Krakatoa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Krakatau » redirige ici. Pour les autres significations, voir Krakatau (homonymie).
Krakatoa
Krakatau (id)
L'Anak Krakatau le 7 février 2008
L'Anak Krakatau le 7 février 2008
Géographie
Pays Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Archipel Grandes îles de la Sonde
Localisation Détroit de la Sonde (océan Indien)
Coordonnées 6° 06′ 07″ S 105° 25′ 23″ E / -6.102, 105.423 ()6° 06′ 07″ S 105° 25′ 23″ E / -6.102, 105.423 ()  
Nombre d'îles 4
Île(s) principale(s) Krakatoa
Point culminant Rakata (813 m sur Krakatoa)
Géologie
Géologie Île volcanique
Type Volcan gris
Activité En éruption
Dernière éruption Depuis le 2 septembre 2012
Code 0602-00=
Observatoire Krakatoa volcano observatory
Administration
Statut Inclus dans le parc national d'Ujung Kulon

Province Lampung
Kabupaten Lampung du Sud
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+7

Géolocalisation sur la carte : Indonésie

(Voir situation sur carte : Indonésie)
Krakatoa
Krakatoa
Îles d'Indonésie

Le Krakatoa, Krakatau ou Gunung Krakatau en indonésien et en javanais, est un volcan gris — volcan de type explosif — de la ceinture de feu du Pacifique[1]. Il forme un archipel de quatre îles principales[2] dans le détroit de la Sonde en Indonésie, entre Sumatra et Java. Sa géographie a été bouleversée au moins à deux reprises, au cours des deux grandes éruptions des années 416 ou 535[3] et 1883[4]. Malgré ces événements, l'archipel accueille une vie animale et végétale riche, notamment grâce au climat tropical dont il bénéficie[5]. L'archipel fait partie du parc national d'Ujung Kulon[6] classé au patrimoine mondial de l'UNESCO[7].

Le volcan est surtout connu pour son explosion du 27 août 1883, une des plus violentes de mémoire d'homme[8], qui tua plusieurs dizaines de milliers de personnes et engendra un tsunami dont les vagues furent alors perceptibles jusqu'en Europe[4]. Cette catastrophe a grandement inspiré la littérature, le cinéma, la télévision et la musique.

Au XXe siècle, le volcan donne naissance à une nouvelle île, l'Anak Krakatau[1] ou « enfant du Krakatoa », offrant un terrain d'études à de nombreux scientifiques[5]. Le site du volcan est toujours actif mais le risque d'un nouvel évènement de grande ampleur semble relativement limité.

Toponymie et étymologie[modifier | modifier le code]

La mention la plus ancienne du Krakatoa en Occident est présente au XVIe siècle, sur une carte de Lucas Janszoon Waghenaer qui appelle l'île Pulo Carcata. Pulo est une variante de pulau, le mot indonésien pour « île ». En 1708, une autre carte fait mention de Karata.

Aujourd'hui, deux orthographes sont acceptées : Krakatoa et Krakatau. La première est notamment commune en anglais et en français. L'orthographe Krakatau, écrite aussi Krakatao en vieux portugais, est utilisée par les Indonésiens et les géologues. L'origine de cette différenciation n'est pas claire, elle pourrait être le résultat d'une erreur typographique produite par une source britannique relatant l'éruption volcanique massive de 1883.

Il existe quatre théories sur l'origine du nom Krakatau. Selon la première, peu probable, rapportée par le jésuite français Guy Tachard, il proviendrait d'une onomatopée imitant le son du cacatoès, qui était présent sur l'île et audible depuis le haut des mâts des bateaux[9]. Selon la deuxième, la plus crédible, il serait issu du sanskrit karka ou karkata ou encore karkataka signifiant « homard » ou « crabe »[10],[11],[12], ou bien de ’krakača signifiant « scie » ou « épée »[13]. Selon la troisième théorie, il viendrait du malais kelakatu signifiant « fourmi à ailes blanches »[10]. La dernière théorie jugée sérieuse affirme que Krakatoa signifierait « mont silencieux »[14]. L'histoire selon laquelle le nom proviendrait d'une déformation linguistique de Kaga tau signifiant en langage familier betawi « je ne sais pas », réponse qu'aurait obtenue un capitaine de navire en demandant à un autochtone le nom de l'île, est largement reconnue comme fantaisiste[10].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situation de l'archipel du Krakatoa dans le détroit de la Sonde en Indonésie.

Les îles formées par le Krakatoa sont situées au milieu du détroit de la Sonde, à mi-distance entre les côtes de Sumatra au nord-ouest et de Java au sud-est, en Indonésie. Le littoral le plus proche, près de la ville de Serang, se trouve à 42 kilomètres à l'est et la capitale Jakarta à 160 kilomètres dans la même direction. Administrativement, l'archipel dépend de la province de Lampung sur Sumatra.

Topographie[modifier | modifier le code]

Avant 1883, l'archipel du Krakatoa consiste en trois îles principales : Lang (« longue » en néerlandais) au nord-est, Verlaten (« abandonnée » ou « déserte ») au nord-ouest – qui témoignent toutes deux de l'existence d'une ancienne et très large caldeira dont elles forment une partie du bord – et Krakatoa, la plus grande, au sud, d'une longueur de neuf kilomètres et d'une largeur de cinq[2]. Il existe également un îlet couvert d'arbres nommé Poolsche Hoed (« chapeau polonais », en raison de sa forme) à quelques centaines de mètres de Lang, et des rochers ou des bancs de sables entre les îles[2]. C'est sur Krakatoa que se situent trois cônes volcaniques : Rakata (813 mètres d'altitude) au sud, Danan (445 mètres, probablement un volcan double) au centre et Perboewatan ou Perbuatan (122 mètres) au nord[2].

Vue satellite de l'archipel de Krakatoa en 2001.

Après l'éruption de 1883, la topographie est partiellement bouleversée. Lang est l'île qui a subi le moins de changements, la superficie qu'elle a gagnée par les dépôts de cendres et d'ejectas étant rapidement réduite par l'action érosive de la mer[2]. Elle a depuis pris le nom de Krakatau-Ketjil ou Panjang. Verlaten a subi quelques dégâts au sud-est, sur le versant faisant face à l'explosion, mais a surtout triplé de superficie pour la même raison que Lang. À son extrémité nord-est, un cordon littoral se forme, avec un petit lac d'eau saumâtre au bout, mais il est progressivement détruit par les vagues[2]. Verlaten a depuis été renommée Sertung. Poolsche Hoed a totalement disparu[2]. Enfin, l'île de Krakatau a été en grande partie soufflée par l'explosion. Il ne reste que sa partie méridionale, avec le cône de Rakata qui perd dix mètres de hauteur et un volume important au nord, mais reste le point culminant de l'archipel avec 813 mètres d'altitude[2]. De Danan, il ne reste qu'un minuscule îlet rocheux nommé Bootsmansrots (le « rocher du bosco »)[2]. L'endroit précis où se situait Perboewatan se trouve désormais immergé à 550 mètres de profondeur[2]. En 1927, lors d'une nouvelle éruption, Anak Krakatau (l'« enfant de Krakatoa ») émerge au centre des trois îles principales, et gagne rapidement sur la mer en raison de la quantité et de la vitesse d'émission des cendres et des ponces pour se stabiliser en août 1930. Son altitude a dépassé 300 mètres en 1999 et continue à croître avec les éruptions en cours[1].

