Éruption explosive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Panache volcanique coiffé d'un pileus s'élevant au-dessus du Sarychev dans les îles Kouriles au cours d'une éruption explosive de type plinienne.

Une éruption explosive est une éruption volcanique caractérisée par l'émission de laves fragmentées dans l'atmosphère, à l'opposé des éruptions effusives qui émettent principalement des laves fluides sous la forme de coulées[1]. Les éruptions explosives se produisent généralement sur les volcans gris, notamment ceux de la ceinture de feu du Pacifique, mais les volcans rouges peuvent connaître des phases explosives.

Dynamique[modifier | modifier le code]

Panache volcanique s'élevant au-dessus du Pinatubo lors de son éruption de 1991.

Une éruption explosive se forme en raison d'une très forte pression dans la chambre magmatique d'un volcan. Cette pression résulte de la viscosité élevée du magma riche en silice, tel les andésites et les rhyolites, et des gaz volcaniques qui ne peuvent atteindre la surface en se frayant un passage à travers le volcan. Si la pression augmente au-delà du point de rupture des roches composant le volcan, une éruption explosive se déclenche par l'expulsion brutale du magma et des gaz. La sortie des matériaux se produit généralement dans une zone de faiblesse du volcan constituée le plus souvent par son sommet. Parfois, cette zone de faiblesse se trouve sur les flancs du volcan comme ce fut le cas pour le mont Saint Helens lors de son éruption de 1980[2].

Les matériaux émis sont en très grande majorité fragmentés par les explosions et sont éjectés sous la forme de cendres volcaniques, de blocs de toutes tailles dont des ponces en formant un panache volcanique et des nuées ardentes. Le panache volcanique peut atteindre une cinquantaine de kilomètres d'altitude et les nuées ardentes peuvent parcourir jusqu'à une vingtaine de kilomètres. Si les volumes et les surfaces recouvertes sont plus importants, le phénomène est appelé surge volcanique comme lors de l'éruption du Novarupta en 1912. La taille des phénomènes volcaniques formés et la durée de l'éruption dépendent du volume de magma libéré et de sa pression initiale. La présence d'eau souterraine sous la forme d'une nappe phréatique ou en surface comme un lac peut augmenter le pouvoir explosif du magma.

Types et répartition[modifier | modifier le code]

Les éruptions explosives sont de type vulcanien, péléen, plinien, phréatique, phréato-magmatique, surtseyen, les trois derniers mettant en jeu des quantités d'eau plus ou moins importantes.

Schéma du processus présumé expliquant les éruptions explosives du Kīlauea à Hawaï.

Elles se produisent dans la très grande majorité des cas sur des volcans gris, notamment ceux de la ceinture de feu du Pacifique. Certaines éruptions explosives se produisent sur des volcans rouges caractérisés par des éruptions effusives. C'est le cas du Kīlauea à Hawaï qui a connu de telles éruptions au cratère du Halemaʻumaʻu comme en 2008, vraisemblablement en raison de l'interaction de lacs de lave avec de l'eau phréatique. Le Piton de la Fournaise a connu une éruption explosive en avril 2007 avec l'effondrement du cratère Dolomieu, alors totalement comblé par de la lave.

Les supervolcans sont aussi le siège d'éruptions explosives dont les répercussions vont être mondiales, notamment au niveau du climat, mais dont l'occurrence est de l'ordre de centaines ou de milliers d'années.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les éruptions explosives sont les plus dangereuses et les plus destructrices. Les phénomènes volcaniques engendrés surviennent parfois brutalement sans permettre à la population de s'y préparer.

Les phénomènes les plus destructeur sont la nuée ardente et le lahar qui font de nombreuses victimes et provoquent de lourds dégâts. Les projections de blocs et les pluies de cendre peuvent recouvrir des régions sous plusieurs dizaines de centimètres de matériaux, faire écrouler les toits des bâtiments, détruire les récoltes, entraîner des insuffisances respiratoires et des irritations oculaires, perturber les transports, notamment aériens, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « USGS - VHP Photo Glossary: Effusive Eruption » (consulté le 15 novembre 2010)
  2. (en) Brizn J. Skinner, Dynamic Earth: An Introduction to Physical Geology., Hoboken, New Jersey, John Wiley & Sons. Inc.,‎ 2004 (ISBN 978-0-471-15228-6)