Saulnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saulnes
Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste.
Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste.
Blason de Saulnes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Briey
Canton Villerupt
Intercommunalité CA de Longwy
Maire
Mandat
Adrien Zolfo
2014-2020
Code postal 54650
Code commune 54493
Démographie
Gentilé Saulnois(e)
Population
municipale
2 427 hab. (2014)
Densité 607 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 32′ 00″ nord, 5° 49′ 36″ est
Altitude Min. 275 m
Max. 398 m
Superficie 4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte administrative de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Saulnes

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Saulnes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saulnes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saulnes
Liens
Site web saulnes.mairie.com

Saulnes est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saulnes
Saulnes et les communes environnantes.

Saulnes est délimité au nord et à l’est par la frontière luxembourgeoise. Le village est arrosé par le Ru de la Côte Rouge qui s’y jette dans la Moulaine, un affluent de la Chiers.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Tzonen (1473), Zonnen (1495), Tzoenen (1531), Sonne (1689), Sonte (1756), Sosne ou Saulne (1779), Sonne Haut et Bas (1793)[1], Sosne (1801)[1].
  • Zohnen en allemand, Zounen en luxembourgeois.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Village de l'ancienne province du Barrois. Se divisait en deux hameaux : Haute et Basse.
  • Était annexe de la paroisse d'Herserange (diocèse de Trèves).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1959 juin 1995 Ersé Zolfo PCF  
juin 1995 mars 2001 Denis Cruciani SE  
mars 2001 en cours
(au 16 avril 2014)
Adrien Zolfo PCF  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 427 habitants, en augmentation de 3,32 % par rapport à 2009 (Meurthe-et-Moselle : 0,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1872
221 248 271 329 412 442 425 474 495
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
742 1 485 1 611 1 682 1 850 2 122 2 158 2 528 1 662
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
2 494 3 212 2 415 2 360 3 536 3 725 3 418 2 953 2 783
1990 1999 2006 2011 2014 - - - -
2 473 2 454 2 358 2 351 2 427 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

  • La commune abrite le Club Sportif Saulnois (football), pensionnaire de la Promotion d'Honneur (Ligue Lorraine) depuis la saison 2011/2012.

Premier fait d'armes avec un 6e tour de coupe de France lors de la saison 2000/2001 après avoir éliminé Creutzwald pensionnaire de CFA2 lors du 3e tour.

Lors de sa première saison au niveau ligue en 2002/2003 le CSS finira invaincu et accédera a la PH et y restera 6 saisons de suite.

La meilleure performance des jaunes et noirs aura été une 4e place en Promotion d'Honneur lors de la saison 2007/2008.

  • En juin 2007, les hommes de Walter Di Luigi remportent la Coupe du Pays-Haut (~ coupe départementale), sur le score de 3 - 1 (a.p) face à Homécourt (DHR) grâce à des buts signés Johnny Frongia (70e), Anthony Bédouret (103e) et Mimid Messaoudi (118e). Le capitaine Alain Buchicchio soulevera le trophée devant près de 200 personnes au stade Ambroise Croizat situé à Thil.

En juin 2011, le CSS finit champion de PHR et accède à nouveau à la PH deux ans après être descendu, et ceci haut la main avec 16 victoires à la clé sur 22 matchs...

En juin 2012 et pour la dernière saison de Walter Di Luigi, les jaunes et noirs remportent une nouvelle fois la Coupe du Pays-Haut face à Villerupt sur le score de 1 a 0 (but de Cruciani).

Entraîneur Début Fin
Bolognigni Vincent Juin 2012 ...
Di Luigi Walter Juillet 2010 Juin 2012
Raczek Thomas Janvier 2010 Juin 2010
Siciak Henry Juillet 2008 Janvier 2010
Di Luigi Walter Juillet 2006 Juin 2008
André Bertelli Juillet 2004 Juin 2006
Di Luigi Walter Juillet 2000 Juin 2004

Économie[modifier | modifier le code]

Sidérurgie[modifier | modifier le code]

La forge de Saulnes est signalée dès 1474 avec un petit haut fourneau, mais il semblerait qu'elle soit abandonnée au milieu du XVIe siècle. C'est sur son emplacement que la Société des Hauts-Fourneaux de Saulnes-Raty et Cie met à feu un premier haut fourneau en juillet 1874, un second en 1878 ou 1880, puis un troisième en 1882. À la fin du XIXe siècle, l'usine compte quatre hauts-fourneaux dont trois sont à feu.

En 1923, la société absorbe la société Lorraine Industrielle qui possède deux hauts fourneaux à Hussigny, ce qui porte à cinq le nombre de ses hauts-fourneaux. En 1955, la société, qui est devenue Société des Hauts-Fourneaux de Saulnes et Gorcy, ne dispose plus que de quatre hauts fourneaux à Saulnes et Hussigny. En 1968, c'est l'arrêt des deux derniers hauts fourneaux de Saulnes, ceux d'Hussigny ayant été éteints dans les années 1960.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château construit entre 1880 et 1885, pour l'industriel Gustave Raty (1832-1901), créateur et propriétaire des hauts-fourneaux de Saulnes (construits en 1872 et 1874 à l'emplacement de l'une des plus vieilles forges du Pays-Haut et de Lorraine) et en même temps administrateur de la société des aciéries de Longwy depuis 1880.
  • Château construit en second, vers 1900-1905 à proximité immédiate du premier château, aux frais de Gustave Raty, pour son fils Marc, qui l'habita peu.
  • jardin pédagogique
  • petit train de Mine
  • musée de la photographie
  • la Grotte
  • église paroissiale Saint-Jean-Baptiste construite entre 1873 et 1883, la commune épuisée par la construction de ses bâtiments publics n'ayant pu mener à bien la construction d'une seule traite. Aide financière de la société Pierre Giraud établie à La Sauvage (grand-duché de Luxembourg), propriétaire des forges et dépendances de La Sauvage et de biens situés sur le ban de Saulnes. Réception des travaux en 1875, achèvement de l'édifice en 1880. Elle a remplacé une chapelle qui dépendait de l'église mère d'Herserange, située au même emplacement mais parallèle à la rue.
  • un petit temple du culte antoiniste, situé au 50 rue Philippe-Auguste Rase, dédicacé le 13 juillet 1986[5]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Dupont, homme politique français, né à Saulnes (1912-2004)
  • Jacques Trorial, homme politique français, né à Saulnes (1932-)

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saulnes

Les armoiries de Saulnes se blasonnent ainsi :

Écartelé: aux 1er et 4e d'azur à deux bars adossés d'or accostés de deux croix de Lorraine de même et accompagnés en chef et en pointe de deux croisettes recroisetées d'argent, aux 2e et 3e d'or à trois marteaux de sable; sur le tout d'argent au haut fourneau de sable enflammé de gueules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. Régis Dericquebourg, Les Antoinistes, Belgique, Brepols, (ISBN 2-503-50325-X), p. 167-171