Spoken word

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le « spoken word » (fr. la Parole) est une forme de poésie orale. Il comprend souvent une collaboration (ou expérimentation) avec d'autres formes d'art comme la musique, le théâtre ou la danse. Cependant, le « spoken word » se concentre essentiellement sur les mots eux-mêmes, la dynamique de ton, les gestes, les expressions faciales, et pas tellement sur ​​ces autres formes d'art.

Dans le divertissement, le « spoken word » est principalement constitué de contes ou de poésies.

Historique[modifier | modifier le code]

Les grecs anciens utilisaient cela durant leur jeux olympiques. Cela était encouragé avec la démocratie et la prise de parole.

On retrouve cette poésie avec les mouvements blues et renaissance de Harlem.

En France, il existe une tradition de la poésie lue et dite dès les premiers enregistrements, allant d'Apollinaire à Jacques Prévert, des années 1910 aux années 1960 (et au-delà). Mais il s'agit de textes pensés et publiés d'abord pour le livre. La véritable poésie orale est le fait d'auteurs-interprètes et d'auteurs-compositeurs-interprètes qui écrivent directement pour la scène et l'enregistrement sonore. Ainsi, le « spoken word » a été employé dès le tout début des années 1970 par des chanteurs comme Léo Ferré ou Serge Gainsbourg, sur des albums comme Amour Anarchie (1970), Histoire de Melody Nelson (1971), Il n'y a plus rien ou encore Et... Basta ! (1973), et cela sans lien direct avec la culture musicale noire américaine à quoi on associe traditionnellement la notion de « spoken word ».

Artistes importants[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]