Magritte du cinéma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Magritte du cinéma
Image associée à la récompense
4e cérémonie des Magritte
Prix remis Magritte
Description Récompense l'excellence dans l'industrie belge francophone du cinéma
Organisateur Académie André Delvaux
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Date de création 2011
Site officiel lesmagritteducinema.com

Les Magritte du cinéma (ou Magritte du cinéma belge), sont des récompenses cinématographiques créées en 2011 et remises annuellement en février à des professionnels du cinéma dans diverses catégories pour saluer l'excellence des productions du cinéma belge francophone. Ils sont souvent cités comme étant l'équivalent belge des César en France ou des Oscars aux États-Unis[1],[2].

Le nom choisi pour ce prix est un hommage au peintre belge, René Magritte.

Historique[modifier | modifier le code]

En 2010, deux associations fondent l'Académie André Delvaux. Il s'agit de l'Union des producteurs de films francophones représentée par Patrick Quinet, Marion Hänsel, Olivier Bronckart, Philippe Kauffmann, et de l'association des auteurs, Pro Spère, représentée par Luc Jabon, André Buytaers, Benoît Coppée et Alok Nandi[3].

L'Académie André Delvaux eut, dès le départ, pour vocation de récompenser les réalisations et les travaux artistiques les plus remarquables du cinéma, afin d'avoir un équivalent belge aux César français ou aux Oscars américains[4]. Depuis la suppression des Prix Joseph Plateau en 2007, il n'existait plus rien de tel pour remplir cette mission.

L'Académie est composée de plus de 650 membres, issus de différentes professions cinématographiques et dont la très grande majorité provient de Belgique[5]. L'Académie accepte néanmoins l'affiliation des professionnels du cinéma du monde entier[6]. Son Conseil d'Administration est composé de Luc Jabon (président de Pro Spère), Patrick Quinet (président de l'Union des producteurs de films francophones), Frédéric Delcor (secrétaire général du ministère de la Communauté française de Belgique, et président du Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel), Philippe Reynaert (directeur de Wallimage), Philippe Logie (directeur des acquisitions chez BeTV), Nicole Gillet (directrice du Festival international du film francophone de Namur), le réalisateur Jaco Van Dormael et de Dan Cukier, nommé secrétaire général[7].

Le 5 février 2011 a lieu la 1re cérémonie des Magritte au Square de Bruxelles, sous la présidence de Jaco Van Dormael[8]. Le nom de la récompense vient du peintre surréaliste belge René Magritte. Charly Herscovici, qui a créé la fondation Magritte, permis à l'Académie d'utiliser le nom[9]. Le trophée des Magritte a été créé par Xavier Lust, un designer belge, et élaboré à partir d'une affiche réalisée par René Magritte pour un festival de cinéma en 1958[10].

Les Magritte du cinéma remplacent les Prix Joseph Plateau décernées de 1985 à 2006[11]. À l'origine, 20 Magritte étaient distribués ; aujourd'hui il y en 21. En 2012, le prix de la « meilleure coproduction » est scindé en deux : « meilleur film flamand en coproduction » et « meilleur film étranger en coproduction »[12]. Tous les belges, flamands et francophones, ayant tourné dans des films produits par des producteurs francophones sont éligibles pour les différents prix[9]. Le Conseil d'administration de l'Académie André Delvaux attribue un Magritte d'honneur à une personnalité du cinéma belge ou international. Un prix du public est également décerné, suite à un vote organisé auprès du public. En 2013, le prix du public jusqu'alors remis à une personnalité populaire, devient le Magritte du Premier film. L'Académie André Delvaux, organisatrice des Magritte du Cinéma, a souhaité mettre en valeur la diversité et le dynamisme de la production cinématographique belge francophone, en donnant un coup de projecteur particulier sur ces premiers films.

Processus de vote[modifier | modifier le code]

La procédure de vote des Magritte du Cinéma est différente de celle qui est en vigueur aux César (à savoir que les votants se déterminent sur deux tours de scrutin par correspondance : le premier pour élaborer les nominations, déterminées selon le nombre majoritaire de noms proposés dans chaque catégorie (trois au minimum), le second pour élire les gagnants[13]). Les votants des Magritte du Cinéma sont au nombre actuel d'environ 780[13].

