Maroc Telecom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Groupe Maroc Telecom
logo de Maroc Telecom
Logotype du Groupe Maroc Télécom

Création
Forme juridique Société anonyme
Action MASI : IAM
Euronext : IAM
Slogan Un monde nouveau vous appelle
Siège social Maroc Telecom HQ, Rabat
Drapeau du Maroc Maroc
Direction Abdeslam Ahizoune (Président du directoire)
Actionnaires Drapeau : Émirats arabes unis Etisalat (53 %)
État marocain (30 %)
Divers (16,97 %)
Auto-détention (0,03 %)
Activité Opérateur de télécommunications
Produits Commercialisation d'équipements et de services de télécommunication pour les particuliers, les professionnels et les entreprises téléphonie fixe, téléphonie mobile, services sur internet, télévision, services de téléconférence, etc. Revente en gros de services de communications électroniques fixes ou mobiles à des clients opérateurs qualifiés d’opérateurs alternatifs .
Société mère Etisalat
Filiales Drapeau : Maroc Menara
Drapeau : Maroc Casanet
Drapeau : Mauritanie Mauritel
Drapeau : Burkina Faso Onatel
Drapeau : Gabon Gabon Télécom
Drapeau : Mali Sotelma
Drapeau : Bénin Bénin Télécoms
Effectif 11 807 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web iam.ma

Capitalisation en augmentation 12 milliard Dollars (2016)
Dette en augmentation 1,26 Milliards US$ (2015)
Chiffre d’affaires en augmentation 3,5 Milliards US$ (2016)
en augmentation +3,27%
Résultat net en augmentation 559,8 Millions US$ (2016)
+0,05%

Maroc Telecom (arabe : اتصالات المغرب, Itissalat Al-Maghrib), acronymisé IAM, est la 1re société de télécommunications au Maroc. Privatisée partiellement par le royaume du Maroc à partir de 2001, elle devient une filiale du groupe français Vivendi. En 2013, des négociations ont lieu entre Vivendi et l'opérateur émirati Etisalat pour la vente à ce dernier de cette participation[1], vente qui se concrétise en mai 2014.

Il est classé 38e dans le classement des premières entreprises africaines du magazine Jeune Afrique[2].

Son chiffre d'affaires semestriel s'élève en juin 2016 à 17 593 millions de dirhams[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1999, l'ONPT, Office national des postes et télécommunications, est divisé en deux entités séparées : La Poste Maroc et Maroc Telecom, cette dernière devient une société anonyme indépendante appartenant à 100 % à l'État marocain.

En décembre 1999, Maroc Telecom fait l'acquisition de 80 % du capital de Casanet, l’un des premiers fournisseurs d’accès à Internet au Maroc, qui a créé en 1995 le site Menara[4].

Le 20 février 2001, Vivendi prend 35 % du capital de IAM (Maroc Telecom), en obtenant l'appel d'offres international relatif à sa privatisation[5]. Puis en avril 2001, à la suite de l’appel d’offres international lancé par le gouvernement mauritanien, Maroc Telecom acquiert 54 % du capital du groupe Mauritel, l’opérateur historique mauritanien, créé en 1999.

Le 17 octobre 2001, Casanet devient une filiale à 100 % de Maroc Telecom. En décembre 2003, Casanet multiplie par 3 son chiffre d'affaires annuel. Son activité est centrée sur des offres entreprises et la gestion de portails, dont le portail Menara.

En novembre 2004, Vivendi augmente sa participation à 51 % du capital de IAM.

En décembre 2004, Maroc Telecom introduit une partie de son capital aux bourses de Casablanca et de Paris.

En décembre 2007, au terme d'un programme d'échange d'actions entre l'État marocain par l'intermédiaire de la Caisse de dépôt et de gestion du Maroc (CDG) et Vivendi, ce dernier acquiert 2 % supplémentaires, ce qui porte ainsi sa participation à 53 % du capital contre 30 % pour la CDG. Les 17 % étant détenu par le public coté en bourse de Bourse de Paris et de Bourse de Casablanca (2e place boursière d'Afrique).

En décembre 2007, Maroc Telecom fait l'acquisition de 51 % d'Onatel[6].

En février 2007, Maroc Telecom fait l'acquisition de 51 % de Gabon Télécom[7].

En juillet 2009, Maroc Telecom fait l'acquisition de 51 % de Sotelma[8].

