Paco Ignacio Taibo II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paco Ignacio Taibo II

Description de cette image, également commentée ci-après

Paco Ignacio Taibo II

Activités Romancier, journaliste, professeur d'université
Naissance (65 ans)
Gijón, Drapeau de l'Espagne Espagne
Langue d'écriture Espagnol
Genres Roman policier, biographie

Paco Ignacio Taibo II ou Francisco Ignacio Taibo Mahojo[1] (né à Gijón en Espagne le ) est un écrivain, militant politique, journaliste et professeur d'université hispano-mexicain[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Paco Ignacio Taibo II est né en 1949 à Gijón[3], dans les Asturies, en Espagne.

En 1958, sa famille de la haute bourgeoisie espagnole de tradition socialiste, émigre pour le Mexique quand il a neuf ans pour fuir le franquisme.

Paco est déjà un passionné de lecture grâce à son grand-oncle, féru de littérature.

Son père Paco Ignacio Taibo I écrivain, gastronome, dramaturge et journaliste travailla pour la télévision mexicaine jusqu'en 1968 où la répression du mouvement étudiant le pousse à quitter son travail [réf. nécessaire] - où la liberté d'expression selon lui est limitée [réf. nécessaire] - pour se consacrer à la presse.

En 1967, il écrit son premier livre mais ce n'est qu'en 1976 qu'il publie son premier polar Días de combate, où il met en scène pour la première fois son héros, le détective « Héctor Belascoarán Shayne ».

Il a écrit une quarantaine de livres, ainsi qu'une biographie de Che Guevara.

En avril 2005, il écrit avec le sous-commandant Marcos (pseudonyme de Rafael Guillén) le roman Muertos incómodos. En outre, il est président de « l'association internationale du roman noir » et collabore activement à l'organisation de la semana negra, festival de littérature et de cinéma de Gijón.

Depuis 2007 il est conseiller de L'atinoir qui publie à Marseille de la littérature d'Amérique latine.

La Semana Negra de Gijón[modifier | modifier le code]

L’idée de la Semana Negra de Gijón surgit en 1987 [réf. nécessaire], avec l’intention d’être un nouveau type de festival, mélangeant sans préjugés les éléments littéraires à des événements ludiques, une grande fête de la culture dans la rue.

Initialement, la colonne vertébrale du festival était le roman policier, tout en incorporant les éléments traditionnels de la fête en Asturies, éléments associés aux célébrations politico culturelles : actes de solidarité, concerts, féria du livre, terrasses de bars animées, brocante et marchés interethniques, offre gastronomique.

Depuis ces débuts où assistèrent 73 000 personnes, le festival a gagné en prestige, rassemblant plus d’un million de personnes lors des dernières éditions, de sept jours il est passé à dix, de 60 invités à 250, de 15 journalistes accrédités à plus de 150 [réf. nécessaire].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Pour les traductions française
  • Défunts disparus (Rivages/Noir, 2012)
  • Archanges. 12 histoires de révolutionnaires sans révolution possible (éditions Métailié, 2012)
  • Le Retour des Tigres de Malaisie, plus anti-impérialistes que jamais (éditions Métailié, 2012)
  • Irapuato, mon amour et d'autres histoires vécues dans des usines (Ed. L'Atinoir http://www.latinoir.com/principal.htm, 2011)
  • Je paie pas le loyer, je fais grève Ed. L'Atinoir, 2009
  • Pancho Villa, roman d'une vie (éd.Payot-Rivages, 2009)
  • Des morts qui dérangent (coauteur Sous-commandant Marcos, éd. Payot-Rivages, 2006)
  • Ces foutus tropiques (éditions Métailié, 2003)
  • « Hurlements II » dans Hurler à la lune en collaboration avec Marc Behm (éd. Rivages, 2003)
  • Nous revenons comme des ombres (éd. Rivages, 2002)
  • Rêves de frontières (éd. Rivages, 2002)
  • Archanges (éd. Métailié, 2001)
  • Ernesto Guevara dit le Che (éd. Métailié-Payot, tomes 1 et 2, 2001)
  • Les morts ne sont plus ce qu'ils étaient (éd. Payot et Rivages, 2000)
  • Jours de combat (éd. Rivages, 2000)
  • Deux Histoires de l’araignée (éd. de la Mauvaise Graine, 2000)
  • Le trésor fantôme (éd. Rivages, 1999)
  • La Bicyclette de Léonard (éd. Rivages, 1998)
  • Même ville sous la pluie (éd. le Point, 1998)
  • De mala muerte (éd. le Point, 1998)
  • Ernesto Guevara, connu aussi comme le Che (éd. Payot, 1997)
  • Pas de fin heureuse (éd. Rivages, 1997)
  • Mais tu sais bien que tout est possible (éd. Labor, 1996)
  • Sentant que le champ de bataille... (éd. Métailié, 1996), collection Babel N°203
  • De passage (éd. Métailié, 1995)
  • À quatre mains (éd. Rivages 1995)
  • L’année où nous n’étions nulle part (éd. Métailié, 1995)
  • Quelques nuages (éd. Rivages, 1994)
  • Le Rendez-vous des héros (éd. Métailié, 1994)
  • Cosa facil (éd. Rivages, 1993)
  • La Vie même (éd. Rivages 1992)
  • Ombre de l’ombre (éd. Rivages, 1992)
Bandes dessinées françaises

(avec Améziane)

  • Taibo II & Améziane, À quatre mains, tome 2, (éd. Emmanuel Proust), coll. « Noir/Quadri »,‎ 1er février 2007, 95 p. (ISBN 2848101504)
  • Taibo II & Améziane, À quatre mains, tome 1, (éd. Emmanuel Proust), coll. « Noir/Quadri »,‎ 16 mars 2006, 95 p. (ISBN 2848100958)

(avec Angel de la calle)

  • Mon ami Moran, (éd. Liber Niger),‎ mars 2002, 45 p. (ISBN 2914445032)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paco étant le diminutif espagnol de Francisco, Pancho en est le diminutif mexicain
  2. Biblioteca Dr. Jorge Villalobos Padilla - ITESO
  3. a et b «Sleuthing the city with Paco Ignacio Taibo II» de Tara FitzGerald pour Inside México en décembre 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]