçant cette phrase : "Je vais établir un khâlif sur la terre"[11]. Or Abdennour Bidar montre que la tradition de lecture a toujours sous-estimé le sens du terme khâlif. Elle comprit par là, ou voulu comprendre, que l’homme se trouvait nommé ici « lieutenant » ou « représentant » de Dieu sur la terre. Pour quels motifs obscurs ce verset ait été lu ainsi, alors que partout ailleurs dans le Coran la racine arabe kha-la-fa, qui donne ce mot khâlif, signifie quelque chose d'infiniment plus fort qui est « le fait de succéder à »[12] ? La lecture évidente, littérale, aurait ainsi été de lire que l’homme est le « successeur » ou l’ « héritier de Dieu ». Mais cela aurait fait théologiquement scandale, et politiquement chaque pouvoir islamique dans l’histoire a eu besoin de la lecture traditionnelle, qui faisait du monarque (calife, sultan, commandeur des croyants, etc.) un « lieutenant » de Dieu sur terre. Abdennour Bidar montre que le temps présent nous permet de remettre tout cela en cause : aujourd'hui, la civilisation islamique est prise dans ce mouvement général de la civilisation humaine qui fait de l'homme un "nouveau dieu" - qui justement va devoir apprendre à maîtriser la liberté de sa toute-puissance créatrice pour ne pas qu'elle se transforme en force d'anéantissement. Interprété ainsi, le Coran devient ce livre qui prévoit une véritable « passation de pouvoir » symbolique de Dieu vers l’homme, qui doit avoir lieu à un moment donné de l'histoire humaine et qui sera redoutable parce qu'elle mettra entre les mains de l'homme une quantité de puissance inconnue jusque là.

En 2010, paraît ensuite L'Islam face à la mort de Dieu, Actualité de Mohammed Iqbal. Cet essai est consacré à faire mieux connaître en France la pensée de Mohammed Iqbal (poète et philosophe musulman de Lahore, 1873-1938) et va permettre à Abdennour Bidar d'approfondir ses thèmes de prédilection - notamment celle du devenir spirituel de l'humanité - au contact de l'inspiration de cette œuvre immense. C'est ainsi qu'il fait dialoguer son image de l’homme héritier de Dieu (développée dans L’islam sans soumission) avec l’image de l’Ego Ultime (Ultimate Self) développée par Mohammed Iqbal dans son principal ouvrage philosophique, intitulée Six Lectures on The Reconstruction of Religious Thought in Islam (Londres, 1934). Les deux images se rejoignent dans une même intuition, nourrie à la fois par la réflexion philosophique et l’expérience mystique : il y aurait au cœur de tout homme une source créatrice potentiellement infinie, inépuisable, que la responsabilité de l’individu et de la société tout entière est de libérer en chacun. Abdennour Bidar écrit : "s'il y a bien une individualité au-delà de notre façon présente d'être des individus, elle doit nécessairement être cherchée du côté du développement du degré de puissance et du champ d'action de notre activité créatrice"[13]. "c'est la raison", poursuit-il dans le même passage, pour laquelle Iqbal "nomme Soi créateur" - Creative Self - la nature de l'Ego Ultime (ultimate Ego)", et par conséquent, "la finalité véritable de l'éducation spirituelle - le plus souvent ignorée de la culture religieuse alors que ce devrait être son objet fondamental - est de nous conduire au-delà de cette perception et de cette jouissance limitée de nous-mêmes, vers la possession de l'Ego Ultime dont l'ego immédiat est seulement la conscience naissante ou émergente". Mais "comment réaliser en soi ce Soi créateur ?"[14]. Et quel pourrait être le sens d'une civilisation humaine qui prendrait pour finalité son émergence en chaque homme ? Justement d'aller, par-delà religion et athéisme, vers ce qu'Abdennour Bidar nomme "une République des Hommes Créateurs" qui mettrait toutes nos forces et nos connaissances, collectives et individuelles, au service de ce surgissement de la "surnature créatrice" que chacun porte en lui-même. Une critique de son ouvrage, qui se veut islamique, fut rédigée et publiée en quatre volets sur le blog tunisien nawaat.org. Elle s'appuie principalement sur l'idée qu'Abdennour Bidar, en allant beaucoup plus loin que Mohammed Iqbal, se laisse guidé par un "a priori non islamique" pour développer sa pensée sur la réforme de l'islam qu'il appelle de ses voeux, laquelle de réforme vise à ce que l'islam, se déliant de ses principes et pratiques les plus traditionnels (croyance en un un Dieu Unique, en le Coran comme étant la parole de Dieu, en l'opportunité d'une sortie de la religion telle qu'historiquement vécue...), aide à la facilitation de l'accouchement du Soi créateur[15][16][17][18].

