Vannerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La vannerie désigne :

  1. l'art de tresser des fibres végétales (les matériaux) pour réaliser des objets très variés
  2. les objets réalisés par cet artisanat.
Vannerie au chantier médiéval de Guédelon (France Yonne - 89)
Vannerie au musée de plein air de Zuiderzee (Pays-Bas)

Histoire[modifier | modifier le code]

Les plus anciens objets de vannerie datés par la technique de datation au carbone 14, remontent à plus de 10 000 ans, c’est-à-dire bien avant les premières poteries. Ces pièces de vannerie ont été découvertes à Fayum en haute Égypte. D'autres, remontant à plus de 7000 ans, ont été trouvées au Moyen-Orient. Cependant, ces objets étant constitués de matériaux biodégradables, il est rare d'en exhumer. Leur conservation dans le temps est liée à des conditions très particulières. Par exemple, la sécheresse en Égypte ; ou au contraire, le milieu anaérobique des tourbières ou des lacs[1]. Parfois, on trouve traces de vanneries imprimées sur de la poterie, le tressage servant alors de support pour agglutiner l'argile et lui donner sa forme. La maîtrise technique est telle qu'elle conduit à s'interroger sur l'existence d'artisans spécialisés dans ce travail des végétaux.

La vannerie fut d'une importance économique très grande, mais de nos jours, elle se raréfie surtout en raison de la lenteur et du manque de mécanisation de la fabrication et ses conséquences.

Classification des objets de vannerie[modifier | modifier le code]

Les objets réalisés peuvent être classés selon les méthodes utilisées (elles-mêmes tributaires du matériau utilisé) ou selon leur description (formes, matériaux, couleurs, etc.).

Classification technique[modifier | modifier le code]

  1. la vannerie spiralée qui consiste en des brins de fibres formant un toron enroulé sur lui-même en spirale et généralement cousu. Elle utilise des matériaux très divers (herbes, feuilles, bois) par exemple dans le centre de la France, de la paille de seigle (toron) cousu avec de l'écorce de ronce commune, au nord-ouest des États-Unis, ce sera des longues aiguilles de pin comme toron, du rotin en orient, sisal, yucca, palmier… Elle est présente dans le monde entier et est très variée.
  2. la vannerie à nappes qui s'apparente au tissage et qui utilise le plus souvent des matières en forme de ruban (feuilles de palmier doum au Maroc)
  3. la vannerie tressée qui utilise deux (ou plus) brins flexibles entrecroisés appelés respectivement montants (éléments passifs formant la structure) et brins de clôture (éléments activés qui maintiennent la structure). Cette classe de vannerie est très répandue en Europe, on y distingue :
    • la vannerie à montants en arceau,
    • la vannerie clayonnée, dite « à montants parallèles », comme par exemple le panier mandelette (illustration ci-contre)

Classification par matières premières employées[modifier | modifier le code]

Les matériaux peuvent être différents dans un même objet de vannerie. Selon le matériau prédominant on distinguera :

  1. vanneries d'osier tressées.
  2. vanneries de rotin tressées et spiralées.
  3. vanneries de bambou – surtout à nappes, spiralées et tressées.
  4. vanneries de châtaignier - le matériau demande la préparation suivante : les jeunes perches de châtaignier de trois à huit ans d'âge sont d'abord ébranchées, écimées, et mises à tremper dans des trous d'eau pendant quelques mois. Elles sont ensuite refendues et planées soigneusement.
  5. vanneries de paille en cordon spiralé ou tressé.
  6. vanneries de noisetier – tressage d'éclisse.
  7. vanneries de bois divers : chêne, frêne, bouleau, cornouiller sanguin, viorne lantane, tilleul, etc.
  8. vanneries de jonc, carex, roseaux, canne de Provence.
  9. vanneries de palmier : de nombreuses espèces fournissent leurs feuilles qui sont utilisées brutes ou desquelles on retire des fibres.
  10. vanneries de maïs dont les feuilles sont utilisées en torsade spiralée.
  11. vanneries en crin de cheval de Rari au Chili.
  12. vanneries en régimes de palmier-dattier à l'île de Djerba en Tunisie


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Techniques pour matériaux rigides[modifier | modifier le code]

  • Fond sur croisée ronde
  • Fond sur croisée ovale
  • Fond plat rond
  • Fond plat ovale
  • Les montants
  • Les clôtures,
  • Les bordures,
  • Les anses...

Techniques pour matériaux souples[modifier | modifier le code]

  • Vannerie spiralée cousue,
  • Tresses et bandes nattées,
  • Œil de Dieu,
  • Technique du hochet...

Étapes de la fabrication[modifier | modifier le code]

La galerie ci-dessous détaille les différentes étapes de la fabrication d'un panier à jour en osier, telles qu'elles sont mises en scène à la Maison de la Vannerie de Fayl-Billot.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les outils[modifier | modifier le code]

Banc et outils de vannier

La pratique de la vannerie demande très peu d'outils, couteau de vannier à bout légèrement recourbé, différents modèles de fendoirs faits de bois dur (buis, houx) destinés à fendre les brins d'osier dans leur longueur en trois ou quatre parties égales ; le trusquin destiné à ôter la moelle des brins refendus et, en passes successives, à diminuer l'épaisseur pour obtenir des brins plats d'une grande souplesse (éclisse); le ciroir ou peleuse (aujourd'hui mécanisé) destiné à écorcer les brins d'osiers qui prendront alors le nom d'osier blanc ; la batte qui est une sorte de marteau plat, a deux fonctions : en premier, égaliser par tassage les motifs de tressages entre les montants au cours des phases successives de fabrication ; en second, le trou calibré dans le bout du manche est une solide clé qui aide au pliage des brins de très forte section.

