Gesgapegiag

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gesgapegiag
Église Kateri-Tekakwitha de Gesgapegiag
Église Kateri-Tekakwitha de Gesgapegiag
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
Statut municipal Réserve indienne
Maire
Mandat
s. o.
s. o.
Constitution s. o.
Démographie
Population 553 hab. (2006)
Densité 304 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 12′ 00″ N 65° 56′ 00″ O / 48.200005, -65.93333848° 12′ 00″ Nord 65° 56′ 00″ Ouest / 48.200005, -65.933338  
Superficie 182 ha = 1,82 km2
Divers
Fuseau horaire [[]]
Code géographique 06802
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Gesgapegiag

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Gesgapegiag

Gesgapegiag une réserve indienne canadienne située sur la rive sud de la péninsule gaspésienne dans l'Est du Québec. Elle est l'une des trois communautés micmaque gaspésiennes et l'une des deux réserves de la rive sud de la Gaspésie. Avant d'être officiellement constituée en réserve, l'endroit faisait partie du territoire de Maria. L'endroit vit l'ouverture de la première école micmaque du Québec en 1864[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Micmac.

Gesgapegiag est la forme originelle micmaque de Cascapédia[2]. Ce nom signifiant « rivière large » est porté par la rivière Cascapédia[2]. Une carte datant de 1685 orthographie le nom du cours d'eau sous la forme « Kichkabeguiak  »[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Géographie du Québec.

Gesgapegiag est située au sud du fleuve Saint-Laurent sur la rive de la baie des Chaleurs à l'embouchure de la rivière Cascapédia à 600 km au nord-est de Québec et à 255 km au sud-ouest de Gaspé. Les villes importantes près de Gesgapegiag sont Maria à 5 km et Carleton-sur-Mer à 20 km au sud-est ainsi que New Richmond à 8 km au sud-est. La réserve couvre une superficie de 1,82 km2[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Démographie du Québec.

La population de la réserve est d'environ 500 habitants[3],[4],[5]. La réserve a connu une croissance démographique au cours des dernières années[5]. De plus, la nation de Gesgapegiag comprend environ 600 membres vivant en dehors de la réserve[6].

L'âge médian de la population était de 23 ans en 2001 avec 66 % de la population âgée de 15 ans et plus[5]. 61,5 % de la population de 15 ans et plus était célibataire en 2001[5]. 84,7 % de la population est de religion catholique[5].

Le nombre total de logements privés dans la réserve est de 156[5]. La densité y était de 259,5 habitants au km2 en 2001[5].

2,1 % de la population a le français et l'anglais en tant que langues maternelles tandis que 53,6 % a seulement l'anglais et 6,1 % a seulement le français ; le reste (40,6 %) ayant une autre langue que le français ou l'anglais comme langue maternelle[5]. 78,7 % de la population ayant un emploi utilise principalement l'anglais au travail tandis que 6,4 % utilise le français ; le reste (12,8 %) utilisant principalement une langue non officielle au travail[5]. La langue non officielle utilisée est le micmac[6].

41,7 % de la population âgée entre 19 et 35 ans n'a aucun diplôme d'éducation[5]. Le même pourcentage a un diplôme d'études secondaires ou professionnelles tandis que 8,3 % de cette population possède un diplôme de niveau universitaire[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

La date exacte du début de la sédentarisation des Micmacs à cet endroit est inconnue[2]. Cependant, des toponymes des alentours comme la pointe aux Sauvages nommée en 1760 permettent de savoir que les Micmacs utilisaient cet endroit au moins à partir du début du XVIIIe siècle[2]. Les travaux d'arpantage menant à la création d'une réserve débutèrent en 1860[2]. La première école micmaque du Québec fut ouverte à Gesgapegiag en 1864[2]. Encore aujourd'hui, un système d'éducation établi en 1984 permet l'étude du niveau primaire en langue micmaque[2].

Depuis l'arrèt Marshall, sur une population active d'environ 300 personnes, plusieurs dizaines d'emplois « indiens » ont été créés. Et les revenus de la pêche hauturière (330 000 euros environ par an) sont à la fois redistribués aux membres de la communauté et réinvestis dans le développement[7].