Géologie[modifier | modifier le code]

Le Krakatoa se trouve 140 kilomètres au nord-est de la tranchée de la zone de subduction[1] de la plaque australienne sous la plaque eurasienne et plus particulièrement celle de la Sonde, à l'endroit où la limite entre les deux plaques effectue un brusque changement de direction, probablement en raison d'une épaisseur inhabituellement faible de la croûte dans la région[15] et à la jonction entre deux failles. Le volcan, compris dans la ceinture de feu du Pacifique, se situe approximativement à 120 kilomètres au-dessus du plan de Wadati-Benioff[1].

Évolution de la topographie du site du Krakatoa : conséquences des phases éruptives.

L'étude stratigraphique du Krakatoa révèle cinq phases éruptives[1]. La première phase correspond à la formation du Krakatoa préhistorique, constitué d'un cône unique et se caractérise par deux coulées de lave et des dépôts de ponces observables de nos jours à Sertung et Panjang, ainsi que sur le cône de Rakata uniquement pour la coulée la plus récente[1]. La deuxième phase est un épisode destructif lié à l'éruption de 535, qui a vu la formation d'une nuée ardente et des chutes d'ejecta, avec des ignimbrites dans les couches basses de dépôts correspondant à des matériaux lourds et des cendres plus légères par dessus[1]. La troisième phase démarre avec la formation sur l'île de Krakatoa des cônes de Rakata, Danan et Perboewatan dont les seuls vestiges se situent sur le premier : une succession de laves andésitiques et basaltiques et de dépôts d'ejectas comprenant des scories, des lapillis et des cendres[1]. La quatrième phase est un second épisode destructif, lié à l'éruption de 1883, qui n'a laissé de l'île de Krakatoa que le cône éventré du Rakata et des dépôts principalement constitués de ponces contenant de l'obsidienne et de cendres avec une distribution grossière sur Sertung et Panjang et le versant externe de Rakata[1]. La cinquième et dernière phase correspond à la formation de l'Anak Krakatau[1].

L'éruption de 1883 qui a éventré en partie le cône de Rakata a mis à nu un pan du dyke qui comblait l'ancienne cheminée volcanique[2]. De la même façon, Bootsmansrots est une petite plate-forme rocheuse composée de plaques parallèles inclinées à 45 ° par rapport à la surface de la mer, reliquats d'un dyke autrefois inclus dans les flancs du Danan[2]. Les versants externes des îles de Sertung et de Panjang, et dans une moindre mesure de Krakatau (ou Rakata), gardent les traces du relief de la caldeira que formait le volcan avant 535, avec de nombreuses ravines et crêtes, partiellement enfouies sous les dépôts de l'explosion de 1883[1]. L'Anak Krakatau est constitué de deux cônes emboîtés, le plus récent ayant presque entièrement recouvert l'ancien cône dont le rebord nord-est culmine à 156 mètres d'altitude. Ses laves ont la particularité de s'épancher dans toutes les directions, et certaines ont significativement accru la superficie de l'île[1].

Les minéraux primaires qui composent aussi bien la lave que les bombes volcaniques du jeune Anak Krakatau sont constituées d'augite, d'hypersthène, de plagioclase et parfois de petits grains d'olivine. La plupart de ces cristaux se trouvent majoritairement sous forme de phénocristaux mais aussi sous forme de microlithes et de micro-granules[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat sur l'archipel du Krakatoa est de type tropical, avec un fort taux d'humidité mais une saison relativement sèche de mai à octobre, avec un creux de précipitations en août, alors que le pic se situe en janvier avec plus de 300 mm d'eau. Les températures se situent généralement entre 25 et 32 °C.

Nuvola apps kweather.png Relevés sur l'Anak Krakatau (130 m)[16],[17]
Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures moyennes (°C) 27 27 27 28 28 28 27 27 28 28 28 27 27,5
Précipitations moyennes (mm) 350 200 200 80 100 50 40 30 40 100 125 200 1 515

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Avant l'éruption de 1883, l'archipel est couvert d'une végétation luxuriante typique des régions tropicales humides mais l'événement détruit probablement toute forme de vie[5]. Toutefois, la vie refait rapidement son apparition sur les îles avec la croissance d'arbres et d'arbustes, probablement transportés sous forme de graines par les courants marins ou relâchés dans les fientes d'oiseaux, si bien qu'en 1886 30 espèces de plantes sont déjà inventoriées et, en 1920, 300 espèces végétales et 600 espèces animales. Mais en 1953, un nouveau regain d'activité volcanique détruit 90 % de la végétation de Sertung et Panjang.

Carte de la répartition végétale du Krakatoa en 1992.

Aujourd'hui, une véritable forêt tropicale s'est implantée sur les trois îles principales, avec pas moins de 400 espèces de plantes, 54 de papillons, 30 d'oiseaux, 17 de chauves-souris, 9 de reptiles et de nombreux insectes. Les crêtes de Sertung sont couvertes du genre Timonius alors que Terminalia pousse sur les pentes plus basses et que Casuarina est présent uniquement sur le versant nord et Dysoxylum sur le versant sud-est[18]. Panjang est presque intégralement couverte de ce dernier, mais on trouve également Casuarina au sud-ouest et Ficus nervosa subsp. pubinervis sur la côte est[18]. Les crêtes et le versant sud-est du demi-cône de Rakata sont couvertes de Neonauclea et de Ficus sur lesquels se développe des mousses au-delà de 550 mètres d'altitude, ainsi que des buissons d'une espèce de Schefflera, alors que Casuarina pousse dans les restes de l'ancien cratère et que la sous-espèce Ficus nervosa subsp. pubinervis est présente tout autour du littoral[18]. Sur l'Anak Krakatau, le milieu reste à la merci des éruptions et des coulées de lave, comme entre 1972 et 1975, 1979 et 1980, ainsi qu'au milieu des années 1990, et la végétation de Casuarina[18] a été gravement affectée[19]. De plus, la présence récurrente de gaz toxiques et la chaleur du sol autour du cratère, ainsi que le manque d'eau dans les pentes supérieures fortement inclinées et excessivement drainées, empêchent pratiquement toute colonisation végétale en dehors de la frange littorale. Là, on trouve quelques badamiers, cocotiers et ipomées pied-de-chèvre dont les graines, apportées par la mer, s'implantent sur des sols pas encore colonisés[20].