Le vote se déroule sur internet (sur le site internet des Magritte du Cinéma) et en 2 tours (le premier désigne les nominations, le second les lauréats). Les listes à partir desquelles les membres de l'Académie André Delvaux votent sont constituées par le conseil d'administration de l'Académie. Elles regroupent l'ensemble des personnes belges (ou résident belge depuis 5 ans) qui ont une participation dans l'un des films en course. Les films en compétition sont ceux qui ont fait une sortie en salle d'au moins une semaine entre le 15 octobre de l'année précédente et le 15 octobre de l'année en cours[14].

Ces films sont rassemblés dans un coffret de DVD qui est envoyé aux membre de l'Académie.

Catégories de récompenses[modifier | modifier le code]

En gras sont indiquées les catégories actuellement décernées.

Récompenses spéciales

Cérémonies[modifier | modifier le code]

Édition Date Lieu Diffuseur Président Maîtres de cérémonie Meilleur film
1re cérémonie des Magritte du Cinéma 5 février 2011 Square BeTV Jaco Van Dormael Helena Noguerra Mr. Nobody
2e cérémonie des Magritte du Cinéma 4 février 2012 Bertrand Tavernier Les Géants
3e cérémonie des Magritte du Cinéma 2 février 2013 Yolande Moreau Fabrizio Rongione À perdre la raison
4e cérémonie des Magritte du Cinéma 1er février 2014 Émilie Dequenne Ernest et Célestine

Récompenses et nominations multiples[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Liste des films les plus primés depuis la première cérémonie des Magritte en 2011 :

  • 6 Magritte :
    • Mr. Nobody (en 2011) : meilleur film, meilleur réalisateur (Jaco Van Dormael), meilleur scénario original ou adaptation (Jaco Van Dormael), meilleure image (Christophe Beaucarne), meilleur montage (Matyas Veress), meilleure musique originale (Pierre Van Dormael). Le film totalisait 7 nominations[15].
  • 5 Magritte :
    • Les Géants (en 2012) : meilleur film, meilleur réalisateur (Bouli Lanners), meilleure actrice dans un second rôle (Gwen Berrou), meilleure image (Jean-Paul De Zaeytijd), meilleure musique originale (Bram Van Parys). Le film totalisait 12 nominations[16].
  • 4 Magritte :
    • Tête de bœuf (en 2012) : meilleur film flamand en coproduction, meilleur acteur (Matthias Schoenaerts), meilleur scénario original ou adaptation (Michaël R. Roskam), meilleur montage (Alain Dessauvage). Le film totalisait 9 nominations[16].
    • À perdre la raison (en 2013) : meilleur film, meilleur réalisateur (Joachim Lafosse), meilleure actrice (Émilie Dequenne), meilleur montage (Sophie Vercruysse). Le film totalisait 7 nominations[17].

Acteurs[modifier | modifier le code]

Liste des acteurs et des actrices les plus récompensés et les plus nommés aux Magritte (premier, second rôles, espoirs et Magritte honorifiques confondus) :

  • Hommes :
    • Benoît Poelvoorde : 2 nominations et 2 Magritte : 1 du meilleur acteur (Une place sur la terre) et 1 Prix du public
    • Olivier Gourmet : 3 nominations et 1 Magritte du meilleur acteur (L'Exercice de l'État)
    • Bouli Lanners : 3 nominations et 1 Magritte du meilleur second rôle (De rouille et d'os)
    • Laurent Capelluto : 3 nominations et 1 Magritte du meilleur second rôle (Le temps de l'aventure)
    • David Murgia : 3 nominations et 1 Magritte du meilleur espoir masculin (La tête la première)
    • Jérémie Renier : 2 nominations et 1 Magritte du meilleur second rôle (Potiche)
    • Matthias Schoenaerts : 2 nominations et 1 Magritte du meilleur acteur (Tête de bœuf)
    • Jonathan Zaccaï : 2 nominations et 1 Magritte du meilleur acteur (Élève libre)
    • François Damiens : 2 nominations et 0 Magritte
    • Martin Nissen : 2 nominations et 0 Magritte
  • Femmes :
    • Pauline Étienne : 2 nominations et 2 Magritte : 1 de la meilleure actrice (La Religieuse) et 1 du meilleur espoir féminin (Élève libre)
    • Yolande Moreau : 4 nominations et 1 Magritte de la meilleure actrice dans un second rôle (Camille redouble)
    • Christelle Cornil : 3 nominations et 1 Magritte de la meilleure actrice dans un second rôle (Illégal)
    • Lubna Azabal : 2 nominations et 1 Magritte de la meilleure actrice (Illégal)
    • Catherine Salée : 2 nominations et 1 Magritte de la meilleure actrice dans un second rôle (La Vie d'Adèle)
    • Pauline Burlet : 2 nominations et 1 Magritte du meilleur espoir féminin (Le Passé)
    • Cécile de France : 2 nominations et 0 Magritte
    • Déborah François : 2 nominations et 0 Magritte
    • Émilie Dequenne : 1 nomination et 1 Magritte de la meilleure actrice (A perdre la raison)