Administration[modifier | modifier le code]

Le chef du conseil de bande est Guy Condo[6]. Le conseil comprend également huit conseillers[6] :

  • Clément Bernard
  • Quentin Condo
  • Jeremy Jerome
  • Ronnie Condo
  • Jason Jerome
  • Joanna Martin
  • Francis Gedeon
  • William Jerome

Vivre à Gesgapegiag[modifier | modifier le code]

Les enfants micmacs peuvent suivre les premières années du primaires en langue micmaque[2]. Il y a deux écoles de bande à Gesgapegiag : la Wejgwapniag School et le Gesgapiaq Learning Center ayant respectivement 79 et 9 élèves lors de l'année scolaire 2008-2009[6]. La réserve dispose d'une radio communautaire et d'un journal local[6]. Kateri Tekakwitha est la première Amérindienne du Nord à être béatifiée.

Une entente signée en 1984 entre les Micmacs et le gouvernement du Québec permet à 35 Amérindiens d'exploiter les saumons de la rivière Cascapédia[2]. D'ailleurs, la société de gestion du saumon est composée à 50 % de Micmacs[2]. La pêche est donc l'activité économique principale de la réserve. L'industrie forestière est aussi importante[6].

Un autre activité économique locale importante est l'artisanat[6]. En effet, une coopérative d'artisanat composée d'une quinzaine d'artisans est située à Gesgapegiag[2],[6]. La réserve comprend également plusieurs commerces : une station-service, un restaurant et un magasin de chaussures[6]. De plus, une ferme biologique a été implantée[6]. La pourvoirie et le tourisme sont aussi des activités économiques importantes[6]. Il y a aussi l'industrie de la construction qui occupe une place importante[6].

La réserve dispose de son propre service des incendies et de son propre corps de police[6]. De plus, le conseil de bande gère un centre de santé[6].

Au niveau des loisirs, la réserve comprend un centre récréatif, une patinoire extérieur, un terrain de baseball et des sentiers[6].

Galerie[modifier | modifier le code]

Représentations politiques[modifier | modifier le code]

Drapeau : Québec Québec : Gesgapegiag fait partie de la circonscription provinciale de Bonaventure. Lors de l'élection générale québécoise de 2012, le député Sylvain Roy, du Parti québécois, a été élue pour représenter la population de Gesgapegiag à l'Assemblée nationale[6].

Drapeau du Canada Canada : Gesgapegiag fait partie de la circonscription fédérale de Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine. Lors de l'élection fédérale canadienne de 2011, le député Philip Toone, du NPD, a été élu pour représenter la population de Gesgaspegiag à la Chambre des communes[6].

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rose des vents
Maria N New Richmond
O    Gesgapegiag    E
S
Baie des Chaleurs,
Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick

Église Kateri-Tekalowitha[modifier | modifier le code]

Cette église ressemble à un tipi géant. Ce cône d'aluminium symbolise à lui seul le syncrétisme pratiqué par les paroissiens de Gesgapegiag. À l'intérieur, les effigies du Christ et les « capteurs de rêve » veillent de concert sur les cérémonies de mariage, baptême et enterrement[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoire du Québec : Gesgapegiaq
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Gegapegiag dans Fiche descriptive de la Commission de toponymie du Québec, page consultée le 10 mars 2011
  3. a et b Gesgapegiag dans le Répertoire des municipalités du Ministères des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire du Québec, page consultée le 10 mars 2011
  4. Gesgapegiag dans Profil des communautés de 2006 de Statistique Canada, page consultée le 10 mars 2011
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Gesgapegiag dans Profils des communautés de 2001 de Statistique Canada, page consultée le 10 mars 2011
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r Première Nation de Gesgapegiag dans Profils des communautés des Affaires indiennes et du Nord Canada, page consultée le 10 mars 2011
  7. GEO N°404 d'octobre 2012 p.101
  8. GEO N°404 d'octobre 2012 p.98

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]