En 2013, Vivendi et Etisalat commencent les négociations pour la vente de Maroc Telecom.

En mai 2014 : Vivendi finalise la vente de ses parts dans Maroc Telecom à Etisalat[9]. Le 5 mai 2014, Maroc Telecom annonce l'acquisition de 6 filiales africaines de Etisalat (marque Moov) pour 650 millions $.

En janvier 2016, Maroc Telecom fait l'acquisition de 100 % de Bénin Télécoms SA[10].

En mars 2017, la compagnie propose une nouvelle offre Internet haut débit par satellite. Cette dernière est destinée à ses clients résidentiels, aux entreprises et aux professionnels. Grace à cette offre, Maroc Telecom devient le premier opérateur marocain à offrir ce service avec une couverture totale du royaume[11].

Le 7 avril 2017, la direction de Maroc Telecom lance les Smart Days. Ces événements se veulent être un rendez-vous dédié à la transformation numérique dans le royaume chérifien en particulier et en Afrique en général[12].

Activités[modifier | modifier le code]

Les chiffres ci-dessous sont relatifs aux résultats jusqu'au juin 2012.

Parc Mobile[modifier | modifier le code]

Au terme du premier semestre 2012, le parc Mobile s’établit à 17,4 millions de clients, en hausse de 2,3 % par rapport à juin 2011.

Le parc de l’Internet Mobile 3G progresse de 71 % pour atteindre 1,4 million de clients à fin juin 2012 et permettre à Maroc Telecom de confirmer son leadership. A fin mars 2012, la part de marché de Maroc Telecom sur ce segment s’élevait ainsi à près de 44,3 %.

Internet ADSL[modifier | modifier le code]

Le parc ADSL poursuit sa forte progression pour atteindre 1,2 million d’abonnements au Maroc à mi 2016.

Télevision par câble[modifier | modifier le code]

Dans ce domaine, Maroc Télécom est le seul fournisseur de la télévision par câble au Maroc, elle fournit un bouquet des canaux marocaines, français,européens et arabes, en plus des stations de radio, et un service de vidéo à la demande (VoD).

Téléphonie fixe filaire[modifier | modifier le code]

Le revenu de la Data Fixe progresse de 2,6 % à 892 millions de dirhams, la baisse des tarifs étant plus que compensée par la croissance des parcs. Au 30 juin 2012, le parc Fixe au Maroc progresse de 0,9 % sur 1 an, à 1 245 milliers de lignes.

Filiales et Participations[modifier | modifier le code]

Le groupe est implanté dans neuf pays d'Afrique, dont huit en Afrique subsaharienne.

Pays Filiales Part
de marché
Année d'
acquisition
Drapeau de la Mauritanie Mauritanie Mauritel 58 % 2001
Drapeau du Burkina Faso Burkina Faso Onatel 49 % 2006
Drapeau du Gabon Gabon Gabon Télécom 59 % 2007
Drapeau du Mali Mali Sotelma 39 % 2009
Drapeau du Bénin Bénin Moov Bénin 40 % 2015
Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine Moov Centrafrique 16 % 2015
Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire Moov Côte d'Ivoire 24 % 2015
Drapeau du Niger Niger Moov Niger 15 % 2015
Drapeau du Togo Togo Moov Togo 47 % 2015
Source: JA[15]

Concurrence au Maroc[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de l'ouverture du marché à la concurrence, trois opérateurs sont actuellement autorisés à commercialiser des offres de télécommunication dans le pays :

  • Maroc Telecom, opérateur historique.
  • Orange
  • Inwi, d'installation plus récente (depuis 2006).

Sur la question de la concurrence, fin 2016, début 2017, l'opérateur Inwi ainsi qu'Orange Maroc lancent des actions juridiques et de communication afin d'accelerer le processus de degroupage.[16]

Connectivité à l'International[modifier | modifier le code]

Maroc Telecom dispose d’une bande passante Internet internationale dont la capacité a presque doublé en un an, passant de 60 Gbit/s fin 2010 à 220 Gbit/s en 2012.

Une grande partie des communications téléphoniques et du trafic Internet avec l'Europe transite par le câble sous-marin Atlas offshore reliant Asilah à Marseille et le câble Loukkous reliant Asilah et Rota près de Séville en Espagne.

