Wôlinak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wôlinak
Village de Wôlinak
Village de Wôlinak
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Statut municipal Réserve amérindienne
Démographie
Population 180 hab. (2011)
Densité 240 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 19′ 43″ N 72° 25′ 20″ O / 46.328676, -72.422218 ()46° 19′ 43″ Nord 72° 25′ 20″ Ouest / 46.328676, -72.422218 ()  
Superficie 75 ha = 0,75 km2
Divers
Code géographique 38802
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-du-Québec

Voir sur la carte administrative du Centre-du-Québec
City locator 14.svg
Wôlinak

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Wôlinak

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Wôlinak

Wôlinak est une réserve amérindienne abénaquise du Québec située dans la municipalité régionale de comté Bécancour dans la région administrative du Centre-du-Québec[1]. Wôlinak signifie "la rivière aux longs détours" en abénaqui[2]. C'est la Nation Waban-Aki indienne.

La communauté de Wôlinak, située en bordure de la rivière Bécancour, est enclavée dans Bécancour. Le recensement de 2011 y dénombre 180 habitants[3],[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

« Vers 1680, quelques familles d’Abénakis et de Sokokis allèrent s’établir sur la rivière Puante (nom donné après la bataille qui a opposé les Anglais aux Français) qui plus tard, porta le nom de M. de Bécancour, Baron de Portneuf, qui s’y était aussi établi[5]. »

De plus de 600 qu’ils étaient au début, leur nombre a diminué suite aux guerres, aux épidémies, à l’usurpation de leurs terres au profit des colons français[6] ainsi qu’aux Jésuites qui se mirent de la partie sous prétexte de les éloigner du commerce de l’eau-de-vie.

La plupart des autochtones qui s’établirent à Bécancour, étaient venus de Namesokântsik (lieu où il y a beaucoup de poissons), connu maintenant sous le nom de Mégantic. En arrivant à Bécancour, les autochtones se fixèrent sur une île, connue aujourd’hui sous le nom d’île Montesson. Ils « sont les meilleurs partisans du pays et sont toujours disposés à faire des courses dans la Nouvelle-Angleterre, où leur seul nom a souvent jeté l’épouvante jusque dans Baston (Boston) . Ils sont tous chrétiens et on leur a bâti une jolie chapelle, où ils pratiquent avec beaucoup d’édification tous les exercices du christianisme[7]. »

Wôlinak fut fondée en 1704 à la suite de l'invitation faite par l'intendant Beauharnois à une bande abénaquise vivant au Maine. Les terres leur fut concédée en 1708. Ils perdirent l’île Montesson, avec le successeur du seigneur de Bécancour, Monsieur de Montesson. Celui-ci les maltraita, les accusa de s’être emparés d’un terrain qui ne leur appartenait pas, et les chassa de l’île qu’ils occupaient depuis plus de trente ans. Les autochtones, forcés d’abandonner leur premier village, allèrent se fixer sur une petite île de la rivière Bécancour, quelques arpents plus haut que l’église actuelle. Ils n’y restèrent que quelque temps, et se retirèrent ensuite sur une autre île, située vis-à-vis de la propriété qu’ils occupent aujourd’hui. Enfin, forcés par les maladies et les inondations de déloger une troisième fois, ils se retirèrent, vers 1735, sur le terrain qu’ils occupent actuellement, Ils y bâtirent une seconde église en bois, de 60' de long sur 30' de large. Le Père Eustache Lesueur en assurait le ministère. Comme il n’y avait pas encore d’église à Bécancourt, les Canadiens venaient à l’église des Abénakis. Après la construction de l’église de Bécancourt, en décembre 1757, l’église des « Sauvages » brûla, pendant une nuit fort obscure. La cause de ce désastre est demeurée inconnue. La croix du clocher, sauvée de l’incendie, a été conservée jusqu’à ce jour. Elle est actuellement érigée au milieu du village sauvage. Quant à la cloche, elle se retrouve au Parlement du Québec, à Québec.[réf. nécessaire]

En 1812, ils perdirent encore du terrain dont on s’empara injustement, pendant qu’ils combattaient aux frontières pour la défense de leur pays adoptif. Lorsqu’ils revinrent de cette célèbre campagne, où ils avaient combattu si courageusement, leur domaine, divisé par lots, était possédé par des blancs; et on ne leur avait pas même réservé un coin de terre pour se retirer. Irrités d’une pareille injustice, ils se jetèrent avec fureur sur les maisons, construites dans leur village, les détruisirent et défendirent, les armes à la main, ce morceau de terre. De cette manière, ils purent conserver deux petites îles de la rivière Bécancour et environ soixante arpents de terre[6]. Voilà tout ce qu’ils ont pu conserver de leur domaine.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités : Wôlinak », sur Ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (consulté le 19 janvier 2011)
  2. Toponymie : Wôlinak
  3. Recensement 2011
  4. Recensement 2006
  5. Histoire des Abenakis: depuis 1605 jusqu'à nos jours par Joseph Pierre Anselme Maurault - Google Books
  6. a et b Yvon Poirier, Grand Conseil de la Nation Waban-Aki
  7. Le P. de Charlevoix, Journal historique d'un voyage de l'Amérique, vol. V, I64, cité dans Histoire des Abénakis depuis 1605 jusqu’à nos jours, par l’abbé J.A. Maurault. - Google Books

Sources[modifier | modifier le code]

  • Histoire des Abénakis depuis 1605 jusqu’à nos jours, par l’abbé J.A. Maurault. - Google Books
  • Ma paroisse - Bécancour, par Marcel Deshaies, C.S.V. - Open library

Lien externe[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Wôlinak est enclavée dans Bécancour.

Rose des vents Bécancour Rose des vents
Bécancour N Bécancour
O    Wôlinak    E
S
Bécancour