La colonisation relativement rapide par les plantes est due à deux facteurs : le climat tropical et la richesse des sols. Les espèces s'installent plus facilement sur les cendres que sur les coulées de lave, ce contraste étant clairement visible sur l'Anak Krakatau. Ces deux facteurs réunis font que la colonisation est plus rapide qu'à Surtsey ou au mont Saint Helens d'une part et qu'à Hawaï d'autre part, et que la végétation ne respecte pas nécessairement l'ordre généralement établi, à savoir herbes, fougères et broussailles puis arbres, mais se fait de façon plus erratique[5]. Ainsi les insectes trouvent une source de nourriture, suivis par les oiseaux et les chauve-souris qui participent à la dispersion des fruits et accélèrent le processus[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une éruption en 416 ou en 535[modifier | modifier le code]

La date de la première éruption historiquement documentée pour le Krakatau est débattue. Elle est en général datée de 416, mais la date de 535 est parfois proposée. Le Pararaton ou « Livre des Rois », une chronique javanaise écrite au XVIe siècle, relate qu'en l'année 338 de l'ère Saka, soit 416 du calendrier grégorien :

« Un son tonitruant était entendu depuis la montagne Batuwara ... un bruit similaire depuis Kapi ... la terre entière était puissamment secouée et de violents éclairs, accompagnés d'une lourde pluie et d'orages, se déroulaient, mais non seulement cette lourde pluie n'éteignait pas le feu sur la montagne Kapi, mais au contraire l'augmentait ; le bruit était effrayant, finalement la montagne Kapi dans un formidable rugissement explosa en morceaux et coula dans les profondeurs de la terre. L'eau de la mer remonta et inonda la côte, la région à l'est de la montagne Batuwara, jusqu'à la montagne Raja Basa ; les habitants de la partie nord du pays de la Sonde vers la montagne Raja Basa ont été noyés et emportés avec tous leurs biens. L'eau s'apaisa mais la région où se situait Kapi fut remplacée par la mer, et Java et Sumatra furent séparées en deux parties. »

— Pararaton

On estime le plus souvent aujourd’hui que cette éruption avait une puissance d’environ 400 mégatonnes de TNT (soit 20 000 fois la puissance de la bombe d’Hiroshima). Elle détruisit le cône volcanique ouvrant une caldeira de 7 km de large et laissant les trois îles de Krakatau, Verlaten et Lang (Rakata, Panjang et Sertung). Cette éruption entraîna sans doute des tsunamis. On ignore toutefois les destructions qu’ils purent causer[3],[21]. Si ce scénario et cette datation sont aujourd’hui encore les plus souvent retenus, David Keys, correspondant en archéologie pour le quotidien britannique The Independent, et Ken Wohletz, géologue au Los Alamos National Laboratory, ont proposé une date plus tardive et un scénario différent, impliquant une éruption bien plus puissante et aux conséquences historiques déterminantes[22],[3]. Pour Keys et Wohletz il se pourrait que le récit du Pararaton, dont les premiers manuscrits ont été écrits à la fin du XVe siècle, contienne une erreur de date et se rapporte en fait à une éruption qu’il faudrait placer en février 535 de l'ère chrétienne. Selon Wohletz un volcan, le proto-krakatau, occupait alors l’actuel détroit de la Sonde. C’est au cours d’une immense éruption, correspondant à l’éjection de 200 km3 de magma qu’il aurait laissé une caldeira de 50 km de diamètre, l’actuel détroit séparant les deux îles de Java et Sumatra. La perturbation atmosphérique résultant de cette éruption expliquerait les anomalies climatiques bien attestées dans plusieurs endroits de la planète vers 535. Selon Keys, les retombées de l'éruption auraient obscurci la totalité de la Terre durant au moins deux ans à partir de cette date. Cette éruption aurait rejeté une telle quantité de poussière, d'eau, de soufre et de gaz dans la stratosphère qu'un hiver volcanique aurait régné sur notre planète pendant plusieurs années[22],[3]. Le fait est que les sources anciennes, ainsi que les mesures dendrochronologiques[23] attestent de perturbations météorologiques et climatiques, qui peuvent correspondre aux effets d'une puissante éruption volcanique[24], sans toutefois nécessairement posséder un caractère exceptionnel. Ce nuage volcanique aurait bloqué les rayons du soleil, détruisant les récoltes et conduisant à la famine. Elle aurait entraîné, selon certaines théories, des exodes massifs et des invasions en Eurasie, en particulier celles des Avars depuis la Mongolie jusqu'à Constantinople affaiblie[25], ainsi que des épidémies et des changements politiques, religieux et sociaux[26].

Si l'existence d'une perturbation climatique vers 535 est certaine, et si son attribution au volcanisme possède de forts arguments, l'attribution au Krakatoa n'a pas suscité l'unanimité, pas plus que la volonté d'en tirer un très grand nombre de conséquences historiques dans des domaines très variés[27]. Plusieurs objections peuvent en effet être faites aux hypothèses de Keys et Wohletz : leur scénario ne correspond pas au récit le plus courant de création du détroit de la Sonde[28] ni aux observations géologiques pratiquées sur le complexe volcanique du Krakatoa, qui l'attribuent à un graben[1],[29]. Par ailleurs, comme le reconnaît au demeurant Ken Wohletz, aucun élément tiré de l’analyse géologique ne permet de dater les éruptions du Krakatoa entre -6600 et 1215 : la date de 535 n’est avancée que par rapport aux perturbations climatiques attestées ailleurs sur le globe. Ainsi pour Mike Baillie, dendrochronologue à l’université de Belfast, l’hypothèse de Keys ne s’appuie sur aucune preuve[30]. Les éruptions volcaniques de cette puissance laissent un signal acide typique dans les carottes glaciaires polaires : or selon M. Baillie les carottes prélevées au Groenland, et désormais datées presque à l’année près n’ont révélé aucun signal entre 536 et 545, le signal le plus proche se trouvant durant les années 520. Pour Baillie les perturbations climatiques des années 530 ne seraient donc pas à expliquer par une explosion volcanique mais par une collision cométaire, hypothèse qui reste aussi controversée. Toutefois un signal acide typique de telles éruptions a été retrouvé dans les prélévements d'une carotte glaciaire antarctique[31] pour l'année 542 plus ou moins dix-sept ans. Le signal a été attribué par les éditeurs de la carotte au volcan Rabaul avec mention de l'hypothèse du Krakatoa. Surtout une publication a récemment montré qu’un signal volcanique existait bel et bien pour 535[32]. Le Krakatau n’est cependant pas le seul candidat à une puissante éruption à cette époque et l’éruption du Rabaul est aussi souvent mise en rapport avec les événements climatiques de 535 et des années suivantes. L’ampleur et l’impact exact de ces événements sont aussi actuellement discutés et parfois difficiles à établir. Si les deux livres contemporains de David Keys[33] et Mike Baillie[34] ont rencontré un certain succès populaire, la réaction de la communauté des historiens a été plus contrastée, plusieurs chercheurs cependant se sont penchés sur les événements climatiques des années 535 et suivantes[35]. Dans son étude des perturbations climatiques des années 530 en mer Méditerranée, Antti Arjava, chercheur à l’université d’Helsinki[36] souligne les faiblesses de spéculations trop générales ou trop simplistes[37] et attire l’attention sur les lacunes et les ambiguïtés des sources disponibles. À partir du cas de l’Égypte apparemment peu touchée, il insiste sur la variabilité régionale et son importance à cette époque et sur la résilience de sociétés habituées aux conséquences des aléas climatiques[38]. Il conclut qu’en elles-mêmes, et sans préjuger de leur lien avec la peste de Justinien — qui ne peut être actuellement prouvé — les perturbations climatiques des années 530-540 ont eu des implications historiques limitées et que l’explication de leur origine est encore très incertaine. La question reste donc actuellement ouverte du point de vue scientifique.

Observations intermédiaires[modifier | modifier le code]

Au moins trois explorateurs hollandais rapportent avoir observé des éruptions au Danan et au Perboewatan en mai 1680 et février 1681.

En février 1780, les équipages du HMS Resolution et du HMS Discovery, sur la voie du retour au pays après le décès du capitaine James Cook à Hawaï, font escale quelques jours au Krakatoa. Ils détectent deux anneaux près de l'île, l'un d'eau chaude et l'autre d'eau froide. Ils décrivent les autochtones vivant sur l'île comme « amicaux » et dessinent quelques esquisses. Dans son journal, John Ledyard appelle l'île Cocoterra.

