Essipit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Essipit
Image illustrative de l'article Essipit
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Côte-Nord
Statut municipal Réserve indienne
Démographie
Gentilé Essipiulnu
Population 350 hab. (2010)
Densité 897 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 35″ N 69° 23′ 56″ O / 48.34318, -69.39886 ()48° 20′ 35″ Nord 69° 23′ 56″ Ouest / 48.34318, -69.39886 ()  
Superficie 39 ha = 0,39 km2
Divers
Code géographique 95802
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Essipit

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Essipit

Essipit est une réserve indienne du Québec (Canada) dans la municipalité régionale de comté de la Haute-Côte-Nord qui fait partie de la région administrative de la Côte-Nord[1].

La réserve a été créée en 1892 par le gouvernement canadien sous le nom des Escoumins (qui a laissé le gentilé Excomminquois). Le son nom a été changé pour Essipit qui signifie en innu-aimun : « rivière aux coquillages »[2]. Ses habitants appartiennent à la nation Innu.

Le recensement de 2010 dénombre 350 habitants[3].

La communauté innue Essipit opère un centre de vilégiature qui offre des croisières aux baleines ainsi que des services de pourvoirie et d'hébergement[4].

Toponyme[modifier | modifier le code]

La Commission de toponymie du Québec écrit à son propos : « Les Escoumins était l'appellation désignant cette réserve indienne jusqu'au 7 juin 1996, date où Essipit fut retenue comme dénomination officielle. Localisée sur la rive sud de la baie des Escoumins, à 40 km au nord-est de Tadoussac, sur la Haute-Côte-Nord, celle-ci n'occupe qu'une superficie de 0,4 km². Bien qu'une quarantaine de Montagnais soient dénombrés dans la mission des Escoumins en 1863 et que la réserve soit officiellement créée en 1892, l'histoire des lieux remonte à une époque beaucoup plus ancienne. Les Relations des Jésuites rapportent, en effet, la présence des Excomminquois dans la région dès 1611. Ceux-ci sont cependant présentés comme une nation ennemie des Français et on les distingue nettement des Montagnais de la région qui eux sont reconnus comme amis. Cette description donne du poids à une hypothèse voulant qu'il s'agisse là d'une peuplade vraisemblablement micmaque qui, dès le milieu du XVIe siècle quittait de façon épisodique son territoire de la baie des Chaleurs pour se retrouver sur la Côte-Nord. Le nom Escoumins pourrait dès lors constituer une variante du mot Escuminac, lui-même une corruption du terme micmac Eskumunaak qui signifierait « poste d'observation, lieu de guet ». Escuminac est aujourd'hui le nom d'une municipalité située sur la baie des Chaleurs. Un autre argument milite en faveur de cette interprétation: les Montagnais ont toujours donné, en effet, à cet endroit, un nom différent de celui d'Escoumins. Dès 1664, les Papinachois connaissaient la rivière des Escoumins sous le nom d'Esseigiou. Le père Charles Arnaud qui a passé plusieurs années de sa vie chez les Montagnais affirmait aussi, au siècle dernier, que les Papinachois appelaient la rivière des Escoumins Etshipi, c'est-à-dire « la rivière aux coquilles ». Georges Lemoine l'identifie en 1901 sous le nom d'Eshipu en lui rattachant le même sens. L'anthropologue Frank G. Speck les décrit, en 1931, sous les noms d'Ecsipiwilnuts, « peuple de la rivière aux coques » ou d'Ecsibiucibuwilnuts,« peuple de la rivière des ruisseaux aux coques ». Dans son Dictionnaire montagnais-français publié en 1991, Lynn Drapeau utilise le terme Essipiu pour Escoumins et Essipiulnu pour ses habitants. Cet ouvrage permet d'ailleurs de décomposer le toponyme et le gentilé de la façon suivante : esh, « coque », terme générique pour « mollusques à coquillage », shipu, « fleuve, rivière », ilnu, « être humain»[5]. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire des municipalités : Essipit
  2. Charles Arnaud rapportait déjà, dans la seconde moitié du XIXe siècle qu'Etshipi signifiait « la rivière aux coquilles ». Commission de toponymie du Québec
  3. Recensement 2006 : Essipit
  4. Destination vacances-découvertes, sur le site web de la communauté Essipit
  5. toponymie.gouv.qc.ca

Liens externes[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Les Escoumins Rose des vents
N
O    Essipit    E
S
Fleuve Saint-Laurent