Micmac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Micmac (homonymie).
micmac
míkmawísimk
Parlée au Canada, États-Unis
Région Au Canada : Nouvelle-Écosse, Québec (Gaspésie), et Terre-Neuve-et-Labrador
Aux États-Unis : Maine et Massachusetts
Nombre de locuteurs environ 15 000, dont 7 300 comme langue maternelle
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-2 mic
ISO 639-3 mic
IETF mic
Échantillon
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme (voir le texte en français)

Article 1

Msit mimajulnu’k weskwijinu’ltijik alsumsultijik aqq newte’ tett wkpimte’tmut aqq koqwajo’taqnn wejkul’aqmititl.

La langue micmaque de la nation micmaque fait partie des langues algonquiennes.

Écriture[modifier | modifier le code]

L'origine des hiéroglyphes micmacs est un sujet de controverse. Une publication du gouvernement du Québec[1],[2] attribue l'écriture en hiéroglyphes des Micmacs à un missionnaire français, Chrétien Le Clercq. Celui-ci a dit avoir adapté des symboles, que des enfants traçaient sur des morceaux d'écorce d'arbre en tant qu'aide-mémoire, en un système adéquat pour l'écriture de prières. D'autres sources l'attribuent de façon improbable à une visite d'Égyptiens de l'Antiquité[3]. Une autre source porte à croire que cette forme d'écriture existait avant l'arrivée des Français et qu'elle est originale aux Micmacs[4].

Le Père Pacifique (Henri-Louis-Joseph Buisson) a laissé des écrits sur la langue micmaque ainsi que dans cette langue. En 1906, il publie un almanach en langue micmaque et, plus tard, un catéchisme. En 1921, il publie avec difficulté un livre sur les hiéroglyphes micmaques.

Un extrait d'un livre de prières micmaques : selon la légende en anglais, le premier hiéroglyphe signifie « père » et le deuxième, « ciel », formant donc le début du Notre Père
Texte en micmac à Louisbourg, Nouvelle-Écosse
Transcriptions alphabétiques pour le micmaque
API a a: e e: i i: ə dʒ/tʃ g/k l m n o o: b/p x s d/t u u: w j
Francis-Smith a á e é i í ɨ j k l m n o ó p q s t u ú w y
Listuguj a a' e e' i i' ' j g l m n o o' p q s t u u' w y
Lexique a a: e e: i i: ɨ j k l m n o o: p q s t u u: w y
Pacifique a e i tj g l m n ô p s t o
Rand ă a â ĕ ā ĭ e ŭ ch c k l m n ŏ o ō b h s d t ŏŏ oo u w y

Lieux en langue micmaque[modifier | modifier le code]

  • Québec, du micmac Gepèèg (détroit, rétrécissement du fleuve)
  • Acadie, du micmac (hypothèse) algatig (lieu de campement)
  • Gaspésie, du micmac Gespedeg (dernières terres acquises)
  • Restigouche et Ristigouche, du micmac Listuguj, (désobéissance au père ou rivière se divisant comme la main) incertain
  • Cascapédia, du micmac Gesgapegiag (où s'élargit la rivière)
  • Gaspé, du micmac Gespeg (fin des terres)
  • Tracadièche, du micmac tracadigash (lieux où se tiennent les hérons)
  • Paspébiac, du micmac Ipsigiag (batture fendue, barachois)
  • Matapédia, du micmac Matapediag (rencontre des eaux, confluent)
  • Amqui, du micmac Ankwi (là où les eaux s'amusent)
  • Lac-Humqui, du micmac Ankwi ou Unkoui (là où les eaux s'amusent)
  • Sayabec, du micmac Sakpediak (sak : remplie, pédiak : rivière ; rivière remplie)
  • Causapscal, du micmac Goesôpsiag (la pierre qui brille au fond de l'eau, pointe caillouteuse)
  • Kouchibouguac, dérive du micmac Pijeboogwek partiellement corrompu par le français (rivière aux longues marées)
  • Shediac, du micmac Esedeiik (qui remonte loin)
  • Bouctouche, du micmac Chebooktoosk (grand petit havre)
  • Richibouctou, du micmac kitchipogteo ou gtjipotog (le grand feu)
  • Mowebaktabaak (grande baie), aujourd'hui le nom porté par la baie est la baie des Chaleurs

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Maurais (directeur), « Les langues autochtones du Québec », sur Conseil supérieur de la langue française, Dossiers no 35, Gouvernement du Québec
  2. Ancienne version de la même publication, Gouvernement du Québec
  3. (en) Egyptians in Acadia? de Science Frontiers
  4. (en) Mi'kmaq (Mi'kmawi'simk, Mi'kmaw, Micmac, Mikmaq) du site web Native Languages of the Americas: Preserving and promoting American Indian languages

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian Kauder, Manuel de prières, instructions et chants sacrés en hiéroglyphes micmacs. Sapeoig Oigatigen tan tetli Gômgoetjoigasigel Alasotmaganel, Ginamatineoel ag Getapegiemgeoel, vol. xii, Ristigouche, The Micmac Messenger,‎ 1921, 456 p. — Nouvelle édition, par le père Pacifique de Valigny, du manuel du père Kauder. La première édition a été publiée à Vienne en 1866.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Wikipédia en Micmac dans l'Incubateur de Wikimedia.