Manuel José Estrada Cabrera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Manuel Estrada Cabrera
Image illustrative de l'article Manuel José Estrada Cabrera
Fonctions
16e président de la République du Guatemala
8 février 189815 avril 1920
Prédécesseur José María Reina Barrios
Successeur Carlos Herrera y Luna
Biographie
Date de naissance 21 novembre 1857
Lieu de naissance Quetzaltenango, Guatemala
Date de décès 24 septembre 1924
Lieu de décès Guatemala (ville), Mexique
Nationalité Guatémaltèque

Manuel José Estrada Cabrera (21 novembre 1857 – 24 septembre 1924) fut Président du Guatemala du 8 février 1898 au 15 avril 1920.

Manuel Estrada s'empara du pouvoir par la force après l'assassinat de José María Reina. Le cabinet gouvernemental s'était assemblé en urgence pour désigner un successeur au président défunt mais avait refusé d'inviter le Général à cette réunion. Offensé, Cabrera fit irruption, "arme au poing" et s'imposa de lui-même comme nouveau chef du pays[1].

United Fruit Company[modifier | modifier le code]

Cabrera autorisa l'entrée de l'United Fruit Company au sein de l'arène politique et économique du Guatemala. De sensibilité libérale, le nouveau président avait encouragé le développement des infrastructures du pays : autoroutes, chemins de fer et ports maritimes afin de développer une économie d'exportation. Estrada Cabera lança un projet de chemin de fer qui devait relier le principal port de Puerto Barrios à la capitale. Mais, en raison de la chute du commerce intérieur du café, les fonds manquèrent et la ligne n'atteignit pas son but. Cabrera estima alors, sans même consulter les instances législatives ou judiciaires, qu'un marché avec l'United Fruit Company était le seul moyen d'achever les travaux du chemin de fer[2]. Le Président signa ainsi en 1904 un accord avec Minor Keith qui fonda la « Guatemalan Railroad Company » et obtint un contrat de 99 ans pour la construction et la maintenance du chemin de fer reliant la ville de Ciudad de Guatemala à Puerto Barrios, sur la côte atlantique[3].

Un régime autoritaire[modifier | modifier le code]

Cabrera employait souvent des méthodes brutales pour asseoir son autorité. L'ancien président Manuel Barillas fut notamment assassiné en 1907 sur ses ordres. Cabrera répondait aussi par la violence aux grèves des travailleurs contre l'United Fruit Company, n'hésitant pas à faire feu sur ceux qui refusaient de reprendre le travail[4].

En 1906 Estrada Cabrera eut à faire face à plusieurs mouvements de révolte contre son autorité. Les rebelles étaient soutenus par d'autres gouvernements d'Amérique Centrale, mais le dictateur réussit à faire échouer leurs actions. Estrada se maintint ainsi par la force jusqu'en 1920 où de nouvelles révoltes l'obligèrent cette fois à quitter le pouvoir. Dans les dernières années de sa dictature, son autorité avait sérieusement diminué et ne reposait plus que sur la loyauté de quelques généraux. Lorsque les États-Unis menacèrent d'intervenir si Cabrera était déposé par les révolutionnaires, une coalition bipartisane se forma pour lui faire quitter la présidence. Il abandonna ses fonctions après que l'Assemblée Nationale l'eut reconnu mentalement incompétent et il fut remplacé par Carlos Herrera le 8 avril 1920[5].

Estrada Cabrera tenta de développer un culte de Minerve au Guatemala. Il ordonna la construction de plusieurs "Temples de Minerve", de style hellénique, dans les principales villes du pays.

Estrada Cabrera fut immortalisé dans le roman El Señor Presidente (1946) écrit par le Prix Nobel de Littérature Miguel Ángel Asturias.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chapman, Peter. Bananas: How the United Fruit Company Shaped the World. NY: Canongate, 2007. pg. 54.
  2. Paul J. Dosal, Doing Business with the Dictators: A Political History of United Fruit in Guatemala, Wilmington, Delaware: Scholarly Resources Inc., 1993, p.3.
  3. Chapman, Peter. Bananas: How the United Fruit Company Shaped the World. NY: Canongate, 2007.
  4. Peter Chapman, Bananas, pg. 83.
  5. Paul J. Dosal, Doing Business with the Dictators: A Political History of United Fruit in Guatemala, Wilmington, Delaware: Scholarly Resources Inc., 1993, p.27.