Havas Worldwide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une entreprise image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant une entreprise française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?).
Les entreprises étant sujet à controverse, n’oubliez pas d’indiquer dans l’article les critères qui le rendent admissible.

Havas worldwide
logo de Havas worldwide
Création 1991 (fusion Eurocom et RSCG),
Dates clés 2012 Euro RSCG worldwide devient Havas worldwide
Personnages clés David Jones, Mercedes Erra, Stéphane Fouks, Rémi Babinet
Forme juridique Holding
Siège social Drapeau des États-Unis New York (États-Unis)
Activité Communication, Marketing, Conseil
Société mère Havas
Effectif 1500
Site web http://www.havasworldwide.com/

Havas worldwide (Euro RSCG jusqu'en septembre 2012) est l’un des plus larges réseaux multidisciplinaires dans les métiers de la communication avec 233 agences réparties dans 75 pays en Europe, en Amérique du Nord, en Amérique latine, en Afrique du Nord et en Asie.

Havas worldwide offre des services de publicité, de marketing, de communication d’entreprise et des solutions interactives à ses clients locaux, régionaux et internationaux. Créée en 1991 par la fusion des groupes publicitaires Eurocom et RSCG, Euro RSCG qui devient en septembre 2012 Havas worldwide gère la communication de diverses grandes entreprises.

Sa branche française, présidée par Mercedes Erra et Stéphane Fouks, compte parmi ses clients : L’Oréal, PSA, Air France, BNP Paribas, Sanofi-Aventis, Orange, Bledina, CNIEL, TOTAL, Nestlé, Unilever, etc.

En 2010, et sur les 5 années précédentes, Euro RSCG Worldwide s’impose comme la plus grande agence de publicité internationale comme l’indique le nombre total de comptes mondiaux relevés dans les rapports de l’Advertising Age Global[1].

Euro RSCG Worldwide est la plus grande entité du groupe Havas (Euronext Paris SA : HA V.PA), le 5e groupe de communication dans le monde, derrière WPP, Omnicom, Publicis et Interpublic.

Histoire[modifier | modifier le code]

RSCG est une agence de publicité fondée le 1er janvier 1970, par Bernard Roux, Jacques Séguéla, Alain Cayzac et Jean-Michel Goudard, qui lui ont donné leurs initiales patronymiques respectives[2]. À l'époque, deux groupes dominent le secteur publicitaire en France : Havas, émanation de l'État, et Publicis[3].

En 1970, Bernard Roux et Jacques Séguéla créent leur agence, « Roux Séguéla », qui décroche grâce à deux encarts publicitaires parus dans le Figaro et Le Monde (la percutante « Lettre à un PDG »), son premier client Mercury Marine[4]. Ils ont leur siège au 4 rue Berryer[3].

En 1972, Alain Cayzac rejoint Roux Séguéla. L’agence devient Roux Séguéla Cayzac.

En 1975, Havas Conseil est reconstituée en Eurocom holding company.

En 1976, Roux Séguéla Cayzac fusionne avec Jean-Michel Goudard pour former RSCG (Roux, Séguéla, Cayzac & Goudard). Ils rachètent également le groupe Delpire, en liquidation judiciaire, récupérant une équipe de 400 collaborateurs (dont la photographe Sarah Moon), le siège social du 76 rue Bonaparte et un gros portefeuille de clients, dont Citroën. Havas lance alors une campagne de dénigrement contre RSCG, ce à quoi Jacques Séguéla réplique par un coup médiatique en publiant en 1978 le livre Ne dites pas à ma mère que je suis dans la publicité, elle me croit pianiste dans un bordel[3].

En 1978, aux législatives de 1978, RSCG crée l'affiche et le slogan de campagne pour le RPR de Jacques Chirac, le Parti républicain de Jean-Pierre Soissons et le Parti socialiste de François Mitterrand.