Dans un article pour la revue Études, intitulé Comment sacraliser nos vies ? (octobre 2009), Abdennour Bidar explicite dans les termes suivants ce thème de l’homme héritier de l’être créateur de Dieu : « Comment s’accomplir ? L’idée de l’homme héritier de Dieu peut nourrir l’esprit et le cœur de tout homme, croyant ou pas. Si en effet nous nous croyons, ou bien (ce qui ne fait pas de différence) si nous nous imaginons successeurs de Dieu, nous nous demandons alors : « Mais que faisait Dieu, que nous aurions désormais à faire à sa place ? » La réponse apportée par toutes les traditions spirituelles est que Dieu est principalement toute-puissance créatrice. Il crée la vie et multiplie indéfiniment ses formes sans épuisement de son génie. Voilà donc ce que nous aurions à faire pour devenir héritiers, et par là même nous exhausser au-dessus de nous-mêmes – une direction claire pour la sacralisation de soi : que notre « Je » devienne puissance créatrice de vie. Hériter de Dieu : recueillir en nous sa puissance créatrice, développer notre être comme puissance créatrice. Concrètement, il s’agirait pour chacun, jour après jour, de donner à la vie sous toutes ses formes de nouveaux espaces d’apparition et de dilatation : chercher à s’épanouir soi-même, donner aussi à l’autre le plus d’opportunités de s’épanouir, donner enfin à la nature toujours plus d’espaces libres. Trouver l’équilibre entre le maximum d’expression créatrice pour soi et le maximum d’expression créatrice pour tous les vivants. Rendre les forces de la civilisation solidaires au service de tout ce qui démultiplie la vie : éduquer et semer, soulager et soigner, donner, partager, inventer, créer, aimer »[19]. En tout homme il y aurait donc un Homme Créateur, et c'est vers lui que doit aller la civilisation humaine qui sort aujourd'hui de la religion. Si en effet elle ne veut pas aller vers le vide spirituel, le vide de tout sens transcendant pour l'existence humaine, il lui faut trouver un sens de la vie qui soit au moins aussi puissant que celui des religions du passé.

En 2012, Abdennour Bidar fait paraître un essai intitulé Comment sortir de la religion ? Il y aborde cette fois la question de la sortie de la religion indépendamment de la question de l'islam, alors que jusque là c'était à travers une méditation sur cette religion qu'il réfléchissait sur ce thème plus global. Il propose ici ce qu'il nomme une "désoccidentalisation de la sortie de la religion"[20]. À cette fin, il propose de considérer que l'erreur de l'Occident moderne a été de ne pas comprendre la fonction que la religion avait assumée jusqu'ici dans l'histoire humaine. La religion fut selon lui "la matrice spirituelle de l'humanité"[21], une "matrice" d'évolution dans laquelle l'homme a grandi peu à peu au contact de l'image de lui-même que lui tendaient les différents dieux, celle d'une toute-puissance créatrice sage et éclairée. Le moment de sortie de la religion, à partir de là, demande à être interprété comme "seconde naissance" de l'humanité, fin de sa longue gestation dans la matrice religieuse. Nous sommes nés des dieux, et nous devons apprendre à devenir aussi sages que les dieux l'étaient. C'est précisément ce qui s'est passé et ce qui nous attend toujours depuis le début de la modernité : en même temps que la religion reculait à partir de l'Occident, perdant à peu près partout la place centrale qui était la sienne dans les sociétés et les consciences, l'homme a connu un "saut de puissance" sans précédent, sous la forme d'un prodigieux bond en avant de sa technologie notamment; mais tout au long du XXe siècle et encore aujourd'hui, nous allons de crises de la surpuissance en crises de la surpuissance, comme si justement nous tardions indéfiniment à prendre la mesure de ce qui nous arrive. Quand donc réaliserons-nous que le destin des dieux nous attend, et que cela requiert de nous une nouvelle sagesse, complètement différente des sagesses de la finitude qui nous ont guidé depuis toujours ?