En 1809, les Hollandais établissent un bagne à un endroit non spécifié de l'archipel. Il se maintient pendant environ une décennie.

En 1880, Rogier Verbeek mène une étude officielle de l'île et publie un épais rapport en 1884-1885. Il s'avère très précieux dans la compréhension de l'impact géologique et biologique de l'éruption de 1883.

L'éruption de 1883[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Éruption du Krakatoa en 1883.

Prémices[modifier | modifier le code]

Jusqu'à cette journée fatidique, Krakatoa est une île qui mesure neuf kilomètres de long sur cinq kilomètres de large. Elle est couverte d'une végétation luxuriante typique des régions tropicales humides, mais déjà une activité sismique intense se fait sentir dans la région du volcan, jusqu'en Australie.

Dormant depuis 1681, Perboewatan se réveille le 20 mai 1883 en émettant des panaches de vapeur et de cendres jusqu'à six kilomètres de haut et un son audible jusqu'à Batavia, l'ancienne Jakarta. L'activité décroît pendant quelques semaines, mais, le 19 juin, de nouvelles explosions se produisent, puis le 20 juillet un nouveau cône se forme selon toute vraisemblance entre Perboewatan et Danan. Le 11 août, l'activité gagne encore en intensité avec des panaches s'élevant en pas moins de onze points distincts. Les bateaux continuent pourtant à emprunter le détroit de la Sonde : celui qui passe le 14 août navigue dans l'obscurité pendant quatre heures, tellement les émissions de cendres sont épaisses.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Schéma d'une éruption plinienne.

L'« apocalypse » commence le 26 août 1883 à 13 heures locales (UTC+7) : une violente explosion est entendue à plus de cinquante kilomètres du volcan, suivie d'une autre, encore plus forte vers 14 heures, puis d'une série de détonations sans cesse plus violentes jusque vers 17 heures[4]. L'explosion de 14 heures est accompagnée d'abondantes projections de cendres propulsées jusqu'à plus de vingt-sept kilomètres de hauteur et dont une autre partie retombe, recouvrant tout dans un rayon de 160 kilomètres autour du Krakatoa, plongeant la région dans une nuit totale[4].

À 10 heures 02 minutes, le 27 août, survient la plus forte explosion ; le bruit le plus fort entendu par des oreilles humaines[8] est audible dans toutes les Indes orientales néerlandaises bien sûr, mais aussi à Alice Springs dans le centre de l'Australie et à l'île de Rodrigues dans le sud-ouest de l'océan Indien, situées respectivement à 3 500 et à 4 800 kilomètres du Krakatoa. Le bruit de l'explosion est entendu sur environ un douzième de la surface de la terre, ce qui en ferait le phénomène sonore le plus important de l'histoire humaine. À 160 kilomètres de distance, il atteint encore 180 décibels[8]. Beaucoup de personnes deviennent totalement ou partiellement sourdes sur un rayon de plusieurs kilomètres. L'éruption plinienne atteint le niveau 6 sur l'échelle d'explosivité volcanique, développe une énergie correspondant à 13 000 Little Boy et expulse entre 10 et 20 km3 de matière dans l'air. Quelques vitrines éclatent, des becs de gaz s'éteignent[4].

Onde du tsunami généré par l'éruption du Krakatoa en 1883.

Des vagues colossales déferlent à plusieurs reprises les 26 et 27 août sur les côtes de Java et de Sumatra. Dans les régions basses bordant le détroit de la Sonde, tout est balayé, détruit, tordu, emporté[4]. À Merak, une vague de quarante-six mètres déferle sur la ville ; quand elle se retire, rien n'indique que l'endroit ait été habité. À Teluk Betung, grand port de la région de Sumatra, l'eau monte de vingt-deux mètres, nivelant tout[4]. Une oscillation anormale des eaux est enregistrée par les marégraphes jusque dans le golfe de Gascogne et dans la Manche[39] à 18 000 kilomètres du lieu de la catastrophe[4]. Elle a probablement été causée par une onde de choc aérienne résultant de l'explosion, car elle s'est produite trop tôt pour être un reliquat du tsunami. Ces ondes de choc ont circulé plusieurs fois autour du globe et sont encore détectables à l'aide de barographes cinq jours plus tard[40].

Vers midi, une pluie de cendres chaudes s'abat autour de Ketimbang à Sumatra et un millier de personnes sont tuées par ces simples retombées, sans compter les victimes des tsunamis successifs[4]. Cet évènement unique serait dû, selon Verbeek et d'autres historiens et scientifiques, à une déflagration latérale ou à une nuée ardente au ras de l'eau similaire à celles de la montagne Pelée en 1902 et du mont Saint Helens en 1980, si bien que le nord-ouest de Ketimbang est épargné grâce à la protection jouée par l'île de Sebesi[4].

De plus faibles éruptions se déroulent jusqu'à mi-octobre. Verbeek dément les témoignages selon lesquels le volcan aurait été actif des mois après l'explosion principale, en les mettant sur le compte des vapeurs provenant de roches encore chaudes, des glissements de terrain causés par une mousson particulièrement intense et des hallucinations provoquées par des phénomènes électriques[41]. Finalement, aucune nouvelle éruption ne se produit avant 1913 et l'île de Krakatoa a presque entièrement disparu, laissant uniquement le cône éventré de Rakata au sud.

Causes de l'éruption[modifier | modifier le code]

Les causes de la violence de l'éruption font l'objet de quatre théories divergentes. Des chercheurs contemporains ont expliqué que le volcan se serait enfoncé dans la mer au matin du 27 août, laissant de l'eau inonder la chambre magmatique et causant une série d'explosions phréato-magmatiques massives[4]. Ou bien l'eau de mer, sans être directement en contact avec le magma, l'aurait toutefois refroidi et durci provoquant un effet « cocotte-minute », libérant toute l'énergie accumulée seulement au moment où la pression suffisante fut atteinte[4],[42]. Ces deux théories supposent que l'île s'est affaissée avant les explosions ; pourtant aucune preuve ne vient appuyer cette conclusion et les pierres ponces ainsi que l'ignimbrite déposées ne sont pas compatibles avec une interaction entre du magma et de l'eau de mer[4]. Une autre hypothèse suppose qu'un effondrement sous-marin massif, voire un simple affaiblissement partiel, aurait soudainement ouvert la chambre magmatique hautement pressurisée[4]. La dernière explication affirme que l'explosion finale serait due à un mélange magmatique provoqué par une infusion soudaine de magma basaltique chaud dans le magma plus froid et plus léger de la chambre. Le résultat aurait consisté en une rapide et insoutenable montée en pression, entraînant une explosion cataclysmique. Les preuves de cette théorie sont l'existence de ponces constituées de matériaux légers et foncés, témoins d'une origine thermique importante. Malgré tout, la quantité de ces matériaux serait inférieure à 5 % du volume en ignimbrite du Krakatoa et pour cette raison certains chercheurs rejettent cette explication comme cause essentielle de l'explosion du 27 août 1883[4].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Photographie prise en 1894 de la chaudière du bateau à vapeur Barouw retrouvée après l'éruption dans la rivière Kuripan dans le Sud de Sumatra.

