Kanesatake

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kanesatake
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Laurentides
Comté ou équivalent Deux-Montagnes
Chef Paul Sohenrise Nicholas
Démographie
Population 2 045 hab. (2006)
Géographie
Coordonnées 45° 30′ 41″ N 74° 07′ 25″ O / 45.5114, -74.123726 ()45° 30′ 41″ Nord 74° 07′ 25″ Ouest / 45.5114, -74.123726 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

Voir sur la carte administrative de Montréal
City locator 14.svg
Kanesatake

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Kanesatake

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Kanesatake

Kanesatake est un établissement amérindien Mohawk, enclavé dans la municipalité d'Oka au Québec. Il est situé à la confluence de la rivière des Outaouais et du lac des Deux Montagnes sur la rive nord[1].

Situation[modifier | modifier le code]

Kanesatake fait partie du territoire de la MRC de Deux-Montagnes, dans la région administrative des Laurentides[2].

Il couvre un territoire de 11,88 km carrés[3]. On y compte 327 maisons. Il est accessible par la route 344.

« Une partie du territoire de Kanesatake est imbriquée dans le village d'Oka même, où près de 55 parcelles de terrain appartenant à des Mohawks sont séparées les unes des autres par des terrains privés non amérindiens »[4].

Aux dires du grand chef Sohenrise Paul Nicholas : « Il est certain qu'il faut augmenter la superficie de Kanesatake pour parvenir à avoir à la base un certain territoire qui n'est pas composé que de morceaux de terre éparpillés »[4].

Tensions[modifier | modifier le code]

Kanesatake a connu des tensions politiques au cours de son histoire récente.

Durant l'été 1990 (11 juillet - 26 septembre), la crise d'Oka est un événement politique marquant qui opposa la nation mohawk aux États québécois et canadien. La crise demandera l'intervention de l'armée canadienne après l'échec d'une intervention de la Sûreté du Québec.

Article détaillé : Crise d'Oka.

Vingt ans plus tard, les tensions sont encore vives entre les gens de la communauté et les Blancs, selon Ghislain Picard[5].

En janvier 2004, la petite communauté a fait face à une autre crise qui fit la manchette autant dans la province de Québec que dans le reste du Canada, en raison de conflits politiques entre les partisans de l'ex-chef de la communauté, James Gabriel, et ceux du chef en poste, Steven Bonspille[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Kanesatake.

Démographie[modifier | modifier le code]

Une partie du village d'Oka, le village iroquois, 1872, par O. Dieker
Population[7]
  • dans la communauté : 1 349
  • en dehors de la communauté : 696
  • Total : 2 045

Personnalités[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Affaires indiennes et du Nord Canada : Première Nation de Kanesatake
  2. MRC de Deux-Montagne
  3. Statistique Canada : Kanesatake
  4. a et b Terres autochtones en vues - Le casse-tête de Kanesatake
  5. Les plaies sont encore vives 20 ans après la crise d'Oka, selon Picard
  6. Radio-Canada : Crise à Kanesatake - Ottawa a agi unilatéralement
  7. Registre des Indiens, AINC , Décembre 2009

Lien externe[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Kanesatake est enclavé dans la municipalité d'Oka

Rose des vents Oka Rose des vents
Oka N Oka
O    Kanesatake    E
S
Oka