Kuujjuarapik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour Kuujjuarapik (terre réservée inuit), voir Kuujjuarapik (terre réservée inuit).
Kuujjuarapik
ᑰᑦᔪᐊᕌᐱᒃ
Vue partielle Whapmagoostui et Kuujjuarapik
Vue partielle Whapmagoostui et Kuujjuarapik
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Nord-du-Québec
Statut municipal Village nordique
Chef Lucassie Inukpuk
2012 -
Constitution 7 juin 1980
Démographie
Gentilé Kuujjuaraapimmiuq, miuq
Population 657 hab. (2011)
Densité 88 hab./km2
Géographie
Coordonnées 55° 16′ 30″ N 77° 45′ 31″ O / 55.275009, -77.75848455° 16′ 30″ Nord 77° 45′ 31″ Ouest / 55.275009, -77.758484  
Superficie 746 ha = 7,46 km2
Divers
Fuseau horaire -5
Indicatif 819
Code géographique 99075
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Kuujjuarapik
ᑰᑦᔪᐊᕌᐱᒃ

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Kuujjuarapik
ᑰᑦᔪᐊᕌᐱᒃ

Kuujjuarapik (inuktitut : ᑰᑦᔪᐊᕌᐱᒃ ou Kuujjuaraapik) est un village nordique du Nunavik de l'administration régionale Kativik situé dans la région administrative du Nord-du-Québec, au Québec[1], à l'embouchure de la Grande rivière de la Baleine. La très grande majorité de ses 500 habitants sont Inuits[2]. C'est le plus méridional des 14 villages nordiques du Nunavik faisant partie de l'Administration régionale Kativik.

Situation[modifier | modifier le code]

Le village est limitrophe au village cri de Whapmagoostui qui fait partie de l'Administration régionale crie et du Grand Conseil des Cris (Eeyou Istchee), avec les huit villages cris de la région de la Baie-James.

Kuujjuarapik est également le nom d'une terre réservée inuit du Québec. Les villages jumelés ont été créés en vertu de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois de 1975. Jusqu'aux années 1980, le village était connu par les noms de Poste-de-la-Baleine et Great Whale River. Une station de recherche du Centre d'études nordiques de l'Université Laval se trouve dans le village depuis les années 1960.

Histoire[modifier | modifier le code]

Inuite et enfants, Grande rivière de la Baleine, 1900

Au milieu du XVIIIe siècle, la Compagnie de la Baie d'Hudson établit un poste de traite des fourrures qu'elle nomme Fort Richmond. C'est le début de l'établissement permanent qui allait devenir Poste-de-la-Baleine. Une mission protestante s'y installe dans les années 1880. Révillon Frères établit un poste de traite en 1921.

Établissement d'un campement temporaire à la Grande rivière de la Baleine, Revillon Frères, 1922

L'armée américaine a ouvert une base militaire à cet endroit pendant la Seconde Guerre mondiale et elle a employé des travailleurs inuits et cris. En 1955, une station de radar a été construite dans le cadre du système de défense aérienne canado-américaine, le Mid-Canada Line, quelques années avant la création du NORAD.

Bien que la cohabitation permanente des Cris et des Inuits à l'embouchure de la Grande rivière de la Baleine ne remonte qu'aux années 1950, les deux nations se côtoyaient depuis très longtemps dans cette région, les Inuits près de la côte et les Cris sur les terres de l'intérieur. Jusqu'en 1950, le site était un campement d'été.

Le recensement de 2011 y dénombre 657 habitants, une augmentation de 15,7 % depuis 2006[3]. On appelle ses habitants : Kangiqsujuamiut.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rose des vents
N Whapmagoostui (terre réservée cri)
O    Kuujjuarapik (village nordique)    E
S
Baie-d'Hudson Whapmagoostui