Le bilan humain est lourd : les autorités hollandaises chiffrent le nombre total de victimes à 36 417. C'est l'éruption volcanique la plus meurtrière de l'histoire après celle du Tambora, également en Indonésie, en 1815. De nombreuses colonies sont détruites, y compris Teluk Betung et la majeure partie de Ketimbang à Sumatra, Sirik et Semarang à Java. Les zones de Banten et Lampung sont dévastées. Des documents rapportent la présence de squelettes flottant au travers de l'océan Indien en direction de l'Afrique sur des radeaux de pierres ponces un an après l'éruption[4]. Certaines régions à Java n'ont jamais été repeuplées et sont retournées à la jungle, si bien que le parc national d'Ujung Kulon a été créé, dans un périmètre incluant le Krakatoa et ses eaux.

Les régions touchées sont sous administration des Indes orientales néerlandaises depuis plusieurs années déjà. Le journaliste britannique Simon Winchester écrit que les relations entre les communautés musulmanes et chrétiennes sont très tendues[43]. Les autorités religieuses de l'ouest de Java, en particulier, sous la houlette des sultans, sont très strictes et montrent une hostilité croissante vis-à-vis des colons au cours du XIXe siècle[44]. Persuadés qu'une croisade (Perang Salib) est en cours[45], ils n'hésitent pas à prôner dans les écoles islamiques (pesantren) le retour des « brebis égarées » de Java et Sumatra dans le giron de l'Islam[46]. Dans ces conditions, la situation de désolation qui suit l'éruption catalyse le déclenchement dans les zones touchées d'une vague meurtrière anti-occidentale par les fondamentalistes musulmans, une des toutes premières de l'histoire[47]. Les spécialistes de l'islam indonésien ne citent rien à ce sujet et ces affirmations pourraient comporter de nombreuses inexactitudes. En effet, à l'époque, il n'y avait pas de « communauté chrétienne » dans l'ouest de Java, si ce n'est la petite population européenne des villes. Il n'y avait pas de colons mais des fonctionnaires coloniaux néerlandais. En outre, traditionnellement à Java, il n'y a pas d'autorités religieuses mais des kyai, c'est-à-dire des maîtres en religion. Enfin, il n'y avait déjà plus de sultan dans l'ouest de Java depuis la dissolution du sultanat de Banten en 1813.

Le panache de cendres volcaniques est monté à quatre-vingts kilomètres dans l'atmosphère et a répandu suffisamment de particules pour abaisser la température mondiale moyenne de 0,25 °C l'année suivante, avec une amplitude allant approximativement de 0,18 à 1,3 °C[48]. Les modèles climatiques continuent à être chaotiques durant quelques années, et les températures ne reviennent à la normale qu'après 1888. L'éruption a émis une quantité inhabituelle de dioxyde de soufre haut dans la stratosphère tout autour de la planète. La concentration d'acide sulfurique a augmenté dans les cirrus, augmentant l'albédo des nuages et la réflexion des rayons solaires incidents jusqu'à ce qu'il retombe en pluies acides[48]. Ces poussières sont également à l'origine des couchers de soleil flamboyants, puis rouge lie-de-vin qui inspirèrent nombres d'artistes, comme William Ashcroft avec ses centaines de chromolithographies ou Edvard Munch avec Le Cri en 1893[49],[50], ainsi que des colorations vives inhabituelles de la lune comme, par exemple, à Londres. Dans plusieurs villes des États-Unis, des lueurs rougeoyantes sont prises pour des incendies et l'on fait appel aux pompiers. Ces phénomènes de nuages noctulescents essentiellement composés de glace sont provoqués par la diffraction de la lumière par les particules de lave pulvérisée montées dans la stratosphère et se manifestent pendant environ trois ans. Ceci engendre également le phénomène appelé anneau de Bishop, un halo visible autour du Soleil et de la Lune, qui sera pour la première fois officiellement rapporté par le révérant S. Bishop à Hawaï le 5 septembre 1883.

Cependant l'éruption a aussi des effets bénéfiques sur l'environnement local. Un an seulement après le cataclysme, de l'herbe pointe déjà sur les bouts d'îlots épargnés. Deux ans plus tard, vingt-six espèces de plantes y poussent et en 1924, ces fragments de terre sont recouverts d'une forêt dense. Les régions proches comme Lampung, presque stériles avant l'éruption, deviennent très fertiles. Cela attire une population importante. On estime par ailleurs que cette éruption a permis la survie du rhinocéros de Java.

L'enfant du Krakatoa[modifier | modifier le code]

Panache surtseyen lors de l'éruption de 1927-1928 du volcan qui a vu l'émersion de l'Anak Krakatoa.

Verbeek, dans son rapport sur l'éruption, prédit que toute nouvelle activité se manifestera dans la zone comprise entre les anciens cônes de Perboewatan et Danan[41]. Cette prédiction s'avère juste puisqu'en 1927 des signes d'éruption sous-marine surtseyenne sont observés par un réseau de scientifiques à cet endroit, tandis que la population est mise à l'abri craignant la retombée des blocs qui sont propulsés à 1 200 mètres d'altitude. Quelques jours plus tard, une nouvelle île volcanique, Anak Krakatau (l'« enfant de Krakatoa »), émerge de 9 mètres au-dessus de la surface. Initialement, les éruptions sont constituées de ponces et de cendres, et l'île, ainsi que deux bancs, sont rapidement érodés ; mais finalement Anak Krakatau gagne rapidement sur la mer en raison de la quantité et de la vitesse d'émission des matériaux pour se stabiliser en août 1930.

Depuis, près de quarante éruptions se sont succédé, la dernière étant en cours depuis le 25 octobre 2010[51], et ont progressivement fait grandir l'île à un rythme moyen de cinquante centimètres par mois. Le premier cône atteint 67 mètres d'altitude en 1933 et 138 mètres en 1950 mais, à cause de l'érosion, il s'ouvre à plusieurs reprises à la mer entre ces deux dates. Par la suite, un second cône commence à apparaître, au fond du lac ainsi formé à l'intérieur du cratère, correspondant à un remplacement progressif des émissions de cendres par des coulées de lave qui finissent par combler le lac et rendre plus résistants les flancs du volcan à l'érosion. En 1960, le nouveau cône atteint 30 mètres, puis 160 mètres en 1968 et 181 mètres en 1977[52]. Aujourd'hui, haut de plus de 300 mètres pour trois à quatre kilomètres de diamètre, Anak Krakatau offre d'exceptionnels sujets d'études aux volcanologues et aux botanistes.

Le 3 octobre 2011, l'Anak Krakatoa émet un nuage de cendres de plus de deux kilomètres de haut[53], présageant d'un regain éruptif[54]. Le nombre de secousses croissant approchait les 6 000 par jour en fin de semaine[55].

Risques futurs[modifier | modifier le code]

L'Anak Krakatau le 21 septembre 2007.