Dans les années 1980, pour avoir participé à la campagne présidentielle de François Mitterrand en 1981, l'agence RSCG perd de nombreux clients après la victoire de ce dernier, le milieu des affaires lui reprochant d'avoir pactisé avec la gauche. Afin de rappeler son expertise publicitaire, l'agence signe par la suite un spot publicitaire pour le réseau d'intérim Manpower dans un style futuriste avec d'énormes moyens (Jacques Demy à la réalisation, une musique de Phil Collins, un tournage de deux semaines près de Madrid, le tout pour un budget de 5 millions de francs, soit le prix d'un long-métrage à l'époque). De nombreuses publicités marquantes sont également réalisées, comme celle avec Emmanuelle Béart pour la lessive Woolite ou celle pour une Visa-GTI qui décolle du porte-avions Clemenceau[3].

En 1988, RSCG rachète l'agence américaine Tatham Laird & Kutner, installée à Chicago[3].

En 1991, RSCG se trouve dans une situation difficile malgré sa popularité : la loi Évin de 1991, qui réglemente la publicité pour le tabac et l'alcool, lui porte un coup. Elle tente une offre publique d'achat sur une agence britannique endettée, mais c'est un échec. Les comptes alors exsangues, elle consent à se faire racheter par Eurocom (Havas), créant le réseau Euro RSCG[3],[5]. Les deux partenaires passent alors les deux années suivantes à résoudre les conflits relatifs à la prochaine entente, avant de finaliser leur fusion en 1993. Cette fusion est bénéfique pour les deux entités. En effet, Eurocom peut ainsi résoudre ses problèmes de créativité et RSCG obtient alors le soutien financier dont elle a besoin. Trois des quatre partenaires de RSCG restent pour assumer des rôles de premier plan au sein de la nouvelle organisation, Alain Cayzac assumant le rôle de président des opérations françaises, Jean-Michel Goudard devenant le président directeur général des opérations internationales et Jacques Séguéla prenant en charge la direction de la création du groupe. L’agence nouvellement formée, devenait ainsi un réel concurrent des agences Américaines et Japonaises : Euro RSCG avançait alors des revenus presque deux fois supérieurs à son plus proche concurrent européen, l’agence française Publicis FCB.

Bernard Roux est le premier à quitter le groupe lors de la fusion pour former sa propre agence avec Christophe Lambert et Thierry Consigny. Jean-Michel Goudard suit trois ans plus tard et Alain Cayzac en 2006, seul restant Jacques Séguéla de l'époque RSCG[3].

En avril 2012, Havas, la société mère, annonce le renommination de la marque RSCG par Havas, ce qui est effectif le 24 septembre.

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Wikipédia[modifier | modifier le code]

En 2008, Euro RSCG & Co propose que les articles Wikipédia des entreprises du CAC 40 présentent un droit de réponse pour y ajouter « leur version officielle », l'encyclopédie en ligne étant accusée en filigrane d'entraver leur communication institutionnelle. Cette suggestion a été rejetée[6],[7].

Direction[modifier | modifier le code]

  • David Jones – Global PDG Havas worldwide et PDG d'Havas,
  • Mercedes Erra – Directrice générale du Groupe Havas et coprésidente exécutive Havas worldwide,
  • Stéphane Fouks – Vice-président du Groupe Havas et coprésident exécutif Havas worldwide,
  • Rémi Babinet – Directeur général du Groupe Havas et directeur de la Création Havas worldwide.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Élue meilleure agence créative française sur 12 des 16 dernières années et seconde meilleure agence mondiale en 2010.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. euro rscg worldwide named largest global advertising agency for fith year in a row,[1], "prnexswire";6 décembre 2010; page consultée le 16 mars 2012.
  2. Sandrine Cassini, « Pub : Euro RSCG, une saga française », sur latribune.fr,‎
  3. a, b, c, d, e, f et g Jean-Baptiste Roques, « Euro RSCG, quatre garçons dans le temps », Vanity Fair n°5, novembre 2013, pages 176-185.
  4. RSCG, histoire d'une saga-spectacle - Les Echos
  5. Panorama de la publicité dans le monde, [2], "Inaglobal"; page consultée le 16 mars 2012
  6. Estelle Dumout, « Wikipedia accusé d'entraver la communication institutionnelle des entreprises », zdnet.fr, 11 juin 2008.
  7. Thierry Noisette, « L’astrologue Elizabeth Teissier perd son procès pour modifier Wikipédia », rue89.nouvelobs.com, 21 juin 2016.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]