Bevaix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bevaix
Blason de Bevaix
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Neuchâtel
District Boudry[1]
NPA 2022
N° OFS 6402
Démographie
Population 3 837 hab. (31 décembre 2010)
Densité 356 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 55′ 55″ N 6° 49′ 00″ E / 46.931951, 6.816676 ()46° 55′ 55″ Nord 6° 49′ 00″ Est / 46.931951, 6.816676 ()  
Altitude 637 m (min. : 428 m) (max. : 1 334 m)
Superficie 1 078 ha = 10,78 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Neuchâtel

Voir sur la carte administrative du Canton de Neuchâtel
City locator 14.svg
Bevaix

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Bevaix

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Bevaix
Liens
Site web bevaix.ne.ch
Sources
Référence population suisse[2]
Référence superficie suisse[3]

Bevaix est une commune suisse du canton de Neuchâtel, située dans le district de Boudry.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site semble avoir été habité depuis le néolithique grâce à la découverte assez récente de pas moins de huit sites lacustres dans les environs, on a également retrouvé un menhir à tête humaine datant de cette période[4]. Des traces d'habitants de la période du Bronze ainsi que des tombes Burgondes ont également été découvertes. L'époque romaine a par contre laissé peu de traces, si ce n'est la création d'un chemin pavé longeant le lac et connu sous le nom de vy d'Etra[5].

C'est en 998 que remonte la première trace écrite du lieu et que l'abbaye de Bevaix est pourvue de terres par un seigneur nommé Rodolphe qui lui donne un coteau couvert de vignes "pour éviter le courroux de Dieu". Qui est ce Rodolphe ? Les actes ne permettent pas de le situer mais étant donné qu'à cette époque une abbaye appartenait à la famille de celui qui l'avait fondé et que Bevaix relevait des seigneurs de Gorgier il semble donc que Rodolphe appartienne à la famille d'Estavayer alors seigneur de Gorgier. Dans l'acte de donation Rodolphe précisait donné à ce monastère situé sur la rive du lac d'Yverdon[6],[7] :

« ...la manse (quantité de terre que l'on peut cultiver avec deux bœufs dans le courant d'une année) de Chunibert, avec toutes ses dépendances, située dans la vallée de Bevaix, la manse de Girald, celles d'Airold, de Dominic, d'Adelbert, de Costabule, de Martin, avec leurs dépendances. Je lui donne toutes les choses que je possède depuis la limite du chemin public qui est auprès du monastère jusqu'au ruisseau de Currive, et de ce cours d'eau au lac et à la limite de la montagne qui se partage en deux. De même le vignoble qui est au-dessus de l'église et qui se termine à la pierre danc le lac et à Mont-Pertuis ; ce que je tiens dans le lieu-dit aux Oches et dans le village qui s'appelle Brot et le territoire que je possède depuis la limite des Casiles jusqu'à la montagne de Noire-Aigue. Je donne aussi au prédit monastère l'église dédiée à Saint Martin et le village du même nom avec ses dépendances. Je lui donne de plus les serfs qui se nomment comme suit : Girald et Ingeltrude, sa femme, Constatin et Cirard, sa femme, Vendalen et sa femme, Soforin et sa femme, Costabule et sa femme Richilde, Ayroald et sa femme, tous avec leurs enfants, Adalbert et sa mère, Ayulf et Raynulf avec leur mère, Béricor et Gausmar, Oubald Pétrus, de même Oubald et Constantin, Berchilde, Ambuina, femme de Dominic, Ermengarde, Gisbert, Ermintrude, femme du bon fils, Betvuira, Allon et son frère Teudin, Dominic, Olduric, Ermentrude, Alboen, Martin, tous avec leurs femmes et leurs enfants »

Par son acte Rodolphe remet le monastère entre les mains d'Odilon de Cluny, qui fait venir des religieux de Payerne, et déclare que l'un de ses héritiers aura l'avocatie (fonction d’avocat, de protecteur) du monastère après son décès[6]. Néanmoins le monastère n'aura pas le succès escompté et restera un lieu de peu d'importance habité de quelques rares moines. Par la suite le territoire de ce petit prieuré, qui correspondait déjà aux limites du village actuel, passera aux mains des Seigneurs de Colombiers, eux-mêmes vassaux de ceux de Neuchâtel.

Bien que le village fût déjà mentionné lors de la création du Prieuré, c'est en 1362 seulement que le lieu fut mentionné comme Mairie en parvenant à racheter quelques libertés et droits, notamment la basse justice, aux différents seigneurs des lieux. En 1531 Bevaix se rangera rapidement du côté de la Réforme notamment grâce à l'abandon du Prieuré[8] et soutiendra également la République Neuchâteloise lors de la révolution de 1848[9].

Auparavant, en 1722, le Château de Bevaix est construit par le bourgmestre et conseiller d'État du canton de Neuchâtel Frédéric-Alexandre de Chambrier[10].

Dans les années 1960 un contournement du village par une route à trois voies sera construit, permettant d'alléger le trafic traversant le bourg en suivant le tracé de la route cantonale 5.