La dernière victime recensée est morte durant l'éruption de 1992-1993. Aujourd'hui, le Krakatoa est surveillé par le Krakatoa Volcano Observatory, à Carita, sur la côte ouest de l'île de Java. Un réseau de stations suit constamment le volcan. Quatre stations permanentes sont installées sur l'archipel dont trois sur l'Anak Krakatau et enregistrent des données sur les secousses telluriques, sur la déformation du terrain par GPS, sur les variations du niveau de la mer, sur les émissions de gaz, sur les ondes électromagnétiques et sur le climat. Trois stations sismologiques temporaires complètent le dispositif sur Krakatau, Panjang et Sertung. Ce complexe communique par télémétrie avec l'observatoire à Carita. De plus, six autres stations temporaires mesurent les séismes autour du détroit de la Sonde[56]. Les données collectées permettent d'évaluer la probabilité d'une catastrophe imminente. Un des facteurs déterminants est la quantité de silice présente dans le magma que les volcanologues mesurent dans les échantillons d'éjectas. Plus la teneur en silice est importante, plus le magma devient visqueux, plus les gaz ont du mal à s'échapper et la pression augmente. Lorsqu'elle est finalement trop forte, le volcan explose violemment, libérant une grande quantité de matière et en particulier la silice, initialisant un nouveau cycle. Le Krakatoa suit naturellement ce modèle et rien n'indique aujourd'hui qu'une nouvelle catastrophe se prépare, même si de la prudence s'impose.

Par sa situation, le Krakatoa pose de réels risques pour les populations côtières de Java et de Sumatra et pour le trafic économique transitant par les importantes routes maritimes à travers le détroit. La densité de population en Indonésie est relativement élevée, particulièrement dans cette région où elle dépasse cent habitants par kilomètre carré en moyenne dans les zones peuplées. Dans un rayon de cinquante kilomètres autour du volcan la population s'élève déjà à près de 275 000 habitants et atteint 5,8 millions dans un rayon de cent kilomètres. La population indonésienne est donc particulièrement vulnérable et le faible indice de développement humain du pays rend critique la question de la destruction des infrastructures, de l'approvisionnement alimentaire et des exodes, maux inévitablement engendrés par une éruption de grande ampleur. Le relief qui peut protéger par endroit la population des retombées directes pouvant être produites par les nuées ardentes, peut aussi favoriser localement des glissements de terrain[57]. Mais comme le prouve l'éruption de 1883, le principal risque est lié aux tsunamis, menaçant les installations portuaires à l'est et les régions touristiques au sud. En effet, Java et Sumatra pourraient être touchées en moins d'une heure. Dans les zones préservées, la mangrove et les récifs coralliens protègent naturellement la côte tandis que dans les zones urbanisées des projets de brise-vagues sont envisagés[58].

Activités[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de l'Anak Krakatau où sont bien visibles les coulées de lave et les franges de végétation.

Études scientifiques[modifier | modifier le code]

Dans le domaine de la biologie, le « problème Krakatoa » consiste à déterminer si les îles furent totalement stérilisées par l'éruption de 1883 ou si des traces de vie survécurent[5],[59]. Lorsque les premiers chercheurs atteignent les lieux en mai 1884, la seule espèce qu'ils trouvent est une araignée dans une crevasse sur le versant sud du Rakata[60]. Toutefois, la vie recolonise rapidement les îles : le versant oriental est re-végétalisé par des arbres et des arbustes, probablement transportés sous forme de graines par les courants marins ou relâchés dans les fientes d'oiseaux. Le milieu reste fragile et la végétation des différentes îles a été gravement affectée, à plusieurs reprises, par les éruptions récentes[19].

Industrie minière[modifier | modifier le code]

En octobre 1916, un allemand du nom de Johann Handl obtient un permis de prospection minière pour extraire des ponces. Sa concession couvre une superficie de 8,7 km2, correspondant grossièrement à la moitié orientale de l'île de Krakatoa, pour une durée de trente ans. Il occupe le versant méridional du Rakata environ quatre ans lorsqu'il est contraint à renoncer à son activité en raison d'une violation des termes de l'accord. Entre temps, il a construit une maison et planté un jardin avec quatre familles européennes et environ trente coolies. Il semblerait qu'il ait également introduit involontairement le rat noir. Il a découvert, en creusant, la présence de bois non brûlé en dessous des dépôts de cendre de 1883, ainsi que d'eau fraîche à cinq mètres de profondeur[61].

Tourisme[modifier | modifier le code]

La côte occidentale de Java est devenue une zone balnéaire très appréciée des Jakartanais aisés, qui viennent y passer le week-end. Krakatoa est une excursion qui fait partie de leurs activités. Le point de départ est le port de Labuan, mais on peut également s'y rendre depuis les stations balnéaires d'Anyer et Carita.

Les îles Krakatau sont un lieu de pratique de la plongée sous-marine.

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Réserve naturelle de Pulau Anak Krakatau
Catégorie UICN Ia (réserve naturelle intégrale)
Identifiant 101486
Superficie 137,35 km2
Création 1990

Après le départ de Handl, la partie occidentale de l'île de Krakatao ainsi que Verlaten sont classées monument national en juillet 1919. La partie orientale est ajoutée en 1925 et les îles sont incluses dans la réserve d'Ujung Kulon, établie en 1921[6]. En 1980 elle est élevée au statut de parc national[6], s'étalant sur une superficie de 1 206 km2 dont 443 km2 marins. Un différend, basé sur le fait que l'archipel ne pouvait pas à la fois être administré par les autorités de la province de Lampung à Sumatra et dépendre d'un parc javanais, a conduit à la création en 1990 d'une réserve séparée au sein du parc. Elle est surveillée par des gardes installés sur l'île de Sertung, bien que depuis 1996 ils soient privés de bateau pour patrouiller de façon permanente. Enfin, en 1992, le parc est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO[6],[7]. Les derniers rhinocéros de Java, dont la population est estimée à moins de soixante individus, ont trouvé refuge dans le parc mais restent absents du Krakatoa, beaucoup plus au large[6],[62].

Le Krakatoa dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Dans La tragédie de Pudd’nhead Wilson et la comédie des deux jumeaux extraordinaires (Pudd'nhead Wilson), publiée en 1894, Mark Twain compare l'évolution morale de Tom Driscoll au moment où sa mère Roxy l'informe qu'il est né « nègre » avec la dévastation provoquée par le Krakatoa après l'explosion.
  • Les vingt-et-un ballons (The Twenty-One Balloons) de William Pène du Bois raconte l'histoire d'un scientifique de San Francisco qui entreprend un voyage autour du monde en montgolfière en 1883. Des oiseaux percent son ballon et il chute dans les eaux de l'archipel du Krakatoa. Alors qu'il nage vers la côte, il aperçoit un village de 80 habitants. Ils forment une société secrète qui s'enrichit en extrayant des diamants des mines du volcan. Lorsqu'il explose le 27 août 1883, les 81 personnes s'entassent sur une plateforme accrochée à 20 montgolfières et survolent le monde, avant de sauter en parachute. Ce roman a obtenu la médaille Newbery en 1948.
  • Ned Curzon, le personnage principal du roman Les Clowns de l'Éden (The Computer Connection) d'Alfred Bester, devient immortel en « mourant » sur l'île lors de l'explosion de 1883 (les héros du livre sont des immortels qui le sont devenus en « mourant » tout d'abord de mort violente).
  • Il est question du Krakatoa dans le poème This Day in History de Bert Almon.
  • Dans le chapitre 3b de La Jeunesse de Picsou (Life and Times of Scrooge McDuck, 1998) de Don Rosa, Balthazar Picsou surmonte le tsunami causé par l'éruption du Krakatoa.
  • La trilogie Stone (1999-2001) de l'auteur fantastique Graham Edwards commence par l'éruption du Krakatoa.
  • Dans le roman Chants de la Terre lointaine (Songs of Distant Earth) d'Arthur C. Clarke un volcan géant nommé Krakan rentre en éruption. Il existe aussi un plus petit volcan, l'Enfant de Krakan.
  • Krakoa est un personnage représenté sous la forme d'une île vivante rencontré dans l'album Giant-Size X-Men #1 de la série X-Men.
  • Le roman Krakatit du tchèque Karel Čapek serait inspiré par le nom du volcan[63].
  • Un poème d'Aimé Césaire, Corps perdu, s'ouvre sur « Moi qui Krakatoa » : le poète s'identifie régulièrement à un volcan et se qualifie lui-même de « péléen », adjectif issu du nom d'un autre volcan, cette fois martiniquais : la montagne Pelée. Le volcan est une des images préférées de Césaire car son éruption est à la fois destructrice et créatrice (enfantement d'une île par le volcan)[64].
  • Stéphane Audeguy évoque l'éruption du Krakatoa dans son roman La Théorie des nuages, Gallimard, 2005.
  • Dans le roman Le Retour des Tigres de Malaisie - Plus anti-impérialistes que jamais (2012) de Paco Ignacio Taibo II, Sandokan est confronté au tsunami déclenché par l'éruption du Krakatoa.