Abdennour Bidar écrit ceci : "La sortie de la religion continue. Le retour du religieux ? Un leurre. Sortir de la religion est toujours le programme dans lequel notre humanité est engagée, et les apparences n’y changent rien. Partout où le religieux se maintient ou réinvestit des territoires perdus, il ne faut pas céder à l’illusion de son retour, ni à celle qu’il serait une composante « éternelle » de la condition humaine. S’il perdure ou ressurgit actuellement, c’est pour une raison tout à fait paradoxale : il attend que nous lui donnions une bonne raison pour mourir, celle qu’il attend depuis si longtemps au cœur secret de lui-même. Son acharnement à ne pas mourir tient tout entier là-dedans. Il sait qu’il doit mourir, il sait qu’il est fait pour mourir, mais il ne le fera pas aussi longtemps que l’humanité n’aura pas réellement compris pourquoi il doit mourir, et aussi longtemps qu’elle ne lui aura pas donné de bonnes raisons de mourir – les bonnes raisons pour lesquelles il doit mourir. En attendant il patiente, il résiste encore et toujours, et se régénère. Il perdure et se métamorphose indéfiniment - comme s’il y avait en lui une conscience que la parole qui doit être dite pour qu’il meure n’avait pas encore été proférée. Le religieux attend sa bonne oraison funèbre. Celle qui dira qui il était, et ce qui doit le remplacer. Celle qui dira à quoi il a conduit, qui doit venir après lui comme son parachèvement – achèvement et accomplissement. Or c’est exactement ce que l’Occident n’a pas fait (...) Il est temps de désoccidentaliser la sortie de la religion. Il est temps de passer au-delà de cette modernité qui, du XVe siècle à nos jours, a suivi la direction de cette sortie occidentale. Il est temps de donner au religieux – enfin - l’opportunité d’accepter sa propre mort, et d’y accéder en se disant que son office pour l’humanité est bien achevé. De quoi s’agit-il donc ? De quel office ? Le religieux a été la matrice spirituelle de l’humanité, et il ne mourra qu’au moment où l’homme saura concevoir la sortie de la religion comme émergence hors de cette matrice… En développant ce paradigme ou ce symbole de la religion comme matrice à l’intérieur de laquelle l’humanité a été portée en gestation, je souhaite lui rendre enfin justice"[21].

À travers chacun de ces ouvrages, Abdennour Bidar tente d'approfondir progressivement sa vision de ce que pourrait être une vie spirituelle pour le XXIe siècle. Il la cherche du côté d'une évolution de l'homme hors de ses limites anciennes de "créature" et de "finitude". Il propose que nous cultivions une grande image de nous-mêmes comme Humanité Créatrice formée de créateurs humains successeurs des créateurs divins - qui étaient l'image anticipée de notre propre évolution. Une telle direction spirituelle permettrait à l'homme contemporain d'échapper à la tentation de revenir vers les religions du passé, et lui permettrait aussi de ne pas sombrer dans le vide existentiel d'une vie sans signification supérieure. Enfin, une telle perspective serait en phase avec ce qui nous arrive à travers le bond prodigieux de nos pouvoirs technologiques et de nos savoirs scientifiques : nous trouverions là une élévation de notre degré de conscience qui aille de pair avec ce saut en avant de notre puissance d'agir matérielle, c'est-à-dire qui l'oriente vers une finalité spirituelle dont cette surpuissance manque encore tragiquement.

En 2013, il est un des rédacteurs de la charte de la laïcité[22].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Comment sortir de la religion ?, Paris, Éditions de La Découverte, collection Les empêcheurs de penser en rond, 2012, 233 pages
  • L'islam face à la mort de Dieu : Actualité de Mohammed Iqbal, Paris, Éditions François Bourin, collection L'Actualité de, 2010, 320 pages
  • L'islam sans soumission : pour un existentialisme musulman, Paris, Éditions Albin Michel, collection L'islam des Lumières, 2008, 273 pages; Réédition en livre de poche, Albin Michel, collection Espaces Libres, 2012, 279 pages
  • Self islam : Histoire d'un islam personnel, Paris, Éditions du Seuil, collection Non conforme, 2006, 250 pages
  • Un Islam pour notre temps, Paris, Éditions du Seuil, collection La couleur des idées 2004, 120 pages
  • Pour une pédagogie de la laïcité à l'école, Éditions La Documentation française, Paris, décembre 2012, Préface de Vincent Peillon, Ministre de l'éducation nationale, 143 pages

Articles[modifier | modifier le code]