En 2006 le prolongement de l'autoroute A5, en direction de Neuchâtel, raccorde Bevaix au réseau autoroutier suisse grâce aux deux sorties qui permettent de joindre la localité[11].

Aujourd'hui Bevaix compte 3809 habitants[12].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Bevaix

Bevaix se situe sur le plateau du même nom au-devant d'une petite cuvette anciennement marécageuse du district de Boudry.

De manière générale on peut découper le territoire communal en trois zones distinctes, le littoral et ses vignobles pentus, le plateau et enfin la zone montagneuse grimpant à l'assaut du Jura jusqu'à son sommet.

La partie proche du lac de Neuchâtel est ainsi principalement réservé aux vignobles ainsi qu'à une zone résidentielle située aux alentours du port du village. Cette partie excentrée est physiquement séparée du centre du village par une cuvette servant à l'agriculture et qui fut autrefois un marécage[13].

Le village historique est construit au pied du Jura et s'étale quelque peu le long de son flanc tout en partant également à l'assaut de ses pentes jusqu'au chemin du signal où se situent les derniers champs avant le début de la forêt jurassienne qui s'étend de manière continue jusqu'à la frontière supérieure de la commune.

La commune est limitrophe de Boudry, Cortaillod et Gorgier.

Superficie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Bevaix mesure 10,78 km2[3]. 18,2 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 34,0 % à des surfaces agricoles, 47,1 % à des surfaces boisées et 0,7 % à des surfaces improductives.

Altitude[modifier | modifier le code]

L'altitude minimum de Bevaix, le long du lac, est à 429 m, alors que le point le plus élevé se trouve à la petite Ecoeurne, au-dessus des rochers du Miroir, au Nord de la Fruitière de Bevaix, à 1'335 m.

Transport[modifier | modifier le code]

Le village est situé sur l'axe Yverdon - Neuchâtel et ainsi se trouve traversé par la route nationale 5 tout en étant contourné par l'autoroute A5 dont deux sorties, Bevaix-est et Bevaix-ouest/Boudry permettent de rejoindre le village. La commune dispose également d'une gare situé sur la ligne de chemin de fer Lausanne-Neuchâtel-Soleure desservie toutes les heures. Néanmoins, depuis une autre ville que Neuchâtel, il est assez lent de se rendre à Bevaix en train, le temps d'attente en gare de Neuchâtel étant de 30 minutes en moyenne pour pouvoir bénéficier d'une correspondance[14].

Quatre arrêts de la ligne de bus B (Yères-Abatoires, Bevaix-Centre, Jonchères et Chauvigny), répartis le long de la N5, permettent de rejoindre Gorgier-St-Aubin ou Boudry d'où le tram 5 permet de se rendre à Neuchâtel.

Enfin, de mai à octobre, un service par bateau dessert quelques fois par jour le port de Bevaix par la ligne Yverdon - Estavayer-le-lac - Neuchâtel[15]

Infrastructures et vie villageoise[modifier | modifier le code]

Bevaix dispose de plusieurs infrastructures dans les domaines de l'éducation, des loisirs et de la sécurité.

Ainsi se trouve dans la commune une école primaire ainsi qu'une école enfantine[16]. Pour les plus grands, un centre d'accueil nommé « local des jeunes » a été mis en place[17].

Un terrain de foot, occupé par le FC Bevaix, un terrain de basket, une piste de 100 m, une salle de gym occupé par l'UHC Bevaix (club de unihockey) [18] (qui utilise les salles des Cerisiers) et la FSG Bevaix qui également utilise les salles des Cerisiers, sont également présents dans le village[19].

On compte également un stand de tir[20], un manège au lieu-dit de Treygnolan et un centre de séminaire et de jeunesse situé non loin du village, à La Rouvraie[21].

Bevaix dispose également d'une piste Vita, d'une plage avec un parking payant pour les non-habitants du bourg, de plusieurs place de jeux[22] et d'un port de plaisance.

De plus la commune dispose de ressources en eau potable de qualité au point que Nestlé s'y soit intéressé en 2002[23]

Politique[modifier | modifier le code]

Exécutif[modifier | modifier le code]

Le Conseil communal est composé de 5 membres élus par le Conseil général pour une période législative de quatre ans. Les quatre partis politiques représentés au Conseil général se partagent les cinq sièges de l’exécutif. Le Conseil communal se réunit en principe tous les lundis soirs.

Législatif[modifier | modifier le code]

Le Conseil général est composé de 31 membres issus de quatre partis politiques (libéral-radical, entente villageoise, vert et socialiste). Les conseillers généraux sont élus par le peuple, selon le principe de la représentation proportionnelle, pour une période législative de quatre ans. Les dernières élections communales ont eu lieu le 27 avril 2008.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Bevaix possède 3 837 habitants fin 2010[2]. Sa densité de population atteint 355,9 hab./km².

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Bevaix entre 1850 et 2008[24] :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Béroche: recherches historiques sur la paroisse de Saint-Aubin, Fritz Chabloz, édition S. Delachaux, 1867, p.  25 à 28, 30. Google livres

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :