Neon (magazine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NEON
Image illustrative de l’article Neon (magazine)
Logo du magazine NEON

Pays France
Zone de diffusion France
Langue Français
Périodicité Bimestriel
Genre Généraliste 25-35 ans
Prix au numéro 3,70 
Diffusion 45 737 ex. (2014)
Date de fondation 2013
Éditeur Prisma Média

Directeur de publication Gwendoline Michaelis
Rédacteur en chef Julien Chavanes
Site web Consulter

NEON est un magazine généraliste de société du groupe Prisma Média, destiné aux 25-35 ans.

Historique[modifier | modifier le code]

NEON a été lancé le 21 mars 2012[1] sous la forme de bimestriel, avant de passer en mensuel le 10 juillet 2013[2]. Il redevient bimestriel en mars 2018[3]. Le magazine est inspiré de son homonyme allemand, NEON, lancé en 2004 par Grüner + Jahr, maison mère de Prisma. Son slogan a été "Sérieusement allumé" puis "Il faut tout essayer !", et il est notamment connu pour son logo fluo[4] qui change de couleur à chaque numéro.

Le groupe Prisma Média a investi trois millions d'euros pour son lancement[5]. Il est tiré chaque mois à plus de 45 000 exemplaires (chiffres OJD 2014)[6].

La rédaction est dirigée par Julien Chavanes depuis janvier 2015[7], qui a succédé à Danielle McCaffrey et Olivier Carpentier, rédacteur en chef du magazine Ça m'intéresse.

En décembre 2018, le magazine s'associe avec Fabrice Pierrot, journaliste et entrepreneur, pour ouvrir Le Café NEON dans le 18e arrondissement de Paris, "le premier café lié à un titre de presse nationale"[8]. Son chef est Bastien de Changy, vu notamment dans l'émission MasterChef[9].

Ligne éditoriale[modifier | modifier le code]

NEON se définit comme un « magazine de société par l'intime[10], mixte, qui s’adresse aux 25-35 ans »[11]. Il aborde des sujets aussi variés que la société, la culture, la consommation, le grand-reportage, mais toujours avec une approche originale. Il met en avant le journalisme gonzo à la première personne, et les journalistes se mettent très régulièrement eux-mêmes en situation.

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2013, le titre a reçu le Prix de l'innovation aux Prix des magazines de l'année décernés par le Syndicat des éditeurs de la presse magazine (SEPM)[12]. Sa journaliste Pauline Grand d'Esnon a reçu le Prix Varenne 2017 pour son reportage "sexisme, l'attaque des trolls" paru sur NEON[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Xavier Ternisien, « "Neon", le bimestriel de Prisma pour les 25-35 ans » (consulté le 31 mai 2015)
  2. « Le magazine Neon devient mensuel » (consulté le 31 mai 2015)
  3. « Neon redevient bimestriel, se diversifie et généralise la réalité augmentée | Offremedia », sur www.offremedia.com (consulté le 7 février 2019)
  4. Néon, le magazine des jeunes adultes - Le Before du 22/01 (lire en ligne)
  5. « "Neon", le bimestriel de Prisma pour les 25-35 ans » (consulté le 31 mai 2015)
  6. « Néon – Chiffres – OJD », sur www.ojd.com (consulté le 31 mai 2015)
  7. « Danielle Mc Caffrey nommée rédactrice en chef de Neon » (consulté le 31 mai 2015)
  8. « Le magazine Neon ouvre un café à Paris », sur Stratégies, (consulté le 7 février 2019)
  9. « Bastien de Changy vous présente la première carte du Café NEON », sur NEON, (consulté le 7 février 2019)
  10. « Trois questions à Julien Chavanes, rédacteur en chef de NEON », sur unionpresse.fr, (consulté le 7 février 2019)
  11. « NEON devient mensuel en août ! » (consulté le 31 mai 2015)
  12. « Neon va passer en mensuel » (consulté le 31 mai 2015)
  13. « Prisma Media - Métiers, recrutement, stages, offres d'emploi », sur www.jobteaser.com (consulté le 7 février 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]