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

  • Krakatoa, East of Java est un film américain de 1969 mettant en scène Maximilian Schell, Diane Baker et Brian Keith sur fond d'éruption du Krakatoa en 1883. Le volcan se situe en réalité à l'ouest de Java, contrairement au Tambora. Les réalisateurs, avertis de l'erreur, ont toutefois jugé qu'il n'était pas nécessaire de changer le titre car il faisait selon eux plus « exotique », même si, plus tard, il a été rebaptisé Volcano. Le film a fait l'objet d'une adaptation romanesque par Michael Avallone sous le titre original.
  • Dans la série Inferno du Doctor Who, le Docteur indique qu'il aurait entendu le son de l'explosion. Dans l'épisode Rose, une esquisse datant de 1883 retrouvée sur la côte montre le Docteur face au volcan.
  • Dans l'épisode 12 de la saison 3 du dessin animé Bob l'éponge, Carlo Tentacule devient Capitaine Magma. Il crie « Krakatoa » avant que de la lave soit expulsée de son casque en forme de volcan.
  • Dans le sitcom Seinfeld, Jerry est auditionné pour avoir versé une contribution à une organisation frauduleuse venant en aide à « ces braves Krakatoains ».
  • Le Krakatoa sert de décor à un épisode du cartoon Mighty Mouse dans lequel est joué la chanson Krakatoa Katie.
  • Dans la série télévisée L'Hôtel en folie, une cliente est mécontente de la vue depuis sa fenêtre qui est en réalité une vue plutôt pittoresque de la ville de Torquay. Elle déclare qu'elle a décidé de rester mais s'attend à une réduction dans le prix de sa chambre. Basil Fawlty lui demande alors sarcastiquement « Pourquoi ? Parce que le Krakatoa n'est pas en éruption en ce moment ? »
  • Dans la sitcom Drop the Dead Donkey diffusée au Royaume-Uni, Henry Davenport rentre dans une colère qui ferait sonner « le Krakatoa comme une flatulence de perce-oreille ».
  • Dans l'épisode 6 Le volcan tragique de la série télévisée Au cœur du temps, Tony et Doug essaient de convaincre un scientifique que le volcan va bientôt entrer violemment en éruption.
  • Dans la série animée pour enfants TUGS, un navire baptisé Krakatoa est chargé de fuel et de munitions. Un incendie gigantesque sur les quais provoqué par la négligence du remorqueur, le Bluenose, balaie le bateau.
  • Selon certaines hypothèses, le Krakatoa a été envisagé comme une localisation possible de l'île de Lost : Les Disparus. Elles ont gagné en popularité au moment où le site web de marketing viral find815.com a accordé du crédit au fait que l'île pouvait être située quelque part dans les environs du détroit de la Sonde[65].

Musique[modifier | modifier le code]