  • « Lettre d’un musulman européen, l’Europe ou la Renaissance de l’islam » (Esprit, juillet 2003)
  • « Islam de l’Ouest » (Esprit, novembre 2004)
  • « Le destin suspendu de l’Europe spirituelle » (Esprit, décembre 2004)
  • « La fièvre de l’absolu – Derrière les caricatures » (Esprit, Mars-Avril 2006, repris par la Revue Microméga, Rome, Primavera 2006)
  • « Nos responsabilités pour les musulmans d’Europe » (Esprit, Mars-Avril 2007)
  • « Sur les nouveaux penseurs de l’islam » (Esprit, mai 2004)
  • « Est-ce que Dieu existe ? Dialogue entre Joseph Ratzinger et Paolo Flores d’Arcais » (Esprit, janvier 2007)
  • « L’islam, le sens de la modernité et l’avenir de l’homme » (Esprit, août 2009)
  • « Mohammed Arkoun, une œuvre de déconstruction des fondements de l’islam » (Esprit, avril 2011)
  • « Comment sacraliser nos vies ? » (Revue Études, octobre 2009)
  • « Les outsiders de l’islam », Revue Diogène, PUF/UNESCO (no 226, avril-juin 2010)
  • « L’islam, un défi nouveau pour la laïcité », in Dictionnaire de la laïcité, Armand Colin 2011
  • « Islam et laïcité », in Le Guide Républicain, Éditions CNDP, Ministère de l’Éducation Nationale, Delagrave, 2004
  • « De l’identité islamique en particulier, et du concept d’identité en général », in Les Cahiers de Confluences, Intellectuels et Musulmans, Regards sur l’identité nationale, L’Harmattan, 2010
  • « Dieu et les mondes », in La civilisation arabo-musulmane au miroir de l’universel, Perspectives philosophiques, Section philosophie et démocratie, UNESCO 2010
  • « Quels usages de la raison pour la connaissance et la conduite spirituelles », in La civilisation arabo-musulmane au miroir de l’universel, Perspectives philosophiques, Section philosophie et démocratie, UNESCO 2010
  • « L’éducation, sens et essence », in La civilisation arabo-musulmane au miroir de l’universel, Perspectives philosophiques, Section philosophie et démocratie, UNESCO 2010
  • « Mohammad Iqbal », in La civilisation arabo-musulmane au miroir de l’universel, Perspectives philosophiques, Section philosophie et démocratie, UNESCO 2010
  • « Les grandes figures : Al Afghani, Muhammad Abduh et Al Kawakibi », in La civilisation arabo-musulmane au miroir de l’universel, Perspectives philosophiques, Section philosophie et démocratie, UNESCO 2010

Abdennour Bidar intervient dans les médias, sur des questions d'actualité en rapport avec ses sujets d'étude, notamment à travers des tribunes publiées dans la page Débats du journal Le Monde :

  • « Manifeste pour un islam européen », 14 février 2005
  • « Vers la mutation démocratique de l’islam », 7 février 2006
  • « Questions aux candidats à l’élection présidentielle », 8 février 2007
  • « Parler de l’homme plutôt que de Dieu », 5 novembre 2008
  • « Aucune justification religieuse à la burqa », 30 juin 2009
  • « L’interdiction des minarets en Suisse va exacerber les tensions identitaires », 3 décembre 2009
  • « La burqa, symptôme d’un malaise », 24-25 janvier 2010
  • « La lapidation, preuve extrême de la logique de violence de l’islam », 31août 2010
  • « Il est urgent de mettre en œuvre une véritable pédagogie de la laïcité », 21 décembre 2010
  • « Un monstre issu de la maladie de l’islam, Loin de l’amalgame, l’autocritique s’impose », 24 mars 2012

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Comment sortir de la religion, Paris, Éditions de La Découverte, Avant-Propos, 2012
  2. L’islam face à la mort de Dieu, Actualité de Mohammed Iqbal, Paris, François Bourin Editeur, 2010, page 296
  3. L'islam sans soumission, Pour un existentialisme musulman, Paris, Éditions Albin Michel, 2008, page 133
  4. L'islam face à la mort de Dieu, ibid., page 296
  5. Un islam pour notre temps, Paris, Éditions du Seuil, 2004, page 106
  6. Un islam pour notre temps, ibid., page 52
  7. Un islam pour notre temps, ibid., pages 55-60
  8. Self islam, Histoire d'un islam personnel, Paris, Éditions du Seuil, 2006, quatrième de couverture
  9. Self islam, Histoire d'un islam personnel, ibid., page 231
  10. L'islam sans soumission, Pour un existentialisme musulman, Paris, Éditions Albin Michel, collection Espaces Libres, 2102, pages 11-12
  11. Le Coran, I, traduction de Denise Masson, Paris, Gallimard, Folio Classique, 1967, page 8 : "Je vais établir un lieutenant sur la terre
  12. L'islam sans soumission, édition de 2012, op. cit., pages 66-71
  13. L'islam face à la mort de Dieu, Actualité de Mohammed Iqbal, Paris, François Bourin Editeur, 2010, page 64
  14. L'islam face à la mort de Dieu, ibid., page 73
  15. « Une critique islamique de la pensée d'Abdennour Bidar (1/4) »
  16. « Une critique islamique de la pensée d'Abdennour Bidar (2/4) »
  17. « Une critique islamique de la pensée d'Abdennour Bidar (3/4) »
  18. « Une critique islamique de la pensée d'Abdennour Bidar (4/4) »
  19. Comment sacraliser nos vies ? Paris, Revue Études, Octobre 2009, pages 341-352
  20. Comment sortir de la religion ?, Paris, Éditions de La Découverte, 2012
  21. a et b Comment sortir de la religion ?, ibid., Avant-Propos
  22. « Abdennour Bidar », sur France-Inter,‎ 11septembre 2013