D'autres outils non spécifiques complètent l'outillage : serpettes, poinçons, maillet en bois et sécateur dont l'usage s'est généralisé tant pour la récolte que pour le travail à l'atelier.

La vannerie en France[modifier | modifier le code]

En France la vannerie devient rare même s'il reste quelques endroits où elle se pratique encore. On peut citer par exemple le village de Villaines-les-Rochers, en Indre-et-Loire, où la coopérative de vannerie, fondée en 1849, regroupe 70 vanniers ; Le Boisle (Somme).

L'École nationale d'osiériculture et de vannerie[modifier | modifier le code]

École nationale d'osiériculture et de vannerie à Fayl-Billot (Haute-Marne)

lpahorticole.faylbillot.educagri.fr

Seule école de vannerie de France, située à Fayl-Billot, en Haute-Marne, capitale de la vannerie française. Cette école est un CFPPA (Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricoles), comme le lycée professionnel horticole, un centre de formation du Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l'Aménagement du Territoire.

L’Ecole forme en son sein depuis plus d’un siècle[réf. nécessaire] les vanniers professionnels de France et des pays étrangers. Elle fut fondée par Eugène Bottot, maire de Fayl-Billot de 1900 à 1908 et président de la Fédération cantonale du Comité Radical et du Comité socialiste. C’est dans le cadre réputé de cette école de référence que le CFPPA dispense ses formations.

Le CFPPA travaille en collaboration constante avec les artisans vanniers et les osiériculteurs. Au-delà de sa mission de formation, le centre assure la promotion des métiers de la vannerie et contribue à l'animation rurale en relation avec les acteurs du tourisme et de la culture. Outre sa vocation osiéricole et vannière, le CFPPA forme des stagiaires au service d'autres secteurs professionnels en lien direct ou indirect avec l'agriculture.

On peut y préparer :

  • des formations diplomantes en un an :

• Brevet Professionnel « Responsable d’Exploitation Agricole » Osiériculture Vannerie (1 an)
• Certificat d’Aptitude Professionnelle Vannerie (1 an)
• Brevet Professionnel « Responsable d’Exploitation Agricole » à orientation Maraîchage biologique

  • des formations qualifiantes :

• Formation qualifiante longue en vannerie d'osier (de 4 à 10 mois)
• Formation complémentaire vannerie (1 an)

  • des formations courtes :

• Vannerie (initiation et perfectionnement)
• Paillage de sièges
• Cannage de sièges
• Architecture Végétale (utilisation de l’osier vivant ou stabilisé pour des décors de jardins)

Une partie de ces formations est assurée par des formateurs professionnels vanniers dans deux ateliers pratiques, et les savoirs théoriques enseignés complètent des formations qui ont vocation à former une nouvelle génération de vanniers adaptés à la demande actuelle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 1.Bocquet A., Berretrot F. (1989). Le travail des fibres textiles au Néolithique récent à Charavines (Isère). Tissage, Corderie, Vannerie. Actes des IXe Rencontres internationales d'archéologie et d'histoire d'Antibes, 20-22 octobre 1988, p. 113-128.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) C.Hernandez et E. Pascual La vannerie : Techniques et réalisations, Editions Eyrolles, 2010, 144p.
  • (fr) A. Moitrier, Traité pratique de la culture de l'osier et de son usage dans l'industrie de la vannerie fine et commune : orne de quatre planche suivi d'un aperçu sur l'art du vannier, Paris, 1855, 52 p.
  • (en)(fr) Vannerie du monde : une exposition / organisée par la Fédération pour le développement de l'artisanat utilitaire des produits d'Afrique, Amérique latine et Asie = Basketry of the world : exhibition / organized by the Federation for the Development of Utilitarian Handcrafts of Products from Africa, Latin America, and Asia, Dessain et Tolra-FEDEAU, Paris, 1980, 61 p. (ISBN 2249276012)
  • (fr) Tissage, corderie, vannerie : approches archéologiques, ethnologiques, technologiques, publié par l'APDCA, 1989, 317 p.
  • (fr) Eugène Leroux, Manuel de vannerie, technologie vannière, J.B. Baillière et fils, 1921
  • (fr) Jocelyne Étienne-Nugue, Vannerie, Institut culturel africain, 1982
  • (fr) La Vannerie française, Musée national des arts et traditions populaires (Paris) / Réunion des musées nationaux, 1990
  • (fr) Jacques Anquetil, La vannerie, Dessain et Tolra, Chêne, 1979
  • (fr) Guy Martin, La Vannerie éducative, Editions L. N. S., 1951
  • (fr) Paul Nooncree Hasluck, Manuel pratique de vannerie, B. Tignol, 1910
  • (fr) Heinz Kunz, Vannerie du rotin, Éditions du Centurion, 1976, (ISBN 2227800250)
  • (fr)(de) Vannerie en rotin / Peddigrohrflechten, Société suisse de travail manuel et de réforme scolaire, 1988
  • (fr) Nouveau manuel complet de la fabrication de la vannerie, cannage et paillage des sièges, M. Audiger, 1912

Liens externes[modifier | modifier le code]