Atlas offshore a une longueur de 1634 km. Il contribue donc à renforcer la capacité du réseau de Maroc Telecom qui distribue des services haut débit tels que l’Internet à haut débit, la télévision sur ADSL, des services de transmission de données mobiles et améliore davantage la qualité de service offerte à sa clientèle grâce à l’efficacité de transmission offerte par la technologie sous marine.

S’exprimant au lancement de ce câble, Abdeslam Ahizoune, Président du directoire de Maroc Telecom[17] a déclaré : « Maroc Telecom a pris la décision de lancer le câble Atlas Offshore pour répondre à la demande croissante des centres d’appels et des activités d’offshoring dans notre pays. La construction de ce câble contribuera à confronter la position de leader de Maroc comme terre d’accueil des entreprises délocalisées. Maroc Telecom, qui supporte seul ce projet, entend ainsi apporter sa contribution à la promotion des investissements étrangers au Maroc ».

Le câble Loukkos a été mis en place dans le but de diversifier la connectivité du Maroc, de renforcer la sécurité du trafic international de Maroc Telecom et de faire face au trafic grandissant de l’Internet tiré par le haut débit.

Le câble Loukkos est d’une longueur totale de 187 km[18]. Les travaux de construction de cette liaison dont l'investissement s'élève à 143 millions de dirhams totalement pris en charge par Maroc Telecom[19].

Ajoutant à cela la construction d’un câble terrestre à fibre optique reliant le Maroc, la Mauritanie, le Mali et le Burkina Faso (près de 5000 km).

Responsabilité sociétale de l'entreprise[modifier | modifier le code]

En manifestant sa volonté d’adhérer au Pacte Mondial des Nations Unies, par lettre du président du directoire, Abdeslam Ahizoune, au secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Ban Ki-Moon, Maroc Telecom s'est investi dans le développement durable.

Au travers de son adhésion effective depuis le 13 novembre dernier, Maroc Telecom s’est engagé à soutenir et à promouvoir les principes fondamentaux du pacte, dans les domaines des droits de l’Homme, du droit du travail, de l’environnement et de la lutte contre la corruption. Il lui faudra communiquer chaque année sur les progrès accomplis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vivendi espère boucler la vente de Maroc Telecom d'ici fin 2013, Les Échos.fr, 29 août 2013.
  2. Jeune Afrique Hors Série no 40, 2015.
  3. Yabiladi.com, « Maroc Telecom : Hausse du chiffre d'affaires au premier semestre 2016 largement portée par l’international » (consulté le 4 octobre 2016)
  4. Rachid Jankari, « Alliance Maroc Telecom-Casanet: Les détails de la transaction », sur L'économiste,
  5. « Maroc Telecom épouse Vivendi », sur L'économiste,
  6. Adam Wade, « Maroc Telecom prend le contrôle d’Onatel », sur Lefaso.net,
  7. « Maroc Telecom prend le contrôle de Gabon Télécom », sur Entreprendre.ma,
  8. Lancinet Sangare, « Privatisation : Maroc Télécom s'empare de la Sotelma », sur Journal du Mali,
  9. « Etisalat n’occupera pas les 70% du capital de Maroc Télécom », sur Maghreb Info,
  10. Emmanuel S. Tachin, « Bénin-Télécoms vendu au prix d’une cacahouète », La Nouvelle Tribune, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  11. « Maroc Telecom lance une offre Internet Haut débit par satellite VSAT », Menara.ma, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  12. « Maroc Telecom lance les Smart Days », Menara.ma, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  13. Filiales et participations du Groupe Maroc telecom sur le site internet du groupe
  14. « Burkina : vers la fin de la grève chez Onatel - JeuneAfrique.com », (consulté le 4 octobre 2016)
  15. Fahd Iraqi, Jeune Afrique, Maroc Telecom récolte les fruits de son offensive subsaharienne, 30 avril 2017
  16. « DÉGROUPAGE: UNE DISCRÈTE SAISINE D’ORANGE CONTRE MAROC TELECOM », sur Le 360,
  17. Maroc Telecom, fleuron de l’économie africaine, Visions Mag, 29 mars 2013
  18. Maroc Telecom: Le câble Loukkos pour faire face à l'endommagement de l'Atlas Offshore, Lemag.ma, 10 avril 2011
  19. Loukkos, nouveau câble sous-marin de Maroc Telecom, opérationnel en mars 2012, Ecofin, 12 janvier 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]