Personnalités nommées dans de multiples catégories[modifier | modifier le code]

Logiquement un acteur ne peut être nommé dans plus de trois catégories (espoir, second rôle et premier rôle) et un réalisateur jusqu'à quatre (meilleur film, réalisateur, scénario, court-métrage). En passant devant ou derrière la caméra, certains ont multiplié les nominations.

  • Dominique Abel : 3 nominations dans 3 catégories (0 Magritte). Meilleur film (La Fée), meilleur réalisateur (La Fée) et meilleur acteur (La Fée).
  • Bouli Lanners : 5 nominations dans 4 catégories (3 Magritte). Meilleur film (Les Géants), meilleur réalisateur (Les Géants), meilleur scénario original ou adaptation (Les Géants) et meilleur acteur dans un second rôle (Kill Me Please, De rouille et d'os).
  • Jaco Van Dormael : 3 nominations dans 3 catégories (3 Magritte). Meilleur film (Mr. Nobody), meilleur réalisateur (Mr. Nobody) et meilleur scénario original ou adaptation (Mr. Nobody).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les "Magritte" du cinéma : première édition ! », AlloCiné,‎ 7 février 2011 (consulté le 27 novembre 2012)
  2. « Magritte du cinéma », Afrikavision.com (consulté le 27 novembre 2012)
  3. « Annexes du Moniteur belge »,‎ 28 octobre 2010 (consulté le 27 novembre 2012)
  4. Fernand Denis, « André Delvaux, l’œuvre au jour », La Libre Belgique,‎ 13 octobre 2010 (consulté le 28 novembre 2012)
  5. Fabienne Bradfer, « Les Magritte seront-ils glamour ? », Le Soir,‎ 5 février 2011 (consulté le 30 novembre 2012)
  6. C. Biourge, « Les Magritte du cinéma peuvent-ils créer le buzz à Cannes ? », RTBF,‎ 6 mai 2011 (consulté le 28 novembre 2012)
  7. « Académie André Delvaux » (consulté le 27 novembre 2012)
  8. « Le cinéma belge était à l’honneur lors de la Première édition des Magritte du cinéma belge francophone », Moniteur du film,‎ 22 juillet 2012 (consulté le 3 octobre 2012)
  9. a et b « Les Magritte du Cinéma », Académie André Delvaux (consulté le 28 novembre 2012)
  10. « La deuxième édition des "Magritte du cinéma" se tiendra le 4 février à Bruxelles », RTBF,‎ 3 février 2012 (consulté le 28 novembre 2012)
  11. Aurore Engelen, « La course aux Magritte est lancée », Cineuropa,‎ 1 octobre 2010 (consulté le 28 novembre 2012)
  12. « Les Magritte du cinéma s’installent », La Libre Belgique,‎ 26 novembre 2011 (consulté le 28 novembre 2012)
  13. a et b « Les Magritte du Cinéma – déroulement », Académie André Delvaux (consulté le 28 novembre 2012)
  14. Règlement des Magritte du Cinéma : http://www.lesmagritteducinema.com/rules.php?lang=fr
  15. (en) « Mr. Nobody picks up six Magrittes », Flanders Image,‎ 7 février 2011 (consulté le 28 novembre 2012)
  16. a et b « Magritte du cinéma : "Rundskop" et "Les Géants" récompensés », La Libre Belgique,‎ 4 février 2012 (consulté le 28 novembre 2012)
  17. « Joachim Lafosse, Emilie Dequenne et Olivier Gourmet triomphent aux Magritte », La Libre Belgique,‎ 3 février 2013 (consulté le 3 février 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]