Augite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Augite[1]
Catégorie IX : silicates[2]
Augite - Volcan Muhavura

Augite - Volcan Muhavura
Général
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule brute ((Si,Al)2O6)(Ca,Mg,Fe,Ti,Al)2
Identification
Masse formulaire 236,35 uma
Couleur brun; brun violet; verdâtre; noir; brun noir; noir brunâtre; brun vert.
Classe cristalline et groupe d'espace monoclinique-prismatique ; C 2/c
Système cristallin monoclinique
Réseau de Bravais centré C
Macle Commun simple ou multiple sur {100}, plus rare sur {001}
Clivage {110} parfait, {100} et {111} indistincts
Cassure irrégulière; conchoïdale
Habitus prismes assez peu allongés suivant c
Échelle de Mohs de 5,50 à 6,00
Trait gris vert; blanc; gris verdâtre
Éclat vitreux; résineux; mat.
Propriétés optiques
Indice de réfraction α=1,680-1,703 β=1,684-1,711 γ=1,706-1,729
Biréfringence Δ=0,026 ; biaxe positif
Dispersion 2vz ~ 40-52°
Fluorescence ultraviolet aucune
Transparence translucide à opaque
Propriétés chimiques
Densité de 3,19 à 3,56
Fusibilité fond difficilement
Solubilité faiblement soluble dans les acides à l'exception de HF
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

L'augite est une espèce minérale du groupe des silicates sous groupe des inosilicates de la famille des pyroxènes. Il s'agit d'un clinopyroxène ferromagnésien et calcique de formule ((Si,Al)2O6)(Ca,Mg, Fe,Ti,Al)2 avec des traces de : Ti;Cr;Na;Mn;K. Les cristaux peuvent atteindre jusqu'à 10 cm [3] .

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Décrite par Abraham Gottlob Werner en 1792. Son nom provient du grec αὐγή "AUGITES" = sorte de pierre précieuse, en allusion à son éclat.

Synonymie[modifier | modifier le code]

Variété[modifier | modifier le code]

Variété fassaïte
  • Astéroïte : variété d'augite riche en fer, dont l’aspect radié a inspiré le nom. Initialement décrite en Suède à Nordmark, Filipstad, Värmland. Ce terme désuet est également commun avec l'hédenbergite[5].
  • fassaïte : variété d'augite pauvre en fer, provenant de Toal della Fassaite, Monti Monzoni, Val di Fassa, Trento, Trentino-Alto Adige[6], rapporté depuis dans de nombreuses occurrences dans le monde. La description initiale a été faite par le minéralogiste allemand J.G. Lenz[7]. Ce nom peut désigner le diopside dans certaines publications du XIXe siècle[8].


  • Jeffersonite (W.H. Keting 1822[9]) : Variété d'augite riche en zinc et manganèse décrite initialement à Passaic Pit, Sterling Hill, Ogdensburg, Franklin Mining District, Comté de Sussex, New Jersey, États-Unis, de formule idéale :Ca(Mn,Zn,Fe)Si2O6. Retrouvée depuis en Australie et en Suède.


  • Titanaugite : Variété d'augite riche en titane de formule idéale (Ca,Na)(Mg,Ti, Fe, Al,)((Si,Al)2O6).

Gîtologie[modifier | modifier le code]

  • L'augite est très répandue dans les roches éruptives basiques : gabbros, basaltes, andésites...
  • Le minéral apparaît également dans les roches métamorphiques de température relativement haute, comme les granulites mafiques.
  • Présent dans les roches lunaires.
  • Présent dans les météorites

Minéraux associés[modifier | modifier le code]

Amphiboles, labradorite, leucite, olivine, orthose, pyroxènes, sanidine.

Altérations[modifier | modifier le code]

Cristallographie[modifier | modifier le code]

Structure cristalline de l'augite (CaMg0.74Fe0.25)Si2O6[10], projetée le long de la direction b. Les atomes de calcium sont représentés en vert, ceux de magnésium en rose, ceux de silicium en jaune et ceux d'oxygène en bleu. Le parallélépipède noir représente la maille élémentaire.

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

L'augite fait partie de la famille des clinopyroxènes calciques

Clinopyroxènes calciques[modifier | modifier le code]

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

  • Italie
Toal de la Foia, Monti Monzoni, Val di Fassa, Trento, Trentino-Alto Adige Pour la variété fassaïte.
  • Rwanda
Muhavura, Région de Ruhengeri, Province du Nord (Rwanda), Rwanda

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Special Paper of the Mineralogical Society of America, volume 2, pp. 31(1969)
  2. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  3. The Handbook of Mineralogy Volume II, 1995 Mineralogical Society of America by Kenneth W. Bladh, Richard A. Bideaux, Elizabeth Anthony-Morton and Barbara G. Nichols
  4. Jean-Claude Delamétherie, Théorie de la terre, p. 67 1795
  5. Précis de minéralogie - Albert Auguste Cochon de Lapparent - p. 346 - 1898
  6. De Michele, V. (1974). Guida mineralogica d'Italia. Istituto Geografico De Agostini, Novara, 2 vol.
  7. Recueil des noms par ordre alphabétique appropriés en minéralogie aux terres ... Par Dmitrij A. Golicyn p. 94 1801.
  8. François S. Beudant- Traité élémentaire de minéralogie, Volume 2 1830 p. 200
  9. Journal of the Academy of Natural Sciences of Philadelphia Par Academy of Natural Sciences of Philadelphia p. 194
  10. (en) ICSD No. 90143 ; DOI:A.F. Gualtieri (2000) Accuracy of XRPD QPA using the combined Rietveld-RIR method, J. Appl. Cryst. 33: 267-278

Sur les autres projets Wikimedia :