Groupes
  • Krakatoa est un groupe de jazz aux influences gamelan originaire de Bandung dans la province de Java occidental.
  • Krakatoa est un duo de DJ italiens formé par deux des membres du groupe electro Motel Connection.
Titres de chansons
  • Krakatoa est une chanson principalement spoken word du groupe Styx sur leur album The Serpent Is Rising (1973), qui a inspiré le réalisateur George Lucas dans la création du logo audio Deep Note de la société THX
  • Le guitariste virtuose d'origine suédoise Yngwie Malmsteen a enregistré une chanson instrumentale intitulée Krakatau, disponible sur l'album Odyssey sorti en 1988.
  • The Brain Surgeons ont une chanson intitulée Krakatoa.
  • Le groupe de métal Saxon a également une chanson intitulée Krakatoa, disponible notamment sur la version remixée de son album Crusader.
  • Krakatoa est un titre de Berry Weight figurant sur son album Music for Imaginary Movies.
Autres évocations
  • Le Krakatoa est évoqué par le groupe de new wave The B-52's dans leur chanson Lava présente sur l'album de leurs débuts en 1979.
  • Le groupe français Indochine fait référence au Krakatoa dans son morceau intitulé À l'Est de Java.
  • Le groupe Airbourne fait référence au Krakatoa dans son titre Women on top.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Simon Winchester, Krakatoa : 27 août 1883, le jour où la terre explosa, Jean-Claude Lattès, 2005 (ISBN 2709624966)
  • (fr) Camille Flammarion, L'éruption du Krakatoa et les tremblements de terre, Marpon et Flammarion, Paris
  • (nl) Rogier Diederik Marius Verbeek, Krakatau, 1886
  • (en) Rubert Furneaux, Krakatoa, Secker & Warburg, 1964 (ISBN 0722137176)
  • (en) David Keys, Catastrophe: An Investigation into the Origins of the Modern World, Century Books, 1999 (ISBN 0-345-40876-4)
  • (en) Ian Thornton, Krakatau: The Destruction and Reassembly of an Island Ecosystem, Harvard University Press, 1997 (ISBN 0674505727)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o (en) Geological setting of Anak Krakatau volcano
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (en) Rubert Furneaux, Krakatoa, Secker & Warburg, 1964 (ISBN 0722137176)
  3. a, b, c et d (en) Ken Wohletz, Were the dark ages triggered by volcano - Related climate changes in the 6th century? (If so, was Krakatau volcano the culprit?), Los Alamos National Laboratory
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p (en) Simon Winchester, Krakatoa: The Day the World Exploded: August 27, 1883, Harper Collins, New York, 2003, pages 209-316 (ISBN 0066212855)
  5. a, b, c, d, e et f (en) Ian Thornton, Krakatau: The Destruction and Reassembly of an Island Ecosystem, Harvard University Press, 1997, pages 78-95 (ISBN 0674505727)
  6. a, b, c, d et e (en) Ujung Kulon National Park, Indonesia
  7. a et b (fr) Parc national de Ujung Kulon, site du Patrimoine mondial de l'UNESCO
  8. a, b et c (en) « How Krakatoa made the biggest bang », The Independent, 3 mai 2006
  9. Simon Winchester, op. cit., page 27 (ISBN 0066212855)
  10. a, b et c (en) Simon Winchester, op. cit., page 28
  11. (nl) Rogier Diederik Marius Verbeek, Krakatau, 1886, page 87
  12. (en) Lee Khoon Choy, A Fragile Nation: The Indonesian Crisis, World Scientific Publishing Company, juillet 1999, page 149 (ISBN 9810240031)
  13. (en) Arysio Nunes dos Santos, Atlantis: The Lost Continent Finally Found, Atlantis Publications, 2005, page 311 (ISBN 0976955008)
  14. (fr) Encyclopædia Universalis
  15. (en) [PDF] Peter Bird, An updated digital model of plate boundaries, Geochemistry Geophysics Geosystems, An Electronic Journal Of The Earth Science, vol. 4, n°3, 14 mars 2003 (ISSN 1525-2027)
  16. (en) Krakatoa Online Monitoring - Weather annual data
  17. (fr) Climatologie - Jakarta, Indonésie
  18. a, b, c et d (en) Simon Winchester, op. cit., page 4
  19. a et b (en) Ian Thornton, op.cit., pages 48-77
  20. (fr) Charles Marie Eugène Pierre Bénard, Rapport général, 1907, page 418
  21. (en) [PDF] G. Pararas-Carayannis, Near and far-field effects of Tsunamis generated by the paroxysmal eruptions, explosions, caldera collapses and massive slope failures of the Krakatau volcano Indonesia on August 26-27, 1883, Science of Tsunami Hazards. The International Journal of the Tsunami Society, 21, 4, 2003, p. 194. Voir aussi CNRS - Les zones de subduction actuelles
  22. a et b (en) David Keys, Catastrophe: An Investigation into the Origins of the Modern World, Century Books, 1999, pages 239-272 (ISBN 0-345-40876-4)
  23. (en) M.W. Salzer, M.K. Hughes, « Bristlecone pine tree rings and volcanic eruptions over the last 5000 yr », Quaternary Research, vol. 67, 2007, pages 57-68
  24. (en) R.B. Stothers, « Volcanic Dry Fogs, Climate Cooling, and Plague Pandemics in Europe and the Middle East », Climatic Change, vol. 42, 1999, pages 713-723
  25. (en) David Keys, op. cit., pages 27-40
  26. (en) David Keys, op. cit., pages 9-26
  27. (en) J.Grattan, « Aspects of Armageddon: An exploration of the role of volcanic eruption in human history and civilization », Quaternary international, vol. 151, 2006, pages 10-18
  28. (en) [PDF] H. Kopp, M.-A. Gutscher, W. Weinrebe, E. Flueh, J. Bialas, C.Reichert, and the GINCO Working Group, Transtension and morphotectonics in the Sunda Strait, Indonesia
  29. (en) Global Volcanism Program - Eruptive history of Krakatau
  30. (en) [PDF] M. Baillie, The case for significant numbers of extraterrestrial impacts through the late Holocene, Journal of Quaternary science, 2007, 22(2), pp. 101-109 : p 105 « Keys (1999) proposed that the event was due to a super-eruption of Krakatau in February 535—a suggestion for which there is no actual evidence »
  31. (en) F. Traufetter, H. Oerter, H. Fischer, R. Weller, H. Miller, « Spatio-temporal variability in volcanic sulphate deposition over the past 2 kyr in snow pits and firn cores from Amundsenisen, Antarctica », Journal of Glaciology, vol. 50, n° 168, 2004, pages 137-146
  32. (en) L.B. Larsen, B.M.Vinther, K.R. Briffa, T.M. Melvin, H.B. Clausen, P.D. Jones, M.-L. Siggaard-Andersen, C.U. Hammer, M. Eronen, H. Grudd, B.E. Gunnarson, R.M. Hantemirov, M.M. Naurzbaev, K. Nicolussi, New ice core evidence for a volcanic cause of the A.D. 536 dust veil, Geophysical Research Letters, 35
  33. (en) David Keys, op. cit.
  34. (en) Mike Baillie, Exodus to Arthur. Catastrophic Encounters with Comets, Londres, 1999
  35. (en) Antti Arjava, « The Mystery Cloud of 536 CE in the Mediterranean Sources », Dumbarton Oaks Papers, 59, 2005, p. 74
  36. (en) Antti Arjava
  37. (en) Antti Arjava, op. cit., p. 76 : « to link decline in the West with any sudden event in 536 [is] impossible »
  38. (en) Antti Arjava, op. cit., p. 92
  39. (en) [PDF] Frank Press, « Volcanoes, ice, and destructive waves », Engineering and Science vol. 20, novembre 1956
  40. (en) [PDF] George Pararas-Carayannis, « Near and far-field effects of tsunamis generated by the paroxysmal eruptions, explosions, caldera collapses and massive slope failures of the Krakatau volcano in Indonesia on August 26-27, 1883 », Science of Tsunami Hazards vol. 21-4, The tsunami society (ISSN 8755-6839)
  41. a et b (nl) Rogier Diederik Marius Verbeek, op. cit.
  42. (en) [PDF] Charles L. Mader, Michael L. Gittings, « Numerical model for the Krakatoa hydrovolcanic explosion and tsunami », Science of Tsunami Hazards vol. 24-3, 2006, pages 174-182
  43. (en) Simon Winchester, op. cit., page 32
  44. (en) Simon Winchester, op. cit., pages 40-41, 326
  45. (en) Simon Winchester, op. cit., page 336
  46. (en) Simon Winchester, op. cit., page 333
  47. (en) Simon Winchester, op. cit., pages 317-338
  48. a et b (en) M.R. Rampino, S. Self, « Historic eruptions in Tambora (1815), Krakatau (1883), and Agung (1963), their stratospheric aerosols, and climatic impact », Quaternary Research, vol. 18, 1982, pages 127-143
  49. (en) « Krakatoa provided backdrop to Munch's scream », Reuters, 11 décembre 2003
  50. (en) « Why the sky was red in Munch's 'The Scream' », Reuters, 10 décembre 2003
  51. (en) « Global Volcanism Program - Rapports hebdomadaires d'octobre 2010 » (consulté le 4 novembre 2010)
  52. (en) Tom Simkin, Richard S. Fiske, The volcanic eruption and its effects, Smithsonian Institution Press, 1983
  53. (fr) Volcan Anak Krakatau (détroit de la sonde, Indonésie): nouvelle éruption, 4 octobre 2011
  54. (id) Aktivitas Anak Gunung Krakatau Meningkat, 3 octobre 2011
  55. (en) « Krakatau volcano (Sunda Strait, Indonesia): high seismic activity, new eruption in progress? »,‎ 11 octobre 2011
  56. (en) Krakatau Monitoring Online
  57. (en) Global Disaster Alert and Coordination System - Green Alert for Volcano Krakatau in INDONESIA
  58. (en) Volcanic Tsunami Hazard of Krakatau: Run up and travel time model for its mitigation in Sunda Strait
  59. (en) Joan Martí, Gerald Ernst, Volcanoes and the Environment, Nature, 2005, page 256-259
  60. (en) Willy Ley, The Days of Creation, Modernage books, 1941, page 89
  61. (en) Simon Winchester, op. cit., page 355
  62. (en) Justine Vaisutis, Indonesia, Lonely Planet, 2007, page 128 (ISBN 1741044359)
  63. (en) Bohuslava R. Bradbrook, Karel CapekIn Pursuit of Truth, Tolerance, and Trust, Sussex Academic Press, 1998, page 82 (ISBN 1898723850)
  64. Aimé Césaire, La Poésie, éd. du Seuil, 2006, p.228
  65. (en) Introduction to Find 815
  66. (en) Awards for Krakatoa (1933) sur imdb, consulté le 9 juin 2008
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 30 juin 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.